À partir du moment où mon cœur m’a fait comprendre que j’avais trouvé ma moitié, la maternité a toujours été évidence.

J’ai dû patienter bien plus que je ne le voulais pour vivre cette belle aventure pour la première fois. Mais du jour où j’ai appris que Ouistiti s’était niché dans mon bidon, tout ça a vite été oublié !

On dit que les grossesses sont toutes différentes et, dans mon cas, ça s’est confirmé dès le « lancement » du projet Bébé2 puisque mon petit locataire s’est installé tout de suite dans son studio.

Lorsqu’on tombe enceinte, on nous parle très vite d’instinct maternel : ce lien incontrôlable qui nous permet de communiquer avec son Bébé, sans avoir besoin de parler.

J’avoue que je me suis posée beaucoup de question quand j’attendais Ouistiti : je le désirais plus que tout, mais allais-je savoir créer un lien avec lui ? Saurais-je le comprendre, répondre à ses besoins.

Je lui parlais beaucoup quand il était dans mon ventre. Pendant ma préparation à l’accouchement, j’ai fait de la sophrologie à laquelle il était très réceptif : il me donnait des petits coups tout doux et se collait contre la paroi de mon ventre, là où je posais mes mains.

Mes interrogations se sont dissipées à l’instant même où mon Bébé est né. Un accouchement parfait, une péri suffisamment dosée pour que je ne souffre pas mais que je sente tout ce qu’il se passe, une phrase prononcée par la sage femme « vous voulez le prendre pour le faire sortir« , mes mains sous ses épaules, un mouvement vers moi, ses yeux dans mes yeux et…

Clac ! Le lien qui se crée en une fraction de seconde. Une vague d’amour et d’émotions mélangés, un amour infini porté par une petite personne minuscule, et qui envahit pourtant tout mon être…

Ce 30 novembre 2013, juste en pointant sa frimousse, Ouistiti a créé ce lien et a fait de moi une maman épanouie.

lien maman bébé - #nourrirlelien - laboratoire Gallia

Depuis, c’est une relation fusionnelle qui nous unit.

Allaitement, portage, cododo, mais aussi colopathie, RGO, opération, première rentrée scolaire : Ouistiti est un petit garçon très sensible qui a besoin d’être rassuré en permanence.

Ce que j’essaie de faire du mieux possible au quotidien.

lien maman bébé - #nourrirlelien - laboratoire Gallia

Pour Ouistitwo, je me suis posée moins de question puisque son frère m’avait « montré la voie« . Je me suis plus triturée le cerveau par rapport à ma capacité à apporter autant d’attention à deux enfants : comment gérer mon tout petit sans négliger mon grand ? Comment m’occuper correctement de mon Bébé alors qu’il faudra aussi que je gère son grand frère ?…

Mais je ne m’interrogeais pas sur notre lien à venir, car je m’attendais à ce que tout se passe comme pour Ouistiti.

lien maman bébé - #nourrirlelien - laboratoire Gallia

Sauf que cet accouchement a été bien différent du premier : péri trop forte, aucune sensation, pas de « vous voulez le sortir ?« , pas de regard qui se plonge dans le mien, pas de vrai peau à peau…

A la place, une impression d’avoir un Bébé sorti d’une pochette surprise et pas de mon ventre.

Un baby-blues qui en découle, et une impression d’injustice quand le RGO s’invite une nouvelle fois chez nous sans y être invité.

Très vite, une tristesse infinie s’est installée car je ne sentais pas ce lien, comme je l’avais senti pour Ouistiti.

Ce manque et ce vide me donnaient l’impression de ne pas être une bonne Maman pour ce petit être qui avait pourtant besoin de moi.

Toutes ces choses qui me faisaient me sentir utile quand Ouistiti était bébé, Ouistitwo me donnait l’impression de ne pas les vouloir. Le pompon a été atteint un matin de crise de reflux quand j’ai passé deux heures à essayer de l’apaiser, sans succès, mais qu’il s’est endormi à l’instant même où je l’ai déposé dans son lit pour me dégourdir les bras.

J’ai appelé PapaDeOuistiti en larmes en lui demandant à quoi je servais. Comme à son habitude, il a calmé mes sanglots et a relativisé la situation : « il ne faut pas les comparer, il faut le découvrir, lui, comme on l’a fait la première fois« .

