Source Venezuelatina.com

Source Venezuelatina.com

Cela faisait trois mois que nous attendions cette journée et pourtant je n’étais pas sereine ce matin quand je me suis levée : sûrement à force de répéter toujours la même chose et de ne jamais voir d’amélioration malgré les espoirs qu’on met dans ces gens que l’on consulte.

Ce rendez-vous chez cette gastro-entérologue, je l’avais depuis début juin. A l’époque ça me paraissait une éternité. 3 mois à le voir souffrir comme ça, il était hors de question d’attendre. Nous sommes donc aller voir un autre gastro conseillé par un médecin que je connaissais.

Mais au cas où, j’ai gardé le rendez-vous d’aujourd’hui : mon expérience (mauvaise) a fait que j’ai préféré ne pas l’annuler au cas où les choses ne s’arrangeraient pas malgré les consultations avec la première gastro.

Ouistiti ne va pas mieux, les nuits sont toujours avec des réveils toutes les deux heures où je sens bien qu’il a mal : nous y sommes donc allés cet après-midi.

Contrairement à la première gastro, nous n’avons pas pu faire un topo de la situation depuis la naissance de Ouistiti, nous n’en avons pas eu l’opportunité.

Ce médecin nous a balancé ses questions, limite sans nous laisser le temps de réfléchir, en me donnant même l’impression que je racontais n’importe quoi puisqu’au début elle comprenait de travers. Il a fallu qu’elle reçoive un coup de téléphone pour que je puisse mettre mon esprit au calme et que je récapitule dans ma tête ce que j’allais lui dire une fois qu’elle aurait raccroché (si je vous dis qu’au début je ne savais plus quels signes nous ont alertés pour le RGO en février…).

Même encore au moment où j’écris ce billet, je suis incapable de me souvenir dans quel ordre les choses ont été dites, ne m’en voulez pas si je vous parais brouillonne…

Avec ce qu’on lui a dit et les examens que Ouistiti a déjà passés, elle confirme le RGO et ne le trouve pas aussi modéré que la première gastro. Elle est d’accord aussi avec le fait que des douleurs intestinales entrent en jeu. Elle lui a donc fait faire un test pour vérifier si une bactérie y est présente et si sa flore pourrait en être perturbée : le test est négatif mais le résultat a pu être faussé car il n’était pas à jeun.

Jusque là j’étais confiante, enfin on pensait comme moi : son ventre est aussi en cause.

Le problème c’est qu’une fois le test revenu négatif, j’ai tout de suite eu le même sentiment : on nous mettait encore une fois de côté (attention, je ne dis pas que j’aurais préféré que le test soit positif).

Elle nous dit donc que le test est négatif mais que ça peut être un faux négatif mais que ça veut quand même dire que si il y a une bactérie, elle n’est pas forte car sinon elle aurait été révélée.

Donc le traitement qu’elle envisageait, elle ne le donne pas.

A ce moment là, elle revient (je ne sais plus comment) sur le RGO et commence un discours qui va me faire pleurer quand elle s’absentera quelques instants juste après : « le RGO c’est très compliqué à traiter avec le lait de mère » et sa solution c’est le sevrage. Elle voit que je le prend mal donc elle part sur une semaine pendant laquelle je devrais tirer mon lait et l’épaissir.

Si ça solutionne, c’est bien on reste comme ça.

Si ça ne solutionne pas, je devrais progressivement remplacer mon lait par du lait de riz, donc sevrer Ouistiti.

Et si ça ne solutionne encore pas, elle m’a mis ce que j’ai pris comme une menace au-dessus de la tête à savoir faire passer une fibroscopie à mon bébé de 9 mois. Si je dis « menace » c’est qu’elle a vu ma réticence à sevrer Ouistiti et elle m’a dit « oui mais c’est le seul moyen de savoir car tout peut être problématique dans le lait de mère sinon après c’est une fibroscopie »

J’ai eu l’impression de passer pour la mère qui préfère s’accrocher a son allaitement plutôt que de lui éviter cet examen douloureux, ce qui est absolument faux.

On est ressorti de là avec une ordonnance pour un tire-lait, du lait de riz et de l’épaississant, mais plus rien pour traiter le RGO alors qu’elle nous l’a confirmé.

Et moi ce soir, je me retrouve avec toutes mes interrogations.

Elle ne peut pas me confirmer que le sevrage va être la solution (alors que jusque là il n’y a que ça qui l’apaise…), et malgré ça je dois tenter un coup de poker et mettre un terme à notre allaitement de bientôt 9 mois et demi alors qu’on peut se retrouver dans quinze jours dans la même situation, mais encore plus stressés.

  • lui que j’aurais forcé à ne plus prendre ce qui le calme et l’endort,
  • et moi à devoir gérer des tirages de mon lait, et toute une procédure pour l’épaissir et lui donner, donc épuisée

Si j’étais sûre a 100% que ça allait être enfin la solution du problème, je foncerais tête baissée mais j’ai l’impression qu’on va juste nous enlever la seule chose qui adoucit toutes ces souffrances

Et pour l’instant, je n’y arrive pas.

J’ai toujours pensé que Ouistiti se sèvrerait tout seul alors devoir passer par quelque chose d’aussi violent, je trouve que c’est risqué de foutre en l’air tout ce que j’ai réussi à obtenir jusque-là (j’avais prévu de vous parler de ma victoire de cet été, mais j’ai eu besoin d’écrire sur ce rendez-vous avant).

Depuis cet après-midi, je suis perdue, triste.

Heureusement, parler avec PapaDeOuistiti et mes copines m’a permis de réagir un minimum et j’ai contacté ma sage-femme. Je la vois demain après-midi.

Je sais qu’elle, elle m’écoutera et qu’elle prendra tout en compte dans mon allaitement : le médical et l’émotionnel, qu’elle sera avenante et qu’elle ne me demandera pas sèchement comme la gastro : « Vous avez tout saisi, c’est bon ? »

13 Thoughts on “Vous avez tout saisi, c’est bon ?

  1. Vu qu’elle n’apporte rien de bien nouveau et que le courant passe moyennement, j’aurais tendance à te dire de retourner voir la 1ere qui t’avait donné un médoc pour qu’elle réadapte le ttt…

  2. Je vais peut être dire une méga grosse connerie mais je le dis quand même pour qu’elle puisse être soulevée avec un(e) spécialiste.

    Si le lait de mère est le problème, au lieu de le tirer et de l’épaissir, est ce qu’une modification radicale de ton alimentation à toi en l’adaptant avec des compléments ou des aliments plus "épaississants" naturellement ne pourrais pas changer quelque chose ?

    C’est sur que ce ne serait probablement pas très agréable d’un point de vue alimentaire pour toi, mais si au final c’était une voie pour ne pas cesser l’allaitement ?

  3. maman de la Bouille on 12 septembre 2014 at 0 h 00 min said:

    Tu le sais, je suis là en soutien si tu as besoin, n’hésite pas!
    J’espère que ta SF pourra t’apporter une autre solution.
    Plein de bisous a toi et Ouistiti <3

  4. bonjour,
    je vous souhaite à tous les 3 bon courage pour cette épreuve..
    mon fils a eu des régurgitations donc surement un reflux mais léger, j’ai dû arrêter l’allaitement à contre coeur quand il a eu 4 jours car il pleurait tout le temps et ne dormait jamais donc moi non plus ! Le tire lait était trop galère car il mangeait toutes les 2 h et ça me prenait 1h à tirer mon lait…Mes proches m’ont donc poussé à arrêter. Il a très bien accepté le sevrage et pour la 1ère fois, il était repu après son "repas"… Après ça j’ai essayé au moins 4 laits différents pour tomber sur le lait qui lui convenait, avec lequel il ne régurgitait presque plus.
    Maintenant tout va bien, on est passé au lait 2ème âge en gardant le même plus pour les régurgitations mais pour le jojoba qui est dedans et qui facilite le transit.
    cela a été dur psychologiquement pour moi de le sevrer car c’était mon dernier et je voulais l’allaiter longtemps car les autres n’avaient pas pû l’être longtemps à cause du travail. Mais pour lui aucun souci…
    je crois que le sevrage est plus compliqué pour les mamans que pour les enfants ;-).
    bon courage et ne culpabilise pas, quoique tu décides, si toi tu vas bien, il ira bien, si tu es fatiguée, il le ressentira…

  5. Et un 3e avis?…..
    En tant qu’infirmière en pédiatrie, j’ai remarqué plusieurs fois que les mamans ont toujours raison et ont toujours LE bon sentiment au moment T . Par exemple, une maman qui arrive avec son tout petit en disant qu’il a un soucis, alors que ce bébé dort tranquilllement, cette maman peut paraitre excessive, sauf que ce même bébé va désaturer quelques heures après et déclarer une grosse bronchiolite.
    Bref, si tu sens que c’est arrêt d’allaitement n’est pas une bonne idée, essaye de trouver un autre avis (oui encore un je sais) tu es la maman de Ouistiti, toi seule sais ce qui est bon pour lui! Personne d’autre ne le connais mieux que toi!
    Il a 9 mois, il mange donc solide non? Est ce qu’après une purée il est soulagé?
    Je t’envois tout plein de courage…

  6. Tu sais que… <3 (il est 16h20, je pense fort à toi 😉

  7. C est vraiment honteux de te parler comme ça je trouve . Je bosse pour un service client et si j oserai être aussi sèche je serai renvoyé depuis longtemps! Mais vu qu elle est médecin elle a le droit d être désagréable et de pas écouter alors que c est la base du métier

  8. Bonjour,
    Franchement, si tu ne sens pas ce médecin, tu peux retourner auprès du premier, il avancera dans son diagnostic…
    Je comprends que tu n’aies pas envie d’arrêter l’allaitement, c’est toujours LA solution selon certains médecins, et pas toujours de manière très sérieuse…
    Tu peux peut-être appeler la leche league, elles te conseilleront quoi faire pour adapter l’allaitement, ton alimentation etc… à un RGO. Je sais qu’elles avaient été de bon conseil pour moi.
    Bon courage <3

    • MamanDeOuistiti on 6 octobre 2014 at 13 h 36 min said:

      Merci pour tes conseils. Je n’ai pas pensé à la LL pour mon alimentation, je vais aller poser tout de suite la question sur le groupe FB dans lequel je suis.
      Merci de me l’avoir rappelé 🙂

  9. Je lis tes messages et avant que tu ne poses le diagnostic du Rgo j’y pensais déjà, pourquoi ? Parce que ma minitruk en a eu un, interne, petite, mais fort heureusement, nous sommes tombés sur un médecin généraliste formidable qui a su lui prescrire un médicament qui l’a soulagé jusqu’à ce qu’elle puisse s’en passer vers ses 10 mois.
    Ce médicament, l’inexium, n’est généralement pas trop donné aux petits, mais à partir du moment où il a agit (1 mois 1/2 à peu près), ses siestes et nuits ont été plus tranquilles et dans son lit, et les repas plus sereins (elle pleurait pdt les bib)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation