Source : keepcalm-o-matic.co.uk

Source : keepcalm-o-matic.co.uk

Oui je sais, le mois de décembre est bien entamé, et vous allez me dire que je suis plus qu’à la bourre pour vous parler de mes idées de cadeaux de Noël.

Je n’ai jamais été une flèche dans mes achats (il m’est déjà arrivé d’aller dans les magasins le dernier week-end avant le 25) et jusqu’au 30 novembre, on était à fond dans la préparation du 1er anniversaire de Ouistiti (on a même pas encore fait la déco puisqu’il y a toujours celle de ses 1 an).

Mais comme on dit, mieux vaut tard que jamais et comme Noël est avant tout la fête des enfants, j’ai décidé de commencer par ma sélection bébé/enfant (je vous en prépare une pour les futures et jeunes Mamans).

Je vous ai déjà parlé de la passion de Ouistiti pour Gribouille le Tigre à Chatouilles, alors forcément si on me demande des idées de cadeaux de Noël, je ne peux pas ne pas penser aux TututAnimo. Et les deux derniers de la série Savane, Pistache la Girafe à tâches et Cracotte le Croco à Quenottes, sont juste trop choupis !

Pour un cadeau pour la nuit, j’ai eu un gros coup de cœur pour la toute nouvelle veilleuse Chat de Tinéo.

C’est à la fois une peluche toute douce avec laquelle Bébé peut jouer, et une veilleuse qu’il peut allumer facilement : il lui suffit d’appuyer sur le rond qu’il a sur le ventre pour que la lumière s’allume en diffusant plusieurs couleurs.

Tinéo va d’ailleurs très prochainement lancer sa nouvelle collection de jouets d’éveil (mais pas que), et j’aurai l’occasion de vous en reparler très bientôt (waouuuuuuh le Teasing de fou-fou !!!).

photo 1(28)

Pour rester dans les cadeaux pour passer une bonne nuit, j’aime aussi beaucoup le Sparkup*, le lecteur interactif de Lansay.

PapaDeOuistiti a commencé à lire des histoires le soir, avant le coucher. Ouistiti est encore petit pour s’intéresser à l’histoire, il cherche plus à jouer avec le livre mais on se dit qu’en commençant tôt, on va lui donner le plaisir de la lecture.

Toute l’originalité du Sparkup réside dans le fait qu’il reconnaît tous les livres que l’on a soi-même enregistrés grâce à la petite caméra. On peut personnaliser les histoires en donnant, pouqruoi pas, le prénom de son enfant au personnage principal. Et si l’enfant saute des pages ou revient en arrière, la caméra le détecte et adapte la lecture.

Si il se destine aux enfants à partir de 3 ans et jusqu’à 6 ans, je lui vois déjà une utilité pour Ouistiti quand il passera des nuits chez ses Mamies par exemple. Elles pourront faire le rituel de l’histoire avant le dodo, avec la voix de PapaDeOuistiti ou la mienne. J’aime me dire que nous entendre le rassurera.

photo 4

Autre coup de cœur, pour les « Un peu plus grands« , les petits personnages Sylvanian Families* : A chaque fois, ce sont des familles d’animaux avec le Papa, la Maman, le frère et la sœur.

Chaque enfant peut trouver son bonheur en fonction des animaux qu’il préfère (lapin, écureuil, chat, chien, ours, chihuahua, hérisson, hamster, castor…). Et pour faire vivre tout un tas d’aventures à ses familles, il y a la grande maison et tous ses accessoires, mais aussi le supermarché, le cabinet médical et bien d’autres décors encore.

photo 5(15)

J’ai déjà eu l’occasion de vous parler du doudou officiel de Ouistiti. : le chien plat de la collection Jolis Pas Beaux de Moulin Roty.

Alors forcément quand j’ai appris que, dans cette même collection, existait une boîte à trésors pour y mettre tous les petits souvenirs de Ouistiti (bracelet de la maternité, empreintes, premières mèches de cheveux…) que je garde pour l’instant dans une boîte en carton pas franchement jolie, j’ai fondu et je l’ai immédiatement rajoutée à sa liste pour le Père Noël.

Pour rester dans l’univers de Moulin Roty, j’aime aussi tout particulièrement la collection capsule qui a été lancée avec la marque Luc et Léa, très connue pour ses sucettes.

Je suis pratiquement certaine que leur coffret doudou* qui contient une eau de senteur et le koala trop mignon de la collection Zazou, ravira tous les bout’choux et leurs Mamans.

Je ne parfume pas Ouistiti, mais j’aime les odeurs de bébés que je peux très bien me mettre sur moi, et ce doudou aurait très bien pu être l’officiel de Ouistiti, si il l’avait reçu à sa naissance avec un coffret comme celui-ci.

photo 3

Et pour finir, j’ai eu envie de vous parler d’un autre coup de cœur que j’ai eu il y a quelques temps, chez Haba, pour le canard qui se dandine, quand on tire sur sa cordelette pour le faire avancer. J’aime la simplicité de ce jouet qui permet à Bébé de développer sa motricité.

En plus, cette année, il fête ses 60 ans : l’occasion est belle pour qu’il partage les aventures de Ouistiti qui commence à emmener des jouets lorsqu’il crapahute à 4 pattes dans l’appartement, et qui ne devrait pas tarder à se lancer dans la marche.

Quoi de mieux qu’un petit copain palmé pour l’accompagner dans toutes les découvertes qu’il va ainsi pouvoir faire.

photo 4(17)

Voilà pour cette première sélection de Noël qui pourrait être bien plus longue si je m’écoutais, mais il ne faudrait pas non plus trop charger la hotte du Père Noël, je ne voudrais pas qu’il se fasse mal au dos.

J’en profite de ce billet pour vous parler de la découverte que j’ai faite il n’y a pas si longtemps que ça et sur laquelle j’ai complètement craquée : le site Pickture qui mélange réseau social (comme Facebook), wishlist (comme celle que je viens de vous donner) et e-commerce.

Si vous connaissez Pinterest, ça fonctionne pareil sauf que c’est beaucoup plus utile : vous vous baladez sur vos sites de shopping habituels et lorsque vous trouvez quelque chose qui vous plait, vous la « pickez ».

Tout se retrouve sur la page perso que vous avez créée sur Pickture. Vous pouvez ensuite partager vos listes et, là où c’est top, c’est que pour chaque « pick », il y un lien qui vous envoie directement sur le site de shopping, où vous pourrez acheter l’objet qui vous plaît.

pickture2

Comme l’anniversaire de Ouistiti et Noël sont proches, c’est un peu casse-tête de donner des idées pour chaque événement à nos proches.

La plupart du temps, je flashais sur des jouets ou des vêtements quand je surfais sur les sites que je consulte d’habitude. Sauf qu’une fois que je me déconnecte, la plupart du temps, j’oublie ce que j’ai repéré.

Avec Pickture, j’ai fait des listes pour l’anniversaire et pour Noël que j’ai ensuite partagées avec nos familles qui pouvaient alors directement commander, puisque les articles « pickés » étaient liés aux site de shopping où je les avais repérés.

Ainsi, tout le monde était content : on a quasi pas eu de mauvaises surprises pour son anniversaire et les Mamies, Tatie et Tontons avaient plein d’idées dans lesquelles piocher.

Pour vous donner une idée de ce que ça donne, j’ai crée une liste avec toutes les idées de cadeaux de Noël dont je viens de vous parler. Vous pouvez la voir ici.

Allez maintenant, dites moi, elles vous plaisent ces idées cadeaux ?

Vous avez déjà bouclé vos achats ? D’ailleurs si vous avez des coups de cœur à me souffler à l’oreille, n’hésitez pas, j’ai encore plus d’une semaine pour compléter ce qui ira sous le sapin !

*Produits offerts

Source : Freepik

Source : Freepik

Après avoir écrit deux billets en duo (sur l’allaitement et sur le fait d’avoir ou pas une nounou), vous commencez à bien connaître ma copine Do, du blog Ma Bouille et moi.

Et comme on aime bien écrire en parallèle sur le même sujet, mais avec chacune nos différentes expériences, on s’est dit qu’on allait en faire un rendez-vous régulier (idéalement, tous les mois, sauf quand on est un boulet de l’organisation comme moi en ce moment et que je nous fais prendre deux semaines de retard) et voilà comment est née l’idée du « En duo avec La Bouille » que vous retrouverez ici, et « En duo avec Ouistiti » que vous retrouverez chez Do qui seront, c’est logique, publiés le même jour sur un même sujet.

Pour ce troisième rendez-vous, on a eu envie de comparer nos modes de vie du fait que La Bouille vit à la campagne et que Ouistiti vit en ville.

Comme vous le savez, nous habitons Paris. Nous avons emménagé avec PapaDeOuistiti en 2003 dans un 2 pièces, notre premier home Sweet home, et nous y sommes toujours.

J’adore notre quartier, nous avons tout à disposition, mais si un 2 pièces pour un jeune couple, c’est parfait, lorsque ce même couple devient une famille avec l’arrivée d’un Bébé, c’est beaucoup plus compliqué.

Deux pièces, c’est une cuisine, une salle de bains, un salon et une chambre : chez nous, tout ça tient dans 47 m2.

Si dans les 1ers mois de Ouistiti, nous arrivions à gérer la place, depuis quelques temps, c’est beauuuuuuuucoup plus compliqué !

Pendant ma grossesse, l’optimisation de l’espace a été l’un de nos principaux sujets de conversation : il s’agissait de faire rentrer un lit et une table à langer dans une chambre pas super grande et déjà bien remplie.

PapaDeOuistiti a même utilisé un logiciel pour faire un plan afin d’être sûr de ne pas perdre bêtement de la place. On a réussi à tout faire rentrer et on ne se prend pas les pieds dans les meubles.

Je vous assure que ça relève de l’exploit !

Cela a été très frustrant pour moi de ne pas avoir de chambre à préparer pour mon Tout-Petit qui allait naître. Nous n’avions qu’à rechercher ce lit et cette table à langer et le premier critère n’était pas l’esthétique mais le pratique.

On y a tellement réfléchi que rien n’était monté à la naissance de Ouistiti.

D’autant plus maintenant qu’il a un an, j’aimerais qu’il puisse profiter de son espace rien qu’à lui, de son univers qu’il se créerait avec ses jouets préférés qu’il pourrait trouver quand il en a envie, plutôt que d’avoir à attendre que je les lui sorte de la caisse qui trône dans le salon.

Au début, le salon, justement, n’a pas été concerné par l’optimisation de place, puisqu’il n’y a eu que le transat qui s’est ajouté au mobilier

Oui mais voilà, Ouistiti grandit et l’espace se réduit.

Comme nous n’avons pas encore réussi à pousser les murs, on camoufle et on vit dans le bazar, c’est étouffant !

On cache ce dont on ne sert pas, ou peu, derrière ce dont on se sert plus : derrière mon fauteuil d’allaitement, derrière le miroir, derrière le clic clac et tout ça dans cette pièce principale de vie. Dans la chambre, ça se cache sous le lit et dans le dressing qui est un véritable cafarnaüm.

Ouistiti s’éveille chaque jour un peu plus et nous lui réservons de plus en plus de place dans le salon.

Au début, il y avait le petit coin avec son tapis d’éveil.

Et puis il a appris à se retourner, puis à ramper, puis à faire du quatre pattes et maintenant il se met debout. Le tapis d’éveil a fait place au tapis malin, plus épais.

Depuis qu’il crapahute, nous avons tout enlevé pour qu’il puisse jouer sans être gêné au sol.

Sauf que le salon n’est pas grand et pour y installer son espace de jeu, nous devons mettre la table basse de côté.

Arrive alors le grand déballage de jouets que je laisse du matin où il y joue la première fois jusqu’au soir où je range, pendant que PapaDeOuistiti le prépare pour son dodo.

Et qui dit, petit espace dit que tout est à portée de mains. Du coup quand Ouistiti a commencé à se déplacer, et même encore maintenant qu’il prend appui sur les meubles, j’étais toujours derrière, à l’affût du moindre danger.

Je reste persuadée que je l’ai freiné.

La plus grande preuve en est que sa première échappée à 4 pattes, il ne l’a pas faite chez nous mais chez ma copine Cécile, pendant l’un de nos cafés/papotages.

J’étais en train de me préparer dans son entrée pour partir, Ouistiti était avec elle près de son canapé quand elle lui a dit « Tu vas voir Maman ? » Et d’un coup, j’ai vu mon bébé venir vers moi d’une allure très décidée sans jamais chuter, alors qu’il ne l’avait jamais fait auparavant.

Ca m’a époustouflée et, en même temps, je me suis dit qu‘il devait se sentir frustré, depuis un petit moment chez nous, à n’avoir que peu de liberté de mouvement.

Depuis, j’essaye d’être moins envahissante et je laisse, autant que possible, aller à sa guise (depuis une semaine, il se promène dans tout l’appartement. Là aussi, la première fois, il l’a fait la seule fois où je n’étais pas là de la journée depuis sa naissance. Et je me dis que c’est encore un signe…)

Mais, pour ma défense, tout est tellement serré que quasi tout est sa portée, surtout depuis qu’il se met debout.

Depuis quelques temps, je ne me mets plus systématiquement par terre avec lui quand il joue, je reste sur le canapé et je n’interviens que quand il va au devant de quelque chose de dangereux.

Je le vois s’amuser, découvrir des choses, me les montrer et c’est juste kiffant !

Nous avons commencé à regarder pour déménager dès l’annonce de ma grossesse, au début, très (trop) tranquillement.

On s’est plus activé ces derniers mois, au fur et à mesure de la diminution de l’espace vital.

Et de toute façon, même si on était assez fous pour rester dans nos 47 m2, ça ne serait pas possible puisque notre bail se termine en septembre prochain et que nous savons que notre propriétaire va vendre.

Alors bien sûr, vivre dans si peu d’espace ça nous mine de plus en plus. Et lorsque l’on rentre de vacances, je m’imagine toujours comment serait notre vie là-bas où pour le loyer que nous payons, nous aurions une belle maison avec un jardin (je ne décroche pas de l’idée que nous y arriverons un jour).

Mais la vie, ic,i a des avantages (heureusement, sinon nous serions maso) : nos familles sont ici, mes meilleures amies sont ici (l’une du haut de la liste a d’ailleurs les mêmes souhaits pour un déménagement sur les côtes rochelaises !), notre quartier est agréable à vivre, quand Ouistiti sera un peu plus grands, nous pourrons aller visiter plein de lieux extra pour les enfants, que ce soit un parc d’attraction ou des endroits plus culturels, de même pour le blog car la majeure partie des Sorties Blogo ont lieu sur la capitale.

Socialement parlant, je suis heureuse avec la vie que j’ai actuellement. Il ne nous manque plus qu’un cadre de vie plus grand et confortable pour que nous soyons parfaitement épanouis.

D’ailleurs, nous sommes actuellement dans la course pour un appartement de 3 pièces que nous connaissons, puisque nous le reprendrions à des amis.

Alors si ça vous dit de croiser les doigts avec nous, on prend toutes les bonnes ondes disponibles.

Vous vous imaginez que j’ai, bien plus d’une fois, envié ma Copine Dorothée qui a la chance d’avoir une belle maison à la campagne.

Vous avez envie de savoir comment vit un bébé des champs ? Allez vite faire un tour par , elle vous raconte tout !

croco bag

Je vous ai déjà avoué que j’étais une addict des sacs à main. J’en ai de toutes les sortes, sans savoir combien.

Et si il y a bien un truc sur lequel on doit renoncer quand on devient Maman, c’est son (ou ses) sac à main chouchou.

J’ai bien essayé, au début, de garder mon plus grand sac mais j’ai eu beau m’acharner pendant plusieurs sorties, c’était tout sauf pratique.

Je ne trouvais jamais ce dont j’avais besoin, et je devais retourner l’intégralité du contenu pour enfin mettre la main dessus.

Juste l’enfer !

J’ai fini par capituler et acheter un sac à langer, moins gros que celui que j’avais acheté avant la naissance de Ouistiti, pour les sorties quotidiennes.

Bien sûr, son look est hyper bébé et si ça ne me dérange pas d’avoir un look de Maman pour plein de trucs, mes jolis sacs à main me manquaient.

J’ai fini par l’abandonner au profit d’un Tote Bag.

Il y a quelques temps de cela maintenant, j’ai découvert le sac à langer Croco Bag et je suis tombée en amour, comme disent les Québécois.

Mais avant de vous parler de THE sac, laissez moi vous présenter un peu plus Baby on Board : marque née de l‘idée d’une jeune Maman qui, au fil de ses allers-retours chez la nounou ou de ses voyages, a très vite fait le constat que son sac n’était pas adapté.

Et c’est comme ça qu’elle créa Baby On Board.

Et si le nom sonne anglais, c’est bien une marque française qui existe depuis plus de 25 ans et qui propose des sacs aussi pratiques que fashion.

A ce jour, ce sont plus de 3 millions de sac qui ont été vendus dans des enseignes de puériculture comme Aubert et Bébé 9.

Les présentations étant faites, il est temps que je vous présente le modèle Croco Bag que j’ai eu la chance de recevoir.

Son look ultra féminin se remarque au premier coup d’œil : une matière effet croco disponible en 9 coloris, vernis ou mat. J’ai choisi le modèle bleu mat : bleu, comme les yeux de Ouistiti, et mat parce que je n’aime pas le vernis (logique !).

Alors je ne sais pas vous, mais moi je valide direct son côté ultra féminin.

Pour le côté pratique, c’est bien simple, il l’est autant qu’il est beau.

La première chose qui saute aux yeux, c’est qu’il est méga grand !

La fermeture éclair descend très bas, de manière à permettre une ouverture très large : fini de passer trois plombes à chercher un truc et trouver tout, sauf ce dont on a besoin !

Au centre du sac, il y a tellement de place que je peux y mettre une tenue de rechange et un pyjama pour les fois où nous dînons à l’extérieur pour que Ouistiti soit prêt à aller au dodo directement quand nous rentrons après, plusieurs bavoirs, son doudou et plusieurs jouets, son carnet de santé

En plus d’être large, il est organisé de telle manière que rien ne traîne.

L’une des parois à l’intérieur possède deux scratchs sur lesquels on peut accrocher deux pochettes :

  • Une thermo-isolante dans laquelle on peut y mettre deux biberons ou, dans mon cas, le repas de Ouistiti ou son goûter. Elle est dotée d’une lanière fermée par un clip de manière à l’attacher à la poussette, si on n’a pas besoin de prendre la sac à langer complet (pour une petite sortie goûter au lac près de chez nous quand il fait beau par exemple, donc au printemps maintenant !),
  • Une pochette souple dans lequel je mets le tapis à langer (lui-même fourni avec le sac et qui est bien plus confortable que tous les tapis d’appoint que j’ai pu voir jusqu’à présent : une face en éponge, l’autre imperméable et le tout bien épais).

photo 1(27)

Sur l’autre côté du sac, il y a deux pochettes cousues : c’est là que je mets les couches (j’en case facilement trois dans chaque pochette).

photo 2(27)

Je mets toutes les affaires dont j’ai besoin pour le changer (coton, liniment, eau micellaire) dans la grande trousse en croco bleue mais j’y mets aussi des pipettes de sérum phy, des mouchoirs. Bref, toutes les petites choses dont on a besoin quand on part en vadrouille et qui, d’habitude, se baladent au fond du sac.

photo 1(26)

Et petit détail qui a toute son importance : une poche est fournie pour y mettre les couches sales, mais on peut y mettre exactement ce que l’on veut.

Comme j’emballe les couches utilisées dans des sachets faits pour, il met déjà arrivé d’y mettre des affaires sales en cas d’accidents… Et tout y tient largement !

Il y a également une petite pochette avec une doublure alimentaire et qui s’attache a l’extérieur du sac grâce a un mousqueton pour avoir les sucettes toujours à portée de main.

Ça c’est pour le sac côté Bébé !

Pour le sac côté Maman, il y a un compartiment externe qui s’ouvre entièrement et qui peut contenir toutes mes petites affaires : porte monnaie et porte feuille, chéquier, clés, bonbons, lunettes de soleil, stylo, mon carnet « blog » qui ne me quitte plus depuis que Emma me l’a offert dans notre swap, gel hydro-alcoolique, mouchoirs…

Tout mon petit bazar est à ma portée et je trouve tout rapidement. Terminé, là aussi, de farfouiller dans le sac pour chercher quelque chose pour moi et sortir le Doudou de Ouistiti à la place.

Le côté Maman (avec, à gauche, la petite pochette à tétines

Le côté Maman (avec, à gauche, la petite pochette à tétines

Il est possible de ranger son téléphone dans une poche à l’arrière du sac : il est donc facilement accessible, sans pour autant être trop à la vue de tout le monde.

la pochette téléphone

la pochette téléphone

Autre détail que j’apprécie beaucoup, ce sont les attaches poussette amovibles grâce à des mousquetons : je les installe quand on sort avec la poussette et le sac à langer y est accroché de façon très stable. Même si le panier de ma poussette est très grand, j’apprécie d’avoir le sac à ma hauteur et ne pas avoir à m’arrêter pour aller sous la poussette, lorsque j’ai besoin de quelque chose qui est dedans.

La seule chose que je regrette sur ce sac à langer, c’est de ne pas pouvoir le porter en bandoulière. Avec mon gros manteau que je porte en ce moment, les anses sont un peu courtes et, du coup, il glisse quand on sort en portage et que je dois mettre le sac à l’épaule.

Du coup, je reprends le Tote Bag que j’utilisais jusque là, beaucoup moins grand et pas du tout organisé à l’intérieur.

Certes, son prix (95€) représente un certain investissement, mais c’est le cadeau parfait à mettre sur sa liste de naissance ou sur celle du Père Noël, ou à offrir lors d’une Baby Shower.

Pour moi, le Croco Bag est le sac idéal pour toutes les Mamans : toutes les affaires sont à disposition facilement, sans que le côté élégant soit mis de côté.

Et vous, il vous tente ?

 

Pour ne rien manquer de l’actu de Baby on Board, n’hésitez pas à liker leur page Facebook.

Produit Offert

photo(53)

Et voilà, ça y est, tu as eu 1 an Dimanche !

Cette journée, j’y ai pensé pendant tout le mois de Novembre : J’étais à la fois excitée à l’idée de préparer ton anniversaire mais, en même temps nostalgique, de voir à quelle vitesse cette année est passée.

Ce mélange de sentiments m’a accompagnée tout au long de cette journée qui était la tienne.

Le matin, ça a été éclats de rire et câlins à gogo tous les trois, et le temps s’est écoulé normalement jusqu’à la sieste.

Pendant que tu dormais, nous nous sommes occupés de décorer le salon. Tu t’es réveillé avant que nous ayons fini, et tu avais plus envie que je te prenne dans mes bras plutôt que je gonfle des ballons.

Cette année nous a appris à être pleins de ressources et, en jonglant entre Papa et moi, tout était prêt quand les invités sont arrivés.

Ce premier anniversaire a eu lieu en petit comité : les Mamies, Tatie et les Tontons, et ça a été pour toi l’occasion de manger ton premier gâteau au chocolat.

Mamie J. avait en fait préparé deux gâteaux (d’après la recette que Bergamote avait spécialement publiée sur son blog après que je lui ai demandé des conseils par rapport aux PLV. Merci Copine !) : le gâteau au chocolat que tu as savouré même si tu as fait une drôle de tête aux premières bouchées et un gâteau en forme de petit train, décoré de tout un tas de bonbons que tu as beaucoup aimé.

Puis vint le moment des cadeaux pour lesquels tu nous a épatés en comprenant immédiatement comment se servir des balles d’un des jouets.

Comme tu n’avais dormi qu’une heure, la distribution des cadeaux a été un peu longue pour toi, on l’a donc écourtée en décidant de t’offrir ceux qui restaient plus tard.

PapaDeOuistiti avait préparé un montage des photos et vidéos que nous avons faites tout au long de l’année et je n’ai pas pu retenir mes larmes.

Te voir si petit à l’écran alors que tu étais assis sur mes genoux, c’était beaucoup d’émotions pour moi.

Ce moment a, en fait, résumé tout ce que je ressens depuis plusieurs semaines : une certaine nostalgie face à ce temps qui est passé si vite.

Je ne vais pas m’étaler sur le sujet mais j’aurais voulu que cette année te soit plus douce, j’aurais voulu réussir à trouver comment te soulager et ne pas te voir avoir mal si souvent.

Je te promets que je vais tout faire pour que tout cela cesse au plus vite.

C’est pour cela que je suis nostalgique car j’ai l’impression que ces moments douloureux t’ont volé trop de doux moments.

C’est dur pour mon cœur de Maman de penser que tu as souffert presque tous les jours pendant un an…

Mais à côté de ça, tu nous offres tous les jours des éclats de rire, tu fais plein de progrès :

  • Tu nous envoies des bisous (aujourd’hui, tu l’as même fait quand je t’ai dit « tu fais un bisous à Papa ? »),
  • Tu nous donnes tes jouets quand tu t’amuses avec,
  • Tu partages tes biscuits,
  • Tu me donnes tes chaussons quand je t’habille.

Bref, tu partages tout !

Depuis que tu as découvert la position debout, tu t’y mets de plus en plus et tu tiens de plus en plus longtemps. Tu te déplaces le long du canapé et ce week-end, tu as même fait trois pas en me tenant les mains.

Tu discutes toujours autant avec les gens que tu rencontres, et tout le monde s’accorde pour dire que tu es un petit charmeur (comme quoi non, être gardé par sa Maman, ne fais pas de toi un sauvage !).

Tu es toujours mon bébé koala qui réclame souvent les bras, c’est fou les choses que j’ai apprises à faire à une seule main en un an (et je remercie aussi le portage !)

Les siestes redeviennent un peu plus simples : il y a souvent un réveil mais tu dors à nouveau, la plupart du temps, dans ton lit.

Si tu disais Papa depuis un moment et quelques fois Maman, là tu le dis en t’adressant à nous : tu nous regardes et tu dis bien « Papa » à Papa et « Maman » à moi, et on fond à chaque fois !

De plus en plus, quand je te prends sur mes genoux ou quand je suis assise sur le lit et que tu joues à côté de moi, tu t’installes contre moi et tu m’entoures de tes petits bras pour me faire un câlin. Tu peux rester comme ça un long moment, et il t’est même arrivé de t’endormir.

Dans ces cas-là, je me laisse aller et je m’endors avec toi.

Et puis dimanche, c’était aussi l’anniversaire de notre allaitement. Et ça, j’en suis fière !

Je l’ai déjà dit à plusieurs reprises, t’allaiter, j’y tenais vraiment mais jamais je ne me serais imaginée que nous franchirions le cap d’une année complète.

Je me suis toujours dit que ce serait un vrai allaitement à la demande et que le sevrage n’interviendrait que quand tu le déciderais.

Ça, c’était dans mon idéal car un allaitement peut subir de nombreuses embûches.

Mais malgré une mastite, des remarques de soi-disants professionnels dont je ne parlerai pas sur ce billet, nous sommes toujours dans cette magnifique aventure et, c’est un vrai cadeau pour moi.

Alors oui, c’est vrai, il y a un peu de nostalgie dans mon cœur de Maman qui te voit grandir trop vite mais il y a surtout tellement de bonheur de te voir devenir un petit garçon qui s’épanouit de jour en jour.

Mon Ouistiti, ta naissance a rendu notre vie plus belle, chaque jour passé depuis le 30 novembre 2013 a fait grandir cet amour qui était déjà si fort, quand tu étais dans mon bidon.

Et il va continuer de grandir encore et encore !

Joyeux Anniversaire, mon petit Ouistiti, Ta Maman qui t’aime encore plus que très très fort!

photo(51)

Oui, je sais, je vous avais dit que je ne serai pas à la bourre pour vous montrer le contenu de la Tiniloo de Novembre. Disons que je suis moins en retard que pour celle d’octobre !

Comme je vous l’avais annoncé sur mon billet sur la box précédente, le thème de ce mois-ci était : Pour me faire patienter à Noël.

Étant donné que je suis déjà dans l’esprit de Noël à voir les vitrines se décorer, les catalogues de jouets arriver depuis plusieurs semaines, j’avais hâte de découvrir ce que Tiniloo nous avait réservé.

Voici donc ce qu’il y avait dans cette box :

  • Un téléphone Piccino Piccio :

Je dois vous faire un aveu : quand je l’ai découvert, je ne l’ai pas trouvé extra. Certes, il fait de la musique (4 sons différents, un par bouton), mais le design est très classique puisque le décor est un simple autocollant et il ne fait pas de lumière. Mais quand je l’ai donné à Ouistiti, il s’est tout de suite amusé avec. Il a compris qu’en appuyant sur les boutons, cela faisait de la musique et il grignote la petite antenne. Il joue souvent avec et c’est ce qui me fait l’apprécier finalement.

photo 1(18)

  • Un bandana Funky Giraffe aux couleurs de Noël  :

Bon là, je ne vous surprendrai pas en vous disant que je l’adore et qu’il a rejoint ma grande collection. Ça ne pouvait pas mieux tomber puisque je voulais en commander pour les fêtes.  Du coup, je le réserve pour le mettre à Ouistiti le 25 décembre.

photo 2(18)

  • Un livre-cd « Les plus belles chansons de Noël » (Éveil et Découvertes) :

Un très beau livre contenant 15 textes illustrés par de jolis dessins, ainsi qu’un cd reprenant ces textes en chanson. Là encore, ça tombe à pic puisque PapaDeOuistiti cherchait, depuis un petit moment, de nouvelles comptines pour varier de celles qu’il chante habituellement. Nous allons pouvoir nous mettre dans l’ambiance de Noël en musique. Et si, jusqu’à la naissance de Ouistiti, ça me passait complètement au-dessus de la tête, je dois bien avouer que j’ai été rattrapée par le côté féerique que cela représente.

photo 4(12)

  • Une préparation pour crêpes gourmandes (Dénicheurs & Co) :

Là, malheureusement, c’est une déception : les crêpes, pour moi, ça ne représente pas Noël mais la chandeleur et, en plus, quand j’ai lu que j’aurais pu recevoir à la place un imagier de Noël, représentant un calendrier de l’avent pour apprendre à Bébé à reconnaître des images caractéristiques de Noël,  ça m’a frustrée. Ouistiti aurait en effet pu profiter de l’imagier alors que les crêpes, il n’en mange pas.

photo(52)

  • Une gourde BabyBio Recette Légumes doux Tomates Millet :

J’ai déjà eu l’occasion de faire goûter ce repas du soir à Ouistiti après l’avoir découvert lors d’une Sortie Blogo. Il l’avait beaucoup aimé et moi c’est le fait qu’il n’y ait pas de lait, ni de gluten que j’avais apprécié. Je ne l’ai pas encore trouvé dans mes boutiques bio donc j‘étais bien contente de pouvoir la lui faire déguster à nouveau.

photo 5(12)

Mise à part la préparation pour crêpes qui est pour moi hors sujet, j’ai apprécié cette box qui donne bien un avant goût de Noël.

Le thème de la box de décembre sera « Avec des jouets par milliers » et je suis comme une gamine à l’idée de découvrir ce qu’elle contiendra.

Lorsque je suis allée sur le stand de Tiniloo au Salon Baby, on m’a glissé à l’oreille que le packaging devrait être un peu spécial à l’occasion des fêtes.

Je ne suis pas sûre de vous le dévoiler en décembre car je vais tenter de résister, et ne l’ouvrir qu’au matin de Noël. Et avec les fêtes, je ne peux pas vous promettre d’être très régulière sur le blog.

Mais, promis, je mettrai au moins une photo sur la page Facebook du blog, en attendant de vous publier mon billet.

Et vous, cette box « Pour me faire patienter avant Noël », vous l’avez eue ? Qu’en avez vous pensé ?

Comme d’habitude, dites moi tout en commentaire !

Source : Resqme.com

Source : Resqme.com

Aujourd’hui, je vais vous parler de quelque chose de différent de ce dont je vous parle habituellement.

Il ne s’agit pas de puériculture, de box ou de mode bébé. Non il s’agit d’un petit accessoire de sécurité routière.

J’ai longtemps hésité lorsqu’on me l’a proposé car je suis tout, sauf experte en la matière mais, en même temps, je me suis dit que je suis encore plus flippée en voiture depuis que Ouistiti est né, et que je serais bien bête de ne pas m’intéresser à quelque chose qui pourrait me venir en aide, en cas de besoin.

Je ne vous ferai pas le détail de ce dont j’ai peur car, rien que d’en parler, j’ai trouille que ça arrive.

Malheureusement, les dangers de la route sont partout et plutôt que se voiler la face, il vaut mieux prévenir.

Et c’est ce dont je vais vous parler avec le ResQme.

Source : Resqme.com

Source : Resqme.com

Le ResQme, Kezaco ?

C’est un petit objet à accrocher à votre porte-clé et qui vous sera d’une grande aide si jamais il arrive ce dont je ne veux pas parler,de peur que ça se produise.

Il faut quand même que je vous dise comment ça marche :

A l’une des extrémités, il y a un poinçon propulsé par un ressort qui permet de briser les vitres des portières.

Le ResQme possède également une lame affilée, grâce à laquelle on peut couper une ceinture de sécurité,si elle est bloquée à cause du choc.

Initialement conçu pour les secouristes, il est si petit et léger qu’il peut être utilisé par n’importe quel conducteur.

photo(50)

Il peut être accroché à un porte-clé ou être mis dans le vide-poche (fermé) de la voiture pour être toujours à proximité en cas de problème.

Je n’ai pas utilisé le ResQme et j’espère ne jamais avoir à le faire, mais j’ai lu suffisamment d’avis, et même vu plusieurs vidéos, pour être convaincue de son utilité ainsi que de l’intérêt de vous le présenter.

Aujourd’hui j’ai la possibilité de faire gagner un ResQme à deux d’entre vous.

Pour cela, rien de plus simple, il suffit de me dire en quelle année a été conçu le ResQme : un petit tour par ici devrait vous aider à trouver la réponse. [Je validerai toutes les réponses une fois le concours terminé, pour que tout le monde joue le jeu]

Comme d’habitude, vous pouvez obtenir des chances supplémentaires en :

likant la page Facebook du blog et de ResQme et en me laissant votre pseudo Facebook dans un deuxième commentaire (+ 1 chance)

partageant le concours via les réseaux et en me donnant votre lien de partage dans un troisième commentaire (+1 chance quelque soit le nombre de partage)

– en vous inscrivant à la Newsletter du blog en me donnant le début de votre mail dans un 4ème commentaire (+1 chance/valable aussi si vous êtes déjà abonnée e,t dans ce cas, laissez moi aussi le début de votre mail pour que je vous retrouve).

N’oubliez pas que j’utilise maintenant un petit logiciel qui attribuera les chances en fonction des commentaires, donc si vous ne postez qu’un seul commentaire avec vos quatre chances de participation? au lieu d’un commentaire par chance, vous n’obtiendrez qu’UNE SEULE participation.

La réponse à la question sur « l’année de conception du ResQme » est obligatoire pour concourir. Si je n’ai pas cette réponse, je ne validerai aucun autre commentaire qui ne sont que des chances supplémentaires.

Le concours prendra fin le 6 décembre à minuit et j’annoncerai le nom de la gagnante le lendemain, sauf imprévu, en édit de ce billet (une participation par foyer/IP, concours valable en France métropolitaine).

Les lots seront envoyés par ResQme, MamanDeOuistiti n’en est en rien responsable.

Produit offert par la marque

EDIT DU 7 DECEMBRE 2014

NOUS AVONS DEUX GAGNANTES

Resultats ResQme

FELICITATIONS EMILIE & CARINE : ALLEZ VITE VOIR VOS BOITES MAIL !!!!

Source : Dreamstime.com

Source : Dreamstime.com

Ce billet, j’ai du mal à le commencer, j’ai même peur qu’il soit très brouillon. Je le mûris dans ma tête depuis des jours et, pourtant, j’ai du mal à me mettre le coucher « sur le papier »

Car une fois de plus, je dois faire un constat d’échec. Une fois de plus au lieu de nous aider, j’ai eu le droit à des remarques d’un professionnel qui, quand je me les rappelle, me font toujours aussi mal que le jour où je les ai entendues la première fois.

Pourtant, en avril dernier, j’étais confiante. Ce nouveau pédiatre qu’on nous avait recommandé, avait pris les choses en main dès le premier rendez-vous.

Mais au fil du temps, il a fait comme les deux premiers : il nous a abandonné

C’est pourtant lui qui avait mis en avant le RGO et envisager une intolérance aux protéines de lait de vache, lui qui avait tout de suite mis Ouistiti sous le traitement dont j’avais eu plusieurs échos.

Oui, mais voilà, ça n’a rien changé.

Le traitement a accentué les douleurs au ventre dont je n’arrête pas de parler depuis qu’il a 6 jours (6 jours bordel ! Il va fêter ses 1 an dans 3 jours…).

L’éviction des PLV n’a rien modifié non plus, pourtant je continue car le test qui s’est révélé négatif, peut très bien être un faux négatif. J’ai fait de même avec le gluten.

Et comme les choses n’allaient pas mieux, je prenais des rendez-vous, sûrement trop souvent à son goût.

J’ai dû le lasser, lui donner l’impression d’en savoir plus sur le sujet que lui (désolée mais je persiste à penser que c’est bien le cas !) et donc au lieu de réfléchir sérieusement aux causes de toutes ses douleurs, il a préféré me sortir des phrases blessantes et déstabilisantes :

  • En fait, la nuit il vous cherche, c’est pour ça qu’il pleure, il veut que vous veniez le chercher (ok mais alors dans ce cas, pourquoi les réveils sont exactement les mêmes quand il dort avec nous…),
  • Il a déjà une maîtresse, c’est vous,
  • Vous avez donné 9 mois de votre vie à l’allaiter, c’est bon vous pouvez passer à autre chose (et dire que je le pensais pro-allaitement quand il me disait, au début, que le « lait de Maman »‘était le meilleur. Plus après 9 mois visiblement…),
  • Cette nuit, tu vas avoir une raison de pleurer avec les vaccins que je viens de te faire.

C’est cette phrase qui m’a retourné le ventre, qui m’a fait penser que c’était la dernière fois qu’il nous voyait, alors qu’on était encore dans son cabinet.

Autant de cruauté balancée à la figure d’un bébé qui venait d’avoir 11 mois, je n’ai pas supporté. Déjà que les vaccins, c’est loin d’être ma tasse de thé mais s’en servir de la sorte, ça m’a scotchée. Je ne m’y attendais pas, je suis restée bouche bée.

Je m’étais préparée à devoir répondre à des critiques sur mon allaitement, sur ma façon de gérer les nuits, mais pas à ce qu’il s’adresse comme ça à Ouistiti. Et je m’en veux encore aujourd’hui, alors que ça va faire un mois que c’est arrivé. Mon bébé a été malmené et je n’ai pas réagi sur le moment.

J’avais pourtant dit que c’était terminé, que maintenant je me défendrai bec et ongles pour mon fils, que je ne me laisserai plus intimidée parce qu’en face de moi, j’ai un médecin qui me sort un diagnostic. C’est pourtant ce qu’il s’est passé et ça me bouffe.

La réaction, je l’ai eue après (pourquoi avoir autant attendu, je ne sais pas, sûrement cette impression de compétence due à ses approches du début), quand au bout de deux jours de retour au médicament pour le RGO qui lui avait fait mal au ventre en avril, le résultat a été le même qu’au premier essai. Il est parti du postulat que Ouistiti était plus grand, que son intestin était plus mature et que ça irait mieux.

Ça pouvait se défendre, on a tenté mais le retour des crises a vite eu fait de tout nous faire arrêter !

Il n’en a eu que pendant deux jours mais les crises ne se sont plus arrêtées jusqu’à aujourd’hui… C’est comme si on avait réveillé un monstre qui le fait souffrir chaque jour et chaque nuit.

Au bout de ces deux jours, plutôt que d’appeler le pédiatre pour encore m’entendre dire que tout était normal vu qu’il le voit souriant quand on va a son cabinet, j’ai appelé mon généraliste.

Nous sommes allés le voir et la première chose qu’il m’a dite, c’est « mais ça se voit qu’il a mal ! »

La première chose qu’il a fait ensuite, c’est constaté que le RGO n’était pas bien appréhendé : Ouistiti avait la gorge tout irritée (raison pour laquelle il refusait les purées depuis plusieurs jours, même à peine tièdes) et il avait des signes de défenses douloureuses au niveau du ventre.

Il a changé son traitement qu’il lui a prescrit pour une semaine, le temps de le soulager.

La semaine a passé, Ouistiti mangeait à nouveau normalement mais les douleurs au ventre étaient toujours là.

Comme prévu, on fait le point et je suis repartie avec une ordonnance pour une échographie abdominale et une pour une prise de sang, afin de commencer à chercher une piste allergique.

Cette échographie, j’en parle depuis février et, à chaque fois, tous les pédiatres m’ont répondu que ce n’était pas la peine, qu’ils savaient que tout était normal SAUF QUE NON, tout n’est pas normal : Ouistiti a tellement d’air dans le ventre que le praticien n’a pas pu voir toute une partie de sa paroi intestinale

Et quand on sait que c’est une des manifestations des problèmes que j’ai moi-même et dont j’ai parlé à chaque médecin, à chaque rendez-vous, ça me met dans une rage folle !

Nous attendons toujours les résultats de la prise de sang et je ne sais même plus quoi espérer.

Si cela révèle une allergie, le problème sera alors connu et on saura sur quoi agir. Je ne veux pas donner l’impression que c’est que je souhaite car je souhaite tout le contraire.

Mais si cela ne révèle pas une allergie, on n’aura encore aucune réponse à tout ça et on sera toujours désemparé de ne pas savoir quoi faire.

Une chose est sûre c’est qu’avec le résultat de l’écho et de la prise de sang, je vais aller voir ce pédiatre qui a fini par voir en moi une primipare névrosée et a préféré ignorer mes inquiétudes, laissant Ouistiti souffrir pour lui dire que, si il avait écouté ma demande d’examen, on aurait pas encore perdu tous ces mois, moi à être culpabilisée parce que je continue l’allaitement et que je choisis la solution du cododo quand il ne va pas bien la nuit (c’est à dire chaque nuit), et surtout Ouistiti à souffrir avec, à chaque fois, l’excuse du « ça va passer en grandissant ».

Et je lui demanderai si lui supporterait de souffrir chaque jour pendant un an sans que la personne, dont c’est le boulot de chercher à le soulager, ne daigne s’y attarder plus des 10 minutes réglementaires de ses consultations.

A 70€ la visite, j’en attendais beaucoup plus de lui

Dès que nous avons appris ma grossesse, nous avons commencé à chercher un appartement plus grand : nous vivons dans un 2 pièces et il était évident que ça allait vite être la galère.

Paris, le prix du marché et nos critères font que nous n’avons toujours pas déménagé.

Pourtant, ça urge car nous savons que notre bail ne va pas être renouvelé en septembre prochain.

En attendant de trouver l’appartement qui sera notre nouvel Home Sweet Home, il m’arrive de flâner, sur internet, pour trouver des idées pour la chambre de Ouistiti.

Pendant ma grossesse, je n’ai pas pu faire de shopping, ni décorer la pièce qui allait devenir sa chambre puisque 2 pièces signifie une seule chambre et que je n’avais pas d’endroit où créer un petit univers cocoon pour mon bébé.

Avec le déménagement qui va finir par arriver, je m’autorise à imaginer ce que je pourrais faire dans sa future chambre.

C’est en me baladant sur le site de Bébé 9 que je pense avoir trouver sa décoration.

Si on connait l’enseigne Bébé 9 comme distributeur de nos marques de puériculture chouchous, on sait moins qu’elle possède également ses propres marques telles que :

  • Bébé 9 Référence proposant des produits pratiques et résistants pour une utilisation au quotidien avec, par exemple, cette chancelière toute cocoon :

Chancelière

  • Bébé 9 Essentiel proposant des produits à petits prix pour un usage simple, garantissant le confort et la sécurité de Bébé, comme avec le parc pliant Alizée

Parc Pliant Alizée réglable

  • Bébé 9 Expert proposant des produits ultra-performants et innovants avec, entre autre, la poussette Comet :

Pousette Comet

  • et enfin Bébé 9 Création proposant du mobilier, ainsi que plusieurs collections déco, textile et d’équipements originaux dont la collection Léopold qui figure désormais sur ma WishList « Décoration Future Chambre de Ouistiti »

Pyramide_leopold_1-738x1024

 Cela va peut être vous paraître bizarre mais ce qui m’a fait m’arrêter sur cette collection, c’est la toise.

L’un de mes souvenirs « madeleine de proust » de mon enfance, c’était quand ma Maman nous mesurait, ma frangine et moi le long du mur près de l’encadrement de la porte de la cuisine où elle inscrivait nos tailles au crayon à papier.

J’ai hâte de pouvoir faire pareil avec Ouistiti, mais sur une toise dédiée qu’il aura dans sa chambre. Et je trouve celle-ci, avec ses trois cadres photo permettant de la personnaliser au gré de nos envies, vraiment très mignonne.

De là, je m’imagine lui installer le pêle-mêle où je pourrais accrocher toutes sortes de petits souvenirs, mais aussi le porte-manteau pour y accrocher ses petites affaires.

Côté textiles, je pourrais me faire plaisir en accordant la gigoteuse évolutive, le tour de lit et le couvre lit.

Et si c’est la chambre d’une Pitchounette que vous avez à décorer, ne vous inquiétez pas, tout se décline dans les tons roses avec la collection Ninon.

Une chose est sûre, j’ai vraiment hâte de commencer mes folies décoratives !!!

Et vous, ça vous donne envie ?

 

Article sponsorisé

Source Freepik.com

Source Freepik.com

Je ne sais pas si vous avez remarqué mais quand vous annoncez une heureuse nouvelle, régulièrement, on vous demande quand est ce que la prochaine arrive.

Dans ce genre, j’ai eu :

– le jour où j’ai annoncé nos fiançailles : « Félicitations et le mariage alors, c’est pour quand ? » Bon ok sur ce coup là, normalement l’un annonce l’autre, sauf que nous, c’était il y a 12 ans et qu’on n’est pas marié (et on le vit bien !)

– le jour où vous vous mariez ou que vous êtes ensemble depuis de loooooooongues années : « et le bébé, alors c’est pour quand ? » (sans se demander, d’ailleurs, si il n’y a pas une raison pour laquelle bébé n’est pas encore là…)

– le jour (ou quelques mois après) la naissance de votre premier enfant : « et le petit deuxième alors, c’est pour quand ? »

J’avoue, je n’ai pas exactement eu cette question mais on m’a déjà demandé si je pensais au petit deuxième. PapaDeOuistiti est l’une de ses personnes,car il a toujours voulu deux enfants. Mais il n’est pas le seul à aborder le sujet.

Alors la question du 2ème pour moi, avant d’être Maman, ne se posait pas : je voulais aussi deux enfants.

Quelques mois après la naissance de Ouistiti, nous avons commencé à en parler, enfin plutôt lui que moi car à ce moment là, j’avais totalement changé d’avis. Je trouvais même complètement débile d’y penser. Je voulais juste savourer notre nouvelle vie avec lui !

Mais petit à petit, comme on en parle régulièrement, l’idée a fait son chemin. J’ai aussi régulièrement la nostalgie de mon ventre, pile au moment où plusieurs de mes blog-copines annoncent leur deuxième, troisième ou quatrième grossesse.

Je peux donc le dire maintenant, le deuxième, je le désire à nouveau mais se pose la question du Quand ?

Car, si je suis une jeune Maman, je ne suis plus une jeune femme. Je suis donc prise par le temps.

Si je veux me tenir à ma dead-line, il me reste deux ans pour tomber enceinte et accoucher.

Sachant que j’ai mis 14 mois pour que Ouistiti s’installe dans mon bidon, ça ne laisse pas une marge énorme. Il ne faudrait donc pas tarder (ne le dites pas à ma Maman, elle va m’assommer avec une cocotte en fonte !)

Mais une grossesse rapprochée me taraude l’esprit (oui parfois, je parle comme une petite vieille. Je vous l’ai dit, je ne suis plus toute jeune !) et ce, pour plusieurs raisons.

La première, c’est que Ouistiti est petit et il a besoin de toute notre attention.

Je me demande si avoir un deuxième enfant ne le ferait pas grandir trop vite; si ce ne serait pas injuste pour lui de lui imposer un bébé tout neuf alors qu’il est encore en droit d’être chouchouté comme un bébé, car c’est encore un (mon) bébé.

La deuxième, c’est ma fatigue car nous n’avons pas eu une nuit complète depuis bientôt 12 mois et je suis juste complètement décalquée.

Nos nuits et certaines de nos journées sont encore plus que compliquées et la raison de tout ça n’est pas encore réglée (je vous en parle d’ailleurs bientôt)  : j’ai beaucoup de mal à m’imaginer enceinte avec un tel rythme, et ensuite avec un nourrisson si les choses perdurent ainsi car ce bébé tout neuf se réveillera la nuit, aura sûrement des coliques, peut être un RGO ou je ne sais quoi d’autre.

Avouez qu’il y a de quoi flipper de voir un rythme déjà perturbé être à son tour chamboulé par je ne sais combien d’éléments inconnus (je vous ai perdu ?).

Pour l’instant, je fais du surplace, n’arrivant pas à me décider : je sais que je veux Bb2 et je ne veux pas que Ouistiti grandisse seul.

J’ai une « petite » sœur et je veux à tout prix qu’il ait, avec un petit frère ou une petite sœur,  la même complicité que celle que nous avons toutes les deux.

Et il y a un âge que je ne veux pas dépasser pour avoir Bb2 : je sais déjà que je vais être considérée comme une grossesse à risques et il y aura un examen auquel je n’échapperai pas, mais si je pouvais éviter d’avoir ceux de la liste quand on passe la quarantaine, j’aimerais autant !

Mais, un enfant c’est déjà du boulot, surtout avec les soucis que vous connaissez déjà, et je ne vois pas comment j’arriverais à gérer un deuxième qui demandera forcément beaucoup d’attention.

J’en suis même à me demander si je me lancerai dans un deuxième allaitement. Je suis toujours énormément investie dans mon premier et je ne vois pas comment je trouverai l’énergie pour en entamer un nouveau, si je dois m’occuper de Ouistiti, toujours aussi demandeur,  en parallèle.

J’en arrive à me dire que ce serait beaucoup lui demander ainsi qu’à Bb2 que de me lancer dans un tel projet, sauf que ce deuxième je le veux vraiment.

Je pense que je n’ai pas fini de me triturer l’esprit avec ce dilemme et que je vous en reparlerai le jour où ma réflexion aura mûri.

D’ailleurs, si vous avez été dans la même situation, que vous ayez ou non passé le cap, n’hésitez pas à venir me raconter, en commentaires, comment vous vivez les choses maintenant.