On dit toujours que les choses n’arrivent pas par hasard, et qu’il faut savoir en tirer du positif.

Au plus fort de mes douleurs, je n’aurais jamais pu dire que quelque chose de bon allait sortir de tout ça. Mais une semaine après et le mal quasiment parti, j’arrive à l’oublier pour ne voir que ce bon côté.

Je vous avais confié, il y a quelques temps, que Ouistiti nous déstabilisait dans ses réactions face à la frustration.

Cela se manifestait par des coups de pieds, des ongles qui pincent les bras, des cheveux tirés. Et PapaDeOuistiti le subissait encore plus fort que moi, et en souffrait beaucoup.

Ouistiti n’avait pas encore 18 mois, mais quand on en parlait avec des amis ou son pédiatre, la réponse était toujours la même : les 2 ans arrivent, c’est la période.

Oui, bon, d’accord mais ça faisait quand même plus de 6 mois avant l’âge officiel du début des complications, et on se demandait bien comment on allait gérer, tout ce temps, ses réactions qui finissaient par nous faire mal (physiquement et sentimentalement).

Je n’ai pas souffert de la même façon que PapaDeOuistiti de cette situation qui, lui, se sentait tout simplement rejeté par son fils, mais j’avais beaucoup de peine à chaque fois qu’il subissait un coup, et je culpabilisais.

Read More →

Depuis lundi, j’ai mal

Depuis lundi, je n’arrive plus à m’occuper normalement de Ouistiti

Depuis lundi, j’ai le moral dans les chaussettes

Il a suffi d’un tout petit mauvais mouvement pour que notre rythme soit complètement perturbé, et que tout parte en vrille.

Pourtant, je n’ai pas fait d’acrobatie : j’ai juste voulu réconforter Ouistiti qui avait un chagrin que je le laisse à la garderie.

Je ne l’ai pas pris en me penchant vers lui, mais bien en m’accroupissant et je ne l’ai quasiment pas soulevé.

Mais ça a suffit pour me provoquer une douleur aiguë dans tout le bas du dos.

Read More →

Encore un cap auquel j’ai pensé, bien avant qu’il n’arrive : les 18 mois de Ouistiti.

C’était il y a quelques jours, et je trouve ça fou qu’un an et demi soit déjà passé depuis que je l’ai eu, dans mes bras, pour la première fois.

Il s’en est passé des choses, surtout ces dernières semaines avec le déménagement, et tout ce qu’il reste encore à faire niveau aménagement.

Les vacances m’ont permis de prendre plus de temps pour observer mon bébé qui est, maintenant, un petit garçon.

Read More →

J’ai beau être ultra heureuse depuis qu’on a appris qu’on allait s’installer dans l’appart qui nous faisait tant rêver depuis qu’on l’avait visité, et j’avais beau ne plus supporter notre ancien appart depuis plusieurs mois, j’ai quand même eu un pincement au cœur (et quelques larmes) quand nous avons rendu les clés, après l’état des lieux.

Oui, il était petit, sombre, vieux et j’y ai été très malade, mais on y a vécu plein de premières fois, et me dire qu’on les a laissées derrière nous en fermant la porte pour la dernière fois, c’est quand même dur pour mon petit cœur.

Read More →

Ça y est, cela fait 1 mois que nous sommes dans notre nouveau chez nous.

Le déménagement s’est fait relativement facilement.

On a fini les derniers cartons la veille au soir, après avoir eu un temps de découragement devant ce qu’il nous restait à faire. Mais le lendemain, chose incroyable, on était prêt quand les déménageurs sont arrivés.

J’angoissais d’avoir souvent entendu des mauvaises expériences de mes proches ou de mes amis, mais on s’est vite rendu compte qu’on avait affaire à des professionnels sérieux qui ont traité nos affaires avec soin.

Mais, en fait, le plus dur ce n’est pas la phase vidage de l’ancien appart/remplissage du nouveau.

Non, c’est après. Là où nous sommes en ce moment même.

Read More →

Début janvier dernier, je me suis lancée dans un défi un peu fou : le concours Blogs de Parents du site Famili.

  Capture Famili candidature

A partir de là, pratiquement chaque jour, je vous ai lancé des appels aux votes. Je n’ai pas osé espérer le remporter dès le 1er mois (c’est d’ailleurs ma Copine Emma qui en est la 1ère finaliste !), mais je me suis vite prise au jeu et j’aimais trouver de nouveaux petits slogans.

Je vous avoue quand même qu’au bout d’un moment, j’ai eu peur de vous saouler à vous demander de cliquer, tous les jours, sur le petit macaron qui figurait à côté de la présentation du blog.

Mais à chaque fois, vous étiez là pour me répondre « a voté !« ,  « On y croit ! »  « Bonne chance !« 

A la fin du mois de mars, j’ai montré un peu de « hargne » puisque trois jours avant la fin des votes, je me suis retrouvée en deuxième page non sélectionnable, alors que j’avais été bien placée tout le mois.

Je vous ai envoyé un véritable appel à la mobilisation et vous y avez tellement bien répondu que le même jour, j’étais revenue en 1ère page et encore mieux placée.

La fin du mois est arrivée et là, mon sort ne m’appartenait plus.

A commencé alors une période d’attente et ce mois-ci, je vous l’avoue, j’étais fébrile car je souhaitais vraiment la victoire : c’était le mois de mon anniversaire  et, surtout, le mois des 1ers pas de Ouistiti.

Gagner le concours ce mois-ci faisait un joli clin d’œil à tout ça.

Et puis le 2 avril, alors que j’étais dans le métro avec Ouistiti en direction d’une présentation presse/blogs, j’ai reçu un tweet qui m’a fait pousser un cri de joie : vous auriez vu la tête des gens dans la rame ! (Ouistiti lui était éclaté de rire !)

photo(7)

J’avais gagné le concours du mois de Mars !!!

Capture Famili résultat

 

Cette semaine, j’ai reçu les cadeaux que j’ai choisis sur le site Merci Maman.

photo(218)

J’ai eu envie de vous les montrer, car je les adore.

photo(219)

Je tenais, une nouvelle fois, à vous remercier très sincèrement car cette victoire, je la dois à votre fidélité et à votre présence, sans faille, à mes côtés pendant ces trois mois de votes.

La prochaine étape maintenant, c’est en novembre pour la finale où je ferai à nouveau appel à votre soutien.

Mais d’ici là, je vous réserve plein de billets, de tests et de concours pour vous gâter à votre tour !!! (et là, ce sont mes partenaires que je remercie !)

 

Merci à « Famili » et « Merci Maman » pour ces magnifiques Bijoux !

Source :  ign.com

Source : ign.com

Surtout, ne m’en voulez pas de vous avoir mis cette magnifique chanson dans la tête, de bon matin. Mais si vous me suiviez déjà cet été, vous allez comprendre pourquoi je suis si heureuse !

Rappelez vous, outre le fait qu’il n’a pas fait super méga beau et chaud au mois d’août dernier, je me suis dotée d’un magnifique accessoire, histoire de rendre mes vacances encore plus galère que l’absence de soleil dans le ciel.

Je parle donc de ce fameux gadin pour lequel, soi-dit en passant, le supermarché a fini par refuser de reconnaître sa responsabilité, admise au départ… Merci Les Mousquetaires ! C’est sûr que c’est moi qui ait versé de l’eau au sol, pour ensuite aller m’étaler dessus exprès, avec mon bébé dans son ergobaby !

Bref !

Ce gadin m’a donc valu de finir mes vacances avec une magnifique attelle de compet’. Heureusement qu’il n’a pas fait chaud finalement, j’aurais été tellement sexy en petit short avec !

Je me suis traînée cette saloperie jusqu’à commencer mes séances de kiné qui n’ont pas démarré tout de suite après notre retour de vacances, puisqu’il a fallu que je fasse écho ET irm, pour savoir à quelle sauce mon genou allait être mangé.

Au final, je m’en suis bien sortie en n’ayant que de la kiné. Mais quand vous devez vous les coltiner 2 jours par semaine pendant plusieurs mois, ça devient vite lourdingue !

Mais ça y est, depuis la semaine dernière, je suis enfin libéréééééééeeeeee (oups, pardon, promis, je ne le referai plus !).

Je dois bien sûr être prudente, mais fini les deux fins de journée où je dois sortir de chez moi à l’heure où, habituellement, je peux souffler un peu, puisque PapaDeOuistiti rentre du boulot. Et je ne parle pas des séances annulées parce qu’il est coincé dans les transports, et qui ont reculé de tout autant ma libération !

Je peux enfin m’autoriser à penser à une reprise sportive.

J’avais planifié mes retrouvailles avec mon vélo l’été dernier, et vlan dans les dents !

Avec ce contre-temps, mon arrêt du sport date du jour où j’ai appris ma grossesse, il y a donc DEUX ANS !

