Le premier trimestre est souvent le moment où l’on a à supporter des maux, plus ou moins désagréables : fatigue, nausées, vomissements, insomnies…

A part une fatigue qui me faisait me coucher avec les poules, je n’ai rien connu de tout ça pendant ma première grossesse.

Mais comme l’adage veut qu’une grossesse ne ressemble jamais à une autre, pour celle-ci, ce fut tout le contraire.

Dès le lendemain de mon test de grossesse, j’ai été prise de nausées en fin de matinée, qui ont duré TOUTE la journée.

A partir de là, je crois pouvoir dire, sans me tromper, que j’en ai eu tous les jours. Je me souviens avoir été tranquille la journée, mais histoire de me faire comprendre que je n’aurais pas dû me réjouir, elles arrivaient à 18h et je me couchais en leur compagnie.

Elles ont aussi eu la bonne idée de me réveiller en pleine nuit, alors que Ouistiti ne le fait plus…

Au début, je regrettais qu’elles ne soient pas accompagnées de vomissements, en me disant qu’au moins, après, je serai soulagée.

Et bien non ! Même pas ! Eux aussi ont fini par arriver, et je n’étais pas mieux après.

La grossesse ne donne pas beaucoup de solutions médicamenteuses, lorsqu’il s’agit de soulager un désagrément ou une douleur. Et de toute façon, quand j’avais appris que Ouistiti était dans mon bidon, je n’avais plus envie d’avaler des trucs chimiques, et je me suis tournée vers l’homéopathie.

Cette nouvelle façon de me soigner est allée au-delà de ma grossesse, puisque j’ai allaité Ouistiti pendant 25 mois et demi.

C’est devenu une démarche spontanée, d’autant que j’ai un pharmacien qui a une formation en homéopathie, et qui m’aiguille à chaque fois avec autant de gentillesse que de succès.

Cependant, l’homéopathie peut sembler opaque, quand on ne s’y connaît pas. Trouver un spécialiste n’est pas forcément aisé, si on n’a personne pour nous en recommander un (et tout le monde n’a pas la chance d’avoir mon pharmacien !).

Il y a quelques temps, j’ai découvert la collection « Mes astuces et conseils de » aux Editions Eyrolles.

L’un d’eux est écrit par une pharmacienne* et j’ai eu l’impression, en le lisant, d’avoir mon pharmacien bienveillant et disponible devant moi.

maux de grossesse - Eyrolles - Astuces de pharmacienne

Il se présente comme un lexique que l’on feuillète en fonction des maux qui nous gênent, et donne des conseils pour les soulager sous 4 angles différents :

  • l’homéopathie
  • la phytothérapie
  • l’aromathérapie,
  • la médication classique.

Vous l’aurez compris, c’est le côté « homéopathie » qui m’intéresse. En allant à la lettre G, j’ai à portée de main tout ce qui peut soulager ce que beaucoup de femmes enceintes ont à supporter pendant le 1er trimestre. Un tableau donne la posologie de façon claire : si mon pharmacien n’est pas là ou si je suis en vacances, j’ai ce qu’il faut pour me soulager.

Je m’y référerai aussi pour préparer mon accouchement, ce que je n’avais pas fait pour Ouistiti.

Un autre ouvrage de cette collection m’est également utile : Mes astuces et conseils de sophrologue*.

maux de grossesse - Eyrolles - astuces de sophrologue

Là encore, j’ai connu la sophrologie pendant que j’étais enceinte de Ouistiti, et ça m’avait beaucoup aidé à gérer une période de stress au début de mon troisième trimestre.

Depuis, il me reste quelques « réflexes » sur la respiration, mais je vais avoir besoin d’une mise à jour que j’ai bien l’intention de faire en refaisant des séances.

En attendant, j’ai trouvé de bons conseils dans cet ouvrage, notamment quand le sommeil me fait faux bond.

J’ai aussi découvert que la sophrologie pouvait soulager les acouphènes. J’en souffre depuis de nombreuses années et, depuis que j’ai ce livre, je profite enfin de mes oreilles qui ne sifflent plus en continu.

Je vais cibler mes séances sur la préparation à l’accouchement, et ce petit livre sera un bon guide entre deux rendez-vous (et peut être même en live depuis la salle de naissance !).

Une autre pratique pourrait aussi vous être utile, si vous êtes future maman touchée par les nausées : l’acupuncture.

Là aussi, pas évident de trouver un bon praticien, si on n’a personne pour nous en conseiller un praticien.

Il y a quelques temps, j’ai découvert un drôle de petit bracelet sur Twitter. Je m’y suis d’abord intéressée pour Ouistiti, car l’une des vertus évoquée était de soulager contre le mal des transports.

Depuis que Ouistiti est passé de sa coque à son siège auto, il est malade en voiture. J’ai essayé pas mal de choses, sans jamais le soulager sur le long terme. Si certaines choses ont fonctionné au début, au bout de quelques utilisations, il était à nouveau malade.

