Vu le nombre de fois où je vous ai parlé du sommeil de Ouistiti, vous savez que c’est un sujet épineux.

A 23 mois, il ne fait toujours pas ses nuits, les siestes sont de plus en plus rares et il ne s’endort qu’avec moi

Sauf qu’avec la garderie, on se rend compte que le sommeil n’est un problème qu’à la maison, puisque là-bas, il s’endort sans souci en à peine 5 minutes.

A cause de son RGO et sa colopathie, tout deux pris en charge trop tardivement, j’ai dû trouver des solutions pour réussir à le faire dormir malgré les douleurs : A la verticale pour limiter le RGO, et les genoux remontés sur le ventre pour soulager la colopathie.

Pas la peine de vous faire un dessin : il s’endormait contre moi, les jambes recroquevillées entre son ventre et le mien.

Nous avons réussi à le soulager de tout ça, mais cela a pris du temps et ça a aussi laissé la place à certaines mauvaises habitudes.

A bientôt 2 ans, Ouistiti ne sait pas s’endormir tout seul, et se réveille encore plusieurs fois dans la nuit. Autant vous dire que ma résistance à la fatigue est maintenant largement mise à rude épreuve.

Il est encore petit pour nous donner des excuses plus ou moins farfelues pour ne pas aller se coucher. Mais du haut de ses 89 cms, il me donne quand même l’impression que je suis la plus mauvaise négociatrice pour le faire aller de coucher.

Read More →

Lundi dernier, Ouistiti est retourné à la garderie après une absence de 3 semaines. Je ne peux pas vous cacher que j’avais une certaine appréhension.

Depuis la rentrée, c’était redevenu un peu difficile de l’y déposer. Alors qu’il y allait sans difficulté avant les vacances, là, il versait souvent quelques larmes.

Ca ne durait jamais longtemps : là aussi, j’avoue que je laissais traîner mes oreilles quand je repartais, pour m’assurer qu’il ne pleurait plus. Je n’étais pas arrivée au bout du couloir qu’il s’était déjà arrêté.

Je vous l’ai déjà dit, j’ai toute confiance envers le personnel de la garderie, et Ouistiti les aime beaucoup. Il se console très vite à leurs côtés, et ça me rassure. Mais je suis sa Maman, donc je ne peux pas m’empêcher de vouloir en être sûre.

Le voir s’amuser et rigoler à plein poumons, et limite ne pas me voir quand je venais le chercher, me confirmait que ces quelques larmes n’étaient pas inquiétantes.

Par contre, cette pause imposée de trois semaines me contrariait beaucoup vis à vis des liens qu’il avait commencé à tisser avec un des petits garçons de son groupe.

Read More →

J’avais prévu de vous raconter la première visite de Ouistiti à DisneyLand. Mais c’était sans compter mon petit côté boulet qui ne se renseigne pas au préalable, et qui se retrouve au guichet en hallucinant devant le prix du billet 1 parc-1 journée : 75€ !!!!

J’ai beau adoré Mickey et ses amis, et avoir hâte de voir la réaction de Ouistiti découvrant toute cette féerie, j’ai épargné ma carte bleue et rebroussé chemin en préférant revenir un jour hors vacances scolaires.

Déçue de laisser ma copine et sa pitchounette qui, elles, avaient des passeports annuels, j’ai donc repris le RER en sens inverse beaucoup plus vite que prévu (j’ai bien tenté une petite halte à Disney Village, mais le Disney Store n’était pas encore ouvert. Quand ça veut pas, ça veut pas…).

Ouistiti avait donc déjà fait le voyage aller peu de temps avant, et j’ai vite senti qu’il n’allait pas vouloir rester dans sa poussette.

Mon petit garçon est donc venu s’assoir à côté de moi, tout fièrement.

Un couple est alors entré dans le wagon, et est venu s’assoir en face de nous. Très vite, la dame a adressé un sourire à Ouistiti qui le lui a rendu.

Read More →

J’avais commencé à écrire ce billet mardi dernier : nous avions fait les soins à Ouistiti pour la première fois. Ça avait été très dur et, malgré sa fatigue après cette dure journée, il avait eu beaucoup de mal à s’endormir.

J’étais très violente dans mes propos, et j’avais écrit plein de gros mots. Je l’ai repris, car j’avais besoin que ça sorte, mais je ne voulais pas vous infliger mon humeur massacrante de ce jour-là.

Read More →

A bientôt 22 mois (dans 2 jours), Ouistiti n’est plus un bébé (même si je continue de l’appeler comme ça), mais un petit garçon.

Et ce petit garçon sait parfaitement se faire comprendre.

Il n’y a encore pas si longtemps, l’acquisition du langage m’inquiétait un peu (bon ok, un peu beaucoup) quand j’entendais mes copines, ayant un enfant du même âge, parler des mots que les leurs savaient dire.

Ouistiti n’en était pas du tout au même stade. Ce n’est pas pour ça qu’on ne le comprenait pas. Mais au lieu de dire les mots, il nous montrait les choses en disant « Hum, hum, hum ». Son vocabulaire s’arrêtait à Maman, Papa et Chat.

Par contre, lorsqu’on lui demandait d’aller nous chercher quelque chose (ou où était un objet), il ne se trompait jamais et nous ramenait (ou nous montrait) toujours le bon objet.

Mais ça, c’était avant les vacances. Car depuis, on peut dire c’est devenu un vrai petit moulin à paroles.

Read More →

A moins d’habiter au fin fond d’une grotte, vous n’avez pas pu manquer l’info de la semaine : LA RENTRÉE !

Pour Ouistiti, elle a eu lieu lundi. Pas à l’école, hein, pour ça, on a encore un peu de temps (j’ai d’ailleurs appris, il y a quelques jours que, comme on habite à Paris, ça peut être plus tard que ce à quoi je m’attendais. Va falloir que je me renseigne…), mais à la garderie !

Après un mois 1/2 à ne pas y être allé et être resté qu’avec moi les 15 derniers jours de juillet, puis nous deux, son Papa, sa Tatie et sa Mamie pendant tout le mois d’août, j’avoue que j’appréhendais cette reprise.

De mon côté, j’étais partagée entre le pincement au cœur de le laisser et le repos que j’allais pouvoir avoir, après des vacances au rythme soutenu d’un petit garçon qui préfère faire tout plutôt que la sieste l’après-midi, sans pour autant dormir mieux la nuit.
Read More →

 Déjà trois semaines que nous avons débarqué dans mon deuxième Chez-Moi : Fouras !

On attend toujours les vacances avec beaucoup d’impatience, et ces coquines filent à toute vitesse.

Même si le rythme est soutenu car Ouistiti n’a pas encore compris le concept du mot « repos », nous avons pris des habitudes bien plus agréables qu’à Paris.

Read More →

Jeudi dernier, j’ai accompagné Ouistiti à la garderie, pour la dernière fois de cette année scolaire.

Si on m’avait dit, au mois de février, que je serais emplie d’autant de nostalgie, je ne l’aurais pas cru.

J’aurais mis plusieurs mois à me faire à l’idée que l’inscrire était ce qu’il nous fallait, à tous les deux.

Cela a été dur de le déposer pendant un mois et demi, et puis, un jour, alors que je m’inquiétais de l’y laisser car il n’y avait pas été la semaine précédente à cause d’une otite/laryngite, il est entré dans la salle et s’est dirigé d’un pas vaillant vers sa kitchenette préférée.

Read More →

On dit toujours que les choses n’arrivent pas par hasard, et qu’il faut savoir en tirer du positif.

Au plus fort de mes douleurs, je n’aurais jamais pu dire que quelque chose de bon allait sortir de tout ça. Mais une semaine après et le mal quasiment parti, j’arrive à l’oublier pour ne voir que ce bon côté.

Je vous avais confié, il y a quelques temps, que Ouistiti nous déstabilisait dans ses réactions face à la frustration.

Cela se manifestait par des coups de pieds, des ongles qui pincent les bras, des cheveux tirés. Et PapaDeOuistiti le subissait encore plus fort que moi, et en souffrait beaucoup.

Ouistiti n’avait pas encore 18 mois, mais quand on en parlait avec des amis ou son pédiatre, la réponse était toujours la même : les 2 ans arrivent, c’est la période.

Oui, bon, d’accord mais ça faisait quand même plus de 6 mois avant l’âge officiel du début des complications, et on se demandait bien comment on allait gérer, tout ce temps, ses réactions qui finissaient par nous faire mal (physiquement et sentimentalement).

Je n’ai pas souffert de la même façon que PapaDeOuistiti de cette situation qui, lui, se sentait tout simplement rejeté par son fils, mais j’avais beaucoup de peine à chaque fois qu’il subissait un coup, et je culpabilisais.

Read More →