Une rentrée bien compliquée pour mon petit écolier

57
78

Hier, cela a fait une semaine que tu as fait ta première rentrée.

Tu n’as fait qu’une demie-journée, car on s’était dit que pour amorcer ce grand changement, cela serait bien suffisant.

Nous sommes arrivés, tu as repéré des jouets que tu adores et tu as commencé à t’amuser. On est parti sans que cela ne te pose de problème.

La matinée s’est terminée et, à notre retour, la maîtresse nous a dit que tout s’était bien passé.

C’était encourageant pour la première grande journée de lundi. Pour autant, j’avais des craintes car cela serait beaucoup plus long, avec la cantine que tu n’as jamais connue et après le week-end.

Le lundi matin est arrivé et dès que nous nous sommes préparés pour sortir, tu as commencé à me dire d’une petite voix fébrile : « Non, Maman, je ne veux pas aller à l’école. »

Arrivés devant la grande porte, tu serrais fort mon cou en me répétant cette phrase.

Une fois dans la classe, tes larmes ont coulé. Quand la maîtresse est venue te chercher, tu t’étais agrippé à moi avec une force que je ne te connaissais pas.

De retour dans le couloir, mon cœur de Maman s’est brisé en mille morceaux et toutes les personnes qui m’ont croisée jusqu’à la sortie, ont vu les larmes inonder mes joues.

Quand 16h30 est enfin arrivé, nous sommes revenus te chercher et lorsque tu m’as aperçue franchir le seuil de la porte, j’ai vu une réaction sur ton visage qui m’a pétrifiée : on aurait dit qu’un choc de soulagement venait de te traverser et tu t’es précipité dans mes bras comme tu le fais habituellement, mais freiné par ton corps qui était émotionnellement épuisé.

Tu as été hagard, comme perdu, toute la soirée, nous répétant « Ooooooh je suis content de te voir » un nombre incalculable de fois.

Je ne t’avais jamais vu dans cet état, sauf quand tu commences à être malade, ce qui t’éteint physiquement mais jamais émotionnellement.

Toute la soirée, j’ai eu l’impression qu’on t’avait passé sous un rouleau compresseur et que tu reprenais petit à petit tes esprits, en refaisant le plein d’énergie à mon contact.

Tu as bien dîné. Tu as eu du mal à t’endormir car quelque chose te faisait peur. On a lu tes histoires préférées, je t’ai chanté la chanson que tu adores en ce moment et tu as fini par t’endormir pour faire une nuit complète.

Le lendemain, l’arrivée à l’école s’est passée dans les mêmes conditions.

Je suis venue te chercher à 16h20, pour ne pas que tu vois d’autres enfants partir avant toi, et t’inquiéter de rester tout seul.

J’ai pu parler avec ton Atsem qui m’a expliqué que les activités de la journée s’étaient globalement bien passées, mais que tu avais pleuré à plusieurs reprises.

C’est le changement qui t’inquiète, et tu essayes de te contenir jusqu’à ce que ce soit trop fort et que tu pleures : lorsque tu es bien dans une activité et qu’il faut passer à une autre (de la gym à la récré, de la récré au retour à la classe, du moment des histoires à la cantine, de la cantine à la sieste…).

De retour à la maison, comme la veille, tu es resté collé à moi me faisant des bisous, me disant que tu étais content de me voir.

rentrée

Je me maîtrise depuis lundi pour que tu ne vois pas à quel point tout cela m’inquiète : je t’imagine dans ta classe, te sentant seul et essayant de retenir toutes ces émotions perturbantes qui sont en toi, à partir du moment où tu me vois quitter la salle.

Je te parle beaucoup de cette rentrée avec, je l’espère, des phrases rassurantes et je ne veux pas que tu me vois pleurer. Sinon comment te convaincre que tu seras bien là bas, si tu me vois triste quand on en parle.

C’est une fois que tu es couché que je lâche la soupape. C’est ce que j’ai toujours fait à chaque moment difficile que nous avons traversé : petit quand tu souffrais de ton RGO, après ton opération…

Hier matin, j’ai pu parlé avec ta maîtresse qui m’a dit les mêmes choses sur la journée de la veille que ton ATSEM, en rajoutant que tu étais un enfant angoissé que le changement perturbe émotionnellement et physiquement.

Jusque là, je disais que tu étais hypersensible, sans doute parce que c’est un mot plus joli et moins stigmatisé que le mot « angoissé », surtout pour un petit garçon de 2 ans 1/2. Mais le résultat est le même.

J’ai toujours été ton repère quand quelque chose n’allait pas ou t’inquiétait. Avec cette rentrée, tu es désormais dans un endroit que tu ne connais pas avec des personnes inconnues, et aucun repère pour te rassurer et te faire comprendre que tout va bien se passer.

Le système éducatif peut être très violent, et j’en ai plusieurs mauvaises expériences.

Je n’ai pas besoin de réfléchir pour savoir qu’il faut que je trouve des rituels, des gris-gris, des activités qui vont t’aider à passer ce moment difficile.

Le mercredi après-midi sera notre moment : cocooning, câlins, et petites surprises glissées ici et là.

Cette rentrée est un nouveau challenge, mais comme tout ceux qu’on a déjà eu à gérer (Toi avec toujours beaucoup de courage !), on arrivera à faire en sorte que tu te plaises dans ce nouvel univers.

C’est une nouvelle promesse que je te fais et que je tiendrai, comme toutes les autres précédemment.

Si votre Bout’Chou a connu les mêmes difficultés que Ouistiti lors de sa première rentrée (ou les autres), et que vous avez trouvé des petites astuces que vous voudriez partager avec moi, surtout n’hésitez pas ! J’ai pensé à du yoga ou de la sophrologie, mais je suis preneuse de tout !

Merci beaucoup <3

57 Commentaires

  1. Ton loulou a t’il droit de garder un doudou avec lui ? Je suis éducatrice spécialisée, et pour les enfants ayant du mal à changer de lieu souvent un objet les aide beaucoup. Pourquoi pas une photo de toi dans sa poche, ou un petit jouet de la maison ?

    Pour mieux appréhender le temps et se rassurer sur le fait que tu va revenir tu peux lui proposer un semainier. Genre une bande de scratch par jour avec une image de la maison et de maman pour le matin, puis l’ école et la maîtresse et de nouveau maison le soir. Comme ça quand une étape de la journée est passée il peut enlever l’image et visualiser où il va être et quand sera le prochain changement.

    Pour ce qui est du sein de la classe, si la maîtresse ou l’atsem peuvent le prévenir un peu avant la fin d’une activité et lui dire ce qu’il va faire ensuite, cela devrait l’apaiser . Puis très vite il va se rendre compte que les journées de déroulent plus ou moins pareil et ça devrait le rassurer.

    En tout cas bon courage à tous les deux pour cette passe difficile !

    • Oui, il peut avoir son doudou. Normalement il reste dans le sac jusqu’à la sieste, mais comme c’est difficile pour lui il a la possibilité de le prendre. Je lui ai proposé ce matin, il n’a pas voulu le prendre dans son sac.
      Je lui ai mis une photo de nous deux, mais je ne suis pas sure qu’il pense à la regarder quand ça ne va pas.
      Pour le semainier, il faudrait qu’il le garde avec lui dans la classe ? On en a un à la maison et je vais le lui préparer aujourd’hui pour l’acclimater en douceur le plus possible pour lundi.
      L’Atsem lui montre régulièrement sa montre pour l’aider à se repérer. Mais hier par exemple après la sieste, il ne voulait pas mettre ses chaussures, il voulait m’attendre pour le faire.
      Ça me brise le cœur de l’imaginer malheureux toute la journée, alors qu’il profitait pleinement à la garderie.

      • Oh chouchou 🙁

        Si le semainier de la maison ne suffit pas, tu peux lui en faire un plus petit qu’il emmène à l’école peut être…

        Du coup s’il est familier de la montre, peut être faire une démarcation couleur : les heures de maison d’une couleur et les heures d’école dans une autre ?

        Vite vite vite qu’il s’habitue, ça me fend le coeur rien qu’à te lire!

  2. Bon ça doit être mes hormones qui me jouent destours mais votre article me fait pleurer… je me retrouve dans la même situation que vous mis à part que clara a 3 ans et demi et c’est sa 2eme rentrée. ..le soir elle nous fair bcp de calins de bisous mais elle pleure aussi beaucoup…
    Bref je pense que la patience va être de rigueur et que nous allons devoir prendre sur nous.

    Un petit truc que je teste ( j’ai vu sur fb il n’y a pas longtemps ) : j’ai mis du rouge à lèvres et sur une feuille un bisou que j’ai entourée de scotch et que j’ai glissé dans sa poche. Clara m’a semblé rassurée avec cela ( du moins un peu) !

    Pouah j’ai écrit un roman… bon courage av votre petit <3

    • Les hormones ne m’aident pas non plus. Je suis encore plus sensible que la normale.
      J’avais pensé à lui dessiner un coeur sur le poignet et faire pareil sur le mien mais il n’a pas voulu.
      Je lui ai mis une petite photo de nous deux dans son sac à foufou, mais je ne suis pas sûre qu’il pense à la regarder.
      Je vais la lui mettre dans sa poche et je lui mettrai un petit « papier bisou » dans l’autre poche.
      Merci pour l’astuce 🙂

  3. Bonjour mamandeouistiti. J’ai bien aimé ton article qui est très puissant en émotion. On ne peut pas rester de glace face à cette situation. Je suis papa de 4 enfants merveilleux. Je commence le coaching pour aider les autres. Notament les relations parents enfants. Dans ta situation. On voit très clairement que vous avez tisser un lien tellement fort, que ouistiti resent tout tes émotions. Si tu est triste il est triste, si tu es joyeuse, il sera joyeux. Entraîne toi avec ton enfants à bien respirer pendant 2 minutes tout les deux avant de partir à l’école. 1 ça va vous détendre tout les deux et en 2 ça va renforçer votre confiance à vous deux. Les enfants se prête façilement à ce jeux là. Et dite vous que ça va bien se passer et que vous avez confiance en vous. Voilà je te souhaite une trés bonne journée et de la réussite pour ce défi.

    • Merci 🙂
      Comme je le dis, je ne suis pas triste devant lui. Je craque après l’avoir déposé ou le soir quand il est couché. Je lui parle toujours positivement de l’école.
      Ceci dit, il ressent sûrement les émotions intérieures.
      J’ai pensé à la sophro et je suis en train de me renseigner pour trouver un « cours ».
      D’ici là je vais appliquer tes conseils de respiration.
      PS : tes enfants sont trop choux ^^

  4. Bon courage à toi, j’imagine la peine que tu dois ressentir!
    Je t’envoie tout mon courage! Et si ça peut te rassurer mon petit Paul semble heureux chez la nounou, pas de difficulté majeure pour lui mais malgré tout je pleure chaque jour. Je pleure car il n’a qu’un an et il s’envole déjà sans moi et avec tellement de facilité que je suis déconcertée. Lorsque je le quitte le matin il est déjà parti à jouer et ne me dit même pas aurevoir. Heureusement lorsque j’arrive le soir il vient tout de même se blottir dans mes bras 🙂

    • Je sais que c’est difficile de les confier à une autre personne. Mais je préférerais qu’il parte avec impatience à l’école sans se soucier de moi.
      Là il s’accroche en larmes à mon cou, et c’est hyper difficile. J’ai encore fini en larmes dans la rue après l’y avoir deposé m’implorant de ne pas le laisser.

  5. Houla la la … pas facile tout ça. .. nous le matin on se fait un dessin sur le poignet, un petit bonhomme qui souris, je lui dessine sur le sien et le mien, comme ça il peut le regarder pur se réconforter et sait que j’ai le même. Sinon des livres sur l’école (il y en a un top avec maman a l’école) en parler, dite que ça te fais de la peine qu’il soit triste et que l’on va trouver une solution… Après le temps jouera beaucoup et ça finira par aller mieux… courage

    • J’ai voulu lui dessiner un coeur sur le poignet et faire pareil sur le mien, mais il ne veut pas 🙁
      Je suis en train de faire une sélection de livres.
      On va continuer de beaucoup parler.
      Merci <3

  6. Bonjour,

    Le premier jour de classe de ma puce de juste 3 ans (lundi dernier) s’est bien passé. Déposée à 8h35 dans sa classe avec la maîtresse et récupérée à 15h45 : nickel.
    Je savais que le lendemain ce serait plus dur car il fallait que je la laisse à 8h00 et que je ne la récupérerais que le soir vers 18h15.
    Ca n’a pas loupé, mardi, mercredi et jeudi ont été difficiles. Et ce matin elle pleurait lorsque que je suis partie. Heureusement c’est son atsem qui l’accueille le matin donc ça aide, mais je peux imaginer ce que cela fait. Chez la nounou cela se passait très bien (sauf de temps en temps après les vacances). je sais que dans la journée elle s’amuse, donc je n’angoisse pas trop mais les matins sont un peu difficiles. Les dessins sur le poignet et les feuilles avec les bisous ma fille n’en veut pas. Je n’ai donc pas vraiment de conseil à donner mais j’espère que cela ira vite mieux pour Ouisitti.

  7. Oh que je me (nous) reconnais…! Le premier jour nickel mais après… Je partais travailler les larmes aux yeux et je la retrouvais le soir à 19h avec des cernes tellement elle avait pleuré.
    Je n’ai pas trouvé de méthode miracle, mais j’avais fini par faire ce petit tableau. Ça l’avait aidée, je l’ai mis ici sans prétention aucune. (http://lesideesdusamedi.fr/premiere-rentree-des-classes-et-sil-pleure/)

    Parfois quand on en reparle, elle me dit qu’elle s’en souvient. Elle explique en disant qu’en classe, elle oubliait que je viendrai la chercher.
    Je peux juste te rassurer en te disant que l’entrée en MS s’est super bien passée.(je sais c’est dans longtemps)
    Je crois que maintenant j’irais voir un psychologue. A l’époque je n’y avais même pas pensé.
    Courage à tous les deux.

  8. Bonjour, je n’ai pas grand chose à te conseiller, je fais partie des chanceuses qui ont été estomaquées de voir leur bébé né hier ne pas les regarder quand elles quittent la classe.
    Je pense que tu agis pour le mieux, l’assurer de ton amour à chaque retrouvaille, instaurer des schémas de pensée positive « je suis sûre que tu es capable de te plaire à l’école »
    Je te souhaite beaucoup de courage (à ton petit homme aussi)

  9. Comme je me reconnais dans tes mots ! Nous vivons exactement la même chose avec notre fils de 3 ans et demi qui a pourtant 3 années de crèche derrière lui. On pensait tous que le passage à l’école se ferait sans problème car c’est un enfant très sociable. Or, il est aussi très sensible. Et je retrouve mots pour mots ce qu’il vit dans ton récit. Il pleure beaucoup la journée à l’école, le soir et le matin aussi. Il est très angoissé face à l’inconnu. Je pense qu’il a un énorme besoin d’être rassuré sur les changements d’activité et de personnes. Avec plus de 30 élèves dans la classe dans une grosse école à Lyon, j’imagine que les adultes n’ont pas beaucoup de temps à lui consacrer. Le soir il est à ramasser à la petite cuillère et nous dit avoir besoin de dormir assez tôt. Il est émotionnellement épuisé. C’est dur de tenir face à lui quand il fond en larmes.
    Je lui ai accroché un petit porte clé à son short qu’il peu toucher quand il est triste. Je ne sais pas si ça l’aide beaucoup… J’essaie de le rassurer, de trouver des solutions aux difficultés qu’il évoque… Mais je me sens bien démunie… Je me dit qu’il n’y a que le temps qui peut aider. Qu’il trouve de nouveaux repères temporels et affectifs, des copains avec lesquels jouer pour oublier ses craintes.
    C’est une épreuve très difficile que je ne m’attendais pas à vivre. Et je suis convaincue que les choses pourraient se passer différemment avec une meilleure adaptation du système aux petits qui font leur entrée à l’école. C’est dommage de démarrer comme ça…

    • Mais je suis tellement d’accord avec toi. Ce système est tellement violent pour des petits bouts aussi jeunes. On les laisse, en même pas cinq minutes, avec des gens qu’ils ne connaissent pas. Pas étonnant que l’école inquiète beaucoup d’entre eux après 🙁
      J’espère que cela va vite être mieux pour lui aussi et que nos Loulous s’éclateront comme des petits fous très bientôt.
      Au cas où, j’ai demandé conseil à mon pharmacien qui m’a donné de l’homéopathie. Si ça t’intéresse dis le moi. Nous, on commence ce soir en croisant fort les doigts pour que cela me soulage.
      Bon cocooning à vous deux pendant ce week-end <3

  10. De tout coeur avec toi, mais ne t’inquiète pas, je crois que c’est bien plus dur pour les mamans que pour les enfants… J’ai 2 classes de PS dans mon école, certains pleurent beaucoup le matin ou à la récréation mais dans la classe ça s’arrête.
    Et il n’y a sans doute pas que le tien…
    Pour mon grand la rentrée en PS a été très difficile, il a pleuré jusqu’à la Toussaint, mais je pense qu’il sentait mon angoisse, j’étais très mal de le savoir dans cet état et ça devait l’angoisser encore plus. Alors que quand son papa l’emmenait, tout allait bien. Si tu as la possibilité, laisse son papa l’emmener un jour, pour voir s’il a le même comportement. Tu es enceinte, fatiguée et plus susceptible et je suis sûre qu’il le ressent.
    Gros bisois

    • J’ai pu parler un peu avec l’instit et l’atsem, et il pleure plusieurs fois dans la journée au moment des changements d’activités.
      Je sais que je n’arrive sans doute pas à cacher mon inquiétude mais je fais toujours en sorte d’être positive que je lui parle de l’école. Et comme sa pré-rentrée s’était bien passée, j’étais confiante lundi matin. Mais c’est lui qui m’a dit qu’il ne voulait pas y aller en pleurant quand je lui ai mis ses chaussures.
      J’ai revu l’Atsem ce soir et la journée s’est mieux passée. Il n’a pas bien mangé ce midi car il me réclamait, mais il n’a pas pleuré cet après-midi et il n’était pas prostré et éteint quand je suis allée le chercher. Première fois de la semaine où on a joué et rigolé sur le chemin du retour

      • j’ai suivi le lien via chez zaza et (pardon ) pas lu tous les commentaires( mais quand je lis que le premier contact est difficile -ou plutôt pas facile- et que les partenaires éducatifs n’ont pas toujours les formules apaisantes ça touche mon petit coeur d’instit)
        courage il va se familiariser avec les lieux, les personnes, adultes et autres enfants
        l’enseignante va sans doute s’employer à structurer ce temps qui passe par des comptines ,des repères ,des rituels
        et il sera plus sécurisé
        l’envie de découvrir de vivre des choses avec d’autres d’expérimenter va suppléer ses peurs
        il faut un temps d’adaptation
        c’est tout à fait normal (pour nous aussi adulte c’est le cas!)
        cette nouvelle semaine sera la bonne peut être pas lundi matin mais ensuite oui !
        votre attitude est positive et bienveillante bravo cela va l’aider

        • Au bout de 4 jours, son instit m’a dit qu’il serait temps de couper le cordon. C’est violent à attendre, surtout qu’elle ne sait pas grand chose de son « parcours » pré-scolaire.
          Je sais que ce n’est pas le premier, no le dernier mais j’espère que ça ira vite mieux et qu’il se répèra avec des activités qu’il aimera faire et donc retrouver.
          J’appréhende demain avec la coupure du WE, mais je reste confiante Car vendredi après-midi s’était mieux passé.
          Merci pour tes mots réconfortants.

          • oui je trouve aussi que c’est un peu rapide mais peut être était elle pressée fatiguée aussi et les mots pas représentatifs

            je ne me permettrai pas de juger

            allez la semaine va être la bonne cette fois
            j’attends la suite positive
            courage!

          • Je ne juge pas non plus, mais c’est moi qui ai eu l’impression d’être jugée…
            Je croise vraiment tout pour que la semaine soit meilleure

    • Quitter la maison et le trajet ont été plus faciles : on a fait les zinzins et bien rigolé.
      Mais arrivés devant l’école, il s’est blotti dans mes bras et pleuré arrivé devant la porte de la classe.
      J’ai échangé un chouia avec l’instit, le temps de le lui confier, et elle m’a dit qu’elle avait bien vu qu’il a besoin de repères comme je ne suis pas là. Il la réclame souvent lorsqu’elle s’éloigne de lui. Quelque part c’est bon signe, car je me dis qu’il lui fait confiance.
      J’espère que ce n’est pas trop dur pour lui depuis ce matin et qu’il a mangé au moins un peu à la cantine.
      Merci beaucoup d’avoir pris des nouvelles. Ça me touche beaucoup.

  11. après les 2 jours de week end c’est à nouveau difficile pour beaucoup
    oui j’espère aussi que les pleurs se sont vite estompés
    et oui en effet il commence à chercher quel autres repères prendre
    c’est bien
    peu à peu
    avec l’apropiation du temps, de son emploi du temps ,des lieux et de ses nouveaux petits partenaires d’apprentissage et de vie,ça va aller
    demain ce sera encore mieux j’en suis sûre
    bonne soirée ensemble ce soir

    merci d’avoir pris le temps de me répondre

    oui votre message m’a touché aussi
    ça me fait toujours de la peine quand un pt bout ne se sent pas dans son élément heureusement ça ne dure pas
    et ensuite la vie d’école apporte nombreuses satisfactions
    et puis j’aimerais tant que l’école et les enseignant(e))s répondent à vos (aux)attentes..
    je repasserai lire les bonnes nouvelles les jours prochains !(un peu patraque à l’instant T)

    • des pleurs quand je l’ai laissé mais du réveil à l’arrivée dans la classe, tout allait bien. On a fait le chemin en rigolant.
      J’ai jeté un œil avant de partir et il était assis sur une chaise avec la maîtresse qui lui parlait pour l’apaiser. Il faisait des Oui de la tête. Ca m’a rassurée de voir qu’il était dans l’échange avec elle, malgré ses pleurs.
      J’espère que ça va aller, surtout la cantine

      • bon !
        plus que la séparation alors et c’est « courant » ça au début

        tant mieux ch jour ce sera des étapes en plus

        oui parfois la cantine pose « soucis » indépendamment du reste
        c’est souvent bruyant de nouveaux espaces rythmes
        aussi

        bon courage

        • Oui, c’est sûrement ça. Il n’allait à la garderie que l’après-midi et n’a jamais pris de repas avec autant de monde autour de lui. Et puis, il faut bien avouer que les menus ne sont pas très accessibles pour des petits.
          Hier il n’y allait que le matin et aucun pleur de la matinée sauf quand je suis partie.
          J’espère que ça serait pareil aujourd’hui et qu’il mangera au moins un peu (pâtes à la tomate au menu, j’ai un peu d’espoir).
          Merci de prendre des nouvelles auss régulièrement. Ça me touche énormément.

          • C’est bien ça ! Petit frère prevu pour Noël 🙂
            Et la bonne nouvelle du jour : même si il n’a pas mangé à la cantine, il n’a pas pleuré pendant qu’il y était 🙂
            Meilleure journée depuis 15 jours l’Atsem ^^

      • ;o(

        c’est sans doute la fatigue
        le rythme n’est pas facile à prendre et la journée de nos pts bouts longue et fatigante
        beaucoup de nouveauté de choses à intégrer ,à apprendre
        sans doute aussi du bruit à gérer ?
        généralement ça » prend « tout le mois de septembre
        (perso je voyais même un gros gros changement après les vacances de la Toussaint)
        ce sont comme des briques qui doivent se mettre en place
        là les fondations de la maison s’installent
        mais ensuite la base bien établie ce ne sera que du plus et du bonheur
        courage
        passez un weekend reposant et revigorant riche en douceurs et échanges
        bonne soirée

          • pardon de poser cette question
            mais pour le midi pas moyen de ne pas le laisser à la cantine au moins un jour sur 2? (du coup lui dire bon auj tu restes à la cantine mais demain on est ensemble)
            histoire de faire une pause dans la journée

            si pas possible pardon d’avoir posé la question c’est juste que d’expérience celà fait bcp au début et parfois interfère sur » l’école « à proprement parler

            mais bien sûr je parle sans connaitre la situation vos dispos l’organisation de l’école je ne juge absolument pas on fait comme on peut

          • Il n’y va pas le mercredi midi. Après avec les nouveaux rythmes scolaires, ses journées ne seraient jamais les mêmes et on ne veut pas lui changer des habitudes à l’arrivée de son frère.
            Lundi et mardi, ca s’est bien passé. L’atsem est confiante. On verra la semaine prochaine si ce n’était qu’un petit retour en arrière ou si on change d’organisation

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here