En duo avec La Bouille : Bébé des Villes, Bébé des Champs

5
17
Source : Freepik
Source : Freepik

Après avoir écrit deux billets en duo (sur l’allaitement et sur le fait d’avoir ou pas une nounou), vous commencez à bien connaître ma copine Do, du blog Ma Bouille et moi.

Et comme on aime bien écrire en parallèle sur le même sujet, mais avec chacune nos différentes expériences, on s’est dit qu’on allait en faire un rendez-vous régulier (idéalement, tous les mois, sauf quand on est un boulet de l’organisation comme moi en ce moment et que je nous fais prendre deux semaines de retard) et voilà comment est née l’idée du « En duo avec La Bouille » que vous retrouverez ici, et « En duo avec Ouistiti » que vous retrouverez chez Do qui seront, c’est logique, publiés le même jour sur un même sujet.

Pour ce troisième rendez-vous, on a eu envie de comparer nos modes de vie du fait que La Bouille vit à la campagne et que Ouistiti vit en ville.

Comme vous le savez, nous habitons Paris. Nous avons emménagé avec PapaDeOuistiti en 2003 dans un 2 pièces, notre premier home Sweet home, et nous y sommes toujours.

J’adore notre quartier, nous avons tout à disposition, mais si un 2 pièces pour un jeune couple, c’est parfait, lorsque ce même couple devient une famille avec l’arrivée d’un Bébé, c’est beaucoup plus compliqué.

Deux pièces, c’est une cuisine, une salle de bains, un salon et une chambre : chez nous, tout ça tient dans 47 m2.

Si dans les 1ers mois de Ouistiti, nous arrivions à gérer la place, depuis quelques temps, c’est beauuuuuuuucoup plus compliqué !

Pendant ma grossesse, l’optimisation de l’espace a été l’un de nos principaux sujets de conversation : il s’agissait de faire rentrer un lit et une table à langer dans une chambre pas super grande et déjà bien remplie.

PapaDeOuistiti a même utilisé un logiciel pour faire un plan afin d’être sûr de ne pas perdre bêtement de la place. On a réussi à tout faire rentrer et on ne se prend pas les pieds dans les meubles.

Je vous assure que ça relève de l’exploit !

Cela a été très frustrant pour moi de ne pas avoir de chambre à préparer pour mon Tout-Petit qui allait naître. Nous n’avions qu’à rechercher ce lit et cette table à langer et le premier critère n’était pas l’esthétique mais le pratique.

On y a tellement réfléchi que rien n’était monté à la naissance de Ouistiti.

D’autant plus maintenant qu’il a un an, j’aimerais qu’il puisse profiter de son espace rien qu’à lui, de son univers qu’il se créerait avec ses jouets préférés qu’il pourrait trouver quand il en a envie, plutôt que d’avoir à attendre que je les lui sorte de la caisse qui trône dans le salon.

Au début, le salon, justement, n’a pas été concerné par l’optimisation de place, puisqu’il n’y a eu que le transat qui s’est ajouté au mobilier

Oui mais voilà, Ouistiti grandit et l’espace se réduit.

Comme nous n’avons pas encore réussi à pousser les murs, on camoufle et on vit dans le bazar, c’est étouffant !

On cache ce dont on ne sert pas, ou peu, derrière ce dont on se sert plus : derrière mon fauteuil d’allaitement, derrière le miroir, derrière le clic clac et tout ça dans cette pièce principale de vie. Dans la chambre, ça se cache sous le lit et dans le dressing qui est un véritable cafarnaüm.

Ouistiti s’éveille chaque jour un peu plus et nous lui réservons de plus en plus de place dans le salon.

Au début, il y avait le petit coin avec son tapis d’éveil.

Et puis il a appris à se retourner, puis à ramper, puis à faire du quatre pattes et maintenant il se met debout. Le tapis d’éveil a fait place au tapis malin, plus épais.

Depuis qu’il crapahute, nous avons tout enlevé pour qu’il puisse jouer sans être gêné au sol.

Sauf que le salon n’est pas grand et pour y installer son espace de jeu, nous devons mettre la table basse de côté.

Arrive alors le grand déballage de jouets que je laisse du matin où il y joue la première fois jusqu’au soir où je range, pendant que PapaDeOuistiti le prépare pour son dodo.

Et qui dit, petit espace dit que tout est à portée de mains. Du coup quand Ouistiti a commencé à se déplacer, et même encore maintenant qu’il prend appui sur les meubles, j’étais toujours derrière, à l’affût du moindre danger.

Je reste persuadée que je l’ai freiné.

La plus grande preuve en est que sa première échappée à 4 pattes, il ne l’a pas faite chez nous mais chez ma copine Cécile, pendant l’un de nos cafés/papotages.

J’étais en train de me préparer dans son entrée pour partir, Ouistiti était avec elle près de son canapé quand elle lui a dit « Tu vas voir Maman ? » Et d’un coup, j’ai vu mon bébé venir vers moi d’une allure très décidée sans jamais chuter, alors qu’il ne l’avait jamais fait auparavant.

Ca m’a époustouflée et, en même temps, je me suis dit qu‘il devait se sentir frustré, depuis un petit moment chez nous, à n’avoir que peu de liberté de mouvement.

Depuis, j’essaye d’être moins envahissante et je laisse, autant que possible, aller à sa guise (depuis une semaine, il se promène dans tout l’appartement. Là aussi, la première fois, il l’a fait la seule fois où je n’étais pas là de la journée depuis sa naissance. Et je me dis que c’est encore un signe…)

Mais, pour ma défense, tout est tellement serré que quasi tout est sa portée, surtout depuis qu’il se met debout.

Depuis quelques temps, je ne me mets plus systématiquement par terre avec lui quand il joue, je reste sur le canapé et je n’interviens que quand il va au devant de quelque chose de dangereux.

Je le vois s’amuser, découvrir des choses, me les montrer et c’est juste kiffant !

Nous avons commencé à regarder pour déménager dès l’annonce de ma grossesse, au début, très (trop) tranquillement.

On s’est plus activé ces derniers mois, au fur et à mesure de la diminution de l’espace vital.

Et de toute façon, même si on était assez fous pour rester dans nos 47 m2, ça ne serait pas possible puisque notre bail se termine en septembre prochain et que nous savons que notre propriétaire va vendre.

Alors bien sûr, vivre dans si peu d’espace ça nous mine de plus en plus. Et lorsque l’on rentre de vacances, je m’imagine toujours comment serait notre vie là-bas où pour le loyer que nous payons, nous aurions une belle maison avec un jardin (je ne décroche pas de l’idée que nous y arriverons un jour).

Mais la vie, ic,i a des avantages (heureusement, sinon nous serions maso) : nos familles sont ici, mes meilleures amies sont ici (l’une du haut de la liste a d’ailleurs les mêmes souhaits pour un déménagement sur les côtes rochelaises !), notre quartier est agréable à vivre, quand Ouistiti sera un peu plus grands, nous pourrons aller visiter plein de lieux extra pour les enfants, que ce soit un parc d’attraction ou des endroits plus culturels, de même pour le blog car la majeure partie des Sorties Blogo ont lieu sur la capitale.

Socialement parlant, je suis heureuse avec la vie que j’ai actuellement. Il ne nous manque plus qu’un cadre de vie plus grand et confortable pour que nous soyons parfaitement épanouis.

D’ailleurs, nous sommes actuellement dans la course pour un appartement de 3 pièces que nous connaissons, puisque nous le reprendrions à des amis.

Alors si ça vous dit de croiser les doigts avec nous, on prend toutes les bonnes ondes disponibles.

Vous vous imaginez que j’ai, bien plus d’une fois, envié ma Copine Dorothée qui a la chance d’avoir une belle maison à la campagne.

Vous avez envie de savoir comment vit un bébé des champs ? Allez vite faire un tour par , elle vous raconte tout !

5 Commentaires

  1. Oh comme je te comprends. Nous n’habitons pas Paris mais Lille (enfin sa proche banlieue) et nous vivons toujours dans notre T2 de jeune couple. Nous avons la chance que ce logement soit un logement hlm neuf quand nous y sommes rentrés. Nous adorons notre quartier car il a toutes les commodités (métro, tram et petits commerces) mais les loyers dans le privé sont exorbitants. Nous avons fait une nouvelle demande de logements pour un T3 ou mieux unT4 histoire de pas devoir déménager d’ici un an ou deux. Minouchette commence à se déplacer et c’est hyper frustrant d’être sur le qui vive en permanence pour ne pas qu’elle touche à ce qu’elle ne peut pas cacher et que nous ne pouvons pas mettre ailleurs. je te souhaite de vite trouver ton nid.

Répondre à MamanDeOuistiti Annuler la réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here