Source : ssbwiki.com

Source : ssbwiki.com

Il y a quelques temps je vous disais qu’on en avait fini avec les pédiatres. Notre expérience avec trois différents nous avait juste écœurés.

Après y avoir bien réfléchi, on avait décidé de consulter le généraliste qui nous suit depuis que nous sommes installés à Paris, et qui a toujours été d’un grand soutien.

Il nous a d’ailleurs orientés vers une gastro-entérologue pour Ouistiti qui a été la seule à nous demander, en premier lieu, si il y avait un terrain familial au niveau de ses problèmes.

Quelle n’a pas été ma surprise ! D’ailleurs, à force de le dire et le redire à chaque rendez-vous, que ce soit avec les pédiatres ou les spécialistes et de ne pas être écoutée, je n’avais même plus pensé à lui en parler

Un bon médecin nous a orienté vers un bon spécialiste ! Le premier traitement qu’elle lui a donné a été efficace, puisqu’il n’a plus toutes ces douleurs à cause des violents gaz qui le gênaient au quotidien. C’est une première étape, même si tout n’est pas réglé.

Seulement voilà qui dit bon médecin, dit médecin surchargé et c’est là que ça coince…

Car si pour nous, adultes, ça n’est pas plus dérangeant que ça d’attendre souvent longtemps en salle d’attente même en ayant un rendez-vous. Avec un bébé, c’est plus compliqué.

De même pour le suivi mensuel : on a fait une visite avec notre généraliste et il faut bien admettre que ce n’était pas le confort d’un pédiatre qui a l’habitude de faire ça tous les jours, et qui programme le temps de ses rendez-vous en fonction.

Notre généraliste n’a pas de balance pédiatrique. Du coup, pour la pesée, j’ai dû monter une première fois sur sa balance, retenir le poids affiché, descendre pour prendre Ouistiti, remonter avec lui et son « poids » a donc été : (le mien seule – le poids de nous deux). Pour la précision, on repassera

Il ne l’a pas mesuré non plus et il n’a pas vérifié les petites choses qu’un pédiatre contrôle régulièrement.

Cela ne change pas notre sentiment envers lui.

Quand on a besoin, il est là. Il n’y a que lui qui nous a entendus quand on lui disait que Ouistiti souffrait. Il est le seul à lui avoir palper le ventre et m’avoir dit direct « il a un réflexe de douleur. Bien sûr qu’il a mal ».

Mais le fait est là, il est débordé et il ne peut pas nous accorder le temps nécessaire pour le suivi de notre fils.

On a donc pris la décision de consulter un autre pédiatre, mais cette fois-ci on a demandé conseil à une autre personne en qui on a confiance et qui lui aussi fait tout ce qu’il peut depuis des mois pour essayer de soulager Ouistiti : notre pharmacien.

Il nous a conseillé quelqu’un de notre quartier en nous disant qu’il le connaissait bien, et qu’il avait toujours eu de bons retours des parents à qu’il avait conseillé d’aller le consulter.

J’ai donc pris un premier rendez-vous pour refaire la visite mensuelle qui n’avait pas été faite correctement chez notre généraliste.

Premier bon point : Ouistiti n’a jamais pleuré même quand il lui a regardé les oreilles, ce qui a toujours été un problème avec les autres.

Deuxième bon point : Il ne m’a fait aucune remarque désobligeante quand je lui ai dit que je l’allaitais toujours. Il m’a même dit « si vous pouvez, c’est parfait ! Continuez, il n’y a rien de mieux ».

Avouez que ça change de « Ouistiti a déjà une maîtresse, c’est sa Maman » gentiment balancé par le troisième pédiatre.

Il a même pensé à des pistes pour les douleurs de Ouistiti que même la nouvelle gastro, vue après, n’a pas évoqué.

Sortie du rendez-vous, je me suis dit qu’on aurait dû demander conseil au pharmacien bien avant (ne me demandez pas pourquoi on n’y a pas pensé avant, je n’en sais rien. Et je m’en veux !).

De l’idée de ne le consulter que pour les visites de routine est vite apparue l’évidence que ce serait désormais LE médecin de Ouistiti car après cela il y a eu la vague des microbes qui nous a fait aller le voir un certain nombre de fois.

Troisième bon point : je ne l’a jamais senti lassé de nous voir à répétition alors que ça finissait par arriver avec les autres, à cause de ses douleurs au ventre..

Ouistiti nous a fait en une semaine une rhino, une gastro, une laryngite et une otite. Pour cette série, on est allé le voir trois fois en une semaine.

Quelques jours après l’otite, il a refait une rhino avec une toux qui lui faisait très mal. Encore après, une poussée de fièvre avec éruption cutanée sur les genoux et les pieds.

A chaque fois que je l’appelais, j’étais toujours bien accueillie et il me proposait de venir le voir. A chaque fois qu’on y allait, il auscultait Ouistiti intégralement, même si il l’avait fait quelques jours auparavant.

Quand je m’inquiétais car Ouistiti ne mangeait pas beaucoup, il me rassurait en me disant : « Proposez lui des tétées régulièrement, il y a peu de chance que ça le fasse vomir et c’est ce qu’il y a de mieux pour lui »

La dernière fois de cette série de rendez-vous, je lui ai dit en partant « j’espère que la prochaine fois, je vous appelle pour le rendez-vous mensuel et qu’on va arrêter de vous embêter tous les deux jours ».

Il m’a juste répondu : « Mais vous ne m’embêtez pas, je suis là pour ça, c’est mon métier !« . Il venait de s’officialiser lui-même « pédiatre de Ouistiti ».

Et la semaine qui se termine aujourd’hui nous a montré que nous ne nous étions pas trompés à son sujet.

A la fin de la semaine dernière, Ouistiti s’est réveillé un soir avec des quintes de toux terribles. On le sentait s’étouffer. Il ne nous a pas fallu longtemps pour décider d‘aller aux urgences.

Après l’attente traditionnelle, un discours à la « je te prends de haut parce que t’es parent et pas médecin« , on lui a diagnostiqué une nouvelle laryngite et mis sous corticoïdes pendant trois jours.

Sauf qu’au bout de ses trois jours, ça n’allait pas mieux. Lundi matin, j’ai appelé le secrétariat du pédiatre à la première heure, et même pas une heure plus tard, on était dans son cabinet.

Comme toujours, il l’a regardé sous toutes les coutures et j’ai senti que quelque chose clochait quand l’examen au stéthoscope a duré encore plus longtemps que d’habitude.

Il a fini par me dire ce que je redoutais d’entendre à chaque rhino qu’il a faites cet hiver : c’était une bronchiolite.

Je ne m’attarderai pas sur la façon dont il a été pris en charge aux urgences trois jours avant mais je reste persuadée qu’il y a été mal diagnostiqué (On a quand même dû insister auprès de l’urgentiste pour qu’il lui ausculte les poumons. Vous comprenez comme l’infirmière lui avait donné un corticoïde qui lui avait calmé sa toux pendant nos deux heures d’attente, il n’avait plus rien à faire…).

Son pédiatre, au contraire, a pris le temps de tout m’expliquer, de me dire les signes à surveiller pour détecter une dégradation. Il m’a aussi expliqué comment lui administrer la ventoline.

Et hier matin, quand je me suis inquiétée d’entendre à nouveau un sifflement et que je l’ai appelé pour le lui dire, il m’a aussitôt répondu de venir à son cabinet !

Après la dernière visite avec le troisième pédiatre, j’étais sortie dégoûtée. Je ne voulais plus entendre parler de cette profession.

Je n’admets pas que quelqu’un dont la spécialité est de soigner les enfants n’ait aucune empathie pour eux et se permette de balancer des jugements de valeur, alors qu’il ne prend même pas la peine d’écouter les parents.

On dit toujours « jamais deux sans trois » et avec eux, ça s’était confirmé et je ne voulais pas retenter l’expérience.

J’étais donc allée voir ce quatrième pédiatre en étant plus que sur mes gardes, prête a réagir à la première remarque désobligeante qu’il ne m’a jamais faite (sinon, j’aurais tout de suite pris mes clics et mes clacs !).

Au lieu de ça, nous avons désormais une personne attentive à notre enfant qui, avant chaque auscultation, me demande si des choses ont changé depuis la dernière fois et qui prend le temps de lui parler et de le faire rigoler avant de lui coller son stéthoscope sur la poitrine ou lui regarder les oreilles et la gorge.

Il y a quelques temps, je vous avais dit « 3, ça suffit ! » Et finalement, c’est le quatrième qui est le bon, et même si je regrette de ne pas l’avoir connu dès le début, je suis contente et soulagée que ce soit lui qui s’occupe maintenant de la santé de Ouistiti !

Macaron FamiliJe participe au concours Famili « Blog Parents 2015″. Si le coeur vous en dit, vous pouvez me soutenir chaque jour en cliquant ici, puis sur le « Je Vote » qui apparait sur l’image du blog et de vous laisser guider. Merci !!!

IMG_0577

Un petit billet express pour vous parler du concours lancé, cette semaine, par Blédina.

Il consiste à prendre une photo de votre Bout’chou, de la télécharger sur la page Facebook de Blédina et de l’illustrer grâce aux décors proposés à cette occasion.

Une fois votre bébé mis en scène, il vous suffira de légender votre photo avec son prénom suivi de « est nourri de… »

Le concours se déroule jusqu’au 29 mars et de superbes lots sont mis en jeu :

  • 1er prix : 1 séance photo à domicile et 1 parution dans le magazine Parents
  • 2ème et 3ème prix : 1 séance photo
  • 4ème au 10ème prix : 1 Blédibox et 1 bon pour un livre photo
  • et 150 bodies personnalisés.

Pour ce faire, il faudra que votre photo fasse partie des 50 les plus likées sur la page de Bledina.

Elle sera ensuite présentée à un jury composé de 3 blogueuses de la Bledifamily, l’illustratrice des décors et les membres de Bledina.

Pour les 150 bodies personnalisés mis en jeu, un tirage au sort désignera les gagnants.

Moi, je vais tenter ma chance et vous ?

Si il y a bien quelque chose qui change radicalement quand on devient parents, c’est son mobilier intérieur. Il y a tout plein de nouvelles choses qui viennent s’incruster dans votre salon, votre chambre, votre cuisine et votre salle de bain.

Et s’il y a bien une chose qui peut vous prendre la moitié dudit salon ou de ladite cuisine, surtout si vous habitez en appartement (et pire, à Paris, rapport au nombre de mètres carrés qui diminuent vitesse grand V, alors que le loyer lui augmente), c’est la chaise haute.

Chez la Ouistiti Famili, sur cet accessoire qui devient indispensable au moment de la diversification, il y a eu un gros loupé.

Si on n’avait pas fait de liste de naissance pour Ouistiti, on avait quand même fait des repérages et on avait glissé le mot à nos familles.

Mais vous connaissez les irréductibles qui prennent d’autres modèles que ceux que vous avez choisis, et qui pensent qu’ils sont mieux parce qu’ils leur a convenus à eux ? Et bien c’est ce qu’il s’est passé pour nous avec la chaise haute.

Pour faire court, dans notre salon (puisque notre cuisine est trop petite pour y manger. Toujours l’histoire de l’appartement parisien toussa, toussa !), cette chaise avait l’air d’un tank.

Au début de la diversification, comme Ouistiti ne tenait pas assis, on a réglé le problème en le faisant manger dans son transat. Mais à partir de l’été dernier, la question est revenue sur le tapis au moment des vacances.

Comme on part toujours au même endroit, on a décidé d’acheter une chaise pour là-bas et on a pris l’exact contraire de celle qui nous avait été offerte : compacte et facile à manier.

Quand est venu le moment de rentrer, on a finalement pris la décision de la ramener avec nous car il était hors de question de se servir de celle qu’on nous avait offerte, sous peine de ne plus avoir de salon et de se prendre les pieds dedans à chaque repas.

Elle est d’ailleurs maintenant chez Mamie J, qui a la chance d’avoir plus de place que chez nous !

On n’a donc plus de chaise pour faire manger Ouistiti sur notre lieu de vacances, et la question se pose également quand on va chez de la famille ou des amis qui n’ont pas d’enfant.

Le « problème » s’est posé à Noël quand nous sommes allés réveillonner chez l’un des oncles de Ouistiti.

Vous le savez, Ouistiti préfère tout faire plutôt que dormir donc on savait qu’il allait passer l’intégralité de la soirée avec nous.

On voulait qu’il soit confortablement installé à table avec nous, plutôt que sur nos genoux où cela aurait été plus que galère avec toutes les choses qu’il allait y avoir sur la table.

On a eu beau réfléchir, la solution la plus simple pour lui était d’emmener avec nous sa chaise haute.

Simple pour lui, mais pas pour nous car qui dit réveillon de Noël, dit victuailles à apporter pour le dîner et cadeaux à déposer sous le sapin, autant dire un coffre de voiture blindé. On a quand même réussi à caser la chaise de Ouistiti, non sans difficulté !

Vous imaginez bien qu’après cet aller-retour, on avait pas envie de renouveler l’aventure.

Et cela ne se reproduira plus car, grâce à Babilol, j’ai la chance d’utiliser depuis plusieurs semaines un accessoire qui nous change la vie.

Laissez moi vous présenter la nouvelle copine des repas de Ouistiti, lorsque l’on ne mange pas chez nous : la chaise nomade Totseat.

Assis comme un grand !!!

Assis comme un grand !!!

Elle se présente dans une petite pochette de transport, si peu encombrante que je la laisse dans mon sac « mi à main/mi à langer » (autrement dit celui que j’utilise pour les petites sorties au quotidien).

photo(123)

Lorsque j’en ai besoin, je n’ai qu’à déplier ce petit siège en tissu pour ensuite l’installer sur la chaise où je veux assoir Ouistiti.

Et là vous allez me dire « oui mais des modèles de chaises, il y en a plein ! »  Et je vous répondrai « oui, mais elle s’adapte à un nombre incroyable, y compris les chaises de jardin ou les chaises pliantes qui n’ont pas de dossier sur toute leur hauteur.

Mais alors, comment cet exploit est-il possible ?

Tout simplement grâce a un ingénieux système de boutonnières qui permet d’adapter la »culotte » au modèle de chaise sur lequel on installe Bébé qui y est maintenu en toute sécurité grâce à un solide clip en plastique que l’on attache à l’arrière.

Le dossier du totseat s’adapte aussi à celui de la chaise (la notice vous montre comment l’adapter aux différentes sortes de chaises).

Pour les fameuses chaises sans dossier sur toute la hauteur, il y a une ceinture en tissu très épais (tout le totseat est en mi polyester/mi coton pour une plus grand solidité et donc sécurité) que l’on vient accrocher autour de la chaise au niveau du dos de bébé, et que l’on scratch grâce à une bande velcro bien large. Le vide dû à l’absence de dossier de la chaise est donc comblé et Ouistiti est parfaitement maintenu.

Bien évidemment, il faut être vigilant et rester prêt de bébé lorsqu’il y est installé mais, ça, c’est également valable pour une chaise haute classique.

Outre le fait d’être peu encombrant et facile d’installation, le Toatseat se nettoie hyper facilement puisqu’il passe en machine et que l’association coton et polyester permet un séchage rapide et une dispense de repassage (Elle est pas belle la vie ?)

Il répond bien sûr aux normes en vigueur, sans quoi vous imaginez bien que je n’y aurais jamais installé Ouistiti.

Et pour le côté look, il existe plusieurs motifs vraiment sympas et qui changent de ce qu’on a l’habitude de trouver dans le domaine des textiles pour enfants.

Je lui ai même trouvé une autre fonction : sécuriser les vieilles chaises hautes sans harnais, que l’on trouve souvent dans les restos : aucun risque que Ouistiti ne glisse sous la tablette parce qu’il n’est pas attaché au niveau de l’entrejambe.

Il y a un autre détail qui compte : son prix abordable vu toutes les utilisations que permettent le Totseat. Vous pourrez le trouver à 34,95€ chez Maman Natur’Elle, mais également chez les autres revendeurs de la marque que vous pourrez trouver ici.

Tout l’ensemble de ce siège d’appoint est très intelligemment pensé de manière à rendre les repas de bébé, pris à l’extérieur, agréables.

Il est plus que validé par la Ousititi Family et il est de toutes nos « Miam-Miam Sorties ».

Produit offert

Macaron FamiliJe participe au concours Famili « Blog Parents 2015″. Si le coeur vous en dit, vous pouvez me soutenir chaque jour en cliquant ici, puis sur le « Je Vote » qui apparait sur l’image du blog et de vous laisser guider. Merci !!!

De la bouffe, des surprises et un microbe qui se la joue vicieux : voilà qui résume bien la semaine qui se termine !

 

picstitch(9)

 

  • On continue de se régaler avec les bonnes crêpes de PapaDeOuistiti. Cette fois-ci, il avait la pression pour le saut des crêpes puisqu’il avait un public exigeant.
  • Je me suis fait un déjeuner d’ado, après avoir déposé Ouistiti à la garderie. La flemme de cuisiner, j’ai mis un Pavé Chaud Daunat au micro-ondes et deux minutes  plus tard, je me régalais devant la télé avec mon burger et mes chips. J‘ai glandé jusqu’à ce que j’aille le rechercher en fin d’après-midi : ça m’a fait tout drôle et c’était bien agréable !
  • J’ai eu la surprise d’être parmi les 1200 clientes sélectionnées par Monoprix pour recevoir la Mummy Box. Je l’adore, elle est vraiment chouette.
  • Malgré la raideur des cheveux de Ouistiti, des petites boucles commencent à apparaître au niveau de sa nuque : je craque !
  • Ouistiti nous a fait une sacrée peur, jeudi soir, en se réveillant avec des quintes de toux qui s’enchaînaient tellement qu’il s’en étouffait. Et quand il ne toussait pas, on entendait des râles. Pas du tout rassurés, on a filé aux urgences. C’est en fait une laryngite, mais bien plus impressionnante que celle qu’il a eue il y a quelques semaines.
  • J’étais donc bien contente de pouvoir l’emmitoufler bien au chaud, dans ma cape de portage Lucky, pour aller chercher le reste de son traitement à la pharmacie, le lendemain matin.
  • Pour la première fois, Ouistiti s’est endormi allongé sur le lit pour faire sa sieste, et non sur moi. Bon ok, ce n’est pas dans son lit et j’étais à côté, mais pour moi c’est un progrès !
  • De plus en plus souvent, Ouistiti se lâche alors qu’il est debout. Quelque chose le capte et, hop, il ne se tient plus. PapaDeOuistiti a réussi a le prendre en photo, et moi j’étais toute contente car j’avais essayé toute la semaine sans y parvenir.

Sur le blog, je vous ai parlé de la fin de l’aventure WeLovePrema, de mon test des produits de soin pour le linge Rainett Baby (le concours contiue jusque vendredi prochain), et de notre première sortie en amoureux depuis la naissance de Ouistiti.

C’était ma Semaine en Instagram pour Madame Parle. Et vous, il s’est passé quoi dans la vôtre ?

Macaron Famili

Je participe au concours Famili « Blog Parents 2015″. Si le coeur vous en dit, vous pouvez me soutenir chaque jour en cliquant ici, puis sur le « Je Vote » qui apparait sur l’image du blog et de vous laisser guider. Merci !!!

photo(113)

A part si vous vivez en ermite dans une grotte, vous n’êtes pas sans savoir que samedi dernier, c’était la St Valentin.

A cette occasion, PapaDeOuistiti m’a proposé de sortir au resto et de confier Ouistiti à sa Mamie J.

Il y a quelques temps, j’aurais réfléchi un bon moment avant de prendre ma décision qui aurait sûrement été négative au départ. Non pas qu’il ne soit jamais resté chez elle sans nous, puisqu’il y est déjà allé dans l’après-midi.

Mais là c’était la fin de l’après-midi, le repas du soir et une partie de la soirée puisque nous le récupérions après notre dîner (chaque chose en son temps, le dodo, on verra plus tard !).

Avec la halte-garderie et savoir à chaque fois que je le récupère comment il réagit après mon départ, surtout que là c’était avec une personne avec laquelle il a un lien affectif et qui serait tout à lui pendant notre absence, j’ai tout de suite trouvé l’idée bonne.

Je crois que ça a beaucoup surpris PapaDeOuistiti puisqu’il m’a dit « je peux prévenir ma mère maintenant ? », genre « tu acceptes si vite ? T’es sûre que j’officialise sa venue là-bas tout de suite ? »

Comme à la halte-garderie, ça a été difficile pour Ouistiti de nous voir partir. Il a senti le coup arriver comme à chaque fois, et il ne voulait pas me lâcher.

J’ai donc fait exactement la même chose que lorsque je le dépose là-bas : je lui ai expliqué ce qu’on allait faire, qu’on allait revenir et qu’il allait bien s’amuser avec sa Mamie.

Non pas que ce soit moins dur maintenant pour moi, mais j’apprends à prendre sur moi et avoir un discours avec un timbre de voix plus sécurisant qu’avant. Les premiers temps à la garderie, ma voix chancelait. Là, plus du tout.

Par contre, c’était la première fois que PapaDeOuistiti voyait son petit bout comme ça. Il l’a déjà vu quand je pars et que je lui laisse pour aller à ma séance de kiné par exemple. Mais le voir triste et s’en aller dans la foulée, jamais.

J’ai vu que ça l’avait touché. D’ailleurs, il a attendu derrière la porte une fois qu’on était sorti, pour voir si il pleurait longtemps.

On avait choisi d’aller dans un resto proche de chez Belle-Maman au cas où, si elle n’arrivait pas à l’apaiser qu’on puisse revenir rapidement mais aussi parce que, comme elle est gardienne de la résidence où elle vit et qu’elle était de permanence ce soir-là, elle pouvait être appelée sur une urgence alors qu’elle était seule avec Ouistiti.

Pour le fun, on a choisi un resto dans lequel on adorait aller manger quand on était de jeunes amoureux. On trouvait le clin d’œil rigolo : notre première sortie depuis 14 mois et demi, en plus le soir de la Saint Valentin, ça méritait bien un revival.

On s’est baladé un peu dans le centre commercial avant d’y aller (après coup, on s’est dit qu’on aurait dû y aller directement !)

On partait dans l’idée de profiter de notre soirée. On n’était pas pressé et en plus sur le chemin, Mamie nous avait appelés pour nous dire que tout allait bien et que Ouistiti allait manger.

Un soir de St Valentin, on s’attendait à ce qu’il y ait du monde et on s’en fichait. A partir du moment où on a eu notre table et passer commande, on voulait juste profiter.

Et que font de jeunes parents quand ils sortent au resto (qui plus est la première fois sans leur bout’chou) ? Je vous le donne en mille : ils parlent de lui !

Forcément, on pensait tous les deux à lui et on se demandait si tout allait toujours bien. On s’est vite dit que oui car, sinon, on aurait reçu texto ou coup de téléphone.

On s’est alors retrouvé à regarder des photos et des vidéos sûrement avec des mines de parents gagas.

Depuis quelques temps, on sent la fatigue s’accumuler : les nuits, les microbes à répétition, c’est dur ! Et vu le temps en ce moment, on a décidé de ne pas partir dans notre belle Charente Maritime pendant les vacances d’hiver.

Sauf que… On aurait bien besoin de souffler quand même ! Du coup, PapaDeOuistiti a eu l’idée de partir un long week-end, mais pas trop loin de chez nous pour ne pas se plomber avec des kilomètres de route à faire.

On a donc regardé les séjours qui pourraient nous convenir et ça nous a fait drôle de faire des simulations de réservation en tant que jeunes parents. Les options ne sont pas les mêmes. On doit faire attention à des détails auxquels on n’aurait jamais pensés avant. C’est rigolo !

Mais pendant que nous faisions tout ça, même si au bout d’un temps certain, j’avais réussi à avoir mon entrée, ce n’était pas le cas de PapaDeOuistiti. Le service était d’une désorganisation la plus totale et j’ai senti le coup venir que les plats allaient arriver sans qu’il n’en ait vu la couleur.

Bingo ! Au bout de plus d’une heure et après plein d’autres désagréments de service, nos deux assiettes sont arrivées sans qu’il n’ait eu son entrée, et leur contenu était un sketch.

Ça a eu raison de notre patience. Comme trois couples avant nous, nous nous sommes levés pour aller régler boissons et mon entrée (qui nous ont finalement été offerts), bien décidés à aller manger ailleurs car on avait sérieusement les crocs au bout d’une heure et demie.

Au début de cette attente interminable, on s’était dit en rigolant que si ça n’arrivait pas on se la jouerait « romantique comme des ados » et on irait au Burger King.

Et bien c’est ce qu’il s’est passé !!!!

Malgré l’agacement d’avoir attendu une assiette qui n’est jamais arrivée et d’avoir perdu 1h30, on a pris tout ça du bon côté !

Ca, c’est sûrement grâce à la sagesse acquise en devenant Parents (méga lol !).

Depuis qu’on sait qu’un burger King avait ouvert là-bas, on voulait y aller et retrouver le goût du Whopper et de ces frites (moi qui déteste les frites des fast-good) : on a donc saisi l’occasion au lieu de ruminer sur le premier resto.

Pour aller jusqu’au bout du truc, on a pris un double Whopper et ce truc est juste énorme !!! Avec toute ma bonne volonté et ma méga dalle, je n’ai pas pu le finir.

Voilà donc comment on a passé notre première soirée en amoureux depuis 14 mois et demi à manger un burger (pas n’importe lequel, hein !) Si on avait fini chez Mc Do ou Quick, je pense que le scénario aurait eu moins d’éclats de rire, mais là on a juste pris le grotesque du bon côté pour s’en faire un bon souvenir.

Il est clair quand même que ça laisse un petit goût d’inachevé mais ce n’est pas bien grave car on sait qu’on recommencera.

Ce qui m’inquiétait quand même dans le fait de laisser Ouistiti en soirée, c’est le dodo. Il s’endort toujours avec moi, à la tétée ou au câlin. Et j’avais peur que la soirée finisse par dégénérer à cause de la fatigue.

Mais que nenni ! Puisqu’après son repas et après avoir joué, le voyant fatigué, Mamie J l’a pris dans ses bras dans lesquels il a fini par s’endormir. Quand on est arrivé pour venir le chercher, il y dormait toujours (on a presque regretté de ne pas avoir pris nos affaires pour tous dormir là-bas). On a même pu discuter, en chuchotant, un moment avant qu’il ne se réveille.

Le réveil et le trajet en voiture ont été compliqués, j’ai eu l’impression qu’il ne savait pas où il était, limite qu’il ne me reconnaissait pas.

Mais, dans l’ensemble, cette première soirée a été très positive pour nous trois, même si on a mangé américain au lieu de mexicain !

Je ne peux pas encore affirmer que la prochaine fois sera soirée et nuit, mais en tout cas, je vis ces situations nettement mieux que je les aurais vécues il y a quelques mois.

Et je vous avoue que je suis plutôt fière de moi !

Macaron Famili

Je participe au concours Famili « Blog Parents 2015″. Si le coeur vous en dit, vous pouvez me soutenir chaque jour en cliquant ici, puis sur le « Je Vote » qui apparait sur l’image du blog et de vous laisser guider. Merci !!!

 

Image-1(1)

Ce n’est un scoop pour personne : qui dit bébé dit tout plein-tout plein-tout plein de LESSIVES !!!

Les premiers mois, sauf en cas d’accidents cacaoutés, on peut dire que les tâches sont assez simples : pas de constellations de couleurs diverses et variées.

Mais quand arrive la diversification et encore plus quand Bébé veut manger tout seul, ça peut vite devenir un carnage.

Depuis la naissance de Ouistiti, j’ai toujours fait attention à la lessive que j’utilisais pour ses vêtements.

On ne le dira jamais assez mais la peau d’un bébé tout neuf, et d’un bébé tout court, est plus fragile que la nôtre. Il faut être très vigilant à ne pas la mettre en contact avec des agents irritants.

J’ai donc toujours utilisé une lessive bio et je ne me suis jamais servie d’adoucissant car, si son but premier est de rendre le linge doux, ce qui est utilisé pour y arriver n’est pas bon pour la peau et peut facilement provoquer allergies et autres problèmes cutanés.

Lors des EfluentMums en décembre dernier, j’ai eu l’occasion de rencontrer la marque Rainett qui était présente sur le spot, à l’occasion du récent lancement de sa gamme Baby.

Si je connaissais cette marque pour son liquide vaisselle qui est celui de notre maisonnée, je ne savais pas qu’ils avaient développé une gamme de lessive pour Bébé.

Elle se compose de trois produits :

  • la lessive à la camomille, plante connue pour ses propriétés calmantes, antiallergiques et adoucissantes. Elle permet de préserver la peau de bébé tout en lavant à des températures allant de 30 à 96 degrés. Certifiée Ecolabel, cette lessive est sans colorant, ni ajout de conservateur.
  • l’assouplissant, lui aussi à la camomille, a les mêmes vertus que la lessive. Rainett a développé un assouplissant écologique qui garantit la douceur du linge de Bébé par son action protectrice pour les fibres textiles. Cet assouplissant est sans colorant et assure un impact moindre sur l’environnement.
  • le détachant avant-lavage. Sa formule à base de citrate est reconnue pour son pouvoir désincrustant, qui permet d’éliminer efficacement les tâches faites par Bébé (et ses parents !). Certifié Ecolabel lui aussi, il est sans colorant et sans ajout de conservateur. Également sans javel, il n’altère ni le blanc, ni les couleurs.

Image-1

Depuis plusieurs semaines, j’ai la chance d’utiliser ces trois produits.

Comme j’ai déjà eu l’occasion de vous dire, Ouistiti mange de plus en plus tout seul : il plonge sa cuillère dans son assiette de purée, son yaourt ou sa compote, en attrape une plus ou moins grande quantité qu’il met avec plus ou moins de succès dans sa bouche.

Je trouve qu’il a très vite pris compris la manœuvre. Pour autant, il n’y a pas un repas où une certaine quantité ne finisse sur son bavoir.

Malgré tout, je le laisse faire car c’est le chemin qui le guide vers l’autonomie. Je n’ai jamais psychoté sur les tâches. Je lui mets de grands bavoirs, ils sont faits pour le protéger donc ça ne m’a jamais dérangée qu’il les tâche. Je fais un peu plus la tête quand ça arrive à atteindre son pull ou son pantalon.

J’ai donc eu l’occasion de tester les 3 produits de la gamme Rainett Baby sur un certain nombre de tâches.

Contrairement aux idées reçues qui pourraient laisser penser que les produits écologiques lavent moins bien, j’ai, à chaque fois, récupérer mon linge en parfait état de propreté. Et même mieux, puisque je découvre le plaisir d’avoir le linge de Ouistiti tout doux, car c’est la première fois que j’utilise un assouplissant quand je lave son linge.

Le détachant avant-lavage est très efficace : je récupère tous ses bavoirs, qui sont sans doute ce qu’il salit le plus, parfaitement propres. J’ai même réussi à enlever une tâche de chocolat sur un de mes pulls que je n’arrive pas à faire partir jusque là, même avec un détachant classique.

Je suis complètement satisfaite par ces produits que je vais continuer d’utiliser au quotidien.

Vous avez, vous aussi, envie de découvrir ces nouveaux produits ? Ça tombe bien, Rainett me donne la possibilité d’offrir à TROIS d’entre vous la gamme complète : à savoir la lessive, l’assouplissant et le détachant.

Nouveauté pour les concours, après le travail assez colossal que m’ont donné ceux de l’anniversaire du blog, j’ai décidé de passer au formulaire.

Tout s’y joue donc dessus maintenant et non plus en commentaire sous le billet (mais vous pouvez me laisser un petit mot gentil, sous ce billet, pour me faire un coucou. Ca me fera plaisir !).

Comme d’habitude la première réponse est OBLIGATOIRE pour concourir, les 3 autres n’étant que des chances supplémentaires.

Le concours prendra fin le 27 février à minuit et j’annoncerai le nom de la gagnante en édit de ce billet. Les lots seront envoyés par la marque, Maman de Ouistiti n’en est en rien responsable.

Bonne chance à toutes !

 Produits offerts par la marque

EDIT DU 28 FEVRIER 2015

 

Félicitations les filles !!! Consultez vite vos mails 🙂

Macaron Famili

 

 

 

 

Je participe au concours Famili « Blog Parents 2015″. Si le coeur vous en dit, vous pouvez me soutenir chaque jour en cliquant ici, puis sur le « Je Vote » qui apparait sur l’image du blog et de vous laisser guider. Merci !!!

 

 

photo(108)

Depuis la rentrée de septembre dernier, je me suis engagée dans la belle opération WeLovePrema au côté d’Evelyne du blog Untibébé ,qui avait créé une Team à cette occasion.

Le but était de récolter un maximum de bodies en taille Prema ou naissance pour ensuite les customiser, et les remettre aux services de néonatalogie de plusieurs maternités.

Nous avons donc fait des appels aux dons, monter une cagnotte, solliciter des partenariats pour nous aider dans notre tâche.

L’occasion pour moi de remercier à nouveau :

  • Laetimum sur twitter et le site Les Petits Bambin qui m’ont envoyé des bodies,
  • la marque Giotto et l’agence Rose Bonbon qui m’ont gentiment envoyé des feutres textile pour customiser ces bodies,
  • et enfin Carole Tolila de l’émission Les Maternelles avec qui j’ai discuté de l’opération sur Twitter et qui a fait une chronique pour diffuser l’info dans laquelle elle a montré comment customiser des bodies.

Nous avons récolté un nombre incroyable de bodies. Evelyne a organisé des après-midis custo où nous nous sommes réunies pour « travailler » ensemble, et chacune en a également fait chez elle.

Nous avons toutes mis du cœur à l’ouvrage mais je ne peux pas ne pas souligner le travail colossal de Céline, notre couturière en chef qui a fait de véritables chefs-d’œuvre avec sa machine à coudre : le bodie « Made by Love » que tu as créé de A à Z restera, pour moi, le symbole de cette aventure.

photo(110)

Le 4 février dernier a eu lieu la cérémonie de remise de tous les bodies customisés par les équipes de Paris et de la Région Parisienne (1702 bodies sur les 6000 récoltés dans toute la France)

Elle avait lieu dans le magnifique cadre du Palais Brongniart dans lequel j’avais déjà eu l’immense plaisir de me rendre pour les Efluentmums et que j’étais ravie de faire découvrir à PapaDeOuistiti, puisque nous sommes allés à cette soirée en famille.

Elodie Gossuin, Ambassadrice de l’opération, était présente et a participé avec nous à l’événement avec toute sa gentillesse et sa simplicité. Ouistiti, grand charmeur, lui a fait le coup du jeter de tétine. Elle s’est montrée très disponible avec tout le monde, discutant, faisant des photos, riant avec les bébés. Je l’imaginais et maintenant je le sais, c’est vraiment une belle personne.

photo(109)

Ce fut très riche en émotions, surtout au moment du discours de Charlotte Bouvard, la fondatrice de l’association SOS PREMA. Elle nous a expliqué ce que représentait le premier bodie pour les parents d’un bébé prématuré et c’est à ce moment là que j’ai réalisé l’importance de ce que nous avions fait pendant ces 3 mois.

photo(111)

Je vous l’ai déjà dit, même si je n’ai pas été touchée par la prématurité, c’est une cause qui me tient à cœur pour avoir vu des amies confrontées à cette épreuve, pour avoir eu une frayeur à 35 semaines pendant ma grossesse, et tout simplement parce que toute femme enceinte y pense à un moment donné ou un autre.

A l’occasion de cette remise de bodies, un podium avait été monté pour récompenser symboliquement les 3 équipes en ayant customisé le plus.

Les 3ème et seconde places ont été remportées par la Team Dans La Peau D’une fille et la Team Crapules, et notre Team Untibébé a eu la surprise d’être appelée sur la première marche.

photo(112)

Bien sûr, nous ne nous sommes pas lancées dans cette aventure dans un objectif de « je veux gagner » mais dans l’espoir de réunir le maximum de bodies. Et nous avons réussi puisque ce sont plus de 300 bodies que notre Team a remis pour qu’ils soient offerts à ces petits bébés nés trop tôt.

Cela me fait bizarre de me dire que l’aventure s’est terminée avec cette soirée.

Je suis quasi certaine que l’opération sera renouvelée l’année prochaine et SOS PREMA peut déjà compter sur ma présence et mon soutien à cette occasion.

Je terminerai par une douce pensée à toutes les filles de ma Team :

J’ai adoré partager cette belle aventure avec vous toutes !

Macaron FamiliJe participe au concours Famili « Blog Parents 2015″. Si le coeur vous en dit, vous pouvez me soutenir chaque jour en cliquant ici, puis sur le « Je Vote » qui apparait sur l’image du blog et de vous laisser guider. Merci !!!

Petit changement d’intitulé pour ce billet du dimanche, mais le contenu reste le même !

Enfin une semaine sans visite chez le pédiatre !!! Nous récupérons tous, petit à petit, notre énergie même si mes sinus me plombent encore bien la tête et que PapaDeOuistiti lutte contre une trachéite.

C’est donc une semaine bien remplie qui se termine.

picstitch(8)

  • Elle a commencé avec un chouette cadeau dans ma boîte aux lettres : la carte cadeau Obaibi que j’ai gagnée au calendrier de Noël des Dindes. Je la garde pour faire quelques folies sur la nouvelle collection.
  • J’ai enfin été chercher le livre de Ginie Femme Sweet Femme et le hasard a voulu qu’au même moment je croise, dans la librairie, Manue Parle qui était venue chercher le même livre. Ça nous a scotchées !
  • Mercredi, avec Lauriane de Running et Talons Hauts et sa Louloute,  nous avons assisté à l’élection du Bébé Cadum 2015 qui a récompensé Naim. Ce petit Marseillais trop choupi a fait rire tout le monde puisque, malgré les applaudissements de la salle, il dormait dans les bras de son Papa quand ils sont montés sur la scène. Cette fête a également été l’occasion de rappeler l’importance de l’association Mécénat Chirurgie Cardiaque grâce à laquelle des enfants du bout du monde, gravement malades du cœur, sont sauvés chaque année.
  • Pendant que Ouistiti était à la garderie, j’ai participé à ma première réunion MumAround. L’occasion d’échanger avec le Créateur des Chaises Hautes qui était présent avec son Ingenieure agronome. Je connais bien ce produit, je vous en ai déjà d’ailleurs parlé ici. Mais cet après-midi a été l’occasion de découvrir des recettes originales associant fruits et légumes auxquelles je n’avais jamais pensé (j’ai adoré le topinambour/poire !).
  • Nous avons repris le chemin de nos grandes balades en poussette ,mais après la sieste et pas pour la sieste. En faisant une petite pause à la Grande Récré, j’ai enfin trouvé deux des nouveaux TutTut Animo. Ouistiti les adore déjà avec, semble-t-il, une préférence pour Tire-Bouchon, le cochon glouton.
  • Dodie nous a envoyé un superbe coffret de biberons remplis de bonbons pour fêter leur nouvelle gamme Sensation+ : un biberon à tétine plate qui favorise le passage du sein au biberon et doté d’une technologie anti-colique directement intégrée à la tétine.
  • Je pourrais passer des heures à regarder Ouistiti et son Papa dans leurs moments câlins. C’est encore difficile pour lui de comprendre que son Papa peut avoir le même rôle câlin que sa Maman. Il pleure encore souvent quand son Papa veut s’occuper de lui alors qu’il voudrait rester avec moi. Donc les voir tous les deux dans ces tendres moments après que Ouistiti y soit aller spontanément, ça me met des papillons dans le cœur !
  • Ouistiti retrouve petit à petit les longues siestes, même si elles sont interrompues par un méchant réveil que je réconforte par un gros câlin et qu’il m’arrive d’en profiter pour piquer un petit roupillon avec lui. En grandissant, il bouge de plus en plus dans son sommeil et ça donne des positions improbables.

Sur le blog, cette semaine, je vous ai parlé des débuts de Ouistiti à la Halte Garderie; je vous ai présenté Elo is Bio, et j’ai accompagné le lancement du site de Comme des Papas.

C’était ma Semaine en Instagram pour Madame Parle. Et vous, il s’est passé quoi dans la vôtre ?

Macaron FamiliJe participe au concours Famili « Blog Parents 2015″. Si le coeur vous en dit, vous pouvez me soutenir chaque jour en cliquant ici, puis sur le « Je Vote » qui apparait sur l’image du blog et de vous laisser guider. Merci !!!

photo(104)
J’ai déjà eu l’occasion de vous parler de Comme des Papas.
En juillet dernier, je vous ai raconté cette aventure complètement folle dans laquelle se lançaient Arthur, Clément et Arthur.
En décembre, j’ai pu déguster leur délicieuse compote pomme-pruneaux lors des EfluentMums.Fin janvier, j’ai eu la chance de recevoir une box de 8 petits pots dont j’avais pu choisir les saveurs quelques semaines auparavant.Ils sont arrivés soigneusement emballés dans une boîte en carton, livrée par un gentil livreur qui avait bravé le froid polaire ce jour-là.Ouistiti avait déjà dîné, la dégustation du premier petit pot a donc dû attendre le lendemain midi.

Parmi les recettes choisies,il y avait l’écrasé de topinambours et bourguignon de bœuf et c’est par celle-là que j’ai eu envie de commencer. J’aime ce légume mais j’avoue que je n’en fait jamais car je n’aime pas les préparer. Du coup, j’ai sauté sur l’occasion quand j’ai vu qu’ils étaient présents dans une recette.

Le verdict de Ouistiti est tombé à la première cuillère : grand sourire et bouche grande ouverte pour les cuillérées suivantes, sachant qu’en ce moment, il ne finit pas toujours son assiette, c’est vraiment qu’il appréciait ce qu’il était en train de manger.
picstitch(5)Tous les repas avec les autres recettes se sont déroulés de la sorte.Il y a donc eu des régalades avec le risotto de poireaux et émincé de poulet, la patate douce et pointe de curry, le rutabaga et sauté de veau à la noix de muscade, la purée de carottes et pour finir la compote de pomme-pruneaux.

J’avais pris deux pots de topinambours et bourguignon de bœuf et de compote de pomme-pruneau : La deuxième compote, j’avoue, elle était pour moi. Je m’étais tellement régalée quand je l’avais goûtée lors des EfluentsMums que je voulais en manger un pot entier. Ne me dénoncez pas !
Quand j’ai découvert le projet de Comme des Papas, l’idée sur le papier m’avait plu. C’est pour cela que je les avais soutenus en vous en parlant sur le blog. J’avais hâte de découvrir si ça allait être aussi alléchant dans l’assiette que ça l’était sur le papier.
Et ma réponse est un grand OUI !Dans chaque recette, on retrouve le goût de chaque ingrédient qui la compose. On sent la fraîcheur des produits utilisés. Et ce n’est pas que mon opinion puisque, comme je vous l’ai dit, Ouistiti a tout dévoré.

Quand j’ai publié mes photos sur les réseaux, vous avez été nombreuses à me demander les tarifs. Il faut donc compter entre 35€ et 40€ la box de 12 pots selon l’âge de l’enfant avec la livraison gratuite en point-relais (ou une livraison à domicile entre 12 et 20€ selon la zone géographique).

Il est vrai que cela représente un budget mais il faut garder à l’esprit que Comme des Papas a pris le parti du bio, frais, local et de saison, ce qui implique un certain coût.

Pour ma part, je choisirai la livraison en point relais car c’est plus le tarif de la livraison à domicile qui me freine que le prix de la box en elle-même : si on fait le calcul, le petit pot coûte environ 3€, et certains petits plats que j’achète à Ouistiti en grandes surfaces sont au même prix.

Je ne sais pas encore à quelle régularité je passerai commande. Mais ce sera minimum à chaque nouvelle saison pour découvrir les recettes que nous auront concoctées le Chef de Comme des Papas, et très probablement une fois par mois car je sais que Ouistiti se régalera avec des produits de qualité et c’est le plus important pour moi !

Si vous avez envie de découvrir et faire découvrir à vos Bout’Choux ces délicieux petits pots, il suffit de vous rendre sur Comme des Papas puisque c’est aujourd’hui qu’a lieu le lancement de la boutique !