OuistiTwo aura 3 mois dans quelques jours, et cela fait autant de temps que je me traîne un spleen qui va et vient en fonction des jours.

Je l’ai capté au petit matin, juste après sa naissance, alors qu’il était dans son berceau et moi dans mon lit.

J’ai pensé « tiens, cette fois, le baby blues ne va pas m’oublier« . J’ai alors pris mon bébé contre moi, et j’ai chassé cette drôle de sensation en le câlinant.

Mais depuis, je la sens me serrer le cœur régulièrement. Cela a été encore plus compliqué quand le reflux s’est pointé, et que OuistiTwo ne s’apaisait pas avec moi.

Depuis sa naissance, j’ai (à tort ou à raison) tendance à comparer ce que je suis en train de vivre avec lui, et ce que j’ai vécu avec son grand frère.

Je sais que chaque bébé est différent et que c’est juste normal de vivre des choses différentes avec chacun d’eux. Néanmoins, ça m’a permis de vite pointer du doigt ce qui me perturbait tant.

Read More →

Plus les mois passent (et maintenant les semaines), et plus je pense à mon accouchement. Mais là encore, tout est vraiment différent de ma première grossesse.

Pour Ouistiti, j’avais pas mal de craintes, notamment vis à vis de la douleur, du bon moment pour aller à la maternité, du déroulement de l’accouchement (efficacité de la péri, ma capacité à bien pousser…).

Bref, ça se bousculait pas mal dans ma tête même si, le jour J, j’étais plutôt sereine et j’ai même pris le temps de faire des photos zinzin avant de partir.

En bonne primipare, j’ai suivi les cours classiques de préparation à la naissance qui étaient donnés par ma maternité.

Read More →

Quand j'ai su que j'étais enceinte de Ouistiti, je me suis tout de suite informée sur la grossesse, par des livres d'abord (mes chouchous : la grossesse et le cahier de grossesse des paresseuses), mais aussi sur internet parce que j'étais et je suis toujours une nana hyper connectée !

Oui mais alors attention aux informations trouvées sur Internet car autant vous dire que si vous allez sur certains sites (les forums de Doctissimo, entre autre…), vous allez passer 9 mois à flipper en pensant que tous les malheurs du monde peuvent vous tomber dessus juste parce que vous avez voulu vous renseigner sur quelque chose que vous ne connaissez pas, non vraiment un conseil, passez votre chemin !).

Un jour, au détour d'un tweet (car il faut que vous sachiez que Twitter est une des grandes révélations de ma grossesse grâce auquel j'ai fait de merveilleuses rencontres devenues aujourd'hui des amies très importantes à mes yeux !), j'ai découvert le site DrôlesDeMum.

L'humour du tweet m'a tout de suite plu et je savais qu'il en serait de même pour le site. Je n'ai pas été déçue !!!

Car sur ce site, j'ai trouvé toutes, et je dis bien toutes, les réponses aux questions plus ou moins techniques que j'ai pu me poser pendant ma grossesse (les petits maux de la grossesse, l'accouchement…).

Encore aujourd'hui, c'est le premier site que je consulte quand j'ai une question qui pointe son nez à propos de Ouistiti, car DrolesDeMums s'adresse à la fois aux futures et aux jeunes mamans.

A chaque fois, ce qui me plait c'est le ton avec lequel le sujet est traité : du sérieux dans les informations mais de l'humour dans la façon de les donner.

Si vous êtes gourmandes comme moi, je ne peux que vous encourager à aller jeter un œil aux recettes qui y sont données. Croyez moi c'est un vrai régal !!! Et pour profiter de toutes ces bonnes choses sans une once de culpabilité (sinon à quoi bon ?), il y aussi des séances de sport en vidéo à faire chez soi pendant que bébé dort !

Comme je vous l'ai dit un peu plus haut, ma grossesse m'a permis de découvrir Twitter et partager ainsi avec plusieurs personnes dont je suis proche maintenant, Anne-Laure de DrolesDeMums en fait partie. Nous avons beaucoup papoter pendant ces mois où Ouistiti grandissait dans mon bidon (et on continue toujours depuis !).

C'est comme ça que de fil en aiguille un jour où nous discutions par clavier interposé, elle m'a proposé de répondre à une interview. Autant vous dire que j'ai été plus que ravie de la faire et que j'étais fière à l'idée de penser que mes mots feraient partie du site que je visitais quasi quotidiennement.

Ce que j'aime aussi tout particulièrement c'est l'entraide qu'il existe entre les lectrices au dehors du site à proprement parlé. Par le biais de la page Facebook de DrôlesDeMum, il est possible de poser une question sur un sujet qui vous inquiète ou tout simplement pour lequel vous ne trouvez pas de réponse appropriée, et aussitôt les abonnées qui connaissent la situation que vous décrivez vous apportent leurs conseils et leur soutien, et ça à l'heure où internet est accusé d'isoler les gens, moi je trouve au contraire que cela prouve qu'on peut aussi y trouver une immense solidarité.

Maintenant que je suis passée du côté Maman, je réponds aux questions des futures mamans quand je connais les réponses et si j'ai une question, je sais que j'y trouverai, si ce n'est une réponse totale, au moins un début de piste et dans tous les cas, beaucoup de réconfort.

Alors vraiment, si comme moi, vous êtes avides d'informations sur votre grossesse ou sur tout ce qui touche à vos petits bouts, je ne peux que vous encourager à aller vous balader dessus car je suis sûre que vous y trouverez votre bonheur !

Et si ça vous dit de découvrir ma petite interview pour DrôlesDeMums, c'est par ici que ça se passe !

DrôlesDeMums : la petite pépite qui m'accompagne depuis ma grossesse

Voici ma vision de cette fameuse journée en tant que « papa » de Ouistiti !!!

C’est parti!!!

Je vous préviens, ça va être un peu long passionnant (ou pas :p ) et avec surement quelques maladresses dues à cette nouvelle expérience de coucher sur l’écran ses émotions et son ressenti beaucoup chamallow, alors prépare toi un café/thé/tisane d’allaitement bon coca bien frais et quelques mouchoirs chips si comme moi, tu es du genre un aventurier sensible !

Tout a commencé le soir du vendredi 29 novembre, où j’ai ressenti mes toutes premières contractions j’étais très fatigué après une semaine chargée au boulot et j’avais vraiment envie de dormir  pendant que maman de Ouistiti ressentait des douleurs inhabituelles, des contractions peut-être ?  (oui, oui jusqu’ici, et au bout de 8 mois et demi, je ne savais pas à quoi ça ressemblait ! Veinarde, moi ? Oui de ne pas les ressentir !). J’ai donc eu une nuit agitée à être réveillée régulièrement par dles douleurs de maman de ouistiti certes, mais pas insurmontables de quoi m’empêcher de dormir quand même ! Ah solidarité quand tu nous tiens ! (en même temps je ne suis qu’un homme)

A 7h, les choses se sont intensifiées et j’ai donc décidé d’essayer d’épauler maman de Ouistiti en restant éveillé (si si c’est possible, quoi que…) pendant que maman ouistiti pris prenait un bain mais ça n’a rien calmé pour faire passer ses douleurs  !!! Bien au contraire, Damned ! jaie n’avais ressenti pas encore compris que ces ses douleurs étaient des contractions dans le dos : cette fois plus de doute, je pouvais commencer à dire adieu à mes rêves de sommeil quand elle m’a dit (lalala lalalalalala elle m’a dit…j’adore Cali mais c’est pas le moment d’en parler) a de me préparer pour aller à la maternité (ah bon, t’es sûre là ? vraiment ?pas possible d’attendre encore 15 jours histoire de monter enfin le lit ?bah non)

J’ elle appelle et la Sage Femme me qui lui demande d’attendre que les contractions soient bien toutes les 5 minutes avant de venir. Ok bon, on attend et on s’occupe avec Future Papa maman de ouistiti (dernières photos avec le bidou, elle pratique quelques exercices sur le ballon qu’on avait vus au cours de préparation, elle marcher dans l’appart [c’est vite fait quand on est dans un 47 m²…, donc c’est plus tourner en rond dans l’appart !!!])

Finalement à 10h30, les contractions étaient espacées de 5 minutes, enfin, on pouvait y aller !!!

Arrivées à la maternité, la sage femme (Martine) me lui fait un monito, et me lui propose d’aller marcher car même si les contractions étaient fortes, elles n’étaient plus régulières et je n’étais ne savais pas ce que ca voulait dire d’être dilatée qu’ à  1 (vraiment étrange ce mot). Nous voilà donc partis avec mona chérie pour faire quelques allers/retours dans le parc de la maternité. Bon, j’avoue avec lses contractions j’ai fait plus de sur-place que de balade comme je pouvais pour l’aider mais l’intention y était (tu veux un café ?un thé ? des gâteaux ?) !

Après une bonne heure, nous sommes remontés en salle d’examen : col a 2 (ca veut dire quoi ? ok garde la question pour toi, parfois c’est mieux de ne pas comprendre) avec en plus des contractions (les trucs qui font crier maman de ouistiti) régulières qui venaient par deux (pour pas qu’elles s’ennuient). Martine préfère donc qu’on reste à la maternité (et moi aussi ! Et heureusement !).

Nous voilà en salle de naissance à attendre que le col soit a 3 (oui nous serons bientôt 3 !ca doit vouloir dire ça, non ???) (un peu plus d’une heure je crois, là j’ai un doute car ça devenait de plus en plus intense et j’étais encore dans l’optique du « j’y suis jusqu’à demain ! Au secours !!!).

Au final le 3 est arrivé (ouistiti ???bah non pas encore), Martine appelle l’anesthésiste qui met du temps car je maman de ouistiti n’étaist pas la seule en travail et comme j’ elle étaist moins dilatée que l’autre future maman, elle est donc passée avant moi elle. Sauf que c’est à ce moment que tout s’est accéléré !!! Les contractions me lui prenaient le bas du dos, les hanches jusque dans les cuisses, j’ai cru qu’elle j’allaist me désintégrer ma main !

Puis, l’anesthésiste a fini par arriver, le temps qu’e je m elle s‘installe et qu’elle maman de ouistiti aussi, j’ai  elle à enchaîné deux contractions (et oui toujours par deux les coquines), puis une entre la pose du cathéter et l’injection de la péri.

Juste avant tout ça, j’ elle étaist a 4 (soit papa + maman + des jumeaux ?). Je me suis dit c’est bon dans peu de temps, la douleur ne sera plus qu’un mauvais souvenir. Que nenni ! Les contractions sont devenues plus fortes que jamais, la péri essayait de faire face mais elle n’a commencé à jouer que du côté gauche, tout était donc accentué de l’autre côté, Martine ml’a donc mise sur le côté droit, sauf que ça a quand même mis quelques minutes pour s’y diffuser.

C’est là qu’elle j’ai  a craqué car j’ai vraiment cru qu’elle je n’y arriverait pas. Je l’ai même elle me l’a même dita mon chéri et j’ai dû faire flippér comme auraient flippés toutes les autres mamans papas dans les autres salles car là impossible pour elle de retenir les cris, j’ai elle à tout lâché.

Voyant que jusque là même si c’était intense je ne faisais pas maon douillette à la voir se tordre de douleurs (bordel de l’aide !), Martine ml’a auscultée et là avec des grands yeux tous ronds de surprise, elle mlui annonce qu’elle je suis en était à 9 (mais comment on va faire dans un 47mètres ???)  et que la tête est engagée (enfin) (!!! C’était donc ça toutes ces douleurs !!!

C’était 10/15 minutes après le passage de l’anesthésiste. Donc là elle m’a dit a mon chéri d’aller chercher nos affaires restées dans le vestiaire pendant qu’elle se préparait, il est 17h20. Ca y est, on y était !!! Petit échange de regards émus avec mona chérie (en vrai je flippais grave, ce petit bébé caché dans le ventre de sa mère depuis presque 9 mois allait enfin montrer le bout de son nez, ah bon déjà ? et mon match de foot PSG-Lyon dimanche soir, je vais pouvoir le regarder ? ca va être un super match) et hop au boulot !

La péri fait effet partout, je pousse (bon ok pas moi) apparemment bien dès le départ mais le passage de la tête se fait en yoyo donc j’y mets tout (bon ok c’est toujours pas moi) ce que j’ai, je me sens la vois devenir écarlate, je garde mes poussées au bout du bout de ma respiration (si si, mimétisme). C’est un peu compliqué pour Ouistiti qui se fatigue un peu. Je fais une dernière poussée (dans ma tête), j’entends le fameux « ne poussez plus » et là j’aperçois sa tête, Martine fait passer ses épaules, me lui dit de le prendre, je elle l’amène tout doucement sur moi elle (et moi alors ? j’ai participé quand même !!!, je suis passé par tous les états et j’ai eu mal à ma main).

Il est 17h37, nous sommes le 30 novembre 2013, je suis la Maman le papa de Ouistiti !

Le jour où tout à commencé pour moi, "Papa" de Ouistiti

ob_06bcf9_photo-5

Je ne peux pas démarrer ce blog sans te raconter le jour qui a fait de moi la Maman de Ouistiti.

Je vous préviens, ça va être un peu long et beaucoup chamallow, alors prépare toi un petit café/thé/tisane d’allaitement et quelques mouchoirs si comme moi, tu es du genre sensible !

Tout a commencé le soir du vendredi 29 novembre, où j’ai ressenti mes toutes premières contractions (oui, oui jusqu’ici, et au bout de 8 mois et demi, je ne savais pas à quoi ça ressemblait ! Veinarde, moi ? Oui !). J’ai donc eu une nuit agitée à être réveillée régulièrement par des douleurs certes, mais pas insurmontables !

A 7h, les choses se sont intensifiées et j’ai donc pris un bain maisça n’a rien calmé !!! Bien au contraire, puisque j’ai ressenti ces contractions dans le dos : cette fois plus de doute, je pouvais commencer a me préparer pour aller a la maternité.

J’appelle et la Sage Femme me demande d’attendre que les contractions soient bien toutes les 5 minutes avant de venir. Ok bon, on attend et on s’occupe avec Futur Papa (dernières photos avec le bidou, quelques exercices sur le ballon qu’on avait vus au cours de préparation, marcher dans l’appart [c’est vite fait quand on est dans un 47 m²…, donc c’est plus tourner en rond dans l’appart !!!])

Finalement à 10h30, les contractions étaient espacées de 5 minutes, enfin, on pouvait y aller !!!

Arrivée à la maternité, la sage femme (Martine) me fait un monito, et me propose d’aller marcher car même si les contractions étaient fortes,elles n’étaient plus régulières et je n’étais dilatée qu’à  1. Nous voilà donc partis avec mon chéri pour faire quelques allers/retours dans le parc de la maternité. Bon, j’avoue avec les contractions j’ai fait plus de sur-place que de balade mais l’intention y était !

Après une bonne heure, nous sommes remontés en salle d’examen : col a 2 avec en plus des contractions régulières qui venaient par deux. Martine préfère donc qu’on reste à la maternité (et moi aussi ! Et heureusement !).

Nous voilà en salle de naissance à attendre que le col soit a 3 (un peu plus d’une heure je crois, là j’ai un doute car ça devenait de plus en plus intense et j’étais encore dans l’optique du « j’y suis jusqu’à demain ! Au secours !!!).

Au final le 3 est arrivé, Martine appelle l’anesthésiste qui met du temps car je n’étais pas la seule en travail et comme j’étais moins dilatée que l’autre future maman, elle est donc passée avant moi. Sauf que c’est a ce moment que tout s’est accéléré !!! Les contractions me prenaient le bas du dos, les hanches jusque dans les cuisses, j’ai cru que j’allais me désintégrer.

Puis, l’anesthésiste a fini par arriver, le temps que je m’installe et qu’elle aussi, j’ai enchaîné deux contractions, puis une entre la pose du cathéter et l’injection de la péri.

Juste avant tout ça, j’étais a 4. Je me suis dit c’est bon dans peu de temps, la douleur ne sera plus qu’un mauvais souvenir. Que nenni ! Les contractions sont devenues plus fortes que jamais, la péri essayait de faire face mais elle n’a commencé a jouer que du côté gauche, tout était donc accentué de l’autre côté, Martine m’a donc mise sur le côté droit, sauf que ça a quand même mis quelques minutes pour s’y diffuser.

C’est là que j’ai craqué car j’ai vraiment cru que je n’y arriverai pas. Je l’ai même dit a mon chéri et j’ai dû faire flipper toutes les autres mamans dans les autres salles car là impossible de retenir les cris, j’ai tout lâché.

Voyant que jusque là même si c’était intense je ne faisais pas ma douillette, Martine m’a auscultée et là avec des grands yeux tous ronds de surprise, elle m’annonce que je suis a 9 et que la tête est engagée !!! C’était donc ça toutes ces douleurs !!!

C’était 10/15 minutes après le passage de l’anesthésiste. Donc là elle dit a mon chéri d’aller chercher nos affaires restées dans le vestiaire pendant qu’elle se préparait, il est 17h20. Ca y est, on y était !!! Petit échange de regards émus avec mon chéri et hop au boulot !

La péri fait effet partout, je pousse apparemment bien dès le départ mais le passage de la tête se fait en yoyo donc j’y mets tout ce que j’ai, je me sens devenir écarlate, je garde mes poussées au bout du bout de ma respiration. C’est un peu compliqué pour Ouistiti qui se fatigue un peu. Je fais une dernière poussée, j’entends le fameux « ne poussez plus » et là j’aperçois sa tête, Martine fait passer ses épaules, me dit de le prendre, je l’amène tout doucement sur moi.

Il est 17h37, nous sommes le 30 novembre 2013, je suis la Maman de Ouistiti !