Passé un certain âge, je pense que toute femme, souhaitant avoir un enfant, entend son horloge biologique la narguer avec son tic-tac.

Ça a été mon cas pour Ouistiti. J’avais 21 ans quand j’ai rencontré PapaDeOuistiti, et 26 ans quand nous avons emménagé ensemble (vive les galères pour trouver du boulot après nos diplômes…).

Dans mon idéal, je nous voyais fonder une famille avant mes 30 ans (28, pour être précise). Mais c’était sans compter mes problèmes de santé, qui ont tout foutu en l’air.

Pendant plusieurs années, il n’en était même plus question. Et quand les choses ont commencé à aller mieux, il a fallu attendre l’accord des médecins.

Après ça, c’est la nature qui a pris son temps

Au final, j’avais 36 ans 1/2 quand Ouistiti a pointé son nez. Pendant tout ce temps, j’ai pensé à cette foutu horloge biologique, et j’ai même cru que j’avais laissé passer ma chance d’être Maman.

Mais non ! Tout est rentré dans l’ordre, et Ouistiti a pris ses appartements dans mon bidon.

Le temps qui file et sur lequel on n’a pas d’emprise, c’est le sujet abordé par Caroline Michel (auteure du blog Ovary) dans son premier roman « 89 mois« .

89 mois - Caroline Michel

Elle nous raconte l’histoire de Jeanne, 33 ans, tout juste séparée de l’homme avec lequel elle pensait fonder une famille.

Si le compagnon n’est plus dans sa vie, son envie d’être Maman ne l’a pas quittée.

Commence alors pour Jeanne une réflexion qui réalise qu’à 33 ans, il lui reste 89 mois avant d’avoir 40 ans, âge charnière quand on se préoccupe de la fameuse horloge biologique.

De cette réflexion découlera une décision : ce bébé, elle l’aura toute seule.

Elle sera soutenue par certain(e)s de ces ami(e)s, jugée par d’autres. Mais malgré ses doutes, elle se lance pour, un jour, pouvoir tenir dans ses bras sa fille, Augustine, à qui elle parle au fil des pages pour lui expliquer sa démarche peu banale.

Même si mon parcours n’est pas le même que Jeanne, puisque ce n’est pas une rupture qui a freiné mon « projet bébé », je me suis retrouvée dans ses pensées.

Je ne pense pas que j’aurais choisi sa solution, si j’avais été moi-même célibataire, mais la similitude de nos désirs d’enfant m’a fait m’attacher à elle, dès les premières pages.

Si le sujet est sérieux, « 89 mois » n’en reste pas moins bourré d’humour, et se lit très facilement.

Que vous soyez titillée ou non par cette horloge, parfois bien chipie, je peux vous garantir que vous passerez un bon moment en compagnie de Jeanne.

Produit offert

2 Thoughts on “{Instant Lecture} 89 mois de Caroline Michel

  1. Merci pour cette découverte 😉
    En ce moment je suis sur les romans de Frédéric Beigbeder, rien à voir!

    *Laura*
    http://un-instant-de-bonheur.blogspot.fr

  2. Pingback: Une Semaine Chez la Ouistiti Family #S19-2016 - Maman de Ouistiti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation