Hypersensibilité : Astuces pour apaiser mon grand

41
153

Depuis la rentrée, c’est un sujet que j’aborde régulièrement sur mes réseaux sociaux (et vous répondez toujours présentes pour me soutenir et me remonter le moral <3) : la sensibilité et l’émotivité de mon grand qui a bien du mal à  l’école.

J’ai parlé à plusieurs reprises du pourquoi du comment, et ce n’est pas de ça dont il s’agit aujourd’hui.

Ça ne date pas d’hier : mon Ouistiti est un petit garçon très sensible. Aucun « diagnostic » (que je déteste ce mot) n’a été posé, mais ses réactions incontrôlables nous poussent à penser qu’on est dans le domaine de l’hypersensibilité/hyperémotivité. Et tout un tas de petits trucs, pas forcément faciles à gérer au quotidien, gravitent autour de cela.

Voir son enfant souffrir (car c’est bien de cela dont il s’agit) parce que ses émotions sont trop fortes à gérer pour lui, c’est tellement dur pour mon cœur de Maman.

Comme à mon habitude, je cherche des astuces, des débuts de solution pour l’aider à mieux supporter tout ça.

J’en ai parlé avec ses deux instituteurs. Mais je sais que l’aide doit également venir de nous, à la maison.

Je dois bien avouer, qu’en ce moment, je n’ai pas vraiment les idées bien en place. C’est toujours très compliqué avec le reflux de Ouistitwo et la fatigue se transforme doucement, mais sûrement, en épuisement.

Du coup, j’oublie que, parfois, j’ai des solutions à portée de mains.

Il y a quelques temps, alors que j’en parlais dans une story sur Instagram, l’une de vous m’a parlé des Fleurs de Bach.

Et là, je me souviens avoir fait un bond dans mon fauteuil en mode « non mais bon sang mais c’est bien sûr ! » (qui a d’ailleurs fait sursauter PapaDeOuistiti) me rappelant qu’un livre, Les Fleurs de Bach pour mes enfants, m’attendait dans ma Pile à Lire.

fleurs de Bach - émotivité - sensibilité - hypersenisbilité

Je suis allée le chercher, et j’ai commencé à le feuilleter.

Très facile d’accès, il décrit les sept catégories qui servent à classer les Fleurs de Bach. Il s’attache ensuite au profil de l’enfant (tempérament, comportement, ressentis…) et à son quotidien (vie à l’école, relations avec les autres, conflits avec les parents, maladie, sommeil…Il y a même une page spéciale pour les bébés !). J’ai parcouru ces pages, et j’ai repéré des traits de caractère de mon petit garçon.

Pour ne pas commettre d’impair, j’ai demandé conseil à ma copine, Une Bouille et des Twins, qui maîtrise le sujet. Connaissant très bien Ouistiti, elle a vite trouvé trois fleurs qui lui correspondaient.

J’ai repris mon livre, lu les descriptions les unes à la suite des autres et j’ai eu l’impression de voir mon fils à travers ces pages. C’est très impressionnant, limite bouleversant.

Ni une, ni deux, j’ai passé commande d’un composé de ces 3 Fleurs de Bach sur le site Deva. Livrée très rapidement, j’ai pu commencer la cure deux jours plus tard. A raison de 3 gouttes du mélange, trois fois par jour, j’ai très vite constaté des changements alors que la cure est prévue pour durer 3 semaines dans un premier temps. (Il est possible de la « renforcer » en recommençant pendant 3 nouvelles semaines après une pause d’une semaine).

J’ai toujours été d’une nature plutôt sceptique. Sauf que depuis je suis Maman, si quelque chose peut aider mes enfants, je suis prête à l’essayer, même si ça ressemble un peu à de la poudre de perlimpinpin.

Mais en fait, ce sont mes vieilles habitudes et mon éducation qui me faisaient avoir confiance en l’allopathie. Ma maternité et la protection de mes enfants m’ont largement fait évoluer, en 4 ans.

Les fleurs de Bach sont des extraits liquides de plantes : elles jouent sur les émotions négatives. En ciblant la difficulté émotionnelle de la personne à « traiter« , on change cette négativité en positif. En prenant la fleur adéquate, une personne se sentant inférieure va retrouver sa confiance.

J’accompagne Ouistiti dans cette cure puisque, toujours sur les conseils avisés de ma copine, je me suis également commandée une Fleur pour moi. Avec toutes les difficultés que nous rencontrons depuis plusieurs mois, je me sens dépassée, fatiguée, usée. Lorsque j’ai commencé la cure, j’ai senti une boule de chaleur m’envahir la poitrine à chaque prise, signe que la fleur choisie correspondait parfaitement au sentiment négatif à chasser.

Les choses ne sont pas plus simples au quotidien, mais je gère tout ça bien plus légèrement depuis que je prends ma fleur de Bach.

Deux autres ouvrages me sont également très utiles en ce moment :

estime de soi - intelligence émotionnelle - émotivité - sensibilité - hypersensibilité

La première partie de cet ouvrage aide les parents à comprendre l’importance de l’estime de soi dans l’équilibre psychologique et le développement. C’est ainsi qu’il nous rappelle que notre rôle principal est de sécuriser nos Bout’Choux; que nous sommes également des modèles puisque dans les premières années de sa vie, le jeune enfant fonctionne par imitation.

Il met également en lumière le rôle fondamental du jeu pour l’aider à s’épanouir. Il propose alors toute une série d’activités, qui amèneront l’enfant à exprimer ses sentiments et à prendre confiance en lui.

Au début de l’année, j’avais piqué l’idée de ma copine Delphine qui avait eu l’idée de dessiner un coeur sur un petit caillou, que son fils pourrait garder dans sa poche lorsqu’il serait en classe. Une façon de lui rappeler que, par l’intermédiaire du petit caillou, elle était toujours avec lui.

Mon essai s’est soldé par un échec et j’ai compris pourquoi, grâce à ce livre. Mon caillou, que j’avais attrapé un peu au hasard, ne représentait rien pour Ouistiti. Par contre, un des marrons que nous avions ramassé, lors d’une longue balade en tête à tête, avait une signification heureuse pour lui. Il y avait ancré un souvenir agréable qui le réconforterait, en cas de petits coups de mou à l’école.

Ce marron est devenu son porte-bonheur qui ne quitte plus sa poche.

 

éducation positive - éducation bienveillante - émotivité - sensibilité - hypersensibilité

Vous devez commencer à le savoir : je suis une Maman Poule, ascendant Louve.

L’éducation positive (ou bienveillante) s’est imposée à moi comme une évidence. Pour moi, les enfants ont besoin de douceur et de sécurité affective pour se sentir bien.

Ceci étant, il m’arrive parfois d’être décontenancée par une situation. Je m’adapte, j’anticipe mais je ne suis pas Mary Poppins. Je ne peux pas tout prévoir et, parfois, il y a des loupés qui peuvent finir avec un petit garçon qui va exploser de frustration ou de déception.

La fatigue, le découragement peuvent, parfois, me faire douter sur ma façon d’être Maman. Je pense être une Maman bienveillante, mais je suis une personne qui doute beaucoup d’elle-même. Du coup, je me plonge régulièrement dans des livres que je considère comme mes bibles de Maman.

Isabelle Filliozat et Catherine Gueguen ne quittent pas ma table de chevet, mais ma curiosité me dirige de temps en temps vers d’autres auteures.

J’ai reçu, il y a quelques temps, le livre de Véronique Maciejak et j’ai beaucoup aimé son approche très ludique sur la question.

Rassurante (non, vous n’êtes pas laxistes si vous êtes bienveillantes…) et encourageante, elle propose des exercices pour comprendre les racines de l’éducation positive, et des réponses aux questions que l’on se pose le plus lorsque l’on devient parent. A chaque fois, elle part d’un point de vue concret qui va apporter des bases solides qui conforteront nos actes.

Le chapitre sur les réactions de l’enfant face au stress, est presque devenu un mantra que je consulte régulièrement. Il me conforte dans mon sentiment de bien faire, et me fait une piqure de rappel les fois où j’en doute.

Donc, oui je vais continuer à ne pas crier quand il arrive à Ouistiti de s’énerver sans raison particulière (pour moi) et, oui, ma meilleure arme pour l’aider à évacuer ce stress, ce sont mes câlins ! Par contre, si dans ces moments, il s’emporte et fait quelque chose de mal, je lui fais réparer son erreur.

Tous ces chamboulements ont des répercussions sur le sommeil de mon grand, encore petit.

Depuis qu’il est né, les nuits sont chaotiques (on remerciera principalement le reflux de nous avoir collés dans cette situation.).

Il n’a commencé à faire ses nuits complètes que l’été dernier.

On m’a souvent bassinée avec mon allaitement qui maintenait ses mauvaises habitudes. J’estime ne pas avoir à me justifier, mais je n’ai pas manqué de rembarrer ces bon-pensants lorsque, une fois sevré, il continuait à se réveiller jusqu’à 3 ou 4 fois par nuit…

Bref, là n’est pas le sujet !

Si j’ai eu à cœur de trouver des astuces pour aider son petit frère à dormir le mieux possible (là aussi, c’est loin d’être réglé), je mène ce combat pour Ouistiti depuis bientôt 4 ans.

Autant vous dire que le voir faire des grasses matinées après des nuits sans réveil pendant les vacances d’été, m’a presque inquiétée les premières fois (l’ambivalence maternelle que j’ai dû freiner pour ne pas aller vérifier 15 fois dans la chambre si tout allait bien).

Voir ce progrès formidable, qu’on n’osait plus espérer, se consumer comme un feu de paille nous a plongé dans un profond découragement.

Il était tellement fier de cette réussite. Et, depuis deux mois, on a vu revenir cette impossibilité totale de contrôle : retour des terreurs nocturnes, de phases de somnambulisme et de monologues sur l’école alors qu’il est endormi, de réveils où il m’appelle en hurlant comme si il était terrorisé.

Là aussi, les chiens ne font pas des chats, la lecture est une fidèle complice quand il s’agit de lui faire comprendre des choses, et de le rassurer sur des situations inconnues ou perturbantes.

J’ai donc ressorti LE livre qu’il adore par dessus tout, quand il a besoin de réconfort : Nous serons toujours là pour toi.

Un ouvrage doux qui rassure les petits lecteurs sur plusieurs situations qui peuvent les inquiéter. Il m’a été très utile, au printemps dernier, quand PapaDeOuistiti souffrait le martyre à cause de son hernie discale et ne pouvait guère bouger. Tout comme lorsque Ouistitwo a eu son harnais, accessoire qui avait beaucoup impressionné son grand frère…

Dès le retour des nuits agitées et des inquiétudes en général, j’ai remis ce livre dans la routine du coucher.

C’est un peu comme un Doudou.. Ouistiti sait que l’histoire va être douce, que les paroles vont être apaisantes alors il se blottit contre moi et il écoute. Il connaît les pages par cœur et, maintenant, c’est même lui qui les raconte. On dirait même qu’il parle au petit héros du livre pour le rassurer.

nous serons toujours là pour toi - sensibilité - émotivité - hypersensibilité

Si c’est très compliqué pour Ouistiti de gérer ses émotions, c’est aussi parce que, au départ, c’est difficile de lui expliquer des sensations qu’il ressent mais qu’il ne voit pas.

Il fonctionne énormément aux repères qui le rassurent. Et quand il ne connaît pas quelque chose, il me demande de lui expliquer ce que c’est.

En tant qu’adulte, c’est parfois très difficile de gérer la tristesse que je peux ressentir suite à un événement. Alors imaginez pour un petit garçon de presque 4 ans qui sent quelque chose l’envahir, d’un coup, sans savoir pourquoi.

Les émotions, ça se ressent, mais ça ne se voit pas. Alors pour lui qui est dans le visuel, c’est ultra perturbant.

Nous avons reçu le livre de mes émotions : un très bel ouvrage qui est devenu une véritable béquille pour expliquer ces sensations, qui peuvent être si déstabilisantes.

C’est plus récemment qu’il a rejoint le rituel du soir et, pourtant, il est devenu indispensable. Ouistiti me le réclame d’ailleurs avant chaque dodo.

Au-delà de l’histoire (qui est d’ailleurs très jolie), il lui permet de personnaliser ses émotions car chacune d’elles est représentée par un petit bonhomme.

Quand il a découvert la couverture, il s’est tout de suite intéressé aux petits personnages représentant la colère et la tristesse.

C’est dur pour mon cœur de Maman car, en faisant cela, il me montre son état d’esprit du moment. Mais, ça m’aide énormément à lui faire mettre des mots sur ce qui le perturbe car, sous couvert de l’histoire, il se met à me raconter des choses qui se sont passées dans sa journée (à l’école, ou en dehors), et qui ont provoqué l’arrivée de la colère ou de la tristesse dans son cœur.

le livre de mes émotions -grund - sensibilité - émotivité - hypersensibilité

Si, depuis la rentrée, les couchers sont nettement plus rapides (coucou l’arrêt de la sieste chez les moyens), il lui arrive encore de le retarder quand il est préoccupé.

Il a toujours besoin que l’on soit avec lui pour s’endormir. Jusqu’à encore récemment, ça ne pouvait être que moi. Mais depuis quelques temps, c’est un moment privilégié qu’il veut partager avec son Papa.

Pour tenter de faire une nouvelle transition en douceur pour qu’il réussisse un jour à s’endormir seul (et pour le rassurer la nuit quand il se réveille. Pour là aussi, réussir à ce qu’il se rendorme sans avoir besoin de nous), Ouistiti a désormais une petite complice qui veille sur lui, grâce à une lumière douce et apaisante.

Avec sa frimousse trop choupie, elle le rassure et il discute avec elle (elle participe à toutes les histoires du soir !). Toute douce, il peut s’endormir contre elle, sans aucun risque de brûlure. Tout comme son corps souple et arrondi assure un sommeil sans blessure, même si il s’allonge un peu brutalement dessus en étant endormi.

Deux intensités de lumière nous permettent de profiter d’une lumière un peu plus forte quand il est encore éveillé, et plus tamisée lorsqu’il dort.

veilleuse - pixie - beaba - sensibilité - émotivité - hypersensibilité

Son autonomie est juste impressionnante car je ne la recharge, via un câble USB, qu’une fois par semaine. Et pourtant, elle fonctionne toute la nuit (je pourrais l’éteindre et le laisser appuyer sur le bouton pour la rallumer si besoin, mais il se réveille souvent en panique et n’y penserait pas).

Même installée sur son socle pour la recharge, elle garde toute sa choupitude et fait un objet de déco tout mignon, sans être culcul la praline. Et son petit chapeau permet de la balader avec soi, et d’éviter la lumière au cas où il ait besoin de se lever pour aller aux toilettes.

veilleuse - pixie - beaba - sensibilité - émotivité - hypersensibilité

 

***

Le sommeil de l’enfant est tout ce qu’il y a de plus aléatoire. Certains dorment de bonnes nuits, quasiment dès la sortie de la maternité. D’autres ont plus de mal, pour des raisons diverses et variées.

Le manque de sommeil, pour les parents, peut vite être épuisant et déstabilisant. Je parle en connaissance de cause : cela va faire quatre ans que je n’ai pas fait une nuit complète…

Dans notre cas, c’est le reflux qui a installé tout ça, puis différents événements qui ont alimenté la crainte du dodo.

Que ce soit pour l’aider à gérer son hypersensibilité ou pour apaiser ses nuits, j’ai essayé beaucoup de choses. Certaines ont marché, d’autres moins ou pas du tout.

Ce billet (un peu long, j’avoue. Merci d’être restées jusqu’au bout !) est la synthèse de ce qui me semble marcher le plus en ce moment. Ce sont des astuces que j’utilise en fonction de la personnalité de Ouistiti, et de ce qui le préoccupe.

Peut-être que certaines pourront convenir à vos Loulous si ils sont dans des situations similaires, mais je ne prétends en aucun cas détenir la solution miracle.

Chaque enfant est différent. La seule chose dont je suis sûre, c’est que nous, Mamans, pouvons nous transformer en véritables Sherlock Holmes lorsqu’il s’agit de chercher des solutions pour apaiser leurs maux.

Si ce billet peut vous aider à trouver quelques pistes, je n’en serai que plus heureuse !

 

41 Commentaires

  1. Coucou !

    Ha, c’est tellement dur à gérer tout ça ! Ici, il n’a aucune estime de lui, il me dit souvent « je suis nul » et ça me fait tellement mal au cœur !
    Tout ça, parce qu’il a des difficultés à l’école, parce qu’il n’est pas comme les autres. On vient d’apprendre qu’il ne voit pas clair, ses yeux ne font pas la mise au point, il voit donc flou, on espère qu’avec les lunettes, ça réglera une partie du problème, car la maîtresse nous dit constamment « je suis inquiète, il a des difficultés, je ne sais pas si je pourrai le faire passer en CE1 » etc alors forcement on se demande ce qui cloche ! Pourtant, il aime tellement travailler, essaye de lire tout seul, fait pas mal d’exercices etc !

    Courage à ton petit bout !

    Belle journée,

    Laura – Bambins, Beauté et Futilité

    • Petit chou 🙁 j’espère que ses lunettes vont l’aider.
      Il m’arrive de penser à la « grande » ecole et j’avoue ne pas être pressée de voir le CP. Le système éducatif leur impose beaucoup de choses alors qu’ils sont petits et quand tu me dis que ton fils se sent nul, ça me fait mal au cœur.
      Je vous envoie plein de bonnes ondes positives <3

    • Les routines c’est ce qui le rassure aussi.
      Tu as fait des démarches particulières pour le diagnostic ? Il avait quel âge quand vous l’avez eu ?

  2. Effectivement, ce n’est pas quelque chose qui peut se régler du jour au lendemain. Je pense que en grandissant, il arrivera plus au moins à contrôler son hypersensibilité. Le fait déjà que tu en sois consciente et que tu fais tout pour trouver des solutions ne peut que l’aider . Il y a tellement d’enfants en souffrance qui n’ont aucun soutien que ton trésor a bien de la chance d’être entouré de parents à son écoute. Bon courage

  3. Merci pour cet article ! Je vais regarder du côté des fleurs de Bach pour mes enfants, c’est quelque chose vers lequel je n’ai jamais osé aller…
    Bonne journée 🙂

    • C’est la première fois que je me tourne vers les fleurs de Bach et je suis tellement convaincue de leurs effets que je vais suivre le chapitre sur les bébés pour essayer de solutionner les nuits de Ouistitwo.
      Il y a encore pas si longtemps, je trouvais ça farfelu sauf que les effets sont tous sauf de la poudre de perlimpinpin !
      En plus le livre est ultra facile d’accès : on ne se perd pas dans des explications compliquées et c’est vraiment un guide indispensable si on veut se lancer pour ses enfants

  4. Clairement, j’ai toujours prôné l’éducation positive et bienveillante mais je suis dans le même cas que toi pour moi grand aussi, ultra sensible, ultra perfectionniste, toujours en colère et pas content de lui… Les 2 premiers ouvrages que tu proposes, je vais m’en équiper, j’adore les fleurs de bach et je n’y avais pas pensé pour mon fils. Quand au 2ème livre, je pense qu’il peut beaucoup m’aider alors un grand merci !

  5. Merci pour cet article super complet ! J’essaie au max de pratiquer l’éducation bienveillante aussi mais ce n’est ps toujours facile. J’ai noté certains des livres présentés, merci 🙂

  6. Coucou !
    Ce n’est jamais facile de trouver des solutions pour son enfant.
    On aimerait tellement faire au mieux, mais on a pas la science infuse ni même le mode d’emploi qui serait arrivé en même temps que l’accouchement 😉
    On fait du mieux qu’on peut, on test, et j’espère que tu arriveras à trouver une solution durable pour le bien-être de toute la famille ! 😉
    Bonne journée

  7. C’est pas tous les jours faciles d’être parents. Je suis moi aussi dans l’éducation positive. Hypersensibilité peut être aussi un signe de Haut Potentiel. C’est un sujet que nous connaissons bien dans la famille. On peut le diagnostiqué à partir de 6 ans (des tests existent avant mais on conseille aux parents d’attendre 6 ans car ce n’est pas le même test à partir de cet âge là). ça se fait auprès d’un psy mais le diagnostic est assez cher : 250 euros tout de même. Plein de courage en tout cas.

    • Si les choses perdurent, on a déjà décidé de faire ces tests. Si ça peut nous aider à l’apaiser, le prix sera certes important mais on fera ce qu’il faut pour que ce ne soit pas un frein

  8. Merci pour ton article très complet.
    Ici aussi ils sont hypersensibles et hyperémotifs, on les aide comme on peut. Mon 10 ans dort encore avec de la lumière.

  9. Ton billet est pour moi une vraie mine d’informations et je dois l’avouer même, il tombe à pic ! Nous avons depuis quelques mois de grandes difficultés à faire se coucher notre Mini de presque 3 ans dans son lit, et ça finit donc dans le lit parental. On m’avait aussi conseillé les fleurs de Bach (entre autres choses que j’ai déjà testées) mais comme je ne savais ni trop comment, ni où me renseigner je l’avais un peu mis de côté et là, voilà : tout est dans ton article ! Où en trouver et en prime un livre pour m’aider à les choisir !
    Je me reconnais beaucoup dans ce que tu décris au niveau du sommeil en particulier car je n’ai pas le sentiment que mon Mini soit un ultra sensible, mais en tout cas son sommeil a presque toujours été très perturbé. Je mettais plus ça sur le compte du Terrible Two dans lequel nous le reconnaissons fortement, mais finalement j’ai un peu abandonné l’idée de trouver la cause de ce soucis, je cherche plutôt à l’accompagner au mieux (et tant pis si au final, il se retrouve dans notre lit) et puis je prends mon mal en patience jusqu’à ce que nous trouvions la solution…
    Merci pour ton article en tout cas et bon courage à toi avec ce petit ouistiti ^^

    • Si être dans votre lit l’apaise, alors c’est que c’est la bonne solution du moment.
      Je me suis toujours dit que ça devait être déstabilisant pour les petits de voir des grands avoir le droit de dormir ensemble, alors que eux doivent dormir tout seuls…
      C’est une tradition occidentale ceci dit. Un jour, un ami d’origine asiatique m’a dit qu’il ne comprenait pas cette façon de faire. Il a dormi avec ses parents très tard et ensuite avec ses sœurs. Il n’a jamais eu peur du sommeil…
      En tout cas, j’espère que tu trouveras les solutions qui l’aideront à l’apaiser définitivement. Je suis sûre que le livre sur les fleurs de Bach serait un très bon guide.
      Tu me tiendras au courant ?

  10. bonsoir. c’est avec un intérêt certain que je lis votre article et j’irai plus en détail sur ce que vous proposez. car moi de mon coté, depuis qu’il a commencé l’école, il ne gère absolument pas ses émotions et je suis perdue. Merci d’avoir éclairé mon chemin.

    • Je sais à quel point l’école peut être déstabilisante. Il avait déjà du mal l’année dernière, mais là c’est pire…
      J’espère que vous trouverez l’aide qu’il vous faut dans ces ouvrages.
      N’hésitez pas si vous avez besoin d’informations supplémentaires, je ferai mon possible pour vous éclairer.
      Courage !

  11. En tant que maman de deux précoces dont une asperger et d’une petite dernière qui suit les traces de ses sœurs, je compatis.
    L’hypersensibilité et les problèmes de sommeils font partie de mon quotidien depuis presque 8 ans.
    Ici, le diagnostic même s’il ne change rien a permis pour la plus grande de poser des mots sur ce qu’elle ressentait et qu’elle se dévaloriser un peu moins. Pour la seconde, cela m’a plus apporté à moi et permis de mieux comprendre ses réactions parfois étranges…
    Ça peut être une piste à explorer…Je t’envoie tout mon soutien et plein de courage pour trouver la force nécessaire pour continuer à l’accompagner comme tu le fais.

    • Merci <3
      On a déjà abordé la précocité avec la psychologue de l'école et moi j'y pensais déjà avant l'entrevue (c'est moi qui ai abordé le sujet). De ce que je sais, il est encore trop jeune pour faire des tests mais on les fera, c'est sûr.
      Merci pour ton témoignage <3

  12. Je l’aime, moi ta synthèse. Ton article m’a remué tellement il m’a touché… J’ai retenu des conseils, des astuces et surtout à force d’entendre le contraire c’est grâce à des partages comme le tien que je suis rassurée et que en effet être bienveillante et patiente ce n’est pas être laxiste.
    Prends soin de toi, d’eux, de ta famille

    • Oh ❤️ ton article aussi m’a touchée.
      Les gens sont tellement bêtes dans leurs jugements. Ce sont eux qui nous font douter. C’est tellement logique que la douceur les aide. Et puis ça se voit les fois où je m’énerve (parce que ça m’arrive hein ^^), l’effet cocotte minute est multiplié par mille…
      Mais quand je vois la méchanceté des gens quand ils assistent à des moments compliqués… Hier, on est allé chez le coiffeur (et c’est l’un des trucs qui l’angoisse le plus mais bon, faut bien y aller de temps en temps). Comme d’habitude, il a hurlé. Aucun souci pour ma coiffeuse, elle le connaît et elle le gère à la perfection (aucun loupé alors qu’il se débat dans tous les sens)
      Mais une vieille qui était à l’autre bout du salon l’a taclé quand on est passé devant elle et la patronne m’a demandé si dans ces cas là, j’avais pas envie de le mettre sur la route quand une voiture passe.
      Autant te dire que si je ne me suis pas énervée après lui, ces deux connasses en ont eu pour leurs grades…

  13. Bonjour

    J’ai beaucoup aimé lire ton article, parcourir ton investissement. Pour revenir sur les fleurs de bach j’ai découvert il y a peu et si comme toi je n’y croyais pas, je suis forcée d’avouer que j’ai constaté une réelle amélioration.
    En tout cas plein de courage
    Des bisous

  14. Ma fille est hypersensible aussi, elle est eabi et zébre, mon fils qui a 3 ans est un babi, je pense que tout ca joue beaucoup, avec leur prôblemes de sommeil.
    On a été voir une energiticienne, sophrologue et kiné/ostéo pour les aider et j’envisage micro kiné en ce moment, ma fille est dépasser par ses émotions et ne les contrôle plus.

  15. Difficile de trouver la solution idéale pour un enfante, étant donné qu’ils sont tous différents.
    J’ai entendu parler des fleurs de bach mais je ne me suis jamais penchée dessus. A voir tiens !
    Bonne journée
    Elsa

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here