Un an de toi, un an de nous #Ouistitwo1an

58
2576

Il y a un an, tu pointais ton joli petit bout de nez après avoir passé 8 mois 1/2 au chaud dans mon bidon.

Une journée qui s’est déroulée tranquillement après un lever en mode «oups, je crois que j’ai fissuré la poche des eaux !». Rien de plus perturbant que ça, puisque j’ai accompagné ton grand frère à l’école, comme d’habitude.

Un petit contrôle à la maternité, deux heures plus tard, nous a confirmé que c’était le grand jour. Avec 15 jours d’avance, comme ton frère.

Pas de contraction. Juste quelques sensations un peu désagréables, mais tout à fait gérables.

Le stress, ce sont les sages femmes qui me le donnaient à me rappeler, à chaque contrôle, que si ça ne bougeait pas d’ici 24h, on me déclencherait. Et on attendrait pas beaucoup, ensuite, avant de décider d’une césarienne.

Comme ton frère, tu as décidé d’accélérer le mouvement d’un coup d’un seul et, à 0h22, tu poussais ton premier cri.

Rien ne s’est passé comme je l’avais imaginé mais tu étais là, et c’était tout ce qui comptait.

anniversaire - un an

Il y a un an, ce 13 décembre, tu as agrandi notre famille et depuis, malgré les difficultés des premiers mois, tout coule comme une évidence.

Tu es un Bébé (je vais avoir besoin d’encore un peu de temps avant de dire que tu es un petit garçon ^^) souriant, calme, facile à vivre, qui sait parfaitement se faire comprendre, indépendant. Tu deviens de plus en plus câlin, et j’adore ces petits moments où tu colles ta tête contre mon cou.

Je m’inquiétais des chamboulements que pourrait ressentir ton frère à ton arrivée. Au lieu de ça, dès votre première rencontre, le coup de foudre a été immédiat.

Depuis, il te réconforte, tu l’apaises. Il t’encourage, tu l’admires. Votre complicité est toujours aussi forte, et vous vous cherchez constamment pour les jeux et les câlins.

Je me demandais comment j’allais réussir à m’occuper correctement de deux enfants. Comment répondre aux besoins de chacun, sans négliger l’autre.

Au final, j’ai juste eu à suivre le mouvement pour que tout se fasse naturellement.

Tout n’a pas été simple, mais l’adaptation a été le maître mot de cette année.

Ton frère a tout de suite compris qu’un petit Bébé avait besoin d’attention. Et toi, tu te satisfaisais de tout !

Dormir alors qu’il joue, parfois un peu bruyamment : aucun problème ! Téter pendant qu’on lit une histoire : trop facile ! Rester contre moi pendant qu’il fait du toboggan : bah attends, meilleure place du monde en fait !

On m’avait dit qu’un deuxième bébé se fondait dans le décor. J’avais trouvé l’expression péjorative, comme si il n’avait pas le choix. Du style : «tu arrives, mais les personnages sont déjà en place, alors mets toi dans le moule, et avance».

Au final, je ne le vois pas comme ça. J’ai surtout l’impression que tu t’es tout de suite senti bien, rassuré et que, de ce fait, tu es monté dans notre train sans que cela ne te chamboule. On t’attendait aussi, on a donc naturellement modifié des choses pour toi, sans que ça ne perturbe quoique ce soit pour nous.

Voilà un an que nous sommes quatre, et c’est comme si ça avait toujours été comme ça.

Les habitudes se sont modifiées, certains rituels aussi. Bizarrement, ton grand frère, qui déteste les changements, a accepté ceux-là sans aucune difficulté… 🙂 Tout s’est fait en douceur.

Le truc le plus compliqué à mettre en place (et auquel je ne m’attendais pas du tout) a été l’allaitement (il faudra que je vous en reparle à l’occasion). Mais je me suis accrochée comme une lionne enragée. Déterminée à passer ce cap éprouvant, pour connaître le même bonheur que la première fois. Je n’y suis pas arrivée toute seule, mais j’y suis arrivée !

Il y a un an, tu étais tout petit. Tout ton corps tenait allongé sur mes cuisses. Aujourd’hui, tu as pris 25 cms…

Tu as deux dents et une troisième qui vient de percer. Depuis quelques temps, tu ne manges tes purées que si je te donne quelque chose à manger comme nous.

La marche te motive à 1000% : tu marches en ne me donnant qu’une seule main. Et tu tiens de plus en plus debout, en équilibre, sans aucun soutien.

La moindre facétie de ton grand frère te fait éclater de rire. Tu ne dis que Papa et Maman, mais tu sais parfaitement te faire comprendre autrement.

Les nuits sont encore hachées, mais tu souffres nettement moins. Tu vas à la crèche deux jours par semaine et, même si c’est compliqué, tu accordes ta confiance à d’autres personnes que nous.

Le temps passe encore plus vite pour un deuxième Bébé, et je ne peux m’empêcher d’être nostalgique du nourrisson que tu étais il n’y a pas si longtemps.

Mais j’aperçois le petit garçon joyeux, affectueux et débrouillard que tu es en train de devenir.

J’ai toujours dit à ton frère qu’il était le plus cadeau que j’ai jamais reçu. Et je me demandais comment je pourrais ressentir cet amour une deuxième fois, alors que c’était un sentiment tellement fort.

Tu es mon petit deuxième, mon petit dernier et mon cœur s’est rempli d’autant d’amour que la première fois.

Il y a quatre ans, je devenais Maman. Un rôle que j’avais toujours voulu tenir, et qui manquait à mes tripes depuis bien trop longtemps.

Il y a un an, tu as confirmé la Maman que j’étais, en me donnant une assurance que je n’avais pas. Je n’hésite plus, car je sais quand ça ne va pas. Et on ne décide plus pour moi.

Tu m’as donné confiance. Je n’ai plus peur de déranger. Ce n’est pas pour ça que j’encaisse tout plus facilement, la fatigue est bien là. Mais je garde toujours au coin de l’oreille cette petite voix qui me console, et me rappelle que ça finira par s’arranger (ce sont aussi les nuits complètes de ton frère qui m’ont montré que tout finit par arriver 🙂 ).

Je me suis sentie perdue quand le reflux a fait son apparition, et s’est renforcé au moment où il aurait dû se calmer.

J’ai culpabilisé quand on m’a annoncé que tu allais devoir porter un harnais pour corriger ta dysplasie.

Mais j’ai encaissé, et j’ai avancé pour Toi.

Tout ne s’est pas résolu aussi vite que je l’aurais voulu, mais ça n’a pas été aussi difficile à obtenir que pour ton frère.

Lui, comme toi avaient fait la Maman que je suis aujourd’hui. Poule ascendant louve qui puise sa force dans le regard de ses enfants.

Il y a un an, je te découvrais pour la première fois. Aujourd’hui, j’écris ce billet en te regardant dormir. Et j’aperçois encore le nourrisson, qui dormait en boule tout contre moi.

anniversaire - un an

 

Je te protégerai avec la même intensité qu’au premier jour, et j’espère que je saurai toujours t’apporter cet épanouissement que tu m’as offert en venant au monde ce 13 décembre 2016.

Très joyeux anniversaire mon Amour ♥

 

anniversaire - un an

58 Commentaires

    • Je me suis vraiment fait des noeuds au cerveau pendant ma grossesse.Un an plus tard, je peux vraiment dire que je me suis pris la tête pour rien. Les choses se font naturellement. Tout le monde s’adapte à la nouvelle situation et, même si il y a des journées plus compliquées que d’autres, la vie est belle !

  1. Joyeux anniversaire à ton petit tout mimi ! Très beau article qui montre ton amour pour tes enfants. Tu as eu beaucoup de courage d’allaiter, le jour où j’ai un enfant je ne pense pas le faire.

    • Mon premier allaitement s’est très bien passé, et c’est lui qui m’a donné le courage de continuer. Le démarrage du deuxième a été très douloureux, mais j’y tenais.
      Le principal, c’est de s’écouter. Si tu n’en as pas envie, ne te force pas. Le principal, ça sera votre sérénité à toi et ton futur bébé.

    • Ouistiti m’a demandé quel âge il aurait quand son petit frère aurait le même âge que lui aujourd’hui. La claque quand je l’ai imaginé à 7 ans.
      Alors 16 ans, j’imagine que ça doit faire un choc à ton coeur de Maman

    • J’espère que tout va rester comme ça. Même si je sais qu’il y aura forcément des chamailleries. C’est si important une joli relation avec son (ses) frère ou sa soeur !

  2. Magnifique ton texte !
    Joyeux anniversaire à ton petit !

    Le temps passe tellement vite, quand je vois que le mien a déjà 6 ans, il est loin mon petit bébé !

    Belle journée,

    Laura – Bambins, Beauté et Futilité

    • 6 ans, c’est déjà une sacrée étape 🙂
      J’avoue que depuis que mon grand est en moyenne section, je pense à la grande section qui va vite arriver. Et du coup, je pense au CP. Je suis nostalgique du temps qui passe et je pense beaucoup trop au temps qui arrive… Faudrait que je me soigne ^^

  3. Mais quel joli billet ! Et encore une fois, il résonne beaucoup en moi qui suis également la mummy de 2 garçons, je devrais même dire la mummy la plus heureuse (mais fatiguée ^^)
    Mon petit dernier à moi aura déjà 3 ans tout début janvier, j’ai encore bien du mal à m’en rendre compte finalement.
    Merveilleux premier anniversaire à ton Ouistitwo !!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here