Fin de la garderie : Une 1ère page se tourne

2
23

Mercredi dernier, Ouistiti a passé son dernier après-midi à la garderie. Comme l’année passée, j’appréhendais ce moment depuis le début du mois, mais la raison en était toute différente.

L’année dernière, ma nostalgie était dû au fait de tourner une page sur ses premiers moments en collectivité, et de voir tous les progrès que nous avions fait tous les deux, grâce à une équipe bienveillante et à l’écoute.

Cette année, c’est la continuité de ces progrès, mais surtout l’idée que Ouistiti n’y retournera pas à la rentrée, qui me met beaucoup de vague à l’âme.

Les premiers temps à la garderie n’ont pas été faciles, à son arrivée : Ouistiti ne voulait pas que je parte, et cela s’est fait dans les larmes, pendant de longues semaines.

J’ai toujours eu confiance en chaque membre de l’équipe, et je retrouvais toujours mon petit garçon en train de s’amuser. Ça m’aidait donc à l’y laisser.

Je considère réellement cette garderie comme une bulle protectrice, à l’intérieur de laquelle Ouistiti s’est épanoui. Nous sommes toujours très fusionnels, mais cela lui a permis d’apprendre à se séparer de moi en douceur.

Quant à moi, trouver cette place est arrivé à un moment où je n’allais pas franchement bien : les nuits étaient jonchées de réveils (4 en moyenne), et les journées n’en restaient pas moins très actives avec les siestes souvent courtes, voire inexistantes.

Pouvoir le mettre deux après-midis par semaine à la garderie, au début, m’a permis de souffler et a vraiment été salutaire.

À partir de là, ce sont devenus de vrais complices de notre famille : des conseils pour nous aider vis à vis du sommeil; du soutien au moment de l’opération de Ouistiti, et au début de l’année quand ses défenses immunitaires ont fait n’importe quoi; des astuces pour annoncer ma grossesse un peu plus tôt que prévu vu son comportement qui se durcissait; deux créneaux supplémentaires à partir de ce moment là parce qu’ils ont vu ma fatigue et pouvoir, grâce à eux, me reposer tous les après midis de la semaine…

Ouistiti s’y est fait ses premiers copains et j’espère vraiment que nous, parents, allons faire ce qu’il faut pour que leur lien perdure, même si ils ne seront pas dans les mêmes écoles.

Cela va peut être vous paraître excessif, mais je suis triste depuis mercredi de me dire que nous n’allons plus les voir tous les jours. D’autant que tourner cette page veut dire en ouvrir une autre qui, comme j’ai déjà eu l’occasion de vous le dire, m’inquiète plus que ce à quoi je m’attendais.

Notre petit garçon est tout ce qu’il y a de plus épanoui. Ses éclats de rire nous inondent chaque jour et, pour moi, l’équipe de la garderie n’y est pas pour rien. Ce sont eux qui l’ont accompagné dans sa première expérience de vie en collectivité, et je n’oublierai jamais toute la bienveillance qu’ils ont eue pour lui.

Comme l’année dernière, j’ai voulu les remercier pour avoir été si attentionnés avec Ouistiti.

J’ai repris le côté « gourmandise » du panier que je leur avais offert l’an passé, mais en préférant leur faire un petit paquet à chacun.

Comme pour tous mes petits cadeaux à savourer, je suis allée dans ma petite épicerie fine : caramels au beurre salé et petites gaufrettes dentelles caramélisées enrobées de chocolat, avaient été repérés plusieurs semaines auparavant.

Je ne suis pas douée en DIY, mais je voulais leur offrir un petit cadeau qui leur rappellerait Ouistiti, sans tomber dans le kitch (qui aurait fini par être abandonné dans le fond d’un placard), ni quelque chose de trop cher car j’avais 5 personnes à gâter.

Mon choix s’est arrêté sur Happiness Moment : une jolie boutique de papeterie que m’avait fait découvrir ma copine Emma, à l’époque où nous avions fait notre swap.

Je suis tombée sous le charme d’un joli porte clé que Laurie a personnalisé selon mes souhaits : Sur le recto, le prénom de chacun avec une phrase courte mais qui veut dire beaucoup pour moi. Sur le verso, le prénom de Ouistiti accompagné de 2015/2016, les deux années qu’il aura passées avec eux.

Quelques jours après ma commande, j’ai reçu les 5 portes-clés (il en manque un sur la photo, appelez moi Dory !), et le résultat était à la hauteur des visuels qu’elle m’avait montrés avant de les créer.

garderie -idée cadeau fin d'année

Il ne me restait plus qu’à préparer mes cinq petits paquets et à les offrir, un peu avant le dernier jour. J’ai préféré profiter de la fête de fin d’année la semaine précédente : l’ambiance, les activités spécialement organisées pour l’occasion, le goûter où les parents était conviés, me donnait un peu plus d’aplomb pour maîtriser mes émotions au moment de leur offrir.

Mes petites gourmandises leur ont fait plaisir, mais ils ont surtout été touchés par le porte clé. La puéricultrice qui s’est occupée de Ouistiti, cette année, m’a même tout de suite dit qu’elle allait s’en servir pour une de ses paires de clés. A ce moment là, j’ai à peu près retenu mon émotion.

Ça n’a pas du tout été le cas, mercredi dernier : j’ai tenu jusqu’à ce qu’on sorte de la garderie. Mais une fois Ouistiti installé sur son vélo, et mes yeux hors de portée des siens, mes larmes ont coulé une bonne partie du chemin.

En un an et demi, ils faisaient partie intégrante de nos vies, et ça me rend bien triste de me dire qu’on ne les verra plus.

 

Enfin pas tout à fait, car j’ai appris que, l’année prochaine, Ouistiti pourrait retourner y pendant les vacances scolaires, puisque la garderie a l’agrément pour accueillir les enfants jusqu’à 6 ans.

Et ça, ça m’aide vraiment à trouver cette séparation moins dure.

Un challenge se présente désormais à moi : 15 jours, sans garderie, à occuper mon petit garçon en étant à Paris, puisque nous ne partons que le dernier week-end de juillet.

J’ai préparé une petite sélection de sorties, mais je me suis aussi plongée dans un ouvrage sorti aux Editions Eyrolles : La méthode La Garanderie à la maison*, pour les jours où il ne ferait pas beau (on n’est à l’abri de rien) ou, au contraire pour les grosses chaleurs (comme celles de cette semaine).

J’aime beaucoup les activités qui y sont proposées : faciles d’accès, elles ne nécessitent pas beaucoup d’accessoires (et pour moi qui ne suis absolument pas douée de mes mains, c’est parfait).

Organisées en quatre catégories, elles ont un rôle éducatif par le jeu (jeux pour apprendre avec sa tête; avec son corps; comme les grands; quand on sait lire et écrire).

Alexandre de La Garanderie part du principe que chaque enfant a sa propre manière d’apprendre, et que tout enfant peut réussir. Sa méthode tourne autour de l’évocation.

Lorsqu’on lit, regarde ou entend quelque chose, on code ce qui est devant nos yeux pour pouvoir le retranscrire plus tard. Dès le début de l’apprentissage, les enfants codent : certains en utilisant des mots (ce sont des enfant auditifs), et d’autres en utilisant des images (ce sont des enfants visuels). Certains enfants utilisent ces deux modes en simultanée, et d’autres construisent des images à partir du toucher ou des mouvements de leur corps (ce sont des enfants kinesthésiques).

Plus tard, une fois ces codes assimilés, il leur faudra réfléchir à comment les appliquer à la situation qu’ils seront en train de vivre (résoudre un problème, se rappeler de quelque chose…).

C’est ainsi que se structure l’apprentissage pour ce pédagogue qui avait lui-même des difficultés à l’école, juste parce que personne n’avait remarqué qu’il entendait très mal. Du jour où son professeur de français lui a donné tous ses cours par écrit, il a lui même compris pourquoi il était en échec et a ainsi pu devenir un élève brillant.

L’évocation peut paraitre opaque quand on ne connait pas cette méthode, mais en passant par le biais du jeu, elle s’acquiert très facilement.

Le but de ce livre, comme de toute la méthode, n’est pas de chercher à savoir si votre enfant est visuel, auditif ou kinesthésique : il s’agit de lui donner un bagage pour lui apprendre à développer ses facultés mentales, et pour qu’il prenne conscience lui-même de ce qui l’entoure.

Il n’y a aucun objectif de résultat, et c’est avant tout cela que j’ai apprécié dans cet ouvrage : le jeu est au centre de tout, et le résultat est pour moi un bonus qui permettra à Ouistiti de se découvrir, par lui-même, des facilités pour telle ou telle chose.

A deux ans et demi, je ne suis absolument pas dans la recherche de la performance : je m’adapte à Ouistiti en ayant pris soin de feuilleter le livre au préalable, pour trouver les activités qui lui plairaient. Il n’est pas question que je lui demande de s’adapter à un jeu qui serait trop compliqué pour lui.

Il est très friand de lecture et je me suis rendue compte que nous pratiquions déjà la méthode sans le savoir, puisque cela fait un moment que Ouistiti me raconte certains de ses livres au moment du coucher, comme invite à le faire le jeu  » Raconte Moi l’Histoire« .

Il a également deux jeux fétiches dans la catégorie « apprendre avec mon corps » :

  • « Le déjeuner des animaux » où il faut associer des cartes où figurent des animaux avec des cartes où figurent ce qu’ils mangent;
  • et « Le triangle, le cercle, le carré » où il s’agit de reconnaître les formes en ayant les yeux fermés. Pour l’instant, Ouistiti n’est pas adepte du jeu les yeux bandés, mais il les reconnait parfaitement dès qu’il les voit. J’aime l’idée de pouvoir faire progresser une activité en fonction de ses envies et de ses capacités.
Encore une fois, je ne me sers absolument pas de cet ouvrage comme si c’était un cahier de devoirs de vacances. Pour moi, c’est une source d’inspiration pour pouvoir occuper Ouistiti : l’apprentissage qui en découle n’en est qu’un double effet kiss cool bénéfique !

Si vous êtes plus attirées par la méthode Montessori, sachez qu’il existe également un livre* qui la présente en détails en proposant plus de 100 activités à faire avec vos Bout’Choux.

activités après fermeture garderie - la garanderie - montessori

Et vous, vous êtes nostalgiques de l’année (de garderie, de crèche, de nounou, d’école) qui vient de se terminer ? Vous êtes inspirées pour occuper vos Loulous pendants ces vacances ?

Dites moi tout en commentaires 🙂

*produits offerts

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here