Avec quelques jours de retard (pour moi hein, parce que le reste de la Team a publié ses billets le 10 mai comme prévu, mille excuses), voici le deuxième rendez-vous "Entre 10 blogs" (pour la piqûre de rappel de ce qui se passe tous les 10 du mois, c'est ici !

 

Ce mois-ci, le thème commun sur lequel la Team devait disserter était :

Les 10 choses auxquelles je n'aurais jamais pensé avant de devenir Maman

Prêt ? c'est parti, je me lance :

Ce n'est que depuis que je suis Maman que :

1) Je m'extasie sur le caca jaune : avec les soucis de Ouistiti, je connais bien trop regulièrement les couches remplies de cacas verdâtres, alors quand apparaît le caca jaune d'or, je suis à deux doigts de réaliser une danse de la joie.

2) Je scrute les poussettes et les écharpes de portage dans la rue : l'autre jour, PapaDeOuistiti m'a fait remarquer que maintenant j'étais capable de reconnaitre une marque de poussette ou d'écharpe de loin. Je repère le petit détail caractéristique de telle ou telle marque, et ça le fait limite flipper !

3) Chante les petits poissons un nombre incalculable de fois dans une journée : il se trouve que c'était la seule petite comptine que je connaissais avant la naissance de Ouistiti et la première fois que je la lui ai chantée, il s'est apaisé tout de suite. Coup de bol ? Magie du son de ma voix ? Les deux ? Peu importe, elle sera toujours dans mon top 3 des chansons au moment du coucher, pour calmer un chagrin…

4) J'ai inventé une chanson : un soir où Ouistiti n'allait vraiment pas bien, que les petits poissons n'avaient aucun effet apaisant, une petite chanson m'est venue instinctivement (bon ok, deux phrases que je répète encore et encore mais qui s'associent parfaitement niveau rime et longueur), et petit à petit Ouistiti s'est apaisé et a fini par s'endormir. Ne m'en voulez si je garde les paroles secrètes, mais cette chansonnette n'appartient qu'à nous deux (et à PapaDeOuistiti aussi car depuis il l'a entendue, encore et encore !)

5) Je danse sur "un homme comme vous" du livre de la jungle car CETTE danse sur CETTE chanson fait apparaitre LE plus beau des sourires !

6) Je reste sans bouger pendant 2h car Ouistiti s'est enfin endormi après une crise douloureuse de RGO et que le plus important c'est qu'il puisse se reposer et pas les crampes que je finis par avoir aux fesses !

7) Je suis devenue calme et patiente, moi qui, avant, était une pile électrique et démarrait au quart de tour pour un oui, pour un non.

8) Je n'arrive plus à regarder New York Unité Spéciale car la majeure partie des épisodes concerne des enfants et que je projette sur Ouistiti, alors que c'était une de mes séries préférées.

9) J'aime le portage, pas seulement parce que c'est pratique d'avoir ses mains libres quand Ouistiti réclame les bras mais surtout parce que j'aime ces moments où je l'ai tout contre moi, et sentir que lui aime aussi et se sent en sécurité puisqu'il s'abandonne et s'endort quasi à chaque fois (sauf dans le métro car il y a bien trop de trucs qui bougent à regarder), c'est juste magique !

10) Je me passe de fromage car depuis quelques semaines, le nouveau pédiatre de Ouistiti suspecte une intolérance aux protéines de lait de vaches, alors que si vous vous souvenez bien, ici, je vous disais à quel point je surkiffe le fromage.

 

Bref, lorsqu'on devient Maman, il y a plein de choses classiques auxquelles on s'attend, d'autres beaucoup moins, mais c'est un tout. Je sais que je n'en suis qu'au début, et qu'est ce que j'aime ça !!!!

 

Je vous laisse maintenant aller voir chez mes cop(a)inautes quelles sont les 10 choses auxquelles elles/il n'auraient jamais pensé avant de devenir Maman/Papa :

La mère instit imparfaite

Conboudu

Maman Dragonne et Son Mini Dragon

Pap à la Maison

Une Femme à l'Ouest

Zébulon Mummy

Egali Mère

Rock'n'Lolita

Fanny Fans

Entre10Blogs #2 : Les 10 choses auxquelles je n'aurais jamais pensé avant d'être Maman

Il y a quelques semaines, Dodie, la célèbre marque de puériculture française, lançait un appel sur Twitter aux blogueuses parisiennes.

Ni une, ni deux, j'y ai répondu et quelques jours plus tard, je recevais une invitation à venir découvrir leurs nouveautés à "La Maison Dodie" ouverte pour l'occasion à l'Open Mind Kfé, tout près des Champs-Élysées.

Lundi dernier, me voici donc dans le métro avec Ouistiti confortablement installé dans son Mei-Tai, impatiente de découvrir tout ce que nous avait préparé l'équipe de Dodie pour cette occasion.

J'ai tout de suite été séduite par le lieu, un endroit grand et lumineux dans lequel avaient été dressées plusieurs maisonnettes correspondant chacune à un univers : les biberons, la salle de bain, l'allaitement, les tétines et à chaque fois se trouvaient a l'intérieur les nouveautés mises en avant par la marque.

Et dans chaque maison, j'ai un coup de cœur, voire deux !

Dans la maison "Biberons", je suis tombée sous le charme des nouveaux décors : le petit pirate, la princesse mais surtout les décors mixtes comme celui du cirque ou le safari.

Dans la maison salle de bain, c'est le ciseau lame courte qui m'a tapé dans l'œil car comme beaucoup de Mamans, je ne suis pas franchement à l'aise avec la manucure de Ouistiti même si je commence à prendre le coup de main car même si je la lui fais quand il dort, je ne suis pas à l'abri d'un sursaut en plein dodo et même avec mon ciseau spécial bébé, la crainte du mauvais coup est toujours là. Alors qu'avec la lame courte de ce nouveau ciseau, le problème est réglé !

J'ai aussi craqué sur la très jolie brosse à cheveux décorée d'un petit lapin bleu ou rose.

– C'est dans la maison allaitement que j'ai mon coup de cœur numéro 1 avec le tire-lait manuel. Si jusque là je n'ai encore jamais tiré mon lait en bientôt 4 mois et demi, j'avoue qu'avec la fatigue de ces dernières semaines, je commence à y songer mais sans qu'un tire-lait électrique soit nécessaire et ce nouveau tire-lait semble être le parfait compromis entre l'électrique et le manuel puisqu'il possède une molette permettant de faire varier la puissance de la succion, exactement comme avec un tire-lait électrique !

Dans la maison "Tétines", c'est la boîte à tétines que j'ai trouvée vraiment astucieuse car qu'est ce qui se perd ou tombe par terre plus facilement qu'une tétine ?

J'ai aussi retrouvé l'anneau de dentition qui est d'une aide précieuse pour Ouistiti en ce moment, si bien pensé avec ses petites encoches pour le non moins précieux gel gingival !

Cerise sur le gâteau, en venant à cet événement, j'ai eu le plaisir de voir enfin pour de vrai MamanDouble, Marjomamansolo, et Neko NoobMum. Promis les filles, la prochaine fois, je resterai plus longtemps !

Merci à toute l'équipe Dodie pour son invitation, toutes ses gentilles attentions pendant ma visite (le petit brownie était trop bon !!!) et les petits cadeaux !!!

Ma visite à la maison Dodie
Entre10Blogs : Les 10 choses que j'aime faire quand je suis sans mon enfant

Voici venu le 1er article de notre rendez-vous Entre10Blogs.

Chaque 10 du mois, mes copain/copines d'Entre10Blogs et moi allons vous écrire un billet sur un thème commun et ce mois-ci ce sont les 10 choses…

Ouistiti ayant 4 mois, je ne peux pas vraiment dire ce que j'aime faire sans lui, car à part deux ou trois samedis matin où je suis allée faire mes courses au Monoprix les premières semaines pendant que son Papa le gardait, nous sommes toujours ensemble, et on est d'accord que des courses au Monoprix, ça je ne peux définitivement pas le mettre dans ma liste des 10.

Donc en Maman débutante, je vais plutôt vous dire les 10 choses que j'aimerais faire en ce moment (attention, certaines vont sûrement vous faire sourire !!!)

1/ Manger du fromage : Je ne sais pas si Ouistiti se souvient m'avoir entendu dire combien j'avais envie de bon fromage non pasteurisé pendant ma grossesse et si il veut me faire des blagounettes mais à chaque fois que je commence mon fromage, il me réclame ce qui fait que je mange rarement mon morceau en une seule fois ou sans Ouistiti sur mes genoux. J'aime me dire que c'est parce que c'est un futur gourmet qui appréciera comme moi les bonnes choses, plutôt que penser qu'il se dit "Eh Maman, tu pensais que tu allais savourer plein de bons fromages une fois que je serai là, ratééééééééé !!!!"

2/ Prendre un long bain : Je n'ai jamais été une pro-bain, je suis même plutôt une 100% pro-douche : plus rapide, plus écolo mais avec un bébé qui commence à peine a sortir des coliques et qui commence tout juste à accepter l'écharpe, mon dos est totalement en compote de le porter quotidiennement pendant de longues périodes. Alors là tout de suite, je rêve d'un bon et long bain chaud, encore faudrait-il que je trouve le temps de le prendre….

3/ Regarder l'épisode d'une série d'une traite le même soir : En ce moment, si vous me suivez un peu sur Facebook ou Twitter, vous savez que nos soirées sont assez compliquées. Le dodo ne se passe pas en douceur. Du coup, je suis quasi tous les soirs dans la chambre à essayer d'apaiser Ouistiti qui semble avoir peur de dormir, donc les soirées où je m'enchaînais deux, voire trois épisodes sont bien loin. Nous arrivons tant bien que mal à en regarder un en trois heures, et bien souvent je laisse PapaDeOuistiti avancer sans moi. Nous qui regardions les épisodes dès le lendemain de leur diffusion, depuis 4 mois, nous sommes très très très en retard !!! Mais en fait ce que j'aimerais surtout dans le fait de regarder une série le soir d'une traite c'est que cela voudrait dire que Ouistiti s'endort paisiblement.

4/ Regarder les Maternelles : J'ai commencé à regarder Les Maternelles depuis que notre projet bébé a "démarré", je crois que je n'en ai pas manqué une seule émission en un peu plus d'un an et si juste après la naissance de Ouistiti, j'arrivais à la regarder assez facilement, depuis que les journées sont difficiles avec les dodos compliqués voire presque inexistants en journée, je suis tellement claquée que le matin quand Ousititi dort et bien je fais pareil et comme en journée j'évite d'allumer la télé pour ne pas le sur-stimuler (grande télé dans un petit salon, bof bof pour un bébé !), du coup là aussi, j'ai un retard de fou-fou et comme le replay n'est disponible qu'une semaine autant dire que j'en ai loupées pas mal !!! [Note à moi-même : regarder le programme des émissions pour enregistrer celles dont le sujet m'interesse]

5/ Faire ma vaisselle au fur et à mesure : Je suis d'accord qu'il y a plus fun comme envie (la numéro 6 sera dans la même veine, je préviens tout de suite) mais moi qui déteste que la vaisselle s'entasse dans l'évier, toujours à cause de ces journées compliquées en ce moment, je n'arrive pas à faire ma vaisselle ce qui fait que je me retrouve souvent le soir à devoir faire celle du petit dej, du dej et du dîner de la veille car si Ouistiti s'endort alors qu'elle n'est pas encore faite autant vous dire que je ne prends pas le risque de faire du bruit de vaisselle dans un appartement de 47 m2 où la cuisine est bien trop proche de la chambre pour ne pas que ça s'entende. Je me retrouve donc en début de soirée, au retour de PapaDeOusititi à la maison, à faire une vaisselle avec la "saleté" qui a eu le temps de coller et ça, je déteste !!!!

6/ Étendre ma lessive dès que la machine est finie : Je ne recommence pas l'explication des journées compliquées et de Ouistiti qui me réclame beaucoup, mais comme pour la vaisselle, c'est mission bien compliquée que d'étendre ma lessive car qui dit bébé dit lessive quasi quotidienne entre les siennes et les nôtres et j'arrive rarement a finir de les étendre avant que Ouistiti ne s'agace dans son lit ou dans son transat. Du coup, jusque là, je lançais ma machine de manière à ce qu'elle se termine au retour de PapaDeOuistiti pour que je puisse l'étendre en une seule fois pendant qu'ils s'amusent tous les deux.

Mais heureusement pour les numéros 5 et 6, la magie de l'écharpe va pouvoir opérer car depuis le week-end de ses 4 mois, Ouistiti accepte d'être porté ! Et là je dis YOUPI !!!

7/ Boire un bon verre de jus d'orange : Je viens de fêter nos 4 mois d'allaitement exclusif et ça, je n'en suis pas peu fière. Ouistiti ayant eu des coliques très tôt, j'ai eu vite fait d'abandonner les agrumes pour ne pas lui en faire subir davantage mais j'avoue que mon grand verre de jus d'orange me manque le matin.

8/ Monter à l'avant de la voiture : Alors ça, c'est mon côté jeune maman-poule qui n'arrive pas à voyager en voiture autrement qu'à l'arrière avec Ouistiti, comme il est dos à la route, il ne peut pas nous voir et si quelque chose ne va pas pendant les trajets, si je suis devant et qu'on ne peut pas s'arrêter tout de suite, pour l'apaiser c'est juste mission impossible alors depuis 4 mois, les quelques fois où nous prenons la voiture je suis à l'arrière. Alors je sais que ce n'est que de mon fait et que voyager pendant plusieurs centaines de kilomètres comme lorsque nous sommes partis en vacances en février à l'arrière n'a rien de folichon mais pour l'instant je n'y arrive pas. Peut-être aux prochaines vacances…

9/ Retourner à mes cours de zumba : Bizarrement pour l'instant, le sport ne me manque pas (je suis la première surprise vu mon addiction au Fitness avant ma grossesse), il faut dire que mes journées sont bien physiques surtout depuis que Ouistiti a du mal à dormir la journée et que pour pallier à ça, je sors facilement 1h30 tous les jours avec la poussette où là je suis sûre qu'il va dormir. Donc question activité physique je ne suis pas en reste, par contre niveau défouloir en musique, j'avoue que le dernier cd de Disney ne remplit pas ma dose !!! Du coup là oui j'aimerais retrouver cette ambiance festive pendant une ou deux heures chaque semaine, mais comme je viens d'apprendre la grossesse de ma copine/prof de zumba et que je n'arrive à savourer qu'avec elle, je vais devoir attendre encore un peu et ressortir les dvds de Beto (créateur de la Zumba) que je connais pas cœur, heureusement il y en a des nouveaux qui viennent de sortir !

10/ Écrire plus régulièrement sur le blog : Je n'arrive pas encore à bien m'organiser pour vous écrire des billets de façon régulière, et ça j'espère bientôt y remédier

 

Je vous laisse maintenant aller voir chez mes copinautes quels sont leurs 10 choses qu'ils aiment faire sans leurs enfants :

 

La mère instit imparfaite

Conboudu

Maman dragonne et son mini dragon

Pap à la maison

Une femme à l'ouest

Zébulon Mummy

Egali mère

Rock-n-Lolita

Fanny fans

 

 

 

 

 

Il y a un peu plus de deux semaines, un matin, le facteur est venu me déposer un paquet bien mystérieux. Ne connaissant pas l'expéditrice, j'hésite quand même un peu mais la curiosité prend le dessus (oui, je suis faible !)

Me voici donc dans mon salon, ouvrant ce colis qui pesait son petit poids et faisait du bruit quand je le secouais (pas trop quand même, on ne sait jamais !) et là je découvre une jolie boîte de thé du "Palais des Thés", un gommage doux et un baume à lèvres "Les Cabines Blanches".

Ces très beaux cadeaux étaient accompagnés de 5 feuilles de couleur, de 5 tiges en métal, d'un joli bout de tissu, ainsi que de deux fiches explicatives :

– l'une m'expliquant ce que je devais faire de tout ce petit "matériel" accompagnant les produits
– et l'autre m'expliquant que ce défi devait être réalisé entre le 26 mars et le 15 avril en le partageant avec la mention @mafeellife et #mafeellife

Ce sont ces deux mentions qui m'ont mis la puce à l'oreille : réseaux sociaux. Quelqu'un lançait un défi à la blogosphère. Et mon intuition s'est confirmée quand ma Chouchou, Juliette, m'a dit qu'elle aussi avait reçu ce paquet mystère.

Mais comment avions-nous été trouvées ? Nous nous sommes donc mis en quête des personnes qui avaient nos coordonnées à toutes les deux, et de fil en aiguille, de recherche avec le hashtag et nos papotages entre blogueuses, nous avons finalement trouvé grâce à qui nous étions dans cette aventure intrigante : Laetitia du site MamansQuiDechirent pour lequel nous sommes rédactrices, Juliette et moi.

Au bout d'un peu plus de deux semaines, j'ai enfin pu remplir mon défi et définitivement je crois que je ne suis franchement pas douée pour le DIY, mais ce n'est pas ce qui m'importe le plus, non j'adore faire partie de toute cette énigme !!!

J'ai donc posté mon "œuvre", un bouquet de tulipes, sur Facebook, Twitter et Instagram et de là, il m'a été proposé une autre énigme que j'ai résolue aujourd'hui (je ne la dévoile pas ici au cas où certaines de mes défeelcop (terme trop bien trouvé par Juliette pour dé=défi, Fell=mafeellife et cop=copinautes) ne l'auraient pas encore trouvée.

J'attends donc maintenant la suite de cette belle aventure avec impatience et je remercie Audrey de MaFeelLife, Laetitia des MamansQuiDechirent de me faire participer à cette aventure ainsi que Les Cabines Blanches pour leurs très beaux produits.

Ma Feel Life, une petite fée bien mystérieuse !

Voilà un peu plus d'un mois que les dodos sont devenus bien compliqués pour Ouistiti.

A force de l'observer, je sais maintenant qu'il ne pleure pas de douleur (entre les coliques, les régurgitations et le doublement de gencives, je sais maintenant reconnaître les pleurs de douleur). Non là c'est complètement différent, peu importe le dodo (dodos de nuit ou dodos de sieste), il se réveille systématiquement en s'agitant, en gémissant pour, à chaque fois, finir par pleurer en hurlant, sauf si j'arrive à suffisamment capter son attention en faisant en sorte qu'il me voit avant de commencer à s'agiter, et encore…

Ça a commencé quand nous sommes partis pour la première fois en vacances. 

Dès le premier soir là-bas, il hurlait et semblait terrorisé : j'ai tout de suite fait le lien du changement de décor, et sa pédiatre m'a confirmé que certains bébés sont casaniers, mais j'étais loin de m'imaginer que ça pourrait continuer à notre retour à la maison. 
Et c'est même pire puisqu'il ne pleure pas que le soir, non depuis un mois il pleure à chaque réveil, et il ne dort quasiment plus l'après-midi sauf si je le sors en poussette ou en écharpe (maintenant qu'il accepte d'y rester). J'arrive à en avoir des courbatures…

Après avoir cherché une raison physique, sa pédiatre en est arrivée aux mêmes conclusions que moi : quelque chose dans le sommeil lui fait peur. Elle nous a donc conseillé d'aller voir un pédo-psy pour l'apaiser au plus vite et ne pas risquer qu'il se braque totalement contre les dodos. 

Nous y sommes donc allés tous les trois avec PapaDeOuistiti et il en est ressorti des choses que je savais déjà depuis que j'étais sur cette piste : Ouistiti a beaucoup de mal à faire la transition sommeil/réveil, il a besoin de contact, d'être rassuré (c'est bien pour ça qu'il réclame autant d'être dans mes bras tout au long de la journée). Il semblerait que ça ait aussi un lien avec des événements survenus pendant ma grossesse, que l'insécurité ressentie pendant les vacances aurait "activé". Tout ça j'y ai pensé avant de voir le pédo-psy qui, pour l'instant, ne nous a proposé aucune solution à part de voir une puéricultrice spécialisée dans les rythmes des bébés, afin de m'aider à ce que Ouistiti retrouve un rythme normal de sommeil pour un bébé de son âge. 

Nous devons également revoir par la suite le pedo-psy, mais pour l'instant, Ouistiti continue à ne pas être bien et ça, c'est juste insupportable pour nous !

Heureusement, ma formatrice en portage va me donner les coordonnées d'une thérapeute haptonome. Et c'est très certainement parce que je voulais faire de l'haptonomie pendant ma grossesse (imaginez ma frustration quand je me suis rendue compte que ma maternité m'avait indiqué que c'était comme les cours classiques, à débuter à 7 mois de grossesse alors que c'était en réalité à 4 mois, et que c'était donc trop tard pour moi) que je me sens plus en confiance à l'idée d'être soutenue par une personne dont la philosophie me parle plus qu'un pédo-psy classique. 

Et vous, êtes-vous ou avez-vous connu ce genre de soucis avec vos Babychoux ? Avez vous vu un pédo-psy, une hapto-thérapeute ? Comment cela se passe-t-il ou s'est-il passé ?

 

De quoi as-tu peur mon cœur ?

Il y a bientôt deux mois, j'ai eu la chance de recevoir la fameuse poubelle à couches de Tommee Tippee, après avoir participé à un petit concours sur leur page Facebook.

Après toutes ces semaines d'utilisation, je peux maintenant vous donner mes impressions.

Mais avant cela, je me dois de vous la présenter au cas où vous ne la connaîtriez pas.

Cette poubelle permet de lutter contre les mauvaises odeurs et les microbes. Elle fonctionne grâce a un système de piston qui insère la couche souillée dans le réceptacle, la couche est alors enveloppée dans un film plastique indépendamment des autres déjà présentes dans la poubelle. Sa contenance est de 28 couches (soit 3 couches de taille 3 [5/9 kgs] par jour, selon Tommee Tippee), et elle est livrée avec une recharge pour une centaine de couches.

Voilà maintenant que vous savez tout, place au test de la Ouistiti Family !!!

Plantons déjà le décor : nous habitons Paris, dans un deux pièces et autant vous dire qu'il nous a fallu optimiser chaque m2 de notre appartement.

La salle de bain étant trop petite pour accueillir la table à Langer, celle-ci est donc dans notre chambre à côté du coin dodo de Ouistiti. Jusque-là, nous devions donc, après chaque change, tout jeter dans la poubelle de la cuisine, soit avec Ouistiti dans les bras, soit après l'avoir remis dans son lit, dans les deux cas, pas très pratique et en plus ça remplit la poubelle à la vitesse grand V.

Rien que pour ce côté pratique ,j'étais ravie de recevoir cette poubelle et cet aspect ne m'a pas déçue car depuis, il est quand même plus agréable de ne pas avoir à se trimbaler la couche sale dans l'appart.

Côté protection des odeurs, avouons le, pour l'instant, nous ne sommes pas très gênés puisque Ouistiti est toujours en allaitement exclusif et n'a pas encore commencé la diversification. Mais mon nez ayant déjà été en contact avec quelques couches de bébés diversifiés, je sais dès à présent que l'emprisonnement des couches "cacaoutées" sera plus qu'appréciable !!!

Je me dois quand même vous faire part de deux réserves.

La moyenne indiquée de 3 couches par jour permettant une contenance de 28 couches pour un mois ne correspond pas à notre consommation quotidienne. Nous sommes plutôt dans une moyenne multipliée par deux.
De plus, le prix des recharges représente tout de même un sacré budget.

C'est donc pour ces deux raisons que nous avons choisi de n'utiliser la poubelle que pour les couches "cacaoutées". Cela nous permet de bien diminuer les couches entassées dans la poubelle "générale" et de ne pas avoir à supporter les odeurs surtout une fois que la diversification sera installée. Et honnêtement, je pense que ces avantages compensent tout à fait les petites réserves que j'ai sur ce produit.

La poubelle à couches est donc totalement adoptée par la Ouistiti Family et nous remercions encore une fois Tommee Tippee pour ce chouette cadeau !

La poubelle à couches Sangenic de Tommee Tippee [Test & Avis]

Qu’est-ce que c’est que ça encore ?

A l’origine, une idée qui a germé dans la tête de l’une d’entre nous (La Mère Instit) avant qu’elle en parle à quelques blogueurs et blogueuses qui avaient la même envie : se réunir afin de partager, échanger,communiquer

 

Pourquoi 10 et pas plus ?

10, comme les dix doigts de la main où chacun a un rôle à jouer, quelque chose à apporter aux autres, peut agir en soutien, en appui…

Nous sommes complémentaires parce que nous avons chacun-e notre identité sur la blogosphère mais toutes et tous animé-e-s par des valeurs communes telles que l’entraide et le respect.

 

Pour quoi faire ?

Avant tout pour partager les articles des un-e-s et des autres, des informations, des concours, des images, des illustrations…

 

Pour écrire sur des thèmes que nous aurons choisi d’aborder et que nous traiterons chacun-e à notre manière.

 

Pour organiser des événements ponctuels dont nous ne dévoilerons encore rien ici… Patience, ça va venir…

 

Et bien d’autres choses encore que nous vous ferons découvrir au fil des prochaines semaines.

 

Mais qui sont ces blogueurs et blogueuses ?

Comme nous vous le disions, des personnalités complémentaires que nous vous proposons d’aller découvrir sur leurs blogs respectifs :

La mère instit imparfaite

Maman dragon et son mini dragon

 

Pap à  la maison

 

Une femme à l'ouest

 

Zébulon Mummy

 

Conboudu

 

Egali mère

 

Rock-n-Lolita

 

Fanny fans

 

Et Moi !!!!

 

 

 

 

A très bientôt pour le premier rendez-vous « ENTRE 10 BLOGS »

Entre 10 Blogs

Dimanche dernier, c'était mon anniversaire. Une belle journée sous un soleil radieux, entourée des gens que j'aime.

Depuis que j'ai passé la trentaine il y a de ça un petit moment maintenant, chaque année je prends un coup de vieux, mais pas cette année ! Non cette année, j'ai savouré ma journée sans me préoccuper de l'âge que je fêtais car depuis trois mois et demi, j'ai le plus beau  des cadeaux qui s'est installé dans ma vie : mon Ouistiti !

Il s'est réveillé, comme tous les matins, pour la tétée et comme tous les matins ensuite, nous avons fait notre câlin-dodo et là j'ai juste savouré, comme je le fais chaque matin, mais avec encore plus de bonheur.

La journée s'est ensuite déroulée simplement mais tellement merveilleusement : je l'ai passée à nous regarder, nous, nouvelle petite famille de trois mois et demi avec, à plusieurs reprises, beaucoup d'émotions dans mon petit cœur (et souvent même au bord des yeux, jusqu'à ce que PapaDeOuistiti nous montre le montage vidéo qu'il avait fait de photos depuis la maternité à maintenant sur une musique qui me déclenche des larmes à chaque fois depuis le 30 novembre, autant dire que l'émotion a débordé des yeux à cet instant !)

Depuis plusieurs semaines, mon chéri, ma maman et ma sœur me demandent ce que je souhaite pour mon anniversaire et à chaque fois je réponds "rien" car j'ai eu le plus merveilleux des cadeaux ce dernier jour de novembre 2013. Ce n'est pas comme les autres années où je n'ai pas d'idée, c'est juste que je suis comblée, que je me sens juste très chanceuse de vivre ce bonheur que j'ai attendu longtemps et que rien ne peut égaler ce sentiment. Je voulais juste partager cette journée avec mon bébé et les 3 autres personnes chères à mon cœur, c'est ce que j'ai eu et c'est juste ce qu'il y a de plus beau. 

Cette année, j'ai juste savouré sans me préoccuper de l'âge que j'allais devoir m'habituer à porter jusqu'à l'année prochaine car oui, les années commencent à chiffrer, oui je me rapproche de la prochaine dizaine mais je m'en fiche car cette année je ne suis pas vieille, non cette année je suis une jeune Maman !

Cette année, je ne suis pas vieille !
Source MamanNaturelle.com

Source MamanNaturelle.com

Avant même d’être enceinte, je savais que je voulais allaiter.

En fait la question ne s’est jamais posée, pour moi ça tombait sous le sens, je voulais apporter ce qu’il y avait de meilleur a mon bébé, et ce meilleur c’était le lait maternel.

Oui mais voilà aussi naturel que ça puisse être, ce n’est pas ce qu’il y a de plus facile.

Je me suis donc beaucoup renseignée et documentée.

Je suis allée au cours de préparation a l’accouchement dédié a l’allaitement et comme je voulais avoir toutes les chances de mon côté, j’ai choisi le cours de 3h donné par une sage-femme conseillère en lactation. Ça peut paraître long mais comme elle était très pédagogue, c’est ce cours qui m’a paru le plus rapide de tous ceux auxquels j’ai assisté alors que les autres duraient moitié moins de temps !

J’ai aussi lu, plusieurs bouquins, tous ne m’ont pas plu (l’allaitement peut réveiller des instincts extrémistes et ça, très peu pour moi !).

Par contre, j’ai beaucoup aimé « L’allaitement Malin » de Véronique DARMANGEAT, là encore pour le côté très pédagogue de cette sage-femme, elle aussi conseillère en lactation, qui ne culpabilise jamais ses lectrices et essaye de leur donner des pistes pour réussir leur allaitement en fonction de son expérience.

Mais la théorie c’est bien, jusqu’à ce qu’arrive la pratique…

Après la naissance de Ouistiti, il y a eu la tétée de bienvenue, là je ne me suis occupée de rien. Il a cherché lui-même mon sein et la sage-femme a juste corrigé sa position car il l’avait mal pris et j’aurais pu avoir une crevasse dès la première tétée, oups !

Dans ses premières heures de vie, il a beaucoup dormi (faut pas croire, pour lui aussi ça a été une sacrée aventure cet accouchement), donc ses tétées n’ont pas été très nombreuses et comme il est né en fin d’après-midi, on est arrivé dans notre chambre alors que la soirée était bien entamée, c’était donc l’équipe de nuit, moins sollicitée que l’équipe de jour, qui était en place.

Comme je venais d’accoucher, cela faisait deux éléments en ma faveur pour que la puéricultrice de garde soit attentionnée. Elle était donc présente à chaque tétée et m’a bien aidée.

Le lendemain matin, première visite a la pouponnière, c’est là où la nouvelle maman que j’étais, allais apprendre a faire les soins à son bébé.

Une puéricultrice m’a guidée pour le changement de la couche, la toilette de ses yeux, de son nez, du visage, comment donner les vitamines…

Après tout ça est venu le moment de la tétée sauf que question calme et intimité, il fallait repasser.

On se serait cru dans le métro à l’heure de pointe : toutes les mamans étaient là avec leurs bébés, ça parlait fort, ça pleurait même parfois et j’ai dû m’assoir sur un fauteuil au milieu de tout ce monde, pour avoir mes premiers vrais conseils en allaitement.

Il a donc fallu que je me mette mentalement dans ma bulle avec mon bébé et son papa, avec à côté de nous la puéricultrice m’indiquant les différentes positions dans lesquelles je pouvais nous installer.

Je vous avoue que je n’étais pas franchement à l’aise.

Jje comprends qu’on était trop nombreuses pour qu’une puéricultrice passe nous voir individuellement afin de nous épauler dans cette découverte, mais je trouve que le premier jour, il serait plus confortable pour les mamans, et du coup pour leurs bébés, de faire tout ça dans leur chambre et que l’on vienne à la pouponnière les jours suivants.

Il a donc fallu que je passe par dessus ce désagrément et que je ne pense qu’à mon bébé et à ce que je voulais lui apporter.

Les autres tétées de la journée se passaient dans la chambre, mais j’ai pu profiter du calme de l’après midi pour retourner à la pouponnière. Nous y sommes restés jusqu’au changement d’équipe. Cette fois ce fut agréable car il n’y avait que nous et la puéricultrice qui a pu prendre le temps de discuter et bien m’expliquer les positions et les repères à prendre.

Mais si cette première journée et la nuit précédente s’étaient bien passées, la deuxième nuit allait tout remettre en question car, contrairement à la première où la puéricultrice avait été présente et attentionnée, ça n’a plus du tout été le cas à la suivante.

Est-ce parce que je n’étais plus nouvelle arrivante ou juste parce que ce n’était pas la même personne que la veille ? (Je penche pour le choix numéro 2).

Toujours est-il que lorsque je l’ai appelée car je n’y arrivais pas, elle m’a collé un bout de sein et a écrasé la tête de Ouistiti sur mon sein en me disant « il va falloir être autonome maintenant »

Euh, comment dire c’est ma deuxième nuit de Maman, un peu de tolérance, merci !

Et cette unique phrase a failli tout remettre en question. J’ai paniqué, perdu toute confiance en moi. On était en plein milieu de la nuit, j’étais toute seule avec mon bébé qui avait faim et je n’arrivais pas à le nourrir correctement.

Et j’ai eu cette immense chance d’avoir des copines (dont la Maman de la bouille fait partie) futures ou très jeunes mamans comme moi puisque nous devions toutes accoucher au mois de décembre qui. parce qu’elles ont un tout jeune bébé qui réclame la nuit ou parce que les insomnies de fin de grossesse les tiennent éveillées, étaient pour certaines connectées à l’heure où ça s’est passé. J’ai donc pu vider mon sac et elles m’ont rattrapé aux branches et encouragé aussitôt !!!! Et pour ça je n’aurai jamais assez de mercis et de bisous à leur envoyer !!!!

C’est pour cette raison que je reste persuadée que l’allaitement ne peut fonctionner que si l’on est bien entourée.

Et la rencontre avec une autre puéricultrice les deux derniers jours de notre séjour a terminé de m’en convaincre.

J’ai tout de suite accroché avec elle, même si il y avait d’autres mamans dont elle devait s’occuper, elle a pris le temps, quand elle était avec moi, de tout me ré-expliquer : comment m’installer, comment positionner Ouistiti pour éviter les crevasses, les soigner si malgré tout je venais à en avoir, les massages à faire pour me soulager, comment stimuler la lactation…

Et c’est elle qui m’a permis de quitter la maternité sans aucune appréhension, alors que si j’étais restée sur l’impression laissée par la puéricultrice de nuit, je reste presque persuadée que j’aurais arrêté l’allaitement dès mon retour a la maison.

Ouistiti a bientôt 12 semaines et cela fait 12 semaines que nous sommes en allaitement exclusif.

Tout n’est pas toujours facile, il m’arrive encore d’avoir des doutes et des interrogations et là aussi je vais chercher des conseils et du soutien auprès de mes copines décembrettes (Dorothée alias Maman de la Bouille, Jenny, Emily, Clémentine, Jessica, Déborah, Sophie, Sandrine, les deux Adeline, Lucile, Gaëlle, Kétline, Estelle et Nathalie), ma Kopinette Charlotte, Lauriane avec qui je me découvre de plus en plus de points communs en plus de celui d’être très attachée à la région Rochelaise, et bien sur PapadeOuistiti, mon soutien numéro un, qui m’encourage et me soulage énormément à la maison ce qui me permet de me reposer aussi souvent que possible.

Tout ce soutien est absolument primordial pour moi car j’ai tendance à vite perdre confiance, à avoir peur de mal faire, surtout quand de fichues coliques viennent s’ajouter au tableau.

Je ne me suis pas mise de date limite à mon allaitement : nous sommes bien partis pour aller vers les 4 mois recommandés, je me vois bien aller jusqu’à 6 mois mais mon véritable idéal serait d’aller jusqu’au sevrage naturel de Ouistiti. J’aime beaucoup l’idée que ce soit lui qui choisisse le moment où il souhaite s’arrêter.

Le principal pour moi est que Ouistiti profite au maximum de ces moments privilégiés.

Tout ceci est mon vécu, mon ressenti.

L’allaitement reste quelque chose de très personnel et je pense qu’il y a autant d’allaitements que de « couples maman/bébé ».

J’ai la chance que mon allaitement se déroule comme je le souhaitais, mais que se passe-t-il quand tout ne se passe pas comme on l’imaginait ?

C’est ce que je vous laisse découvrir en allant lire l’histoire de ma copine, Dorothée, Maman de Ma Bouille, ici.

Parmi toutes les choses dont on te parle quand tu annonces ta grossesse, il y a ce mystérieux instinct.

Lorsque j’attendais Ouistiti, plusieurs personnes m’en ont parlé et même si je ne doutais pas l’avoir (je suis de nature ultra protectrice avec les gens que j’aime, alors pour la chair de ma chair, je me doutais bien qu’il se passerait quelque chose), je me demandais comment il se matérialiserait. 

Et puis Ouistiti est né et très vite il a eu des petits soucis de santé (rien de grave mais suffisamment génant pour que la maman que je suis ne veuille pas laisser les choses telles quelles…)

Quand j’étais enceinte, deux choses « d’ordre médical » me turlupinaient : la bronchiolite (Ouistiti étant prévu pour la mi-décembre, on allait être en plein pic, et même sa naissance a J-15 ne changeait pas grand chose) et le RGO (ayant moi-même des soucis de cet ordre depuis des années, que mon bébé puisse endurer la même chose me terrifiait) et malheureusement Ouistiti a été confronté à la première et a eu des symptômes du second.

J’ai tout de suite eu des doutes, oui mais voilà à chaque fois les professionnels de la profession m’ont court-circuitée et leur faisant confiance puisque ce sont eux qui sont censés savoir, les choses ont trainé et la situation a, à chaque fois, dégénéré.

Pour la bronchiolite, j’ai écouté une puéricultrice qui m’a dit que si Ouistiti commençait a tousser c’est parce que c’était un petit goulu qui prenait en grandes quantités et ça l’irritait, d’où la toux…

J’ai donc écouté, l’espace d’une après-midi et d’une soirée, ses conseils d’espacer les tétées. Il en est sorti beaucoup de stress pour Ouistiti que j’étais en train de décaler et pour moi puisque je n’écoutais plus mon bon sens.

Je me suis vite ressaisie, et je suis allée voir mon généraliste puisque la pédiatre de Ouistiti n’était pas là ce jour-là. Je vous passe les détails, mais au final nous avons passés 4 jours à l’hôpital (Noël compris) puisque mon bout de chou d’a peine 3 semaines avait contracté le VRS qui est une infection qui peut se compliquer et devenir une bronchiolite. Et a 3 semaines, on ne se pose pas de questions, vu les risques c’est hospitalisation directe car Ouistiti montrait des signes de détresse respiratoire.

Nous avons eu la chance que tout soit pris a temps mais cette hospitalisation nous a tous perturbé et Ouistiti a eu beaucoup de mal à retrouver les quelques marques qu’il avait commencé a prendre depuis qu’on était rentré de la maternité.

Je m’en suis beaucoup voulu de ne pas avoir suivi mon intuition car depuis ses premières quintes de toux, une petite voix me disait qu’il y avait quelque chose de l’ordre de la bronchiolite qui se préparait… Mais comme plusieurs personnes me l’ont dit (le papa de Ouistiti, ma maman, ma sœur, quelques amies proches), on ne nous donne pas de mode d’emploi a la sortie de la maternité, être maman ça s’apprend au fil des jours avec bébé !

Après tout ça, nous avons repris tout doucement, non sans mal, nos petites habitudes et quelques temps après, de nouvelles perturbations sont intervenues.

Cette fois-ci, il s’agissait des tétées qui n’étaient plus apaisées. Mon petit bout qui, jusque là, s’endormait après manger, pleurait voire hurlait après quasi toutes les tétées.

J’ai commencé par penser que c’était l’hôpital qui l’avait perturbé mais très vite j’ai su que c’était autre chose. Quelque chose se passait pendant les tétées et je n’ai pas mis longtemps a penser au RGO.

Ma mauvaise expérience du VRS m’a tout de suite amenée à consulter sa pédiatre, pour elle tout allait bien, Ouistiti n’a pas trois mois donc il faut que tout se mette en place… Pour me soulager (ce n’est pas moi qu’il fallait soulager mais mon bébé…), elle me donne du debridat sauf que je connais le médicament et que je sais que ça ne soulagera pas ce que je pense le fait souffrir immédiatement après les tétées. L’effet est trop immédiat pour que le problème soit au niveau intestinal, même pour un bébé chez qui ça va plus vite.

Là encore, je me laisse endormir et je tente le traitement. S’en suivent plusieurs jours d’horreur.

Là encore, je me ressaisis, nous sommes dimanche et je décide d’abandonner le debridat pour me retourner vers la polysilane que m’avait conseillée mon généraliste avant que je ne vois la pédiatre qui elle, m’avait dit d’abandonner (tu suis toujours ? Non par ce que moi, j’en ai perdu mon latin a ce moment là). Ouistiti semble aller mieux, je continue sur cette voie toute la journée.

Dès le lendemain, j’appelle l’ostéopathe que nous avions vu à la maternité le surlendemain de sa naissance. Je lui explique la situation et lui demande si il peut me conseiller un autre pédiatre car je ne me sens pas écoutée avec celle que nous avons vue jusque-là. Sa théorie du bébé de moins de 3 mois qui « se construit » ne me convient pas, je suis d’accord sur le fait que tout doit se mettre en place mais pas dans toute cette souffrance, ça non !
Il me conseille quelqu’un et en un jour après l’avoir vue, tout ça n’est plus qu’un mauvais souvenir : une écoute, des conseils et j’ai retrouvé mon bébé-sourire.

Cette seconde fois, j’ai réagi plus vite que la première mais si je m’étais vraiment écoutée, je ne lui aurais pas fait subir ces trois jours sous debridat, j’aurais appelé l’ostéo en sortant du rendez-vous avec la première pédiatre.

Mais ça m’a endurci et quand la semaine dernière, j’ai trouvé mon Ouistiti ronchon, faiblard sur les tétées, avec une selle pas comme d’habitude, j’ai tout de suite pris les devants pour éviter une gastro couplée de une déshydratation.

Malgré cela, les choses ne sont pas arrangées, le lendemain, ni une ni deux, nous avons appelé SOS Médecins (car oui, une fois de plus, nous étions dimanche… Il y a vraiment un truc avec les virus/maladies ce jour-là… Y a un truc a creuser, c’est sur !). Et là le diagnostic tombe : début de déshydratation. L’horreur ! Mais nous allons le prendre a temps et traiter la gastro.

Cette fois, je me dis qu’heureusement que je me suis écoutée tout de suite car une déshydratation chez un bébé, ça peut vite devenir très grave ! 

Aujourd’hui Ouistiti va mieux, il a encore fait face a tout ça avec beaucoup de force et de courage, et moi j’en ressors avec la preuve que mon instinct de maman est là depuis le début, qu’il faut juste que je l’écoute, que je suive mes premières impressions et que peu importe si untel me dit une chose contraire, peu importe son statut, si ça ne me convainc pas, je ne m’arrête pas a ça et je continue jusqu’à ce les réponses que j’attends me semblent cohérentes et surtout dans l’intérêt de mon enfant.

La morale de tout ça et le conseil que je peux donner du haut de mon statut de jeune maman débutante c’est : Écoutez vous ! 

Devenir maman déclenche quelque chose et c’est ce quelque chose qui nous guide dans notre nouveau rôle de maman. Je sais que je vais encore commettre des erreurs, c’est comme ça qu’on apprend mais je vais faire en sorte de ne jamais oublier d’écouter cette petite voix qui me guidera dans mon apprentissage, et cette petite voix c’est mon Instinct de Maman !

L'instinct de Maman