J’ai déjà eu l’occasion de vous le dire : j’étais une grosse addict au sport (au fitness, plus particulièrement). Cela m’a toujours permis de me défouler et de me sentir exister puisque j’en faisais, systématiquement, lorsque mes problèmes de santé me fichaient la paix.

Alors oui, bien sûr, j’ai une envie folle de remettre ma tenue fétiche et mes baskets, mais je ne suis pas folledingue au point de me lancer tête baissée. D’abord parce que mon genou est encore fragile et ensuite parce que, ça aussi, je vous l’ai déjà dit, je suis fatiguée.

Mais le sport, chez moi, a toujours été quelque chose de vivifiant. Il m’arrivait d’avoir moins de motivation, car j’avais eu des journées précédentes compliquées physiquement, mais après une séance adaptée à ma forme du moment, je me sentais toujours mieux dans ma tête et dans mon corps.

Avec Ouistiti, je vais presque faire une lapalissade si je dis que je n’ai pas une marge d’action énorme, niveau temps pouvant être dédié à une activité physique. Je ne vois donc pas trop l’intérêt de m’inscrire dans une salle de sport, et de payer si je ne trouve pas le temps d’y aller.

Je préfère me reprendre un abonnement à Walea que j’ai bien connu pendant ma grossesse, et à la fin de l’année dernière quand j’avais eu la chance de tester les cours HITT.

Je vais pouvoir faire de la zumba dans mon salon quand Ouistiti sera la garderie. Et même en faire avec lui : ça promet de bons moments de rigolades.

Avant ma grossesse, je voulais me mettre au running. C’est d’ailleurs comme ça que j’ai découvert le blog de Running et Talons Hauts. Mon bidon rond m’a fait m’intéresser au côté Maman de son blog, quelques semaines après. Et depuis, elle est devenue une amie très proche.

Depuis la naissance de Poupette, elle a rechaussé ses baskets et je n’ai qu’une envie c’est de courir avec elle. Vu le rythme qu’elle a retrouvé, je sais déjà que la première sortie va être complètement ridicule de mon côté. Mais il faut bien un début, et je compte bien relever ce challenge sans me mettre la pression.

Nous faisons partie de la Team #MumNRun qui a été créée par Julie MamaFunky et qui, comme son nom l’indique, rassemble des Mamans qui courent.

IMG_0644

Bon, pour l’instant, je suis sur le banc des PomPom Girls qui encourage les prouesses de ses copines. Mais maintenant que j’ai terminé mes séances, je vais enfin pouvoir m’y mettre tout doucement.

L’année dernière, mon genou m’a empêché de faire l’Odysséa qui est une course qui me tient particulièrement à cœur. Je me fixe donc pour objectif de la courir cette année et je choisirai la distance en fonction des prouesses que j’aurais accomplies entre ma reprise et le moment des inscriptions.

Surtout, n’hésitez pas à m’encourager sur les photos que je posterais avec le #MumNRun, car quelque chose me dit que je vais quand même en baver au début !

Et si vous êtes tentées par nous rejoindre dans la Team MumNRun, que vous soyez runneuse aguerrie ou jeune débutante, n’hésitez pas à me le dire en commentaire ou contacter Julie MamaFunky sur Facebook.

Macaron Famili

Je participe au concours Famili « Blog Parents 2015″. Si le coeur vous en dit, vous pouvez me soutenir chaque jour en cliquant ici, puis sur le « Je Vote » qui apparait sur l’image du blog et de vous laisser guider. Merci !!!

Bébé Cigogne

Depuis l’anniversaire de Ouistiti, je me paye de sacrés moments de nostalgie en mode « ça passe trooooooop vite ».

Et cette semaine, j’ai été encore bien servie !

Déjà parce que j’ai fêté mon anniversaire et que même si tout le monde me dit que je ne fais pas mon âge, je vois la prochaine dizaine approcher à grands pas : et ça, ça ne me plait pas, mais alors pas du tout !

L’envie de Bébé2 est de plus en plus présente, mais, pour l’instant, la raison l’emporte encore. Clairement, ce serait de la folie (douce) de se lancer dans cette nouvelle aventure, alors qu’on est franchement cramé de fatigue.

D’un côté, je me dis que si ça prend autant de temps que pour Ouistiti, il ne va pas falloir qu’on traine non plus (rapport à la nouvelle dizaine qui me guette). Mais si ça marche tout de suite, je crains de ne pas avoir l’énergie suffisante pour gérer la fatigue accumulée (et à venir) et une grossesse.

La nostalgie est aussi entière cette semaine, car cela fait deux ans que toute cette magnifique aventure a commencé.

Il y a déjà deux ans que Ouistiti a fait son nid dans mon bidon ! Et là dans le genre « le temps file beaucoup trop vite », avouez que je suis servie.

Je n’ai su qu’un mois après que j’étais enceinte. J’avais eu ce que je pensais être mes règles, pas au bon moment et pas comme d’habitude (PapaDeOuistiti se fait un plaisir, à chaque fois, de me dire qu’il avait eu une bonne intuition, alors que moi je ne voyais que le signe d’un nouvel échec) et ce sont de méchantes douleurs qui me clouaient au sol chaque nuit pendant 4 jours, alternant à gauche et à droite, qui m’avaient amenée à aller voir ma gynéco.

Persuadée que ces douleurs étaient de mauvaise augure, je n’étais pas du tout détendue.

Quand j’y repense maintenant, dès les premiers symptômes que je lui ai décrits, elle savait. Je revoie son sourire au coin des lèvres.

J’ai la chance qu’elle ait le matériel nécessaire pour faire des échos à son cabinet. Et quand elle a pointé la sonde sur mon ventre et que j’ai vu ce « rond » persuadée qu’elle était sur mon ovaire, alors qu’elle était en plein milieu de mon ventre et qu’elle m’a dit « ce qui devait arriver arriva, nous avons une grossesse ici » avec cette fois un large sourire sur les lèvres, je suis tombée des nues (heureusement que j’étais allongée !).

J’ai fait le trajet de son cabinet à chez moi en pleurant comme une madeleine avec le cliché à la main. Et j’ai annoncé la nouvelle direct à PapaDeOuistiti qui n’était pas surpris, puisqu’il était resté sur son intuition.

Les premiers temps ont été stressants, car les douleurs étaient toujours là et j’ai eu plusieurs fois des pertes, qui n’étaient en fait dû qu’à mon utérus qui se modifiait pour accueillir mon tout-petit.

Ma grossesse s’est ensuite passée de la meilleure façon qu’il soit : je n’ai connu quasi aucun symptôme désagréable de la grossesse, mis à part que je suis devenue une grosse marmotte au 1er trimestre et que je m’endormais systématiquement à 22h.

J’ai pu profiter de mon deuxième trimestre en été, et donc en vacances au bord de la mer. J’ai juste été gênée par quelques journées de canicule en juillet à Paris.

Nous avons été confrontés à un terrible choc à la rentrée et il a fallu faire la part des choses entre l’immense chagrin et le bonheur à venir. On s’est donc focalisé sur les préparatifs pendant tout l’automne, avec des visites de ma Cousine et de ma Tante en octobre et novembre.

Je n’ai pas eu le temps de stresser sur mon accouchement puisque Ouistiti est arrivé à J-15, et l’accouchement s’est passé aussi bien que ma grossesse.

Je n’ai jamais trouvé le temps long et aujourd’hui je trouve que ça a même passé hyper vite. Tout comme le temps qui défile depuis la naissance de mon petit garçon.

Je regarde très très souvent toutes les photos que nous avons prises de lui. Le jour de mon anniversaire, j’ai regardé une photo de nous deux à mon anniversaire, l’année dernière, et c’est fou comme mon bébé a changé.

Il fait de plus en plus de petits pas tout seul.

Il allume et éteint chaque interrupteur quand il rentre dans une pièce.

Il demande à jeter du papier, des mouchoirs, du coton à la poubelle.

Il cherche à mettre ses chaussettes et ses chaussures.

Il m’allume la bouilloire le matin quand je prépare mon petit déjeuner.

Il demander à se laver les mains, et ferme le robinet une fois qu’il a passé sa main sous l’eau.

Bref, toute une série de choses qui nous montre qu’il réfléchit à ce qu’il fait et qu’il sait se faire comprendre, même si il ne parle pas encore.

Il y a eu aussi de grands changements à la halte garderie cette semaine, puisqu’il n’a pas pleuré quand je l’y ai laissé. Mercredi, il a même tendu les bras vers la puéricultrice et m’a dit au revoir avec sa petite main, en me faisant un grand sourire !

Ses éclats de rire sont quotidiens, tout comme ses câlins.

Et me dire qu’il a commencé à grandir au creux de mon ventre il y a déjà deux ans, je trouve ça fou !

C’est à la fois rapide et, en même temps, j’ai l’impression qu’il a toujours été là.

Je ne suis pas enchantée que le temps qui passe me fasse vieillir, mais je savoure de le voir grandir et évoluer.

Même si il restera toujours mon bébé !

Macaron Famili

Je participe au concours Famili « Blog Parents 2015″. Si le coeur vous en dit, vous pouvez me soutenir chaque jour en cliquant ici, puis sur le « Je Vote » qui apparait sur l’image du blog et de vous laisser guider. Merci !!!

Source : Amazon

Source : Amazon

Depuis quelques temps, il m’arrive régulièrement d’être déstabilisée par Ouistiti.

Il peut montrer deux traits de caractère complètement opposés, parfois même à quelques minutes d’intervalle.

Depuis qu’il va à la garderie, il demande beaucoup de contact quand on rentre le soir.

On a un nouveau rituel de câlin, et il me réclame une tétée qui avait disparu depuis bien longtemps en fin d’après-midi.

C’est valable aussi la nuit.

Même si il se réveillait toujours plusieurs fois, il ne réclamait pratiquement plus de tétée. Mais depuis quelques temps, essentiellement les nuits suivant la garderie, il tête à chaque réveil.

Autant vous dire que le matin, je suis lessivée alors que je ne suis même pas encore levée.

Tout au long de la journée, il réclame beaucoup de câlins et de peau à peau. Je ne m’en plains pas, j’adore ça. Mais à côté de ça, j’ai à nouveau beaucoup de mal à le faire siester ailleurs que sur moi.

Je ne sais pas si ça s’apparente à une régression, mais je sens son besoin d’être rassuré encore plus intense qu’avant. Même si, au fur et à mesure qu’il va à la garderie, ça se passe à chaque fois de mieux en mieux.

Mais à côté de mon bébé câlin, il y a un petit garçon qui émerge et qui affirme son caractère avec un certain  aplomb, allant jusqu’à des colères quand il n’a pas ce qu’il veut ou n’arrive pas à faire ce qu’il veut.

Et c’est là que je découvre un autre Ouistiti car quand c’est comme ça, il s’énerve et le manifeste volontairement.

Si je veux le changer et qu’il ne veut pas, il me donne des coups de pieds dans le ventre. Il le fait depuis ses 3 mois mais quand c’est comme ça, son regard n’est pas le même et il pince ses lèvres quand il tape.

Il jette ses jouets de toute la longueur de ses bras.

Il tape le visage.

Tout ça, c’est nouveau pour moi car j’ai l’habitude d’un petit garçon rieur et câlin, et pas d’une petite « terreur » qui est capable de hurler d’un cri strident quand il n’est pas content.

Je me doute bien que c’est un passage dans son développement. J’ai déjà entendu que les enfants testent leurs parents, et c’est peut-être (sans doute) ce qu’il fait.

Sauf que j’ai l’impression que je ne réagis pas correctement, qu’il voit que ça me perturbe et s’en sert.

Je m’explique : lorsqu’il n’est pas content, je lui explique pourquoi il ne peut avoir ou faire ce qu’il veut à ce moment là. J’ai toujours posé des mots sur les choses depuis qu’il est né. Ce n’est pas parce qu’il ne parle pas qu’il ne faut pas s’adresser à lui pour lui décrire telle ou telle chose qu’on est en train de faire, ou le programme de la journée…

Sauf que là, j’ai beau lui dire mes raisons, il ne m’écoute pas comme il le fait en temps normal. Il continue à s’énerver pendant que moi, je continue à lui expliquer.  Mais je finis régulièrement par devoir hausser le ton, ce qui ne me plait pas du tout, surtout que ça ne marche pas.

Et c’est là que je m’aperçois que je n’ai aucune autorité puisqu’en général, quand PapaDeOuistiti intervient, bien que pas tout le temps non plus, il s’arrête.

Du coup, je me pose la question : est ce que mon côté ultra maternant m’enlève un côté autoritaire ? Et comme je n’aime pas me fâcher, est ce qu’il le sent ?

Je ne sais pas même si je m’exprime correctement.

En gros, est ce que mon maternage et notre fusion lui donnent cette impression de « tout est permis » vis à vis de moi et qu’il n’accepte pas mes limites parce que, pour lui, je ne représente pas une personne capable de les poser ?

Si vous avez connu ça et que vous avez des pistes, n’hésitez pas à me les donner en commentaires.

 

Macaron Famili

Je participe au concours Famili « Blog Parents 2015″. Si le coeur vous en dit, vous pouvez me soutenir chaque jour en cliquant ici, puis sur le « Je Vote » qui apparait sur l’image du blog et de vous laisser guider. Merci !!!