Source :  ign.com

Source : ign.com

Surtout, ne m’en voulez pas de vous avoir mis cette magnifique chanson dans la tête, de bon matin. Mais si vous me suiviez déjà cet été, vous allez comprendre pourquoi je suis si heureuse !

Rappelez vous, outre le fait qu’il n’a pas fait super méga beau et chaud au mois d’août dernier, je me suis dotée d’un magnifique accessoire, histoire de rendre mes vacances encore plus galère que l’absence de soleil dans le ciel.

Je parle donc de ce fameux gadin pour lequel, soi-dit en passant, le supermarché a fini par refuser de reconnaître sa responsabilité, admise au départ… Merci Les Mousquetaires ! C’est sûr que c’est moi qui ait versé de l’eau au sol, pour ensuite aller m’étaler dessus exprès, avec mon bébé dans son ergobaby !

Bref !

Ce gadin m’a donc valu de finir mes vacances avec une magnifique attelle de compet’. Heureusement qu’il n’a pas fait chaud finalement, j’aurais été tellement sexy en petit short avec !

Je me suis traînée cette saloperie jusqu’à commencer mes séances de kiné qui n’ont pas démarré tout de suite après notre retour de vacances, puisqu’il a fallu que je fasse écho ET irm, pour savoir à quelle sauce mon genou allait être mangé.

Au final, je m’en suis bien sortie en n’ayant que de la kiné. Mais quand vous devez vous les coltiner 2 jours par semaine pendant plusieurs mois, ça devient vite lourdingue !

Mais ça y est, depuis la semaine dernière, je suis enfin libéréééééééeeeeee (oups, pardon, promis, je ne le referai plus !).

Je dois bien sûr être prudente, mais fini les deux fins de journée où je dois sortir de chez moi à l’heure où, habituellement, je peux souffler un peu, puisque PapaDeOuistiti rentre du boulot. Et je ne parle pas des séances annulées parce qu’il est coincé dans les transports, et qui ont reculé de tout autant ma libération !

Je peux enfin m’autoriser à penser à une reprise sportive.

J’avais planifié mes retrouvailles avec mon vélo l’été dernier, et vlan dans les dents !

Avec ce contre-temps, mon arrêt du sport date du jour où j’ai appris ma grossesse, il y a donc DEUX ANS !

J’ai déjà eu l’occasion de vous le dire : j’étais une grosse addict au sport (au fitness, plus particulièrement). Cela m’a toujours permis de me défouler et de me sentir exister puisque j’en faisais, systématiquement, lorsque mes problèmes de santé me fichaient la paix.

Alors oui, bien sûr, j’ai une envie folle de remettre ma tenue fétiche et mes baskets, mais je ne suis pas folledingue au point de me lancer tête baissée. D’abord parce que mon genou est encore fragile et ensuite parce que, ça aussi, je vous l’ai déjà dit, je suis fatiguée.

Mais le sport, chez moi, a toujours été quelque chose de vivifiant. Il m’arrivait d’avoir moins de motivation, car j’avais eu des journées précédentes compliquées physiquement, mais après une séance adaptée à ma forme du moment, je me sentais toujours mieux dans ma tête et dans mon corps.

Avec Ouistiti, je vais presque faire une lapalissade si je dis que je n’ai pas une marge d’action énorme, niveau temps pouvant être dédié à une activité physique. Je ne vois donc pas trop l’intérêt de m’inscrire dans une salle de sport, et de payer si je ne trouve pas le temps d’y aller.

Je préfère me reprendre un abonnement à Walea que j’ai bien connu pendant ma grossesse, et à la fin de l’année dernière quand j’avais eu la chance de tester les cours HITT.

Je vais pouvoir faire de la zumba dans mon salon quand Ouistiti sera la garderie. Et même en faire avec lui : ça promet de bons moments de rigolades.

Avant ma grossesse, je voulais me mettre au running. C’est d’ailleurs comme ça que j’ai découvert le blog de Running et Talons Hauts. Mon bidon rond m’a fait m’intéresser au côté Maman de son blog, quelques semaines après. Et depuis, elle est devenue une amie très proche.

Depuis la naissance de Poupette, elle a rechaussé ses baskets et je n’ai qu’une envie c’est de courir avec elle. Vu le rythme qu’elle a retrouvé, je sais déjà que la première sortie va être complètement ridicule de mon côté. Mais il faut bien un début, et je compte bien relever ce challenge sans me mettre la pression.

Nous faisons partie de la Team #MumNRun qui a été créée par Julie MamaFunky et qui, comme son nom l’indique, rassemble des Mamans qui courent.

IMG_0644

Bon, pour l’instant, je suis sur le banc des PomPom Girls qui encourage les prouesses de ses copines. Mais maintenant que j’ai terminé mes séances, je vais enfin pouvoir m’y mettre tout doucement.

L’année dernière, mon genou m’a empêché de faire l’Odysséa qui est une course qui me tient particulièrement à cœur. Je me fixe donc pour objectif de la courir cette année et je choisirai la distance en fonction des prouesses que j’aurais accomplies entre ma reprise et le moment des inscriptions.

Surtout, n’hésitez pas à m’encourager sur les photos que je posterais avec le #MumNRun, car quelque chose me dit que je vais quand même en baver au début !

Et si vous êtes tentées par nous rejoindre dans la Team MumNRun, que vous soyez runneuse aguerrie ou jeune débutante, n’hésitez pas à me le dire en commentaire ou contacter Julie MamaFunky sur Facebook.

Macaron Famili

Je participe au concours Famili « Blog Parents 2015″. Si le coeur vous en dit, vous pouvez me soutenir chaque jour en cliquant ici, puis sur le « Je Vote » qui apparait sur l’image du blog et de vous laisser guider. Merci !!!

Avant de retrouver le running, mes baskets m'ont accompagnée à mon cours de yoga !

Avant de retrouver le running, mes baskets m’ont accompagnée à mon cours de yoga !

Avant toute chose, je voulais vous remercier pour tous vos gentils commentaires après mon billet en mode « baisse de moral ». Votre soutien m’a énormément touchée.

Les choses ont continué à être compliquées cette semaine mais l’espoir est relancé, avec un rendez-vous chez une ostéopathe qui m’a été recommandée par une amie, doula.

Ce qui m’aide aussi à rebondir, c’est que j’ai pu un peu souffler ce week-end et que, du coup, je négativise moins.

Samedi, nous avons confié Ouistiti à sa mamie et nous sommes allés nous promener en amoureux. Mes pensées étaient très souvent à me demander comment les choses se passaient pour mon bout’chou mais comme je savais que si quelque chose n’allait pas, ma belle-mère nous aurait appelés, je n’ai pas cédé à l’envie de passer un coup de fil, ni même un texto. Ils se sont bien amusés, nous avons fait un peu de shopping et, en le retrouvant, j’ai eu de gros câlins.

Et puis ce matin, j’ai retrouvé mes chères baskets.

Je n’ai pas encore eu l’occasion de vous en parler mais le sport a toujours été pour moi un exutoire. Il suffit que je me défoule pendant une séance et je retrouve aussitôt la pêche (physique ou morale). Même si pendant ma grossesse, j’ai continué à avoir une activité physique (rappelez vous, je vous avais parlé de Walea au tout début du blog), depuis la naissance de Ouistiti, mon seul sport a été les sorties en poussette. Vous serez d’accord que niveau défouloir, c’est plutôt limité !

J’avais comme projet de reprendre la course au mois de septembre : aucun engagement vis à vis d’une salle et si le jour prévu, un empêchement se pointe, il n’y avait aucun inconvénient à reporter au jour suivant.

Et puis, je me suis étalée à l’intermarché et avec une entorse au genou, autant dire que les sorties running ne sont pas pour tout de suite.

Alors quand ma copine, Lauriane, m’a parlé, il y a deux semaines, d’un cours de yoga le dimanche matin, tout à côté de chez moi et m’a demandé si ça me tentait, ma réponse a été tout de suite « ouiiiiiiiiiii« 

Nous n’y sommes pas allées la semaine dernière pour cause d’Odysséa, Lauriane t’en parle d’ailleurs ici mais ce matin j’ai retrouvé ma tenue de sport pour une heure de yoga dynamique.

Alors bien sûr, je me suis adaptée à mon genou mais j’ai pu faire toutes les positions et les enchaîner sans avoir à faire de pause. Et alors que mon dernier cours remonte à plus d’un an et demi, je n’ai rien perdu de ma souplesse.

Pendant une heure, j’ai pratiqué une discipline que j’adore et je partais avec le challenge de voir où je me situais après tous ces mois d’arrêt.

A chaque mouvement que je parvenais à faire comme avant, j’étais toute contente intérieurement. Mon genou a suivi, je n’ai jamais eu mal car, connaissant bien les enchaînements, je savais comment les appréhender pour que ça se passe bien. J’ai senti mes muscles travailler et mon esprit s’alléger à chaque inspiration et expiration.

La séance s’est terminée par un peu de relaxation grâce a laquelle je me suis centrée sur l’heure que je venais de passer, et sur le bien-être que ça venait de me faire.

Je suis sortie du cours sereine, les batteries rechargées et avec l’envie de recommencer très vite.

La semaine prochaine, je baby-sitte les Minis de Lauriane pour qu’elle puisse savourer la course bike & run avec son chéri, mais dans 15 jours rendez-vous est déjà pris pour retrouver mon tapis de yogini car, je n’avais pas encore terminé ma séance aujourd’hui, que je m’étais dit que mes dimanches matins seraient désormais réservés, autant que possible, à mon cours de yoga.

Une heure, ce n’est vraiment pas grand chose mais quand je vois le bénéfice que ça a eu aussi bien physiquement que moralement, j’ai vraiment hâte de recommencer !