Les choses se sont adoucies, j’ai appris à l’écouter sans faire appel à mes réflexes de Maman ayant déjà eu un Bébé

Et petit à petit, presque sans que je m’en aperçoive, ce lien entre nous s’est installé et, là encore, c’est un regard qui me l’a fait comprendre.

Après une sieste, je suis allée chercher Ouistitwo dans son lit : en sortant de la chambre, nous passons devant le miroir de mon armoire et comme à chaque fois je lui parle par l’intermédiaire de nos reflets. C’est là qu’il m’a accrochée, yeux dans les yeux, d’un regard si fort pour un si petit Bébé que j’en ai été scotchée pendant plusieurs minutes.

J’ai senti ma vue s’embuer de larmes. Sans parole, il venait de me dire que j’étais sa Maman et que ce lien était bien là, entre nous.

L’ancrage de notre lien n’a pas été aussi explosif que pour Ouistiti, mais il est là et il est aussi fort.

Mon chéri me dit qu’il a vu ce lien tout de suite à chaque fois, entre mes bébés et moi, mais que c’est mon spleen qui me brouillait la vue la seconde fois.

Ce lien, entre Ouistitwo et moi, je le vois quotidiennement, et plusieurs fois par jour ! Sa façon de me regarder quand j’arrive dans la pièce alors qu’il se réveille de sa sieste, ses rires en réponse aux miens, ses yeux qu’il plonge dans les miens pendant les câlins, ses petites mains qui me papouillent pendant la tétée, ses soupirs de soulagement quand il se colle contre mon cou après un chagrin…

lien maman bébé - #nourrirlelien - laboratoire Gallia

Je suis une Maman poule ascendant louve, qui couve et protège ses petits. Nourrir le lien, c’est fondamental pour moi car c’est ainsi que je les rassure, que je leur donne confiance, et qu’ils peuvent s’épanouir.

Mais ils le nourrissent aussi et ce sont eux qui apaisent mes doutes et mes craintes par leurs regards et leurs câlins.

La vie de Maman n’est pas un long fleuve tranquille : on se pose mille et une questions. On doute 50 fois par jour et ce, dès la grossesse (dans mon cas en tout cas :p).

J’en profite pour vous parler de l’appli « 9 mois et moi » du Laboratoire Gallia (disponible également sur Google Play) qui m’a accompagnée pendant ma dernière grossesse. Même si c’était ma deuxième, j’avais besoin de petits repères sur l’évolution de mon bébé à l’intérieur de mon ventre. Moi qui ai fait des séances de sophrologie avec ma sage femme pour ma préparation à l’accouchement, j’ai particulièrement apprécié les petits exercices de relaxation proposés par l’appli. Et la photo-addict que je suis a eu un vrai coup de cœur pour la vidéo qu’il est possible de faire à partir de ses selfie-bidons.

J’ai eu la chance d’être suivie par une sage femme libérale hyper disponible. Je l’ai connue après mon premier accouchement, et c’était une évidence qu’elle m’accompagnerait pour ma seconde grossesse. J’ai pu la contacter par téléphone ou texto à la moindre question ou inquiétude. Mais je sais que c’est une situation privilégiée que toutes les futures mamans ne connaissent pas. C’est pour pallier à ce manque que l’appli « 9 mois et moi » permet également de contacter une sage femme par téléphone ou email. Et pour avoir eu des retours sur ce service, je peux vous dire que vous êtes recontactes rapidement !

L’aide apportée aux parents ne s’arrête pas là, puisque le Laboratoire Gallia propose aussi Allo Gallia, un service téléphonique, disponible 24h/24 et 7j/7.

Le lien entre un Bébé et ses parents est le premier ciment de sa vie, qui commence dans le ventre de sa Maman. Mais je vous parlerai, un jour, du lien qu’il existe entre mes fils, depuis leur première rencontre, et qui est tout aussi important pour l’un comme pour l’autre !

lien maman bébé - #nourrirlelien - laboratoire Gallia

 

 

 

 

Contenus inédits et concours disponibles sur la page Facebook Laboratoire Galliaégalement disponible Mon allaitement et moi qui saura vous guider et vous rassurer ! 

16 Thoughts on “Mon grand, mon petit, eux, nous… #nourrirlelien

  1. Lagarnouille on 15 juin 2017 at 9 h 19 min said:

    C’est un très joli article que vous avez écrit !
    Je me retrouve aussi dedans, avec mes 2 garçons (juillet 2012 et novembre 2016).
    Et j’attends avec impatience votre article sur leur lien à eux, car je pense qu’il sera aussi bien écrit 🙂

  2. Très beau texte ! J’ai ressenti la même chose entre mon deuxième et mon troisième. Très fusionnelle du départ et encore maintenant avec mon 2ème j’ai eu du mal avec l’arrivée de mon troisième et de ce foutu RGO encore !!! dépression post partum…bref tu connais…je tisse les liens au fur et à mesure mais je trouve que c’est différent….je les aime tous différemment en même temps 😉

    • MamanDeOuistiti on 15 juin 2017 at 11 h 28 min said:

      C’est déstabilisant au début, mais en même temps c’est normal, ce sont deux personnes différentes. Au final, je les aime aussi fort

  3. Cet article est magnifique ! Il est remplit d’amour et de bienveillance . J’ai eu ici deux grossesses bien différentes et 2 césariennes différentes aussi ! Mon premier était une grossesse surprise mais je l’ai toute suite aimé de tous mon coeur ! Ma deuxième une grossesse voulue mais j’ai du attendre mon 4ème mois de grossesse pour pouvoir aimer mon bébé , mon grand ayant une maladie génétique ,j’ai eu un prélèvement de villosité pour savoir si ma fille avait la maladie ou non du coup j’ai pas profité de mes 4 premiers mois de grossesse ! Ma première cesa une césarienne basique , un allaitement catastrophique , un bébé qui pleurait beaucoup les 2 premiers mois et ensuite beaucoup de problème de santé , j’ai aimé mon fils de tous mon coeur et je l’aime toujours autant mais je n’ai pas le même lien avec sa petite soeur pour alice j’ai eu une césarienne magique (présence du papa , mise au sein direct en salle de réveil , allaitement parfait , portage ) une vraie fusion ! J’aime mes enfants de tous mon coeur et même plus encore mais nous n’avons pas tissé le même lien ! Mon fils est arrivé dans un âge ou il est plus proche de son papa et parfois ca me fait mal mais je sais qu’avec le temps on retrouvera notre lien mère /fils ! Ma fille c’est tout autre chose , déjà 23 mois d’allaitement , cododo , portage et ce lien unique entre une mère et sa fille . Ce grand discours pour dire que je pense que nous aimons nos enfants autant les uns que les autres mais tous différemment . Merci encore pour ce magnifique article

    • MamanDeOuistiti on 15 juin 2017 at 23 h 27 min said:

      Merci
      Il y a tellement d’éléments qui jouent sur le lien à venir et, plus tard, qui se crée.
      C’est rigolo parce que tu parles du lien unique entre une mère et sa fille et moi, je le place entre une mère et son fils (normal en même temps, je ne connais que ça :p).
      Pour chacun d’eux, je sens une vague qui m’envahit quand je pense à eux, quand je les regarde ou quand je les câline mais c’est vrai qu’ils ont leur propre vague.
      À mon Tour de te remercier pour tes mots <3

  4. Coucou,

    J’ai un lien très fort avec mon fils, il s’est fait naturellement dès que j’ai posé les yeux sur lui !
    Par contre, j’ai fais un baby blues d’enfer, ça a été tellement compliquer pour moi !

    Belle soirée,

    Laura – Bambins, Beauté et Futilité

  5. Ma vie de maman severine wuillemier on 15 juin 2017 at 21 h 18 min said:

    Ils font complices tes loulous sur la dernière photo j’adore. Le lien est départ est différent mais on sent beaucoup d’amour

  6. Les lectures de la Diablotine on 15 juin 2017 at 22 h 03 min said:

    J’ai adoré lire ton article ! Merci de partager avec nous ton amour de tes petits et cette complicité

  7. Vos regards l’un vers l’autre sont si forts!!!

    • MamanDeOuistiti on 15 juin 2017 at 23 h 18 min said:

      Quand ils plantent leurs regards dans les miens et quand ils se regardent l’un l’autre, j’en chialerai, tellement il se dégage un truc !

  8. Pingback: Grand frère, petit frère, ce lien si fort entre eux - Maman de Ouistiti

  9. Pingback: Grand frère, petit frère, ce lien si fort entre eux | Maman de Ouistiti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation