Cela fait maintenant plus d’un an que Ouistiti va à la garderie.

L’année dernière, il y allait deux après-midis par semaine et, depuis septembre, il y va un après midi sur deux, les lundi, mercredi et vendredi.

Depuis un an, je l’y vois se faire des copains et s’épanouir. Cela n’a pas été tout le temps facile de l’y déposer, car il ne voulait pas que je parte.

Mais l’équipe a toujours été bienveillante. Au moment de son adaptation, ses jouets préférés l’attendaient toujours quand nous arrivions. Et récemment, quand les choses redevenaient compliqués, la puéricultrice l’emmenait à la fenêtre pour qu’il regarde les garages ou les oiseaux, ses deux passions lorsque nous sortons.

Les voir si attentionnés pour le bien-être de mon petit garçon m’a toujours rassurée. Je savais que même si il était triste de me voir partir, cela ne durait jamais longtemps (ses pleurs cessaient, alors que je n’avais pas encore franchi la porte de sortie).

Ces après-midis ont été une vraie bulle d’oxygène pour moi, car je n’allais vraiment pas bien avant de l’y inscrire. La fatigue me grignotait de plus en plus les nerfs.

A la rentrée, j’aurais pu inscrire Ouistiti dans une garderie plus proche de chez nous, mais il était hors de question pour moi de le changer d’environnement et d’équipe. Sa garderie est à un tout petit quart d’heure de chez nous, et ça n’a rien d’une corvée puisque je sais qu’il y est plus que bien.

Ce petit cocon est ressenti par tous les parents, avec lesquels j’ai eu l’occasion de parler. Nous sommes tous conscients que nous avons la chance d’avoir une équipe si attentive à nos enfants.

Cette équipe se compose de la directrice, de deux éducateurs, deux puéricultrices et d’une cuisinière qui prépare tous les goûters maison !

Dès le premier jour, j’ai senti une vraie complicité entre chacun d’eux. Je n’ai jamais senti d’ondes négatives ou de lassitude, même après une journée où les enfants étaient particulièrement énergiques (et je les admire quand je vois dans quel état je finis lorsque je passe une après-midi avec deux enfants, alors que je suis avec un autre adulte !).

Chaque membre de l’équipe à sa propre personnalité, tous s’accordent à la perfection et on sent qu’ils aiment travailler ensemble.

Tous s’articulent autour de la directrice, dont la douceur m’avait tout de suite mise en confiance : le fait que Ouistiti soit allaité quand je l’ai inscrit (et jusqu’à encore récemment) ou qu’il s’endorme dans mes bras n’avait suscité aucune remarque désobligeante.

Elle n’a jamais eu l’image d’une personne d’autorité que l’on craint, mais au contraire elle a toujours suscité chez moi beaucoup de respect et, très vite, de l’affection (comme j’en ai pour chacun des membres de l’équipe).

Elle dirige les personnes qui s’occupent de mon petit garçon, qui se sent bien avec chacun d’entre eux. Je suis son ressenti, je suis mes impressions. On est purement dans une relation de cause à effet : il les aime bien, donc je les aime bien et tout cette bulle de quiétude est rendue possible par la directrice qui a su installer une bonne ambiance de travail.

C’est donc avec beaucoup de tristesse et une certaine appréhension que j’ai appris, au début du mois dernier, qu’elle  passait ses dernières semaines à la garderie, puisqu’elle partait à la retraite.

J’ai donc vu la fin du mois arriver avec une certaine nostalgie de toute cette année qui s’était déroulée.

Et la semaine dernière, j’ai dû dire au revoir à l’une des personnes qui a accompagné les premiers pas de Ouistiti en collectivité.

La pause des vacances d’été m’avait déjà fait drôle, comme une première page que l’on tourne mais je savais qu’on allait en ouvrir une autre au mois de septembre.

Avant d’apprendre cette nouvelle, et depuis l’inscription de Ouistiti à l’école, il m’arrivait déjà de penser à la prochaine page à tourner car je ne suis pas dire qu’il ira à la garderie le mercredi après-midi, une fois qu’il sera scolarisé.

Ce départ à la retraite m’a fait l’effet d’un adieu précoce et brutal, et ça m’a fait tout bizarre de voir son bureau vidé et fermé vendredi dernier.

Bien sûr, toute l’équipe encadrante sera toujours présente pour les enfants, mais tous les parents se demandent comment les choses vont évoluer avec une nouvelle personne aux commandes.

On espère tous qu’elle va continuer le travail si bienveillant qui a été fait par « notre » directrice jusque là. Grâce à elle, un petit garçon autiste vient tous les mercredis après-midis et une maman, qui est sourde, n’a aucun problème de communication puisqu’elles ont collaboré ensemble pour un système de transmission par textos.

Ce sont des choses qui n’auraient même pas à être relevées, tant elles devraient être normales. Mais on sait tous à quel point ça n’a pas dû être simple tant le système est archaïque.

Si les choses venaient à être perturbées, on est déjà prêt à se mobiliser.

Vous allez me dire de ne pas forcément voir les choses en noir, et que ce lieu va continuer d’être une bulle de bonheur pour nos enfants.

Je l’espère aussi de tout cœur, mais pour cela, il faudrait qu’on connaisse la date d’arrivée de la personne qui va lui succéder, ce qui n’est pas le cas alors que la directrice est déjà partie.

On ne peut clairement pas attendre de miracle de l’administration. Mais l’équipe en place aura toujours ma confiance absolue, et ce sont eux qui m’empêchent de flipper pour le déroulement des mois à venir.

Cette personne est la première à sortir de notre quotidien alors qu’il y avait un lien affectif entre Ouistiti, elle et moi. Je dois faire comprendre à mon petit garçon, de la façon la plus douce possible, qu’il ne la verra plus alors que je suis encore très touchée par son départ.

C’est une nouvelle étape à franchir, pas facile là tout de suite. Mais savoir que c’est pour elle une nouvelle aventure qui commence après un investissement de tant d’années pour tout plein d’enfants, ça m’aide déjà beaucoup !

Je suis vraiment heureuse que ce coup de téléphone passé un matin de janvier l’année dernière nous ait permis de rencontrer une si belle personne, et j’espère que Ouistiti aura d’aussi bons référents dans sa future scolarité !

Halte garderie - directrice

3 Thoughts on “Au revoir, Madame la Directrice

  1. véronique tournier on 4 avril 2016 at 21 h 18 min said:

    😉 bonne soirée et bel article

  2. Pingback: Une Semaine Chez la Ouistiti Family #S14-2016 - Maman de Ouistiti | Maman de Ouistiti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation