Source Venezuelatina.com

Source Venezuelatina.com

Cela faisait trois mois que nous attendions cette journée et pourtant je n’étais pas sereine ce matin quand je me suis levée : sûrement à force de répéter toujours la même chose et de ne jamais voir d’amélioration malgré les espoirs qu’on met dans ces gens que l’on consulte.

Ce rendez-vous chez cette gastro-entérologue, je l’avais depuis début juin. A l’époque ça me paraissait une éternité. 3 mois à le voir souffrir comme ça, il était hors de question d’attendre. Nous sommes donc aller voir un autre gastro conseillé par un médecin que je connaissais.

Mais au cas où, j’ai gardé le rendez-vous d’aujourd’hui : mon expérience (mauvaise) a fait que j’ai préféré ne pas l’annuler au cas où les choses ne s’arrangeraient pas malgré les consultations avec la première gastro.

Ouistiti ne va pas mieux, les nuits sont toujours avec des réveils toutes les deux heures où je sens bien qu’il a mal : nous y sommes donc allés cet après-midi.

Contrairement à la première gastro, nous n’avons pas pu faire un topo de la situation depuis la naissance de Ouistiti, nous n’en avons pas eu l’opportunité.

Ce médecin nous a balancé ses questions, limite sans nous laisser le temps de réfléchir, en me donnant même l’impression que je racontais n’importe quoi puisqu’au début elle comprenait de travers. Il a fallu qu’elle reçoive un coup de téléphone pour que je puisse mettre mon esprit au calme et que je récapitule dans ma tête ce que j’allais lui dire une fois qu’elle aurait raccroché (si je vous dis qu’au début je ne savais plus quels signes nous ont alertés pour le RGO en février…).

Même encore au moment où j’écris ce billet, je suis incapable de me souvenir dans quel ordre les choses ont été dites, ne m’en voulez pas si je vous parais brouillonne…

Avec ce qu’on lui a dit et les examens que Ouistiti a déjà passés, elle confirme le RGO et ne le trouve pas aussi modéré que la première gastro. Elle est d’accord aussi avec le fait que des douleurs intestinales entrent en jeu. Elle lui a donc fait faire un test pour vérifier si une bactérie y est présente et si sa flore pourrait en être perturbée : le test est négatif mais le résultat a pu être faussé car il n’était pas à jeun.

Jusque là j’étais confiante, enfin on pensait comme moi : son ventre est aussi en cause.

Le problème c’est qu’une fois le test revenu négatif, j’ai tout de suite eu le même sentiment : on nous mettait encore une fois de côté (attention, je ne dis pas que j’aurais préféré que le test soit positif).

Elle nous dit donc que le test est négatif mais que ça peut être un faux négatif mais que ça veut quand même dire que si il y a une bactérie, elle n’est pas forte car sinon elle aurait été révélée.

Donc le traitement qu’elle envisageait, elle ne le donne pas.

A ce moment là, elle revient (je ne sais plus comment) sur le RGO et commence un discours qui va me faire pleurer quand elle s’absentera quelques instants juste après : « le RGO c’est très compliqué à traiter avec le lait de mère » et sa solution c’est le sevrage. Elle voit que je le prend mal donc elle part sur une semaine pendant laquelle je devrais tirer mon lait et l’épaissir.

Si ça solutionne, c’est bien on reste comme ça.

Si ça ne solutionne pas, je devrais progressivement remplacer mon lait par du lait de riz, donc sevrer Ouistiti.

Et si ça ne solutionne encore pas, elle m’a mis ce que j’ai pris comme une menace au-dessus de la tête à savoir faire passer une fibroscopie à mon bébé de 9 mois. Si je dis « menace » c’est qu’elle a vu ma réticence à sevrer Ouistiti et elle m’a dit « oui mais c’est le seul moyen de savoir car tout peut être problématique dans le lait de mère sinon après c’est une fibroscopie »

J’ai eu l’impression de passer pour la mère qui préfère s’accrocher a son allaitement plutôt que de lui éviter cet examen douloureux, ce qui est absolument faux.

On est ressorti de là avec une ordonnance pour un tire-lait, du lait de riz et de l’épaississant, mais plus rien pour traiter le RGO alors qu’elle nous l’a confirmé.

Et moi ce soir, je me retrouve avec toutes mes interrogations.

Elle ne peut pas me confirmer que le sevrage va être la solution (alors que jusque là il n’y a que ça qui l’apaise…), et malgré ça je dois tenter un coup de poker et mettre un terme à notre allaitement de bientôt 9 mois et demi alors qu’on peut se retrouver dans quinze jours dans la même situation, mais encore plus stressés.

  • lui que j’aurais forcé à ne plus prendre ce qui le calme et l’endort,
  • et moi à devoir gérer des tirages de mon lait, et toute une procédure pour l’épaissir et lui donner, donc épuisée

Si j’étais sûre a 100% que ça allait être enfin la solution du problème, je foncerais tête baissée mais j’ai l’impression qu’on va juste nous enlever la seule chose qui adoucit toutes ces souffrances

Et pour l’instant, je n’y arrive pas.

J’ai toujours pensé que Ouistiti se sèvrerait tout seul alors devoir passer par quelque chose d’aussi violent, je trouve que c’est risqué de foutre en l’air tout ce que j’ai réussi à obtenir jusque-là (j’avais prévu de vous parler de ma victoire de cet été, mais j’ai eu besoin d’écrire sur ce rendez-vous avant).

Depuis cet après-midi, je suis perdue, triste.

Heureusement, parler avec PapaDeOuistiti et mes copines m’a permis de réagir un minimum et j’ai contacté ma sage-femme. Je la vois demain après-midi.

Je sais qu’elle, elle m’écoutera et qu’elle prendra tout en compte dans mon allaitement : le médical et l’émotionnel, qu’elle sera avenante et qu’elle ne me demandera pas sèchement comme la gastro : « Vous avez tout saisi, c’est bon ? »

Au mois d’août, en parcourant mes blogs préférés, j’ai lu sur celui d’Evelyne Untibébé que la Fondation SOS Préma lançait une opération en partenariat avec Eau Mont Roucous et Vert Baudet.

Cette opération c’est WeLovePréma : 80 blogueurs répartis dans 8 villes de France (Paris, Lyon, Nantes, Marseille, Lille, Toulouse, Strasbourg et Bordeaux) ont pour mission de former une équipe de 10 personnes afin d’offrir un maximum de bodies aux services de néonatalogie et parler ainsi de la prématurité.

Comme vous le savez, je me suis déjà engagée dans la lutte contre la prématurité en participant en juin dernier à La Marche des Bébés. Il était donc tout naturel pour moi que je rejoigne Evelyne dans cette aventure, afin d’apporter un peu de réconfort à ces petits bébés et leurs familles.

En quoi consiste cette opération ?

Avec chaque membre de la Team Untibébé, je vais collecter et customiser le plus de bodies taille préma/naissance possible.

Si vous souhaitez nous soutenir en nous envoyant des bodies, il faut que ces derniers respectent certains critères de sécurité et de confort pour ces petits bout’choux :

– le body doit être 100% coton
pas d’étiquette à l’intérieur du body.
pas de body passant par la tête.
pas de bouton ou ruban : tout objet pouvant se détacher et être avalé.
rien en relief sur le dos du body pour ne pas gêner bébé.
– les matériaux utilisés devront être adaptés à bébé et lavables en machine.

Si vous avez des bons plans en matière de matériel de customisation, voire même du matériel (feutres textiles, flex thermocollant, chutes de tissu), nous sommes aussi preneuses.

Nous avons également mis en place une cagnotte pour les personnes qui n’auraient ni bodies, ni materiel mais qui souhaiteraient nous soutenir par un petit don d’argent.

Vous pouvez la trouver ici :

Cagnotte Team Untibébé – We Love Prema

Grâce à l’argent récolté, nous acheterons des bodies et du matériel pour les customiser. Au cas où il resterait de l’argent sur la cagnotte à la fin de l’opération, nous le reverserons à SOS Préma.

N’hésitez pas à me contacter en commentaire sous ce billet ou via le formulaire du blog si vous souhaitez plus d’informations ou que vous avez envie de nous accompagner dans cette belle aventure !

Je profite de ce billet pour remercier le site Petits Bambin, Laetimum sur Twitter, la marque Giotto et l’Agence Rose Bonbon pour leur générosité.

#WeLovePrema  : la belle opération qui aide les Bébés prématurés
Ouistiti Testeur : S'habiller cool avec Bébé Tshirt [Concours Inside]

Je dois vous faire une confidence : j’adore habiller Ouistiti.

Son Papa vous dirait même qu’il a beaucoup trop de vêtements et j’avoue sa commode est plus que bien remplie. Depuis 9 mois, j’ai remplacé le shopping pour moi par le shopping pour lui. Oui, oui, contrairement à ce que j’ai pu entendre pendant ma grossesse (« une fille c’est plus sympa à habiller, il y a plus de choses »), je m’éclate à l’habiller !

Alors quand la marque Bébé TShirt m’a proposé, sur Twitter, de choisir et de tester l’un de leurs produits, j’ai juste été ravie !

Bébé TShirt est un site proposant des vêtements pour bébé de la naissance à 18 mois : Pyjamas, Tshirts, Bavoirs, Bodies, Sweats 100% coton bio et imprimés en France.

Vous avez ensuite le choix entre plusieurs styles d’impressions : textes rigolos, animaux, personnages, fruits.

J’ai choisi le Tshirt que j’allais recevoir juste avant les vacances, c’est donc tout naturel que j’ai flashé sur le modèle marinière en blanc, parfait dans l’esprit bord de mer avec le bateau.

Je l’ai reçu joliment emballé dans un Tote-Bag avec le logo de la marque imprimé dessus.

Le coton est vraiment de belle qualité. J’ai lavé le Tshirt plusieurs fois et il n’a pas bougé : aucune déformation, ni bouloche.

Le dessin est également très soigné et parfaitement fidèle à la présentation sur le site. Il faut bien veiller à laver le Tshirt à l’envers pour le préserver.

Ouistiti a vraiment fait sensation avec ce look petit marin !!!

Sur la page Facebook du blog, j’ai annoncé la semaine dernière quelques concours pour rendre la rentrée plus douce.

Voici le premier : Bébé Tshirt me donne la possibilité de faire gagner a l’une d’entre vous le pyjama de votre choix.

Pour cela, c’est très simple : il vous suffit de me laisser en commentaire le lien du modèle que vous souhaitez gagner en vous rendant sur le site de Bébé Tshirt.

Vous pouvez aussi obtenir des chances supplémentaires en :

– likant la page Facebook du blog (si ce n’est pas déjà fait) ainsi que celle de Bébé Tshirt en m’indiquant en commentaire le nom sous lequel vous avez aimé les deux pages (+1)

– partageant ce concours sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Hellocoton [en publication « public »] en indiquant le lien de partage en commentaire (+1 peu importe le nombre de partage)

– vous inscrivant à la newsletter du blog, en m’indiquant le début de votre mail en commentaire (+1) [valable aussi si vous êtes déjà abonnée dans ce cas, laissez moi aussi le début de votre mail en commentaire]

Le concours prendra fin le 19 septembre à minuit et j’annoncerai le nom de la gagnante le 20 septembre à 21h en édit de ce billet (une participation par foyer, concours valable en Grance métropolitaine). Le lot sera envoyé par Bébé Tshirt, MamanDeOuistiti n’en est en rien responsable.

Produit offert par la marque

Cela fait maintenant plusieurs semaines que j’ai la chance de tester le nouvel Ergobaby Performance Ventus.

Souvenez vous, je vous en ai déjà parlé ici.

Bien évidemment, il nous a accompagné pendant nos vacances et je l’ai utilisé dans grands nombres de nos balades.

Je ne vais rien vous apprendre si je vous dis que nous n’avons pas eu des vacances caniculaires, le ciel étan plus souvent couvert que resplendissant de soleil et les températures allant de paire. Je n’ai pas donc pas connu d’effet sauna lorsque je portais Ouistiti, mais grâce à l’Ergobaby j’ai pu profiter de balades « légères » car tous les points positifs dont je vous parlais dans mon premier billet n’ont fait que se confirmer : confort du portage grâce aux bretelles et à la ceinture plus fines, légèreté de l’Ergobaby en lui-même, un tablier bien enveloppant et aéré (le point fort de ce modèle).

Et si jusque-là, je l’avais utilisé sur des périodes relativement courtes (balades parisiennes, courses…), pendant ces vacances où les après-midis à la plage ne se sont pas bousculées au portillon, nous nous sommes consolés en faisant de grandes balades en famille dont une que nous avions eu la mauvaise idée de faire en poussette lors de notre séjour en mai : des zones en travaux pour cause de démolition à cause des dernières grosses tempêtes, chose que nous ne savions pas. Cette fois, nous ne nous sommes pas faits avoir et nous avons troqué la poussette pour l’Ergobaby et même si le terrain était moins escarpé que la dernière fois, je peux vous assurer que nous avons savourer cette longue promenade sans aucune contrainte de matériel pour nous et à l’affût de tout ce qui l’entourait pour Ouistiti.

Nous sommes partis pratiquement deux heures durant laquelle j’ai toujours eu Ouistiti en portage : je n’ai jamais ressenti ses 8kgs700, aucune gêne pendant la balade et aucune douleur après alors que c’était ma première sortie rando-portage. Et pour Ouistiti, une sortie tout en confort sans aucune plainte ni envie d’être détaché, bien au contraire puisqu‘il s’est endormi sur la deuxième partie de notre périple jusqu’à notre retour chez nous.

Les vacances sont maintenant terminées, mais nos aventures « Ergobaby-esques » ne sont pas prêtes de s’arrêter.  Et qui sait, Septembre pourrait peut-être nous réserver la surprise de quelques belles journées ensoleillées: le côté aéré du Ventus nous serait donc à nouveau très utile !

Je ne vous dévoile donc pas un scoop si je vous dis que l’Ergobaby Performance Ventus est testé et plus qu’approuvé par la Ouistiti Family !

Produit offert par la marque

On a quand même profité un peu de la plage !

On a quand même profité un peu de la plage !

Il y a des anniversaires que l’on déteste célébrer, et celui d’aujourd’hui en fait partie.

Cela fait un an aujourd’hui que mon Beau-Père nous a quitté, trois semaines après que nous ayons pris en pleine figure le diagnostic des médecins.

Read More →

Et patatra !

Cette année, les vacances m'ont joué un sacré tour : outre le fait que les températures n'aient jamais dépassé les 23 degrés et que je ne me sois pas baignée en 4 semaines, j'ai dû passer un peu moins de la dernière quinzaine avec un accessoire dont je me serais bien passée !

Je vous plante le décor :

Nous allions faire des courses. On aurait dû y aller la veille mais un détour vers un point relay fermé a contrarié nos projets et vis à vis du repas de Ouistiti, ça faisait trop court (si j'avais su !).

Contrairement à la fois d'avant, Ouistiti n'avait pas envie de rester sur le "siège" du caddie : je l'ai donc pris dans l'ErgoBaby. Comme à notre habitude, histoire que ça prenne moins de temps, PapaDeOuistiti est allé dans certains rayons et moi dans d'autres.

Tout est arrivé après que je sois allée chercher des compotes au rayon bébé : je me dirigeais vers le caddie avec mes deux paquets, Ouistiti bien installé et comme d'habitude à l'affût de tout, et là, d'un coup, j'ai glissé. Mais pas la petite glissade, non, une glissade qui m'a tout fait lâcher parce qu'en 1/4 de seconde, il a fallu que je capte que nous étions en train de tomber, que le caddie est trop prêt de nous et que la tête de Ouistiti se dirigeait droit vers lui. Alors que le réflexe m'aurait fait essayer de me raccrocher à ce caddie, je l'ai poussé, je me suis enroulée sur Ouistiti et je me suis étalée sur le côté droit.

Je venais de glisser sur une flaque d'eau en plein milieu du magasin

Sur le coup, je n'ai rien senti, tout ce qui m'importait c'était comment allait mon Bébé. Pendant la chute, bien que très rapide, je ne l'ai pas quitté des yeux, j'ai vu qu'il ne s'était pas cogné au caddie qui avait roulé plus loin mais je l'ai serré tellement fort que j'ai eu peur de lui avoir fait mal.

J'ai tout de suite détaché l'ErgoBaby (heureusement que je l'avais car sans lui, la chute aurait été bien plus catastrophique…) et je l'ai donné à son père pour qu'il vérifie. Il semblait perdu : plusieurs personnes avaient accouru vers nous, tout le monde demandait comment il allait et on était au sol. Bref, il sentait bien que quelque chose clochait mais il n'a jamais pleuré.

Nous l'avons rassuré. PapaDeOuistiti l'a regardé sous toutes les coutures, il n'avait rien.

Et c'est à ce moment que j'ai senti une douleur aiguë dans mon genou et une chaleur piquante sur mon coude. Je pensais que je m'étais arrachée la peau et je m'attendais à voir une plaie en relevant mon jean, mais non ! Par contre mon coude était bien amoché.

Nous sommes allés faire une déclaration à l'accueil. La personne qui s'en est occupée n'a montré aucun signe d'embêtement. Je n'ai même pas eu droit à un "je suis désolée".

Nous sommes partis et j'ai rejoint la voiture en boitant.

De retour chez nous, j'ai appelé un médecin : pas de place avant le lendemain matin. Je me rappelle avoir dit que je prenais le rendez-vous mais que si la douleur passait, j'annulerai. Elle est encore là, j'y suis donc allée.

A l'examen, le médecin a détecté un hématome et un épanchement : résultat, une ordonnance pour une radio et une échographie.

Sauf qu'en plein mois d'août, ce genre de rendez-vous, c'est la galère. J'ai pu aller faire une radio (qui n'a rien montré d'anormal) mais j'ai dû attendre notre retour à Paris pour l'écho. Et en attendant, je me suis traînée une genouillère ligamentaire. Autant vous dire, que j'ai terminé les vacances avec le moral bien atteint : j'avais mal (j'ai toujours), j'avais le genou compressé, et surtout j'étais amoindrie pour m'occuper de Ouistiti.

J'ai terminé le mois d'août tant bien que mal avec régulièrement des crises d'angoisse en pensant à ce qui aurait pu arriver à Ouistiti si il n'avait pas été dans l'Ergo, si je n'avais pas poussé le caddie ou si j'étais tombée en avant.

J'ai passé l'écho cette semaine et alors que je pensais que la douleur était liée au choc (oui même au bout de deux semaines, j'y croyais sincèrement), le couperet est tombé : hématome et déchirure du ligament avec IRM à suivre, car le radiologue craint que le ménisque ait été touché.

Autant vous dire que j'ai la rage et que j'ai bien du mal à garder la positive attitude : comme si on n'avait pas assez enduré depuis tous ces mois, il y a maintenant une probable opération qui me pend au nez sur un genou déjà fragilisé par une opération il y a plus de 20 ans.

Et dans tout ça, ce n'est pas à moi que je pense. J'ai déjà annoncé la couleur : si l'IRM montre que le ménisque est touché mais qu'on me dit que ça peut attendre et bien ça attendra !

Comment gérer une opération avec un allaitement ? Avec un Ouistiti qui ne s'endort qu'à la tétée ? Tout simplement avec un bébé de 9 mois dont je m'occupe H24 depuis sa naissance ?

Comme accepter que je vais peut-être devoir arrêter un allaitement bien installé à cause d'une satanée flaque d'eau en plein milieu d'un magasin ? La négligence de ces personnes est en train de menacer tout ce que nous avons construit depuis le 30 novembre 2013 et ça je ne l'accepte pas. C'est ça qui me fait le plus souffrir dans toute cette histoire.

Et bien sur, il faut encore attendre car les places sont chères pour les IRM ! Mais en fait, je ne suis pas pressée de savoir

Heureusement, ces vacances m'ont aussi amené une belle victoire dont je vous parle très vite !

Petit clin d'œil à mon copain Valpareiso dont un tweet m'a donné le titre de ce billet 😉

Ouistiti Testeur : Le Matelas Tapis Malin de Tinéo

Ouistiti grandit (oui je sais que vous savez mais moi je trouve que ça va trop vite !), et il fait, chaque jour, beaucoup de progrès. Ce mois de vacances nous a permis de le voir évoluer dans un contexte moins speed que tous ces mois, surtout pour son Papa qui a pu profiter de lui au quotidien et non pas quelques heures en rentrant du boulot.

L'une des choses marquantes de ces dernières semaines c'est sa façon d'évoluer au sol : de ses quelques passages du dos au ventre, et du ventre au dos il n'y a pas si longtemps encore, nous avons maintenant des enchaînements de roulades, de belles échappées en rampant et quelques tentatives pour s'assoir.

Autant vous dire que mon cœur de Maman n'a pas fini d'avoir de grosses frayeurs s'agissant des chutes (ma réserve d'arnica vous donnerait une petite idée en fait).

Juste avant de partir en vacances, après une rencontre un peu brusque de sa tête avec notre plancher, j'ai eu la chance de recevoir le matelas tapis malin de Tinéo. J'en ai presque fait une danse de la joie.

Tinéo, je vous en ai déjà parlé à plusieurs reprises ici et ici  car c'est une de mes marques chouchou : j'aime les produits très bien pensés pour Bébé car jolis et ludiques, et pour ses parents car conçus intelligemment de manière à nous rendre la vie plus facile.

Et ce tapis remplit tout ces critères.

Tout d'abord, il est très joli : de petits personnages de la forêt (hiboux, hérissons, escargots, écureuils) tapissent une housse en coton renforcée par une doublure en plastique à l'arrière pour ne pas qu'elle s'abîme au contact du sol.

Il se constitue de quatre carrés qui ,une fois dépliés, offrent une belle surface de jeu. Quand le moment est venu de tout ranger, il suffit de les plier sur eux même pour ne plus avoir qu'un carré épais à ranger dans la housse.

Il est facilement transportable grâce aux poignées cousues sur un côté de deux carrés.

Et alors que le tapis d'éveil de Ouistiti est très fin, ce tapis lui est suffisamment épais pour que, si une cabriole se termine un peu brusquement, je ne craigne pas qu'il se cogne la tête.

Mon bout'chou a donc pu expérimenter la position assise, chancelante au début et complètement assurée au bout de quatre semaines. Il y a commencé ses "rampages" et nous avons pu l'encourager en plaçant des jouets préférés à l'extrémité opposée à lui pour lui donner envie d'avancer.

Nous avons pu le voir ainsi énormément progresser, et même si je sais que je ne pourrai pas éviter les chutes et les bosses grâce a un tapis, ça me rassure de le voir faire ses premières tentatives, forcément timides au début, en toute sécurité.

Bien sûr, nous n'avons pas passé ces temps de jeux à le solliciter pour qu'il progresse, il s'y est aussi, tout simplement, beaucoup amusé avec son Gros Dada, son ballon à picots qu'il a souvent fait voler avec ses petits pieds agiles ou encore avec Gribouille dont il a découvert qu'il pouvait le faire rouler.

Nous avons passé de très bons moments chaque jour sur ce tapis malin tous les trois, et nous allons continuer à en profiter maintenant que nous sommes rentrés chez nous puisqu'il a pris la place du tapis d'éveil : bah oui quoi ? C'est pour les petits les tapis d'éveil, on a 9 mois maintenant nous, et on a besoin d'espace pour s'éclater !!!

Ce tapis est vraiment une belle découverte et je ne peux que vous le conseiller en vous promettant de bons moments d'amusement partagés avec votre Babychou.

Pour suivre l'actualité de Tinéo, n'hésitez pas à liker leur page Facebook : vous pourrez, entre autre, y découvrir très bientôt les motifs de la nouvelle collection que j'ai eu la chance de voir le week-end dernier au Salon BabyCool.

 

Produit offert par la marque

Avant la naissance de Ouistiti, j'étais totalement contre la tétine. Je trouvais ça moche, et surtout j'avais peur que ça mette à mal mon allaitement.

Les premiers mois, mon bout'chou m'a donné raison puisque les quelques fois où son papa a essayé de lui donner, il faisait de beaux lancers avec. Son truc à lui, c'était notre petit doigt.

Puis vint le RGO pour lequel le petit doigt n'était plus suffisant et où, un jour de crise intense, son papa a tenté un nouvel essai, réussi cette fois-ci.

Voyant à quel point ça l'apaisait, j'ai mis mes principes de côté et depuis je lui en ai données de plusieurs marques différentes dont j'ai déjà eu l'occasion de vous parler.

Grâce à la Tribu Luc et Léa, j'ai eu la chance de recevoir en test deux sucettes de la marque.

La première chose que j'ai adorée ce sont leurs petits motifs, oui parce que tant qu'à ce que Ouistiti ait quelque chose à la bouche, autant que ce soit mignon (comment ça, je suis futile ? ).

Pour le côté plus "technique", ce qui différencie ces sucettes d'autres marques, c'est leur collerette inversée. Ainsi, les lèvres de bébé et leurs contours ne sont pas en contact avec la collerette et sont ainsi protégés des irritations et des petits boutons. J'ai la chance de ne jamais avoir été confrontée à ce problème avec les sucettes que Ouistiti utilise déjà car il ne les garde jamais en permanence, uniquement quand ça ne va pas, mais je trouve l'idée très bien trouvée pour les bébés qui ont un fort besoin de succion.

Et pour lui, elles remplissent bien leur mission depuis qu'il les utilisent : l'apaisement en cas de crises de RGO.

Un autre petit détail que je trouve vraiment ingénieux, c'est le petit capuchon fourni avec chaque tétine. Ainsi quand Ouistiti ne s'en sert plus, je le remets sur la sucette et hop la voilà protégée sans avoir besoin de boîte à tétines.

Voilà donc de nouvelles sucettes que la Ouistiti Family a testées et approuvées pour leurs jolis décors et leur collerettes ingénieuses.

 

Produits offerts par la Marque

Ouistiti Testeur : les sucettes Luc et Léa
La collerette inversée qui ne touche pas la frimousse de Ouistiti et le petit capuchon protecteurLa collerette inversée qui ne touche pas la frimousse de Ouistiti et le petit capuchon protecteur

La collerette inversée qui ne touche pas la frimousse de Ouistiti et le petit capuchon protecteur