{OuistiTwo Testeur} Le transat compact évolutif Béaba

1
29

L’arrivée d’un enfant entraîne beaucoup de chamboulements : les heures de sommeil diminuent autant que les pièces de votre intérieur se remplissent d’articles de puériculture.

Je ne vous apprendrai en vous disant que l’offre en matière d’équipements pour accueillir bébé peut vite donner le vertige aux futurs parents, surtout lorsqu’ils préparent l’arrivée de leur premier enfant.

Et souvent un dilemme s’installe : comment bien prendre soin de son bébé, sans transformer son intérieur en une annexe de crèche ?

Pour être tout à fait honnête, je trouve que plus les enfants grandissent et plus c’est compliqué : comprenez par là que mon salon est envahi de jouets en tout genre que Ouistiti nous ramène de sa chambre, qui elle aussi est bien encombrée (mais c’est son univers et, là, ça ne me dérange pas !).

Autant vous dire que lorsqu’ils sont petits et qu’on peut encore « contrôler » l’invasion, il ne faut pas s’en priver !

Surtout qu’il y a des objets dont on peut difficilement se passer.

Quelques semaines avant la naissance de OuistiTwo, j’ai reçu le tout nouveau transat compact évolutif Béaba.

Et là, vous allez me dire : encore un transat ? Mais qu’est ce qu’il a de plus que les autres ?

En proposant ce transat, Béaba a pensé aux parents qui ne veulent pas tirer un trait sur l’esthétique de leur salon en voyant s’y installer un objet réservé à leur bébé, et qui a vite tendance à être proposé dans un design très enfantin.

Ils ont également pris en considération le budget qui n’arrête pas d’être sollicité, du jour où l’on apprend que l’on va être parent jusqu’aux 18 ans de nos petites merveilles (voire bien plus à l’heure actuelle :p).

Béaba a donc imaginé un transat joli dans un esprit nordique, si apprécié en ce moment, qui accompagne nos Bout’choux de leur naissance jusqu’à leurs 30 kgs (environ 11 ans !).

Lorsqu’on m’a proposé de le tester, j’ai tout de suite flashé sur son look sobre et élégant qui changeait de ce qu’on a l’habitude de voir pour cette catégorie de produits. Entre nous, je me suis même dit « mais pourquoi ne le font-ils pas en version parents ?« 

Comme je dépasse, de quelques kilos, le poids maximum autorisé, je me suis montrée raisonnable (si, si, je vous assure, ça m’arrive !) et j’ai attendu la naissance de OuistiTwo pour ouvrir mon colis.

Quelques semaines après la naissance de OuistiTwo, j’ai enfin pu sortir le transat de son carton. Première impression confirmée : j’adore son design !

Son tissu gris clair est très élégant. Ça change des motifs flashy que l’on a l’habitude de voir sur les autres transats.

Le tissu du réducteur nourrisson apporte une petite touche de couleur. Et ses motifs triangulaires apportent un esprit nordique élégant.

Sa structure tubulaire en X et ses pieds antidérapants permettent un grand empattement au sol, pour une stabilité à toute épreuve. De plus, un verrouillage automatique à l’ouverture assure une sécurité optimale.

Il se replie très facilement, d’une simple pression sur le bouton à l’arrière de la structure.

Une fois plié, son encombrement est minimal puisqu’il se range dans une housse : hyper pratique pour les déplacements en week-end ou en vacances, puisqu’il se fait très discret dans le coffre de la voiture.

Autre gros point positif non négligeable, il se déhousse intégralement pour un lavage à la main ou à la machine sur cycle délicat.

Ce transat a néanmoins les défauts de ses qualités.

Au sol, son grand empattement qui assure sa stabilité le rend très encombrant, surtout lorsqu’on habite en appartement.

 

Pour y avoir installé OuistiTwo, alors qu’il n’avait pas tout à fait un mois, je trouve que le réducteur n’est pas assez englobant. Comme il ne tient pas sa tête tout seul, il penche très rapidement sur le côté et glisse.

De plus, comme le transat ne possède pas plusieurs niveaux d’inclinaison et que sa toile épaisse est assez rigide, son dos, encore fragile, fatigue vite et OuistiTwo s’affaisse.

Vous l’aurez compris, j’ai donc fait le choix d’attendre quelques mois pour m’en resservir, afin de respecter sa physiologie.

 

J’aurais pu vous le montrer accueillant Ouistiti, qui pèse 16 kgs. Mais mon « grand » est dans une période « Ce qui est à moi est à moi. Et ce qui est à mon frère est à mon frère« . Comme la première fois qu’il a vu le transat, c’était avec OuistiTwo assis dedans, il estime que c’est le transat de son petit frère et refuse de s’y assoir. Et moi qui pensait qu’il voudrait lui piquer à la première occasion ! :p

Si vous voulez voir le transat en situation, avec une grande fille 3 ans 1/2 et un petit garçon de 1 an, n’hésitez pas à aller sur le blog de ma copine Emma, membre de la Bande de Parents Béaba comme moi, et qui a fait un crash-test avec ses loulous !

***

Même si l’idée de départ était très bonne, je ne trouve pas que ce transat puisse être utilisé dès la naissance. D’autant que son harnais en trois points (et non en 5) n’est pas assez sécuritaire à partir du moment où bébé commencera à savoir se retourner.

Pour autant, je trouve que c’est un excellent produit à partir du moment où bébé sait marcher tout seul.

C’est d’ailleurs souvent à ce moment là que la majeure partie des autres transats ne sont plus conseillés, et votre achat aura largement le temps d’être rentabilisé jusqu’aux 11 ans de votre Bout’Chou !

Je vais donc le ranger précieusement en attendant que OuistiTwo gambade (ce que je n’attends pas avec impatience, hein ! Car ça voudra dire qu’il aura déjà soufflé sa première bougie). Et qui sait, d’ici là, Ouistiti aura peut-être envie de s’y installer pour un petit moment de lecture ou de détente !

 

 

Produit offert

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here