Pernoud - J'attends un enfant

L’année dernière, j’avais eu l’occasion de vous présenter l’édition 2016 actualisée du célèbre ouvrage de Laurence Pernoud : J’élève mon enfant.

Ce que je ne vous avais pas dit, à l’époque, c’est que les Editions Horay préparaient une petite révolution pour la prochaine édition 2017.

Comme vous le savez sûrement, les deux ouvrages « J’attends un enfant » et « J’élève mon enfant » sont réactualisés chaque année, grâce à une équipe de professionnels de la petite enfance.

Read More →

Du jour où on devient Parent, on n’en finit pas de se poser des questions.

Tout y passe : comment donner le bain, biberon ou allaitement, la diversification, son développement… Et ça ne s’arrête pas au fur et à mesure qu’il grandit.

Non, non, je vous le dis : on se pose TOUJOURS des questions !

On veut être sûr de bien faire et on a peur de mal faire… On est parent quoi !

Vous connaissez sans doute Laurence Pernoud. Non ? Vous êtes sûres ?

Moi, je suis prête à parier que vous connaissez au moins un des deux ouvrages qu’elle a écrits, car j’ai l’impression que toute personne qui annonce sa grossesse se le voit conseiller par quelqu’un de son entourage, ou en tout cas par son libraire (ou vendeur de la Fnac) si on lui dit qu’on cherche de la lecture pour future ou jeune Maman.

Read More →

Je n’ai pas fait le compte des billets dans lesquels je vous ai parlé du sommeil de Ouistiti, mais vous devez toutes savoir que c’est LE truc qui nous a mis les nerfs à rude épreuve.

Entre le RGO qui n’a pas été pris en compte avant ses 7 mois, et la colopathie qui n’a été traitée qu’à ses 16 mois, il a fallu faire preuve d’ingéniosité pour l’aider à trouver le sommeil.

A cause du RGO, il fallait le tenir à la verticale et, à cause de la colopathie, je devais lui ramener les jambes sur le ventre quand une crise s’annonçait.

Vous l’aurez donc compris, pour réussir à ce que Ouistiti trouve le sommeil, il s’endormait sur moi. Je devais ensuite le poser avec délicatesse et la tête bien surélevée, pour espérer que le dodo dure quelques heures.

La colopathie prenait le relais en fin de nuit, et je me retrouvais presqu’à le plier en deux : son dos contre mon ventre et ses jambes posées sur mon bras et relevées contre lui. La variante ? Allongé son ventre sur mon bras.

Et comme tous les bébés, il y avait les réveils pour manger. Les tétées ont fini par m’aider à apaiser les réveils douloureux, mais pas au début où je me souviens qu’on se relayait, une fois sur deux, pour le réveil du milieu de nuit qui était le plus long.

Petit à petit, ces astuces pour l’apaiser et l’endormir sont devenues des automatismes. Mais, si elles nous aidaient quand il n’allait pas bien, elles nous ont fait entrer dans une spirale infernale, quand, enfin, on a contenu le RGO et traiter la colopathie.

Au final, Ouistiti ne s’est jamais endormi tout seul.

Read More →

A l’inscription de Ouistiti à la garderie, outre les papiers que j’ai eus à remplir, on m’a donné la consigne d’apporter, à chaque fois, deux couches, ainsi qu’une tenue complète de rechange.

Et même si je note son prénom sur une petite ardoise au dessus du porte manteau sur lequel j’accroche ses affaires, l’éducateur m’avait demandé de l’inscrire aussi sur les étiquettes de tous ses vêtements.

Personnellement, je trouve ça moche d’écrire au stylo à l’intérieur des vêtements. Je pourrais prendre la solution des étiquettes thermocollantes, mais avouons le, j’ai la flemme.

Une solution bien plus jolie s’est présentée à moi il y a quelques semaines lorsque Maud, qui tient la boutique en ligne ByMaud, m’a proposé de découvrir ses créations.

Avant de vous présenter ce que j’ai eu la chance de recevoir, laissez moi vous présenter un peu plus en détails cette belle boutique.

Maud est une passionnée de couture et on le sent dans chacune des pièces qu’elle propose sur sa boutique.

Que ce soit pour un achat pour votre Bout’Chou ou pour un cadeau de naissance, d’anniversaire ou juste pour le plaisir d’offrir, vous trouverez votre bonheur aussi bien pour le repas, le bain, la chambre ou comme moi la garderie ou la crèche (et l’école pour les plus grands !).

Réalisés en France avec finesse et minutie, chaque objet devient unique grâce à la personnalisation que Maud propose de coudre au prénom de votre enfant.

Il ne m’a pas fallu longtemps pour trouver la création qui allait m’être utile les jours où Ouistiti va à la garderie.

J’ai en effet flashé sur un lot de deux sacs à linge blanc et bleu*. Les couleurs de ces sacs représentent bien la douceur de l’ensemble de la boutique de Maud.

Source : ByMaud

Source : ByMaud

Je lui ai demandé d’y coudre le prénom de Ouistiti et la qualité de couture est comme tout le reste des sacs : chic et très soignée !

J’ai choisi de prendre le plus petit des deux sacs pour la garderie (qui n’est pas si petit puisque j’y mets deux couches, un pantalon, un haut et un bodie). Je l’utilise donc depuis deux mois et il n’a pas bougé.

Le petit sac de la garderie

Le petit sac de la garderie

Le prénom brodé ne s’effiloche pas, le lien torsadé du sac ne sépare pas et le coton est toujours impeccable après plusieurs passages en machine (je prends soin de le laver à l’envers).

photo(208)

 

Ouistiti a désormais son petit sac qui l’accompagne à la garderie et qui a fait des envieuses parmi les mamans des autres enfants, puisqu’on m’a demandé où je l’avais trouvé.

Pour ce qui est du grand sac, il a accompagné Ouistiti quand il est allé dormir chez sa Mamie et j’ai pu y glisser son pyjama, en plus de sa tenue complète pour le lendemain.

Le grand sac pour les dodos dehors

Le grand sac pour les dodos dehors

Maud me donne la possibilité d’offrir à l’une d’entre vous ce superbe lot de sacs.

Pour tenter votre chance, rien de plus simple, il vous suffit de remplir le questionnaire (mais, comme toujours, vous pouvez me faire un petit coucou sous ce billet, ça me fera plaisir !)

Comme d’habitude la première réponse est OBLIGATOIRE pour concourir, les 3 autres n’étant que des chances supplémentaires.

Le concours prendra fin le 17 avril à minuit et j’annoncerai le nom de la gagnante en édit de ce billet.

Bonne chance à toutes !!!

Et si d’autres objets vous intéressent, sachez que Maud vous offre une réduction de 15% en cliquant sur ce lien pour aller sur son site (valable un mois à partir d’aujourd’hui).

*Produits offerts

 

EDIT DU 19/04/2015

Félicitations Luiza !!! Envoie moi vite un petit mail à mamandeouistiti[at]gmail[dot]com

photo(128)

 

Mois de février oblige, il n’y a pas eu de jour numéro 30 ! N’empêche que tu as quand même 15 mois !

Je n’ai pas fait de billet mensuel depuis tes 12 mois. C’était une grande étape pour moi et les deux mois qui ont suivi, je suis restée sur cette année qui venait de s’écouler vitesse grand V.

Mais ce mois-ci, je suis encore rattrapée par le temps qui court. Attention, je vous préviens, c’est un peu du triturage de cerveau. Certains pourraient même dire que ça relève de l’analyse psychiatrique.

Tes 15 mois font beaucoup travailler mes pensées car on est à la mi-chemin de tes 1 an et demi, qui eux même seront à mi-chemin de tes deux ans ! (Je vous avais prévenu pour le triturage…)

Et je te vois évoluer à la même vitesse folle que celle des mois qui passent.

Je suis en train de m’apercevoir que cette deuxième année passe aussi vite que la première. Et même si j’adore te voir faire tous ces progrès, ils éloignent mon tout petit bébé de moi (je vous rassure, je me console avec mon petit garçon).

Ces progrès, ils sont plusieurs à montrer l’autonomie que tu acquiers un peu plus chaque jour.

Tu nous comprends et tu comprends ce qui t’entoure : là où ça nous fait le plus rire c’est quand on te demande de faire le lion et que tu nous lances un beau « grrrrrrrrr ». C’est aussi le cas quand tu vois un lion sur un livre ou sur la comptine des Titounis.

C’est aussi le cas quand on te dis de ne pas faire quelque chose et que tu le fais quand même. On te redit qu’il ne faut pas. Là tu nous regardes avec ton petit air angélique et malicieux en nous lançant un « euuuuuuuh » suivi d’un soupir. A nous, après, de rester sérieux pour ne pas avoir un double discours, car ça nous amuse à chaque fois.

Depuis quelques jours, tu t’appelles par ton prénom. Pas dans son intégralité bien sûr, mais tu prends la dernière syllabe et tu la doubles. Et on n’a aucun doute que tu parles bien de toi. Là encore, on fond !

Ce qui est aussi flagrant ces dernières semaines, c’est ta débrouillardise à te déplacer. Pas de doute, la marche est pour bientôt.

Tu fais le tour de l’appartement en nous tenant les deux mains, fièrement sur tes jambes sans chanceler.

En nous tenant une seule main, tu te balades d’un coin à l’autre du salon. Et quand tu es occupé à quelque chose ou que tu veux attraper un objet et que tu es debout, tu fais quelques pas seul, sans t’en apercevoir.

Bien sûr, je suis emplie d’une fierté extrême de te voir faire, mais ça me fait drôle aussi de voir mon bébé grandir si vite.

Tout ça ne fait pas changer le Ouistiti hyper câlin qui demande souvent les bras, et qui veut rarement en descendre si ce n’est pas toi qui le décide.

On a dû faire une pause à la garderie à cause de cette fichue bronchiolite, mais tu t’y plais de plus en plus. Les éducateurs me le disent bien : oui, tu pleures quand je pars, mais ça dure de moins en moins longtemps.

Les nuits restent encore hachées mais il n’y a quasiment plus de réveils en hurlant. Je me demande maintenant si ce n’est pas un rythme auquel tu t’es habitué d’avoir été sorti du sommeil, chaque nuit, plusieurs fois à cause de ces douleurs. J’espère qu’on va enfin réussir à te faire avoir des nuis longues et paisibles.

Tout petit, tu nous a très vite montré ta curiosité et ton intérêt pour tout ce qui t’entoure. Tout le monde nous disait « qu’est ce qu’il sociable et éveillé votre bébé ».

C’est toujours le cas aujourd’hui : tu t’intéresses, tu découvres, tu rigoles, tu charmes.

Cela fait 15 mois que je te vois faire et c’est quelque chose dont je ne me lasserai jamais !!!

Source : ssbwiki.com

Source : ssbwiki.com

Il y a quelques temps je vous disais qu’on en avait fini avec les pédiatres. Notre expérience avec trois différents nous avait juste écœurés.

Après y avoir bien réfléchi, on avait décidé de consulter le généraliste qui nous suit depuis que nous sommes installés à Paris, et qui a toujours été d’un grand soutien.

Il nous a d’ailleurs orientés vers une gastro-entérologue pour Ouistiti qui a été la seule à nous demander, en premier lieu, si il y avait un terrain familial au niveau de ses problèmes.

Quelle n’a pas été ma surprise ! D’ailleurs, à force de le dire et le redire à chaque rendez-vous, que ce soit avec les pédiatres ou les spécialistes et de ne pas être écoutée, je n’avais même plus pensé à lui en parler

Un bon médecin nous a orienté vers un bon spécialiste ! Le premier traitement qu’elle lui a donné a été efficace, puisqu’il n’a plus toutes ces douleurs à cause des violents gaz qui le gênaient au quotidien. C’est une première étape, même si tout n’est pas réglé.

Seulement voilà qui dit bon médecin, dit médecin surchargé et c’est là que ça coince…

Car si pour nous, adultes, ça n’est pas plus dérangeant que ça d’attendre souvent longtemps en salle d’attente même en ayant un rendez-vous. Avec un bébé, c’est plus compliqué.

De même pour le suivi mensuel : on a fait une visite avec notre généraliste et il faut bien admettre que ce n’était pas le confort d’un pédiatre qui a l’habitude de faire ça tous les jours, et qui programme le temps de ses rendez-vous en fonction.

Notre généraliste n’a pas de balance pédiatrique. Du coup, pour la pesée, j’ai dû monter une première fois sur sa balance, retenir le poids affiché, descendre pour prendre Ouistiti, remonter avec lui et son « poids » a donc été : (le mien seule – le poids de nous deux). Pour la précision, on repassera

Il ne l’a pas mesuré non plus et il n’a pas vérifié les petites choses qu’un pédiatre contrôle régulièrement.

Cela ne change pas notre sentiment envers lui.

Quand on a besoin, il est là. Il n’y a que lui qui nous a entendus quand on lui disait que Ouistiti souffrait. Il est le seul à lui avoir palper le ventre et m’avoir dit direct « il a un réflexe de douleur. Bien sûr qu’il a mal ».

Mais le fait est là, il est débordé et il ne peut pas nous accorder le temps nécessaire pour le suivi de notre fils.

On a donc pris la décision de consulter un autre pédiatre, mais cette fois-ci on a demandé conseil à une autre personne en qui on a confiance et qui lui aussi fait tout ce qu’il peut depuis des mois pour essayer de soulager Ouistiti : notre pharmacien.

Il nous a conseillé quelqu’un de notre quartier en nous disant qu’il le connaissait bien, et qu’il avait toujours eu de bons retours des parents à qu’il avait conseillé d’aller le consulter.

J’ai donc pris un premier rendez-vous pour refaire la visite mensuelle qui n’avait pas été faite correctement chez notre généraliste.

Premier bon point : Ouistiti n’a jamais pleuré même quand il lui a regardé les oreilles, ce qui a toujours été un problème avec les autres.

Deuxième bon point : Il ne m’a fait aucune remarque désobligeante quand je lui ai dit que je l’allaitais toujours. Il m’a même dit « si vous pouvez, c’est parfait ! Continuez, il n’y a rien de mieux ».

Avouez que ça change de « Ouistiti a déjà une maîtresse, c’est sa Maman » gentiment balancé par le troisième pédiatre.

Il a même pensé à des pistes pour les douleurs de Ouistiti que même la nouvelle gastro, vue après, n’a pas évoqué.

Sortie du rendez-vous, je me suis dit qu’on aurait dû demander conseil au pharmacien bien avant (ne me demandez pas pourquoi on n’y a pas pensé avant, je n’en sais rien. Et je m’en veux !).

De l’idée de ne le consulter que pour les visites de routine est vite apparue l’évidence que ce serait désormais LE médecin de Ouistiti car après cela il y a eu la vague des microbes qui nous a fait aller le voir un certain nombre de fois.

Troisième bon point : je ne l’a jamais senti lassé de nous voir à répétition alors que ça finissait par arriver avec les autres, à cause de ses douleurs au ventre..

Ouistiti nous a fait en une semaine une rhino, une gastro, une laryngite et une otite. Pour cette série, on est allé le voir trois fois en une semaine.

Quelques jours après l’otite, il a refait une rhino avec une toux qui lui faisait très mal. Encore après, une poussée de fièvre avec éruption cutanée sur les genoux et les pieds.

A chaque fois que je l’appelais, j’étais toujours bien accueillie et il me proposait de venir le voir. A chaque fois qu’on y allait, il auscultait Ouistiti intégralement, même si il l’avait fait quelques jours auparavant.

Quand je m’inquiétais car Ouistiti ne mangeait pas beaucoup, il me rassurait en me disant : « Proposez lui des tétées régulièrement, il y a peu de chance que ça le fasse vomir et c’est ce qu’il y a de mieux pour lui »

La dernière fois de cette série de rendez-vous, je lui ai dit en partant « j’espère que la prochaine fois, je vous appelle pour le rendez-vous mensuel et qu’on va arrêter de vous embêter tous les deux jours ».

Il m’a juste répondu : « Mais vous ne m’embêtez pas, je suis là pour ça, c’est mon métier !« . Il venait de s’officialiser lui-même « pédiatre de Ouistiti ».

Et la semaine qui se termine aujourd’hui nous a montré que nous ne nous étions pas trompés à son sujet.

A la fin de la semaine dernière, Ouistiti s’est réveillé un soir avec des quintes de toux terribles. On le sentait s’étouffer. Il ne nous a pas fallu longtemps pour décider d‘aller aux urgences.

Après l’attente traditionnelle, un discours à la « je te prends de haut parce que t’es parent et pas médecin« , on lui a diagnostiqué une nouvelle laryngite et mis sous corticoïdes pendant trois jours.

Sauf qu’au bout de ses trois jours, ça n’allait pas mieux. Lundi matin, j’ai appelé le secrétariat du pédiatre à la première heure, et même pas une heure plus tard, on était dans son cabinet.

Comme toujours, il l’a regardé sous toutes les coutures et j’ai senti que quelque chose clochait quand l’examen au stéthoscope a duré encore plus longtemps que d’habitude.

Il a fini par me dire ce que je redoutais d’entendre à chaque rhino qu’il a faites cet hiver : c’était une bronchiolite.

Je ne m’attarderai pas sur la façon dont il a été pris en charge aux urgences trois jours avant mais je reste persuadée qu’il y a été mal diagnostiqué (On a quand même dû insister auprès de l’urgentiste pour qu’il lui ausculte les poumons. Vous comprenez comme l’infirmière lui avait donné un corticoïde qui lui avait calmé sa toux pendant nos deux heures d’attente, il n’avait plus rien à faire…).

Son pédiatre, au contraire, a pris le temps de tout m’expliquer, de me dire les signes à surveiller pour détecter une dégradation. Il m’a aussi expliqué comment lui administrer la ventoline.

Et hier matin, quand je me suis inquiétée d’entendre à nouveau un sifflement et que je l’ai appelé pour le lui dire, il m’a aussitôt répondu de venir à son cabinet !

Après la dernière visite avec le troisième pédiatre, j’étais sortie dégoûtée. Je ne voulais plus entendre parler de cette profession.

Je n’admets pas que quelqu’un dont la spécialité est de soigner les enfants n’ait aucune empathie pour eux et se permette de balancer des jugements de valeur, alors qu’il ne prend même pas la peine d’écouter les parents.

On dit toujours « jamais deux sans trois » et avec eux, ça s’était confirmé et je ne voulais pas retenter l’expérience.

J’étais donc allée voir ce quatrième pédiatre en étant plus que sur mes gardes, prête a réagir à la première remarque désobligeante qu’il ne m’a jamais faite (sinon, j’aurais tout de suite pris mes clics et mes clacs !).

Au lieu de ça, nous avons désormais une personne attentive à notre enfant qui, avant chaque auscultation, me demande si des choses ont changé depuis la dernière fois et qui prend le temps de lui parler et de le faire rigoler avant de lui coller son stéthoscope sur la poitrine ou lui regarder les oreilles et la gorge.

Il y a quelques temps, je vous avais dit « 3, ça suffit ! » Et finalement, c’est le quatrième qui est le bon, et même si je regrette de ne pas l’avoir connu dès le début, je suis contente et soulagée que ce soit lui qui s’occupe maintenant de la santé de Ouistiti !

Macaron FamiliJe participe au concours Famili « Blog Parents 2015″. Si le coeur vous en dit, vous pouvez me soutenir chaque jour en cliquant ici, puis sur le « Je Vote » qui apparait sur l’image du blog et de vous laisser guider. Merci !!!

Source : keepcalm-o-matic.co.uk

Source : keepcalm-o-matic.co.uk

Comme promis, après vous avoir fait, ici, ma sélection d’idées de cadeaux de Noël pour Bébé, voici celle pour les Mamans.

J’ai envie de commencer cette wishlist par les futures Mamans.

Si vous en avez marre des classiques bouquins sur la grossesse souvent trop axés sur le médical, et que vous avez envie de rigoler, j’ai ce qu’il vous faut : La BD « J’attends un enfant, ma femme aussi ! »* de Jacky Goupil et illustrée par Laetitia Aynié.

Vous découvrirez l’histoire de Marie, pas franchement aux anges d’être enceinte et de voir les changements qui s’opèrent chez elle, et de Pierre qui lui est, au contraire, tout ce qu’il y a de plus heureux. Aux petits soins pour sa chérie, il la soutient dans toutes les situations tout au long de ces 9 mois.

Cette BD est aussi une pièce de théâtre qui se joue actuellement au Guichet Montparnasse et jusqu’au 25 janvier 2015. Une idée de sortie sympa avant d’être dévouée corps et âme à votre Bout’Chou, et de ne plus avoir envie (et/ou la force) de sortir !

photo(61)

Et si vous avez envie de vous informer sur votre grossesse, sans tomber dans le patho lourdeau, la boîte de jeu « 9 mois dans la boîte« * de Marion McGuinness, et également illustrée par Laetitia Aynié, est faite pour vous.

Grâce aux 150 questions réparties en 6 catégories, vous allez pouvoir avoir les réponses aux interrogations que vous vous posez sur le suivi de votre grossesse, les questions pratiques au quotidien, le développement de bébé bien au chaud dans votre bidon, les changements physiques, l’accouchement, mais aussi des questions confessions auxquelles il vous faudra répondre (ex : quel est le cadeau le plus ridicule que vous avez reçu pour votre bébé ?).

Ces cartes sont accompagnées d’un guide contenant tout un tas d’astuces (pour obtenir une place assise dans les transports ou des recettes anti-fringales), des conseils (bien choisir sa maternité, bien connaître vos droits…), des infos insolites et les questions à poser à votre sage-femme sans aucun tabou.

Comme la BD, cette boîte de jeu aborde la période de la grossesse et tout ce qui l’entoure avec beaucoup d’humour et vous fera passer de très bons moments avec le futur papa, et pourquoi pas avec des amis qui vivent, comme vous, cette belle aventure.

9 mois dans la boite

Parlons confort maintenant !

Je ne vais pas vous dévoiler un scoop si je vous dis que les nuits peuvent vite devenir un enfer, pour cause de bidon encombrant. Si vous demandez conseil à une amie qui a récemment été enceinte sur ses indispensables, il y a fort à parier qu’elle vous dira « un coussin d’allaitement ». Et je suis d’accord avec elle !

Si vous vous lancez dans une sélection de coussins, vous verrez qu’il y en a une foultitude et le problème c’est qu’une fois que le bidou parti avec la naissance de votre bout’chou, en dehors des tétées, le coussin reste à traîner dans un coin.  Perso, j’ai même très vite arrêté de l’utiliser pour allaiter Ouistiti.

C’est pour ça, j’aime tout particulièrement le Multirelax Tinéo car, en plus d’être un coussin classique qui vous soulage en position aussi bien allongée qu’assise, il possède un petit accessoire qui le transforme en transat pour y accueillir Bébé.

Vous continuez ainsi de vous en servir après votre accouchement pour en faire un cocon hyper confortable pour votre petit bout.

A ma sortie de la maternité, on m’avez déconseillé de mettre Ouistiti dans un transat classique car trop raide pour son dos, mais là aucun souci puisqu’on garde toute la souplesse du coussin.

Et si vous avez la patience d’attendre le mois de janvier, la toute nouvelle collection va sortir avec plein de coloris dans les tons pastels. J’ai eu la chance de les découvrir il y a quelques semaines, et je peux vous assurer qu’ils sont vraiment tops !

multirelax tinéo

Que l’on soit future ou jeune maman, on a toutes envie de se chouchouter.

Pour ça, il y a les coffrets MumToBeParty. J’ai une affection toute particulière pour le concept puisque, avant de proposer une boutique en ligne, la MumToBeParty c’est une bulle de chouchoutages organisée par Chris et son équipe pour les futures Mamans qui, pendant quelques heures, se font dorloter et reçoivent plein de conseils.

Lorsque j’ai fait la mienne, j’ai eu des conseil sur les crèmes adaptées à ma peau de femme enceinte, sur des poussettes, sur quoi préparer pour aller en salle de naissance mais j’ai aussi fait une séance de pilates prénatal qui m’a fait revenir pour prendre des cours avec la personne qui nous avait encadrées.

Dans la continuité de ces soirées, Chris a lancé les coffrets MumToBeParty. Je me suis offert le coffret « Allaiter en toute sérénité » à ma sortie de la maternité, et il m’a été d’une grande aide dans la mise en place de mon allaitement.

Coffret Allaitement panier rose détouré BD
Les futures mamans pourront prendre soin d’elles avec le coffret « Se chouchouter enceinte » qui contient de quoi s’occuper de son corps qui subit beaucoup de changements avec la grossesse (huile de massage, crème pour les mains, savon bio, tisane, offre découverte au site de sport en ligne Walea qui propose des cours spécialement conçus pour les femmes enceintes) et plein de petits accessoires malins comme un carnet de notes, un petit panier en coton, un pochon et un badge.

VISUEL COFFRET + PICTO GLOSS OFFERT2 (2)

Les jeunes Mamans trouveront leur bonheur avec le coffret « Coup d’éclat après bébé » où là c’est le bien-être réénergisant qui est mis en valeur (lait démaquillant, eau radieuse, élixir précieux, cure 1 mois activateur peau divine… Mais aussi infusion bio énergie, offre découverte Walea côté sport post natal. Pour bébé, une huile de massage et du liniment) Et toujours les petits accessoires trop mignons et très utiles.

Chaque coffret contient également des guides remplis de conseils en fonction de son thème.

Coffret-MTBP-Coup-d-eclat-bleu

Que l’on soit future Maman ou jeune Maman, en général, on aime les bijoux. Depuis que je suis Maman, j’aime tout particulièrement ceux qui sont gravés avec de belles inscriptions.

J’ai donc eu un gros coup de cœur lors d’un showroom, auquel j’ai eu la chance d’être invitée, pour la marque Very Sisters qui propose de très beaux bijoux dont de superbes bracelet joncs (disponibles en argent, argent rosé ou argent doré) portant des messages tels que « Love », « Dream, Believe, Create, Succeed » ou « Love is in the air ».

On peut les porter en solo ou en mixer plusieurs de différentes couleurs. Je suis juste méga fan !

very sisters

La période de la grossesse, et bien évidemment la naissance et tous les jours qui suivent, sont l‘occasion de faire de nombreuses photos. La plupart du temps, elles restent dans nos téléphones ou, au mieux, en sauvegarde sur nos ordinateurs.

Depuis la naissance de Ouistiti, nous en avons fait un nombre incalculable. Tous les trois mois environ, nous avons fait développer nos préférées (j’ai du boulot niveau albums photos, il serait grand temps que je m’y mette !).

Pour la fête des pères, j’ai fait personnaliser un mug pour l’offrir à PapaDeOuistiti avec une photo de tous les deux.

Pour mon Noël, j’ai eu envie d’une photo de nous trois sous la forme d’une toile* et j’ai trouvé mon bonheur sur le site MyFujiFilm.fr qui offre de nombreuses possibilités pour personnaliser toutes sortes d’objets (magnets, tapis de souris, mug, puzzle, coque téléphone, tirelire, horloge, toile photo…), le tout en qualité argentique.

Je trouve que c’est une belle façon de profiter de ses souvenirs pris en photos, et c’est aussi l’occasion de gâter ses proches avec des objets qu’ils pourront utiliser au quotidien.

myfujifilm

Les fêtes de fin d’année sont bien sûr l’occasion de se régaler de gourmandises et pour moi, c’est le chocolat qui prime.

J’ai eu le plaisir, il y a quelques temps de ça de découvrir les truffes Mathez, Maître Chocolatier français, qui sont juste délicieuses !

Présentée dans de très belles boîtes en forme de pétales, et disponible en épicerie fine, la collection « Les Inséparables » propose 4 saveurs différentes : nature, orange confite, caramel au beurre salé et brisures de macaron (mes préférées !).

Chacun pourra donc y trouver son bonheur !

A cette période de l’année, souvent les enfants commencent à trépigner d’impatience et réclament sans cesse le Père Noel.

Les magasins Leclerc ont eu la bonne idée de lancer la fabrique du père Noël que nos chères têtes blondes pourront visiter à travers une vidéo, dans laquelle ils retrouveront le Grand Barbu au costume rouge accompagné d’un de ses lutins et de son chien, Spam.

Ils pourront sélectionnés l’un des quatre traîneaux représentant 4 univers différents (filles, garçons, jeux, premier âge), chaque paquet présent sur les traîneaux renfermant un jouet que l’enfant découvrira en cliquant dessus.

image001
Et comme on sait que lorsqu’on est parents, on manque cruellement de temps, l’enseigne a également mis en place un mini site qui nous aiguille grâce à tout un tas de filtres pour les petits, mais aussi pour les grands. Tout y est réuni pour trouver le cadeau idéal pour chaque membre de la famille !

Et vous, dites moi, à une semaine du jour J, vous avez fini vos achats ? Tentées par mes coups de coeur ? Dites moi tout, comme d’habitude, en commentaires.

*Produits offerts

Dès que nous avons appris ma grossesse, nous avons commencé à chercher un appartement plus grand : nous vivons dans un 2 pièces et il était évident que ça allait vite être la galère.

Paris, le prix du marché et nos critères font que nous n’avons toujours pas déménagé.

Pourtant, ça urge car nous savons que notre bail ne va pas être renouvelé en septembre prochain.

En attendant de trouver l’appartement qui sera notre nouvel Home Sweet Home, il m’arrive de flâner, sur internet, pour trouver des idées pour la chambre de Ouistiti.

Pendant ma grossesse, je n’ai pas pu faire de shopping, ni décorer la pièce qui allait devenir sa chambre puisque 2 pièces signifie une seule chambre et que je n’avais pas d’endroit où créer un petit univers cocoon pour mon bébé.

Avec le déménagement qui va finir par arriver, je m’autorise à imaginer ce que je pourrais faire dans sa future chambre.

C’est en me baladant sur le site de Bébé 9 que je pense avoir trouver sa décoration.

Si on connait l’enseigne Bébé 9 comme distributeur de nos marques de puériculture chouchous, on sait moins qu’elle possède également ses propres marques telles que :

  • Bébé 9 Référence proposant des produits pratiques et résistants pour une utilisation au quotidien avec, par exemple, cette chancelière toute cocoon :

Chancelière

  • Bébé 9 Essentiel proposant des produits à petits prix pour un usage simple, garantissant le confort et la sécurité de Bébé, comme avec le parc pliant Alizée

Parc Pliant Alizée réglable

  • Bébé 9 Expert proposant des produits ultra-performants et innovants avec, entre autre, la poussette Comet :

Pousette Comet

  • et enfin Bébé 9 Création proposant du mobilier, ainsi que plusieurs collections déco, textile et d’équipements originaux dont la collection Léopold qui figure désormais sur ma WishList « Décoration Future Chambre de Ouistiti »

Pyramide_leopold_1-738x1024

 Cela va peut être vous paraître bizarre mais ce qui m’a fait m’arrêter sur cette collection, c’est la toise.

L’un de mes souvenirs « madeleine de proust » de mon enfance, c’était quand ma Maman nous mesurait, ma frangine et moi le long du mur près de l’encadrement de la porte de la cuisine où elle inscrivait nos tailles au crayon à papier.

J’ai hâte de pouvoir faire pareil avec Ouistiti, mais sur une toise dédiée qu’il aura dans sa chambre. Et je trouve celle-ci, avec ses trois cadres photo permettant de la personnaliser au gré de nos envies, vraiment très mignonne.

De là, je m’imagine lui installer le pêle-mêle où je pourrais accrocher toutes sortes de petits souvenirs, mais aussi le porte-manteau pour y accrocher ses petites affaires.

Côté textiles, je pourrais me faire plaisir en accordant la gigoteuse évolutive, le tour de lit et le couvre lit.

Et si c’est la chambre d’une Pitchounette que vous avez à décorer, ne vous inquiétez pas, tout se décline dans les tons roses avec la collection Ninon.

Une chose est sûre, j’ai vraiment hâte de commencer mes folies décoratives !!!

Et vous, ça vous donne envie ?

 

Article sponsorisé

Source Freepik.com

Source Freepik.com

Je ne sais pas si vous avez remarqué mais quand vous annoncez une heureuse nouvelle, régulièrement, on vous demande quand est ce que la prochaine arrive.

Dans ce genre, j’ai eu :

– le jour où j’ai annoncé nos fiançailles : « Félicitations et le mariage alors, c’est pour quand ? » Bon ok sur ce coup là, normalement l’un annonce l’autre, sauf que nous, c’était il y a 12 ans et qu’on n’est pas marié (et on le vit bien !)

– le jour où vous vous mariez ou que vous êtes ensemble depuis de loooooooongues années : « et le bébé, alors c’est pour quand ? » (sans se demander, d’ailleurs, si il n’y a pas une raison pour laquelle bébé n’est pas encore là…)

– le jour (ou quelques mois après) la naissance de votre premier enfant : « et le petit deuxième alors, c’est pour quand ? »

J’avoue, je n’ai pas exactement eu cette question mais on m’a déjà demandé si je pensais au petit deuxième. PapaDeOuistiti est l’une de ses personnes,car il a toujours voulu deux enfants. Mais il n’est pas le seul à aborder le sujet.

Alors la question du 2ème pour moi, avant d’être Maman, ne se posait pas : je voulais aussi deux enfants.

Quelques mois après la naissance de Ouistiti, nous avons commencé à en parler, enfin plutôt lui que moi car à ce moment là, j’avais totalement changé d’avis. Je trouvais même complètement débile d’y penser. Je voulais juste savourer notre nouvelle vie avec lui !

Mais petit à petit, comme on en parle régulièrement, l’idée a fait son chemin. J’ai aussi régulièrement la nostalgie de mon ventre, pile au moment où plusieurs de mes blog-copines annoncent leur deuxième, troisième ou quatrième grossesse.

Je peux donc le dire maintenant, le deuxième, je le désire à nouveau mais se pose la question du Quand ?

Car, si je suis une jeune Maman, je ne suis plus une jeune femme. Je suis donc prise par le temps.

Si je veux me tenir à ma dead-line, il me reste deux ans pour tomber enceinte et accoucher.

Sachant que j’ai mis 14 mois pour que Ouistiti s’installe dans mon bidon, ça ne laisse pas une marge énorme. Il ne faudrait donc pas tarder (ne le dites pas à ma Maman, elle va m’assommer avec une cocotte en fonte !)

Mais une grossesse rapprochée me taraude l’esprit (oui parfois, je parle comme une petite vieille. Je vous l’ai dit, je ne suis plus toute jeune !) et ce, pour plusieurs raisons.

La première, c’est que Ouistiti est petit et il a besoin de toute notre attention.

Je me demande si avoir un deuxième enfant ne le ferait pas grandir trop vite; si ce ne serait pas injuste pour lui de lui imposer un bébé tout neuf alors qu’il est encore en droit d’être chouchouté comme un bébé, car c’est encore un (mon) bébé.

La deuxième, c’est ma fatigue car nous n’avons pas eu une nuit complète depuis bientôt 12 mois et je suis juste complètement décalquée.

Nos nuits et certaines de nos journées sont encore plus que compliquées et la raison de tout ça n’est pas encore réglée (je vous en parle d’ailleurs bientôt)  : j’ai beaucoup de mal à m’imaginer enceinte avec un tel rythme, et ensuite avec un nourrisson si les choses perdurent ainsi car ce bébé tout neuf se réveillera la nuit, aura sûrement des coliques, peut être un RGO ou je ne sais quoi d’autre.

Avouez qu’il y a de quoi flipper de voir un rythme déjà perturbé être à son tour chamboulé par je ne sais combien d’éléments inconnus (je vous ai perdu ?).

Pour l’instant, je fais du surplace, n’arrivant pas à me décider : je sais que je veux Bb2 et je ne veux pas que Ouistiti grandisse seul.

J’ai une « petite » sœur et je veux à tout prix qu’il ait, avec un petit frère ou une petite sœur,  la même complicité que celle que nous avons toutes les deux.

Et il y a un âge que je ne veux pas dépasser pour avoir Bb2 : je sais déjà que je vais être considérée comme une grossesse à risques et il y aura un examen auquel je n’échapperai pas, mais si je pouvais éviter d’avoir ceux de la liste quand on passe la quarantaine, j’aimerais autant !

Mais, un enfant c’est déjà du boulot, surtout avec les soucis que vous connaissez déjà, et je ne vois pas comment j’arriverais à gérer un deuxième qui demandera forcément beaucoup d’attention.

J’en suis même à me demander si je me lancerai dans un deuxième allaitement. Je suis toujours énormément investie dans mon premier et je ne vois pas comment je trouverai l’énergie pour en entamer un nouveau, si je dois m’occuper de Ouistiti, toujours aussi demandeur,  en parallèle.

J’en arrive à me dire que ce serait beaucoup lui demander ainsi qu’à Bb2 que de me lancer dans un tel projet, sauf que ce deuxième je le veux vraiment.

Je pense que je n’ai pas fini de me triturer l’esprit avec ce dilemme et que je vous en reparlerai le jour où ma réflexion aura mûri.

D’ailleurs, si vous avez été dans la même situation, que vous ayez ou non passé le cap, n’hésitez pas à venir me raconter, en commentaires, comment vous vivez les choses maintenant.

visuel parcours prematurite

Hier, 17 novembre, c’était la journée mondiale de la sensibilisation à la prématurité.

J’ai déjà eu l’occasion de vous parler cette cause qui me tient vraiment à cœur. J’ai participé à la Marche des Bébés au mois de juin dernier et je fais partie de la Team Untibebe avec laquelle je collecte et customise des bodies pour l’opération WeLovePrema (si vous souhaitez nous soutenir en nous envoyant des bodies, c’est toujours possible. Laissez moi un petit message en commentaire).

J’ai eu la chance de ne pas être confrontée à l’épreuve que représente la prématurité. J’ai néanmoins eu une alerte à 35 semaines d’aménorrhée et il a fallu que je lève le pied pendant 2 semaines.

Je pense que, comme tous les couples attendant un bébé, la prématurité est quelque chose que je redoutais. Le repos a été bénéfique, Ouistiti est né à 39 SA et affichait 3,215kgs sur la balance. Tout allait parfaitement bien.

La prématurité, c’est une naissance avant 37 semaines d’aménorrhée. On parle de grande prématurité pour une naissance avant 32 semaines, et de très grande prématurité pour une naissance avant 28 semaines.

La prématurité peut être spontanée (infection, distension utérine, béance cervicale) ou induite (retard de croissance intra-utérin, placenta praevia, causes vasculaires).

Alors que 3/4 des femmes enceintes déclarent être inquiètes au sujet de la prématurité, seulement la moitié estime être informée sur cette question.

Ainsi, 30% des mamans de bébés prématurés n’étaient pas du tout préparées à cette situation et se sont senties perdues à la naissance de leur enfant (Source : Résultats d’une enquête réalisée en novembre 2013 par l’lnstitut des Mamans pour AbbVie).

Il est donc primordial d’informer en amont les futurs parents et de soutenir ceux qui sont confrontés à la prématurité.

C´est tout le but du site Bébé Préma qui leur apporte des réponses pratiques aux questions qu’ils peuvent se poser en se basant sur des données médicales et des avis d’experts.

Les parents peuvent ainsi se préparer à une éventuelle naissance prématurée et comprendre les soins et le suivi médical de leur bébé.

Le site est organisé en 6 rubriques :

  • grossesse
  • accouchement
  • hospitalisation
  • retour de la maman à son domicile
  • suivi du bébé

Ici , on informe les parents sur la façon de s’occuper d’un bébé prématuré en leur rappelant, même si ça semble évident, que les bébés prématurés sont plus fragiles et ont donc plus de risques d’attraper des virus, notamment en hiver. Il est primordial, pendant cette période, de les protéger en ne fréquentant pas de lieux publics trop fréquentés ou encore ne pas les embrasser lorsque l’on est enrhumé.

Des outils sont également disponibles pour faciliter la vie aux parents qui n’ont pas la tête à penser à des détails comme la préparation de faire-parts : il est ainsi possible d’en télécharger et de les personnaliser.

Afin d’aider les parents confrontés à la violence de la prématurité, BébéPréma s’est enrichis de témoignages de parents ayant vécu cette épreuve.

Il me paraît important de s’informer avant d’être confronté à la prématurité pour justement ne pas se sentir perdu face à cette situation.

C’est en cela que le site Bébé Préma peut apporter une aide primordiale aux parents ainsi qu’à leur bébé.