Hier, cela a fait une semaine que tu as fait ta première rentrée.

Tu n’as fait qu’une demie-journée, car on s’était dit que pour amorcer ce grand changement, cela serait bien suffisant.

Nous sommes arrivés, tu as repéré des jouets que tu adores et tu as commencé à t’amuser. On est parti sans que cela ne te pose de problème.

La matinée s’est terminée et, à notre retour, la maîtresse nous a dit que tout s’était bien passé.

C’était encourageant pour la première grande journée de lundi. Pour autant, j’avais des craintes car cela serait beaucoup plus long, avec la cantine que tu n’as jamais connue et après le week-end.

Le lundi matin est arrivé et dès que nous nous sommes préparés pour sortir, tu as commencé à me dire d’une petite voix fébrile : « Non, Maman, je ne veux pas aller à l’école. »

Read More →

Nous venons de rentrer, après t’avoir déposé dans ce lieu que tu vas côtoyer pendant toute cette nouvelle année.

Histoire de ne pas se presser pour cette première rentrée, on avait programmé le réveil 1h30 avant l’heure à laquelle il fallait partir de la maison. Tout s’est passé en douceur, comme un lever habituel : câlin, petit déjeuner, toilette, jeu.

Et 8h45 est apparu sur la pendule du salon.

Read More →

Si je devais me définir en tant que Maman, en dehors du « Maman Poule ascendant Louve« , je dirai que je suis pleine de contradictions.

Je suis bourrée de nostalgie dès que je me plonge dans les photos de Ouistiti bébé, en me disant qu’il grandit trop vite et qu’on a à peine eu le temps de profiter de notre nourrisson, tellement les jours et les mois ont défilé.

Et d’un autre côté, jusqu’à il n’y a encore pas longtemps, j’étais aussi cette Maman qui s’inquiétait de ne pas voir certains progrès arriver.

Avouez que ça frôle la schizophrénie non ?

J’ai plusieurs copines qui ont des enfants du même âge de Ouistiti, et j’avais tendance à comparer les avancées de leurs bébés par rapport au mien.

Read More →

Encore un cap auquel j’ai pensé, bien avant qu’il n’arrive : les 18 mois de Ouistiti.

C’était il y a quelques jours, et je trouve ça fou qu’un an et demi soit déjà passé depuis que je l’ai eu, dans mes bras, pour la première fois.

Il s’en est passé des choses, surtout ces dernières semaines avec le déménagement, et tout ce qu’il reste encore à faire niveau aménagement.

Les vacances m’ont permis de prendre plus de temps pour observer mon bébé qui est, maintenant, un petit garçon.

Read More →

photo(128)

 

Mois de février oblige, il n’y a pas eu de jour numéro 30 ! N’empêche que tu as quand même 15 mois !

Je n’ai pas fait de billet mensuel depuis tes 12 mois. C’était une grande étape pour moi et les deux mois qui ont suivi, je suis restée sur cette année qui venait de s’écouler vitesse grand V.

Mais ce mois-ci, je suis encore rattrapée par le temps qui court. Attention, je vous préviens, c’est un peu du triturage de cerveau. Certains pourraient même dire que ça relève de l’analyse psychiatrique.

Tes 15 mois font beaucoup travailler mes pensées car on est à la mi-chemin de tes 1 an et demi, qui eux même seront à mi-chemin de tes deux ans ! (Je vous avais prévenu pour le triturage…)

Et je te vois évoluer à la même vitesse folle que celle des mois qui passent.

Je suis en train de m’apercevoir que cette deuxième année passe aussi vite que la première. Et même si j’adore te voir faire tous ces progrès, ils éloignent mon tout petit bébé de moi (je vous rassure, je me console avec mon petit garçon).

Ces progrès, ils sont plusieurs à montrer l’autonomie que tu acquiers un peu plus chaque jour.

Tu nous comprends et tu comprends ce qui t’entoure : là où ça nous fait le plus rire c’est quand on te demande de faire le lion et que tu nous lances un beau « grrrrrrrrr ». C’est aussi le cas quand tu vois un lion sur un livre ou sur la comptine des Titounis.

C’est aussi le cas quand on te dis de ne pas faire quelque chose et que tu le fais quand même. On te redit qu’il ne faut pas. Là tu nous regardes avec ton petit air angélique et malicieux en nous lançant un « euuuuuuuh » suivi d’un soupir. A nous, après, de rester sérieux pour ne pas avoir un double discours, car ça nous amuse à chaque fois.

Depuis quelques jours, tu t’appelles par ton prénom. Pas dans son intégralité bien sûr, mais tu prends la dernière syllabe et tu la doubles. Et on n’a aucun doute que tu parles bien de toi. Là encore, on fond !

Ce qui est aussi flagrant ces dernières semaines, c’est ta débrouillardise à te déplacer. Pas de doute, la marche est pour bientôt.

Tu fais le tour de l’appartement en nous tenant les deux mains, fièrement sur tes jambes sans chanceler.

En nous tenant une seule main, tu te balades d’un coin à l’autre du salon. Et quand tu es occupé à quelque chose ou que tu veux attraper un objet et que tu es debout, tu fais quelques pas seul, sans t’en apercevoir.

Bien sûr, je suis emplie d’une fierté extrême de te voir faire, mais ça me fait drôle aussi de voir mon bébé grandir si vite.

Tout ça ne fait pas changer le Ouistiti hyper câlin qui demande souvent les bras, et qui veut rarement en descendre si ce n’est pas toi qui le décide.

On a dû faire une pause à la garderie à cause de cette fichue bronchiolite, mais tu t’y plais de plus en plus. Les éducateurs me le disent bien : oui, tu pleures quand je pars, mais ça dure de moins en moins longtemps.

Les nuits restent encore hachées mais il n’y a quasiment plus de réveils en hurlant. Je me demande maintenant si ce n’est pas un rythme auquel tu t’es habitué d’avoir été sorti du sommeil, chaque nuit, plusieurs fois à cause de ces douleurs. J’espère qu’on va enfin réussir à te faire avoir des nuis longues et paisibles.

Tout petit, tu nous a très vite montré ta curiosité et ton intérêt pour tout ce qui t’entoure. Tout le monde nous disait « qu’est ce qu’il sociable et éveillé votre bébé ».

C’est toujours le cas aujourd’hui : tu t’intéresses, tu découvres, tu rigoles, tu charmes.

Cela fait 15 mois que je te vois faire et c’est quelque chose dont je ne me lasserai jamais !!!

photo(53)

Et voilà, ça y est, tu as eu 1 an Dimanche !

Cette journée, j’y ai pensé pendant tout le mois de Novembre : J’étais à la fois excitée à l’idée de préparer ton anniversaire mais, en même temps nostalgique, de voir à quelle vitesse cette année est passée.

Ce mélange de sentiments m’a accompagnée tout au long de cette journée qui était la tienne.

Le matin, ça a été éclats de rire et câlins à gogo tous les trois, et le temps s’est écoulé normalement jusqu’à la sieste.

Pendant que tu dormais, nous nous sommes occupés de décorer le salon. Tu t’es réveillé avant que nous ayons fini, et tu avais plus envie que je te prenne dans mes bras plutôt que je gonfle des ballons.

Cette année nous a appris à être pleins de ressources et, en jonglant entre Papa et moi, tout était prêt quand les invités sont arrivés.

Ce premier anniversaire a eu lieu en petit comité : les Mamies, Tatie et les Tontons, et ça a été pour toi l’occasion de manger ton premier gâteau au chocolat.

Mamie J. avait en fait préparé deux gâteaux (d’après la recette que Bergamote avait spécialement publiée sur son blog après que je lui ai demandé des conseils par rapport aux PLV. Merci Copine !) : le gâteau au chocolat que tu as savouré même si tu as fait une drôle de tête aux premières bouchées et un gâteau en forme de petit train, décoré de tout un tas de bonbons que tu as beaucoup aimé.

Puis vint le moment des cadeaux pour lesquels tu nous a épatés en comprenant immédiatement comment se servir des balles d’un des jouets.

Comme tu n’avais dormi qu’une heure, la distribution des cadeaux a été un peu longue pour toi, on l’a donc écourtée en décidant de t’offrir ceux qui restaient plus tard.

PapaDeOuistiti avait préparé un montage des photos et vidéos que nous avons faites tout au long de l’année et je n’ai pas pu retenir mes larmes.

Te voir si petit à l’écran alors que tu étais assis sur mes genoux, c’était beaucoup d’émotions pour moi.

Ce moment a, en fait, résumé tout ce que je ressens depuis plusieurs semaines : une certaine nostalgie face à ce temps qui est passé si vite.

Je ne vais pas m’étaler sur le sujet mais j’aurais voulu que cette année te soit plus douce, j’aurais voulu réussir à trouver comment te soulager et ne pas te voir avoir mal si souvent.

Je te promets que je vais tout faire pour que tout cela cesse au plus vite.

C’est pour cela que je suis nostalgique car j’ai l’impression que ces moments douloureux t’ont volé trop de doux moments.

C’est dur pour mon cœur de Maman de penser que tu as souffert presque tous les jours pendant un an…

Mais à côté de ça, tu nous offres tous les jours des éclats de rire, tu fais plein de progrès :

  • Tu nous envoies des bisous (aujourd’hui, tu l’as même fait quand je t’ai dit « tu fais un bisous à Papa ? »),
  • Tu nous donnes tes jouets quand tu t’amuses avec,
  • Tu partages tes biscuits,
  • Tu me donnes tes chaussons quand je t’habille.

Bref, tu partages tout !

Depuis que tu as découvert la position debout, tu t’y mets de plus en plus et tu tiens de plus en plus longtemps. Tu te déplaces le long du canapé et ce week-end, tu as même fait trois pas en me tenant les mains.

Tu discutes toujours autant avec les gens que tu rencontres, et tout le monde s’accorde pour dire que tu es un petit charmeur (comme quoi non, être gardé par sa Maman, ne fais pas de toi un sauvage !).

Tu es toujours mon bébé koala qui réclame souvent les bras, c’est fou les choses que j’ai apprises à faire à une seule main en un an (et je remercie aussi le portage !)

Les siestes redeviennent un peu plus simples : il y a souvent un réveil mais tu dors à nouveau, la plupart du temps, dans ton lit.

Si tu disais Papa depuis un moment et quelques fois Maman, là tu le dis en t’adressant à nous : tu nous regardes et tu dis bien « Papa » à Papa et « Maman » à moi, et on fond à chaque fois !

De plus en plus, quand je te prends sur mes genoux ou quand je suis assise sur le lit et que tu joues à côté de moi, tu t’installes contre moi et tu m’entoures de tes petits bras pour me faire un câlin. Tu peux rester comme ça un long moment, et il t’est même arrivé de t’endormir.

Dans ces cas-là, je me laisse aller et je m’endors avec toi.

Et puis dimanche, c’était aussi l’anniversaire de notre allaitement. Et ça, j’en suis fière !

Je l’ai déjà dit à plusieurs reprises, t’allaiter, j’y tenais vraiment mais jamais je ne me serais imaginée que nous franchirions le cap d’une année complète.

Je me suis toujours dit que ce serait un vrai allaitement à la demande et que le sevrage n’interviendrait que quand tu le déciderais.

Ça, c’était dans mon idéal car un allaitement peut subir de nombreuses embûches.

Mais malgré une mastite, des remarques de soi-disants professionnels dont je ne parlerai pas sur ce billet, nous sommes toujours dans cette magnifique aventure et, c’est un vrai cadeau pour moi.

Alors oui, c’est vrai, il y a un peu de nostalgie dans mon cœur de Maman qui te voit grandir trop vite mais il y a surtout tellement de bonheur de te voir devenir un petit garçon qui s’épanouit de jour en jour.

Mon Ouistiti, ta naissance a rendu notre vie plus belle, chaque jour passé depuis le 30 novembre 2013 a fait grandir cet amour qui était déjà si fort, quand tu étais dans mon bidon.

Et il va continuer de grandir encore et encore !

Joyeux Anniversaire, mon petit Ouistiti, Ta Maman qui t’aime encore plus que très très fort!

photo(39)

Hier, tu as eu 11 mois.

Je trouve ça fou à quel point le temps file. On nous le dit mais tant qu’on n’est pas parents, on ne s’en rend pas compte.

Maintenant je peux le dire, on ne voit rien passer.

Ce mois-ci encore, tu nous a émerveillé par tous les progrès que tu as fait.

Il y a 10 jours, tu t’es lancé à 4 pattes pour venir me rejoindre alors que nous étions chez Moutarde et La Chevelue et que j’étais en train de me préparer pour que nous rentrions chez nous. Tu t’es lancé d’un coup et tu as fait la distance sans jamais tomber, le sourire aux lèvres.

Je t’ai regardé avancer, les yeux écarquillés, un peu fébrile de te voir crapahuter mais fière, tellement fière ! Et depuis, tu te promènes dans l’appartement.

Et 10 jours avant, le jour de mon retour au yoga, dans l’après midi, tu t’es levé tout seul. Autant te l’avouer, avec Papa, tu nous as scotchés. Je revois la scène comme au ralenti, toi hyper concentré, et nous, nous regardant comme si on avait besoin de voir dans le regard de l’autre que ce qui se passait sous nos yeux était réellement en train d’arriver.

Et depuis, dès que tu le peux, tu te lèves en t’accrochant au canapé, à nos jambes, dans ton lit (ce qui pour le coup ne me rassure pas du tout), à nos épaules quand nous sommes assis.

Tu réponds à ton prénom par de grands sourires.

Tu ne veux plus prendre tes compotes qu’en gourde pour les manger tout seul et j’imagine que tu ne vas pas tarder à vouloir manger tout seul à tous les repas.

Tu joues aux marionnettes avec Papa.

Tu me fais des câlins en tendant les bras vers moi et en m’entourant de toute leur petite longueur et une fois bien installé, tu pousses un long soupir, signe que tu es bien.

Ce mois-ci, les choses n’ont pas été simples car ton sommeil est à nouveau très perturbé : les siestes ne sont plus gagnées à chaque fois et les nuits sont très perturbées. La fatigue est plus que présente et j’ai de grosses baisses de moral de voir que tu n’as pas eu un seul dodo apaisé en 11 mois.

Mais en dehors de ces moments là, tu as toujours ton sourire solaire qui fait craquer tout le monde.

11 mois, cela veut dire qu’il ne reste plus qu’un mois avant que nous fêtions ton premier anniversaire. Il ne me reste plus qu’un mois pour tout organiser car je veux te préparer une journée magique.

Je sais déjà que je vais passer 30 jours entre excitation et nostalgie de cette année passée tellement vite.

Mon bébé, tu es en train de devenir un petit garçon et mon amour ne cesse de grandir avec toi !

 ob_c2e0ec_image

Aujourd’hui, tu as 6 mois !!!!

– 6 mois de câlins et de bisous,

– 6 mois d’allaitement dont je suis tellement fière, que ça me fait drôle cette diversification ! Mais je ne compte pas m’arrêter là, non ça c’est toi qui décideras,

– 6 mois de changement de couches même si ça devient de plus en plus sportif avec tes gambettes qui gigotent dans tous les sens et tes petites mains qui attrapent tout ce qui dépasse (et là je repense à Lauriane qui m’avait prévenue quand tu avais 3 semaines « tu vois tout ce qu’il y a autour de ta table à langer, bientôt tu l’enleveras ! » Ca y est c’est fait !)

– 6 mois de réveils où voir ta frimousse illumine ma journée même si la nuit a été difficile,

– 6 mois aussi de nuits à 2, 3, ou 4 réveils et les cernes qui vont avec,

– 6 mois passés à essayer de trouver ce qui te fait mal (quand je pense que tu avais 1 semaine quand tu as eu ta première crise….)

– 6 mois à te voir grandir, évoluer, t’éveiller à la vitesse de la lumière,

– 6 mois que je repense, chaque samedi, au 30 novembre à 17h37 avec toujours autant d’émotion,

– bref 6 mois que tu as fait de moi une Maman, le plus beau rôle de toute ma vie, je t’aime mon Ouistiti !!!