Sea Band*, c’est son petit nom, est un bracelet en tissu côtelé, comme celui des extrémités d’un blouson. Il est donc extensible et s’adapte au poignet, si tant est que le poignet ne soit pas trop fin. Le bracelet enfant est conseillé à partir de 3 ans, justement pour que le bracelet adhère bien.

Malheureusement, il est encore un peu trop large pour le poignet de Ouistiti, et nous allons donc devoir attendre.

Ce bracelet est également conseillé pour les femmes enceintes, contre les nausées. Il se porte en duo sur chaque poignet, en prenant soin d’installer la bille intégrée dans le tissu à une distance de 3 doigts à partir du pli du poignet.

maux de grossesse - Sea Band

Ce bracelet n’a pas fait disparaître les nausées. Mais lorsque je les installais, je les sentais néanmoins diminuer. J’en ai parlé avec une amie qui les avait utilisés pendant son premier trimestre, durant lequel elle a eu les fameuses nausées matinales. Du moment où elle les a portés, les nausées l’ont laissée tranquille.

C’est sûrement une question d’intensité de la gêne, mais déjà avoir pu être soulagée avec des nausées moins intenses, était appréciable !

***

Il n’y a pas que les maux de grossesse que l’on a envie de soigner naturellement, quand un petit habitant s’installe dans son bidon.

Avec les hormones qui s’affolent, notre peau peut être sujette à plusieurs désagréments. Certains étaient présents avant la grossesse, d’autres se manifestent pendant.

La peau est exposée en permanence aux attaques extérieures comme le soleil, la pollution et réagit pour se défendre. Des facteurs psychologiques comme le stress peuvent également la fragiliser.

Si vous êtes sujette à des maladies de peau comme l’acné, l’eczéma, les mycoses, le psoriasis, les verrues, ou les fameuses vergetures redoutées par les futures Mamans…, vous trouverez sans doute les conseils qui pourront vous soulager dans le livre « Soigner sa peau au naturel » (Eyrolles)*.

Chaque maladie est abordée en partant de sa cause pour donner des solutions pour les soulager. Plusieurs pistes sont proposées : homéopathie, phytothérapie, aromathérapie, compléments alimentaires naturels.

Il sera également utile après l’accouchement, puisque la chute de cheveux y est abordée.

maux de grossesse - Eyrolles - Soigner sa peau au naturel

***

Il y a autre chose qui m’avait interpellée lors de ma première grossesse et pour laquelle je n’avais, à l’époque, pas trouvé de solution : protéger mon bébé de toutes les ondes électromagnétiques qui gravitent autour de nous : wifi, téléphone portable… Souffrant d’acouphènes depuis des années, je suis particulièrement sensibilisée à ce problème.

Après la naissance de Ouistiti, j’avais découvert un bandeau spécialement conçu pour protéger le fœtus des ces ondes nocives : le bandeau de grossesse Silvershield*,disponible sur le site Bébé sans Ondes.

En apparence, c’est un bandeau classique comme ceux que l’on a l’habitude de voir sur les bidons des futures Mamans, et que l’on met pour attirer l’attention des passants, histoire qu’ils fassent un peu plus attention à nous, ou pour cacher le petit bidon qui dépasse pour cause de Tshirt un peu court (ou quand notre pantalon habituel est un peu serré mais quand le pantalon de grossesse est encore trop large).

Son atout se situe dans son tissu , dans lequel se cachent des fils d’argent qui bloquent le passage de 99,9% des ondes électromagnétiques.

Il s’installe très facilement et s’enlève tout aussi facilement, puisqu’il se noue autour du ventre (au lieu d’un tube que l’on enfile sur bons nombres de bandeaux de grossesse). Il agit ensuite comme une barrière qui bloque les ondes.

J’avais prévu de vous montrer une vidéo, mais mon APN vient de me lâcher… Promis, je vous en posterai une sur Facebook !

maux de grossesse - bandeau silvershield

***

Et parce qu’une grossesse sereine passe aussi par le « se faire plaisir », je vous donne mes deux coups de cœur pour les petits creux, quand les nausées vous fichent la paix : les encas Gula dont je vous ai parlés à plusieurs reprises sur le blog, et les barres de fruits et de noix Nakd (sans lait, sans sucre, sans gluten).

Des petits plaisirs sains pour une petite collation du matin ou le goûter, et qui éviteront le grignotage en attendant le prochain repas.

Bien sûr, cette liste est non exhaustive !

Si vous avez des astuces qui vous ont bien aidées pendant votre premier trimestre (et même après), n’hésitez pas à les partager en commentaires !

*Produits offerts

One Thought on “Petits trucs pour un début de grossesse serein

  1. Pingback: Future Maman & Confort : le coussin de maternité Tigex {Concours} - Maman de Ouistiti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation