Plus les mois passent (et maintenant les semaines), et plus je pense à mon accouchement. Mais là encore, tout est vraiment différent de ma première grossesse.

Pour Ouistiti, j’avais pas mal de craintes, notamment vis à vis de la douleur, du bon moment pour aller à la maternité, du déroulement de l’accouchement (efficacité de la péri, ma capacité à bien pousser…).

Bref, ça se bousculait pas mal dans ma tête même si, le jour J, j’étais plutôt sereine et j’ai même pris le temps de faire des photos zinzin avant de partir.

En bonne primipare, j’ai suivi les cours classiques de préparation à la naissance qui étaient donnés par ma maternité.

Je voulais faire de l’haptonomie, mais comme j’ai déjà eu l’occasion de vous le dire, je n’ai pas eu les bonnes informations et je m’y suis intéressée trop tardivement.

Même si j’étais déçue de ne pas suivre la préparation qui me plaisait, je n’avais aucun a priori sur la préparation classique.

Je voulais avoir le maximum de renseignements pour mener une fin de grossesse, un accouchement et un allaitement sereinement. Je voulais faire de qu’il y avait ce mieux pour mon bébé.

La préparation à la naissance se déroule sur 7 séances. Pour être honnête, à part la séance sur l’allaitement (pour laquelle j’avais volontairement choisi le cours avec une conseillère en lactation, qui durait 3 heures), je n’ai pas trouvé beaucoup d’intérêt à y assister.

C’était, à chaque fois, très théorique avec très peu d’échanges, le tout sur des chaises en plastique bien peu confortables pour des femmes enceintes…

Bref, je n’étais pas encore enceinte de BébéFrère que je savais que je n’assisterai pas une nouvelle fois à cette préparation classique.

Même si je suis la première à dire que chaque grossesse est différente, je suis déjà passée par là et je ne pense pas avoir besoin des conseils qui m’ont été donnés la première fois. Pour l’allaitement par exemple : celui de Ouistiti a duré 25 mois 1/2, ce qui m’a donné une certaine expérience. Je ne dis pas que je n’aurai pas besoin de conseils, mais je connais les différentes positions dans lesquelles installer bébé. Je sais quoi faire pour stimuler, si besoin, ma lactation. Tout comme, je sais repérer un début d’engorgement…

Je voulais aussi quelque chose de beaucoup plus humain, avec plus d’échanges. Quelque chose qui me permette de confier toutes les questions qui pouvaient me passer par la tête, peu importe si cela faisait ou non partie d’un programme pré-établi.

Comme je vous l’ai déjà dit, cette grossesse me préoccupe beaucoup plus d’un point de vue psychologique que physique. Je savais pertinemment que je n’allais pas pouvoir parler mes interrogations vis-à-vis de Ouistiti dans un cours collégial, avec une seule sage-femme pour plus d’une quinzaine de futures mamans.

Les cours classiques de préparation à la naissance ne concernent que les parents et le bébé : on parle suites de couche, retour à la maison, sommeil, pleurs, soins mais pas de la vie de famille dans sa globalité et donc pas d’une éventuelle fratrie.

Tout comme je savais que je ne voulais pas refaire cette préparation classique, je savais que je voulais retrouver la sage-femme qui m’avait suivie à mon retour à la maison et pour ma rééducation périnéale.

J’ai tout de suite accroché avec elle : elle a toujours été à mon écoute. Je pouvais la joindre à la moindre question par texto, à n’importe quel moment de la journée.  J’ai même été triste de ne plus la voir, lorsque j’ai fini ma rééducation.

Pour être sûre d’avoir de la place dans son planning que je savais bien chargé, je l’ai contactée au même moment où je me suis inscrite à la maternité, c’est-à-dire le jour où j’ai fait mon test de grossesse (ça peut paraître dingue mais, à Paris, mieux vaut prendre ses dispositions rapidement si on veut pouvoir avoir ce que l’on souhaite !).

Je l’ai vue au mois de juillet pour l’entretien prénatal, et j’ai commencé ma préparation en septembre.

Nous discutons beaucoup à chaque fois, et elle adapte le « programme » des sept séances en fonction de mes besoins.

Elle repère très vite ce dont je peux avoir besoin, me rassure sur mes inquiétudes et me demande si il y a des choses sur lesquelles je souhaite revenir : revoir les positions qui me soulageront pendant les contractions et au moment de l’accouchement, la poussée, et surtout me rassurer sur ma faculté à m’occuper de deux enfants aux besoins différents.

Les horaires de travail de PapaDeOuistiti ne nous ont pas permis de faire de l’haptonomie, mais je le vis bien moins mal que lorsque j’étais enceinte de Ouistiti. Justement parce que je suis suivie par CETTE sage-femme. A chaque rendez-vous, après avoir discuté, nous faisons de la sophrologie et j’en ressors toujours légère comme une plume.

J’avais pu faire de la sophrologie quand j’étais enceinte de Ouistiti, grâce à une copine. Je me savais très réceptive. Lorsque ma sage-femme m’a dit qu’elle accompagnait ses patientes avec cette pratique, j’ai eu l’impression qu’elle venait de mettre la cerise sur le gâteau de ma préparation à la naissance idéale.

Chacun de nos rendez-vous est un vrai moment de détente qui m’aide à chasser mes inquiétudes, à prendre confiance en moi.

Je n’ai aucune appréhension sur le moment même de l’accouchement, sûrement parce que mon premier accouchement s’est parfaitement déroulé, même si j’ai eu un passage douloureux qui m’a fait douter l’espace d’un quart d’heure.

Je pars dans l’idée que ce deuxième accouchement se passera également très bien. Quant à mon retour à la maison et les difficultés que je vais sûrement rencontrer dans la nouvelle organisation que nous allons devoir trouver, j’arrive à en parler plus librement qu’au début de ma grossesse, avec moins de culpabilité.

Le temps va filer vite d’ici Noël prochain, et je compte bien profiter au maximum des séances de préparation qu’il me reste pour disperser le plus possible mes craintes. Je sais que ça ne fera pas tout, mais ça m’y aide beaucoup !

babybump - préparation à la naissance - orchestra - prémaman

Et de votre côté, quelle préparation à la naissance avez-vous choisie ?
En avez vous changé pour vos grossesses suivantes ?

9 Thoughts on “#BébéArrive La Préparation à la naissance

  1. Valérie T on 1 novembre 2016 at 11 h 51 min said:

    J’ai toujours suivi les prépas classiques en fait. Pour ma deuz, c’était moins de séances que les 7 prévues, et là ben j’ai toujours rien fait :p j’ai un condensé de 3h le 10 novembre, histoire de revoir des postures … et ça m’ira bien 😉 Dernier rdv le 22, et ensuite, ben si tout va bien, il n’y aura plus qu’à patienter. Par contre moi je ne me dit pas que ça se passera bien, enfin je l’espère évidemment. Mais pour avoir vécu 2 accouchements, ça ne se passe jamais comme on l’a imaginé. Même si tout c’était bien passé pour mes 2 précédents, je préfère ne rien m’imaginer…on verra bien. Je te souhaite une belle rencontre, et un bel accouchement avec bébé 2 😉

    • MamanDeOuistiti on 1 novembre 2016 at 12 h 10 min said:

      Je n’imagine rien, mais je ne psychotte pas. Et moi qui ai plutôt tendance à voir le négatif avant le positif, je m’en félicite !
      Il n’y a rien de plus imprévisible qu’un accouchement mais je suis sereine 🙂

      • Valérie T on 1 novembre 2016 at 15 h 08 min said:

        tant mieux alors, oui la seule chose dont tu peux être sûr, c’est que l’accouchement est l’acte le plus naturel qui soi 😉 Ça j’en suis convaincue. Le corps est bien fait 😉 C’est ce que je me suis toujours dit, et me faire confiance, avoir confiance en mon bébé, et en l’équipe médicale qui sera présente ce jour-là… 🙂 Après le reste, ben on verra bien.

  2. Préparation classique pour mon premier, auquel je n’ai pas trop accroché… J’aimerais bien avoir une préparation individuelle cette fois, car je souhaite vraiment pouvoir parler de mon cas, de ma situation… sans forcément le partager avec d’autres futures mamans !

  3. WEISSE ADELINE on 2 novembre 2016 at 9 h 50 min said:

    J’ai eu la chance d’avoir une gyné qui m’a conseillé une super méga excellente sage-femme qui intervient dans la clinique où j’ai accouché. Même mon mari a adhéré parce que justement ce n’était pas classique et sans saveur.

    L’haptonomie nous a beaucoup aidé surtout mon mari lorsqu’il s’est retrouvé seul avec la petite. Il a été vraiment surpris de la complicité que cela avait créé. J’ai fait aussi de la relaxation, de la sophro et honnêtement, c’est vraiment pertinent et génial à vivre.

    J’ai trouvé les cours intéressants parce qu’ils n’étaient pas théoriques mais que nous étions un petit groupe de 5 mamans max et que la SF s’arrangeait toujours pour répondre à nos questions. Et puis elle regroupait les mamans qui avaient les mêmes besoins, les mêmes demandes. Le gros plus : pouvoir échanger avec la SF seule à chaque séance.

    Je comprends tout à fait l’envie de trouver une préparation adaptée à ses envies, à ses besoins.

    • MamanDeOuistiti on 2 novembre 2016 at 11 h 48 min said:

      C’est tellement génial de se sentir écoutée. Surtout pour un événement aussi important qu’une grossesse et un accouchement 🙂
      Merci pour ton témoignage <3

  4. Perfectsakura on 2 novembre 2016 at 21 h 05 min said:

    Je suis rassurée car les cours classiques de préparation à l’accouchement ne me tentaient pas du tout, et du coup je pensais ne pas y assister, ça me conforte dans mon idée!
    Et j’ai justement choisi l’haptonomie comme préparation à l’accouchement, j’ai pu commencer par la séance découverte très tôt, et j’ai mon second rdv dans 2 semaines, j’ai hâte.
    J’ai aussi la chance de pouvoir avoir un suivi global avec la même sage-femme tout au long de la grossesse, et ce sera aussi cette même sage-femme qui m’aidera à accoucher, c’est rassurant d’avoir affaire toujours à la même personne je trouve, je pense que ça va m’aider à tisser un lien de confiance.
    Tu vas accoucher à quelle maternité? Je me demande si nous n’avons pas la même ^_^

    • MamanDeOuistiti on 2 novembre 2016 at 21 h 09 min said:

      C’est génial que tu puisses faire de l’haptonomie ! J’en ai fait en début d’année avec Ouistiti pour ses problèmes de sommeil et c’est une expérience tellement apaisante (Oui, Oui, tu peux aussi en faire après l’accouchement. Ca m’a réconforté de ma frustration de ne pas avoir pu en faire quand il était dans mon bidon).
      Et alors le suivi avec une seule et même sage femme jusqu’au jour J, c’est juste la perfection !
      Je vais accouché aux Diaconesses dans le 12ème, comme pour Ouistiti

  5. Lucile de Guinzan on 14 novembre 2016 at 22 h 46 min said:

    J’avais fait une préparation en groupe chez une sage-femme recommandée par ma gynécologue, mais je ne referai pas… Pour le coup j’ai regretté de ne pas l’avoir faite à la maternité où j’accouchais, j’ai l’impression que ça aurait été plus concret pour la primipare que j’étais et j’envie les 3h sur l’allaitement auxquelles tu as eu droit ! Mais là tu me donnes une super idée : peut-être que je pourrai faire une préparation avec la sage-femme qui m’a suivie post-accouchement et que j’ai béni d’exister !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation