Et maintenant ? On attend…

13
24

Une semaine est passée. Pas très sereinement, je dois bien l’avouer. Même si j’ai pas mal été occupée avec le blog qui m’a fait sortir tous les jours à partir de mercredi, j’avais bien du mal à penser à autre chose qu’au rendez-vous de Ouistiti chez l’hématologue, vendredi après-midi.

Les crises douloureuses se sont, heureusement, arrêtées. Du coup, ça aide à contenir l’esprit qui a vite fait de dérailler dans ces moments d’attente.

Je me suis retrouvée dans la même situation que lorsque le pédiatre avait voulu que l’on aille consulté le chirurgien, la première fois qu’il avait ausculté Ouistiti. On était allé au rendez-vous, nonchalamment, en nous disant que ça ne devait pas être bien grave un peu trop de peau sur un zizi.

Au final, c’était bien plus que ça, et on s’est pris une grande claque dans la gu…. à l’annonce de la nécessité de l’opérer.

En attendant le rendez-vous chez l’hématologue, j’appréhendais que la situation se reproduise : prendre le souhait du pédiatre comme une formalité préventive, et se retrouver avec une mauvaise nouvelle à gérer. Ce qui fait que je ne l’ai absolument pas attendu comme une formalité, et qu’au contraire, ça m’a travaillé le ciboulot tous les jours.

La seule chose sur laquelle je n’ai pas cogitée, c’est sur ce nouveau médecin qu’on allait rencontrer. Déjà parce que je fais confiance en mon pédiatre, et aussi parce que j’avais aimé le contact avec sa secrétaire. C’est peut être bête, mais c’est la réalité. A croire qu’en ce moment, je n’ai pas besoin de grand chose pour être rassurée.

Son cabinet étant à 3 stations de métro de chez nous, j’ai pris le parti d’en faire une balade : Ouistiti adore prendre le métro comme un grand, sans poussette (Il me le réclame tous les jours). On est parti bien en avance, pour aller au rythme de ses envies : sauter dans les flaques d’eau, appuyer sur les boutons des horodateurs, regarder si les portes des « garages à voitures » sont ouvertes ou fermées, dire coucou au Métro qui arrive et au revoir à celui qui part…).

On est arrivé pile à l’heure, et détendus de s’être bien amusés. La famille qui avait rendez-vous avant nous, était en retard. Du coup, l’hématologue nous a pris tout de suite.

Comme à chaque rendez-vous avec un nouveau praticien, elle a consulté le carnet de santé de Ouistiti, et nous avons parlé de son « parcours médical », que je connais par coeur.

examen médical hématologue

Elle m’a ensuite demandé la raison de notre venue, et a regardé les résultats de la prise de sang.

Avec beaucoup de pédagogie et de bienveillance, elle m’a confirmé que les résultats que le pédiatre avait trouvés trop bas, l’étaient dans une fourchette qui nécessitait qu’on approfondisse pour savoir pourquoi et que faire en conséquence.

Elle m’a expliqué ce que signifiaient ces résultats trop bas, et quels étaient les différents traitements qui étaient prescrits.

Le traitement le plus lourd est vraiment impressionnant, et elle m’a dit qu’il ne serait certainement pas celui dont Ouistiti aurait besoin.

Pour décider de son traitement, l’hématologue a besoin d’une analyse plus détaillée des résultats de la première prise de sang. Elle nous envoie donc en faire une nouvelle, à l’hôpital dans lequel elle consulte.

L’idée que Ouistiti doive avoir une autre prise de sang aussi rapprochée de la précédente, me sert le cœur et me retourne le ventre.

C’est d’autant plus dur qu’il faudra attendre un mois pour avoir les résultats. Autant vous dire que mon cerveau n’a pas fini de faire des nœuds…

Je n’ai pas besoin de rendez-vous pour faire faire cette prise de sang. L’attente va être suffisamment longue, donc j’y vais ce matin : le médecin m’a demandé de ne pas y aller hier, car il lui fallait le temps de prévenir son équipe.

Je ne le dirai jamais assez : je suis soulagée d’avoir trouvé un pédiatre qui ne laisse pas traîner les choses, quand quelque chose ne lui paraît pas normal. Mais je suis inquiète de savoir ce que vont nous révéler ces nouveaux examens.

Vous nous envoyez vos bonnes ondes ?

13 Commentaires

  1. Bonjour.
    Un mois d’attente sera long mais à la lecture de votre article je trouve cet hématologue bienveillant et pédagogue et ça semble une bonne chose pour bien débuter une série d’examens. J’espère de tout coeur que le diagnostic soit le moins grave possible et que Ouistiti pourra être pris en charge. Pleins de pensées pour Ouistiti et la prise de sang.

    Isabelle

  2. On envoie des bonnes ondes. C’est toujours difficile et inquiétant ce genre de chose, c’est bien normal que ça te torde les boyaux. Avoir un bon médecin et bienveillant est déjà positif. Je te souhaite que la suite le soit aussi. Courage à tous

    • Pour avoir haleter jusqu’à trouver le 4eme pédiatre, c’est vrai que c’est rassurant vu le contexte d’avoir un médecin à l’écoute et qui explique

    • C’est un vrai soulagement de se sentir dans de bonnes mains. On a vraiment galéré avant de le trouver (jugements et discours rabaissant étaient leur spécialité…)
      Merci <3

  3. Parfois, la vie nous réserve des surprises et pas forcément bonnes.
    Le pire est sans doute la maladie et surtout lorsqu’on est dans le doute.
    Ne pas savoir reste l’élément perturbant, cela qui laisse entrevoir tous les possibles.
    La seule chose qui peut t’apaiser c’est de prendre ton Ouistiti sur ton coeur et espérer que ce soit bénin.
    Je reste de tout coeur avec ta famille pour surmonter ces moments si difficiles et tellement éprouvants.

    • Malheureusement il y a une réelle raison puisque les premiers résultats montrent quelque chose de pas normal… Tu sais bien que quand ça concerne nos petits bouts, on s’inquiète. J’espère que ce mois d’attente va vite passer. Merci pour ton message

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here