Nous venons de rentrer, après t’avoir déposé dans ce lieu que tu vas côtoyer pendant toute cette nouvelle année.

Histoire de ne pas se presser pour cette première rentrée, on avait programmé le réveil 1h30 avant l’heure à laquelle il fallait partir de la maison. Tout s’est passé en douceur, comme un lever habituel : câlin, petit déjeuner, toilette, jeu.

Et 8h45 est apparu sur la pendule du salon.

Ce n’est pas pour toi que ça été le plus dur : j’ai senti ma gorge se nouer et les larmes monter, mais j’ai réussi à les contenir. Papa l’a bien vu et a fait ce qu’il fallait pour que les rires et la bonne humeur nous accompagnent dès que le seuil de la porte franchi.

Le changement de trajet t’a fait tiquer et un premier « non » m’a fait appréhender ce moment que je redoute depuis plusieurs jours (depuis avant les vacances en fait)

Là encore, Papa a détourné ton attention et t’a vite remis le sourire aux lèvres. Mais l’émotion s’est emparée de moi et cette fois-ci, je n’ai rien pu contenir : les larmes ont coulé et j’ai eu du mal à canaliser quelques sanglots qui menaçaient d’exploser, à mesure que j’essayais de me retenir.

Tu n’as rien remarqué, toujours grâce à Papa qui a géré mes défaillances en attirant ton attention sur tout ce qui pouvait t’éviter de croiser mon regard humide.

Devant la porte, l’attente a été un peu longue et c’est là que les choses ont commencé à être un peu tendues : il y avait une petite moto et une trottinette, apportées par deux petits garçons, et tu nous a réclamé la tienne. Ça ne t’a pas tellement plu quand on t’a dit qu’elle était à la maison, et qu’on ne pouvait pas aller la chercher.

Puis la porte s’est ouverte et tu m’as agrippé les jambes, impressionné par cette entrée que tu n’avais vue qu’une fois.

rentrée des classes

Je t’ai pris dans mes bras, et nous sommes allés voir les listes pour voir qui serait ta maîtresse et dans quelle classe il fallait se diriger.

Une fois dans la salle, tu es très vite descendu pour aller voir les différents jeux qui se trouvaient dans cet espace qui allait devenir ton repère, quatre jours et demi par semaine jusqu’au mois de juillet prochain.

A partir de là, je me suis détendue car je t’ai vu aller et venir dans la salle, sans aucun signe d’appréhension.

rentrée des classes

Nous sommes restés une bonne demie-heure, à l’affût de toutes les indications que pourrait donner ta maîtresse : on ne voulait rien louper, c’est aussi notre première rentrée !

Puis vint le moment de te laisser : et tout s’est bien passé ! Je t’ai fait un bisou (bien plus en fait !) en te disant que nous revenions te chercher dans deux heures. Papa a fait de même.

Nous nous sommes éloignés, sans que tu prennes peur. La porte s’est fermée et nous t’avons vu continuer à t’amuser sur la kitchenette que tu avais repérée dès ton arrivée dans la salle.

Un énorme soulagement m’a desserré la poitrine, et nous sommes repartis en ayant conscience qu’une nouvelle aventure venait de commencer.

Tu seras toujours mon petit garçon adoré, mais aujourd’hui c’est une étape de grand que tu as franchie avec beaucoup plus de courage que ta Maman.

Bonne rentrée, mon Ouistiti <3

 

rentrée des classes

 

4 Thoughts on “Ta première rentrée des classes

  1. La premiere rentrée, c’est une étape à la fois pour les parents et pour les enfants ! Ici, meme si je suis un peu plus rodée puisque Petit Prince est rentré au CP, je n’en mene pas large a chaque rentrée…
    Bisous !

    • MamanDeOuistiti on 1 septembre 2016 at 15 h 31 min said:

      Je pense que j’aurai le coeur gros à toutes ses rentrées. Et comme là, ça n’était que pour la matinée, je suis quasi sûre d’être quasi dans le même état lundi pour sa première vraie grosse journée.
      Bonne rentrée à ton Loulou !

  2. Pingback: Une rentrée sans angoisse avec C-Mon Etiquette - Maman de Ouistiti

  3. Pingback: Une rentrée bien compliquée pour mon petit écolier - Maman de Ouistiti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation