Ouistiti Testeur : La Triocity de Vertbaudet

2
34
La Triocity nous a accompagnés même à la plage !
La Triocity nous a accompagnés même à la plage !

  Depuis le mois de Juillet, j’ai la chance de faire partie des blogueuses choisies par le magazine Parole de Mamans pour tester l’ensemble Triocity de Vertbaudet.

Après deux mois à utiliser la Triocity au quotidien, je vous propose de vous faire part de mes impressions, la plupart très positives mais avec quelques points que j’améliorerais pour qu’elle soit parfaite.

Comme son nom l’indique, la Triocity est un trio c’est à dire qu’elle se compose d’une poussette, une nacelle et un cosy.

A l’époque où nous préparions l’arrivée de Ouistiti, on nous avait dit qu’une nacelle, ça ne servait à rien : Le bébé grandit vite et la nacelle devient inutilisable soi-disant. Nous n’en avons pas achetée et je l’ai toujours regretté.

Ouistiti est un bébé d’hiver et j’aurais largement préféré qu’il soit allongé confortablement au chaud dans une nacelle, que passer mon temps à remettre en place des couvertures sur un cosy dans lequel il a pleuré dès notre sortie de la maternité.

Il est maintenant trop grand pour que je l’installe dans une nacelle, je n’ai donc pas testé celle de la Triocity, mais pour l’avoir vue en situation avec la Demoiselle Micro de Maëline, je peux vous dire qu’elle a beaucoup d’avantages :

– Le matelas, bien épais, est inclinable grâce à une mollette. Autant dire que pour les bébés RGO, c’est juste hyper appréciable.

– La nacelle est vraiment bien large ce qui fait qu’un bébé de six mois, comme Demoiselle Micro, y était confortablement installée quand je l’ai vue en juillet,

– La capote est très grande et elle couvre largement bébé. Elle peut en plus s’agrandir car une fermeture éclair cache un soufflet en maille filet : la capote s’agrandit de la largeur du filet qui permet d’aérer à bébé les jours de chaleur.

Pour avoir un avis détaillé sur cette nacelle, je ne peux que vous inviter à aller voir celui de Maëline qui l’a publié il y a quelques jours.

A l’époque où j’ai reçu la TrioCity, nous nous renseignions sur les sièges auto.

Jusque là nous utilisions le cosy de notre poussette, mais il était devenu trop étroit pour ses épaules. L’installer dedans était devenu un vrai challenge car il nous faisait bien comprendre que, non, vraiment ça ne lui convenait plus.

 

Lorsque j’ai déballé le cosy du carton, j’ai tout de suite remarqué qu’il était bien plus large que le nôtre : il peut en effet accueillir un bébé de la naissance à 13 kgs (ce qui n’est même pas envisageable avec le nôtre). Il s’installe très facilement dans la voiture et s’attache au siège avec la ceinture de sécurité.

Outre le fait qu’il soit bien large et que Ouistiti y soit confortablement assis (il ne se plaint jamais quand je l’y installe), j’apprécie particulièrement que les sangles pour l’attacher ne soient pas à enfiler. C’est le fait de les clipser qui entoure les épaules de bébé. Du coup, il n’est pas nécessaire de manipuler ses petits bras quand il n’en a souvent pas envie à ce moment là : il vous suffit de faire passer les sangles de ses épaules à son entrejambe, les clipser comme on le fait habituellement et le tour est joué.

Le harnais se règle très facilement en hauteur grâce à un système de blocage/déblocage des sangles qui se trouve à l’avant du cosy, donc très accessible même quand il est installé dans la voiture.

Nous nous servons uniquement du cosy en guise de siège auto car Ouistiti se tenant maintenant assis, il est à l’affût de tout lorsque nous nous promenons et passe son temps à se redresser. Je trouve donc que le cosy n’est plus adapté dans cette configuration, mais pour avoir quand même essayé, il s’installe très facilement sur le chassis de la poussette en se clipsant.

Je ne regrette qu’une seule chose vis-à-vis de ce cosy, c’est la capote qui est courte. Cela n’est pas gênant quand on s’en sert pour les balades sur le chassis car une autre capote plus longue, fournie pour la poussette, vient couvrir le cosy. Mais lorsque l’on est en voiture, il est arrivé à plusieurs reprises que Ouistiti ait la tête au soleil parce que, c’est bien connu, le soleil se faufile toujours à l’endroit pile où le pare-soleil collé à la vitre s’arrête.

Son confort et son assise bien large sont pour moi de gros avantages, et nous en avons donc fait le cosy officiel de Ouistiti !

 

Il est temps maintenant de vous parler de ce dont je me sers le plus dans ce trio : la poussette.

Lorsque je l’ai sortie du carton, je ne vous cache pas que j’ai eu un a priori : j’ai repéré que les suspensions n’étaient pas très prononcées et comme c’est ce que je reprochais à la nôtre, je me suis vue passer les trottoirs avec difficulté.

Et au contraire, agréable surprise, les roues sont bien hautes et larges puisqu’elles sont doublées : la poussette passe donc sans difficulté les trottoirs et à Paris, je vous assure que c’est loin d’être un détail car on passe son temps à en rencontrer !

Dès notre balade, ce qui m’a sauté aux yeux (ou plutôt aux bras), c’est sa légèreté. Elle est hyper maniable et vous n’avez pas besoin d’avoir les deux mains ancrées sur les poignées pour pouvoir la diriger.

J’apprécie aussi tout particulièrement que le hamac ait quatre positions d’assise : de complètement assis à complètement allongé. Là encore, c’est un gros point positif par rapport à la nôtre qui n’en a que deux (allongé et assis). Hors, même si Ouistiti a commencé à se tenir assis pendant l’été, la position assise complète ne lui convient que depuis peu de temps. Mais la position allongée ne lui convenait plus non plus car ce qui l’intéresse c’est découvrir ce qui l’entoure, il passait donc son temps à vouloir se relever sans y arriver, ce qui l’agaçait royalement et les balades en devenaient vraiment compliquées.

Avec la poussette de la Triocity, je peux varier sa position sur plusieurs inclinaisons. Depuis qu’il tient bien assis, il commence la balade bien droit et quand je vois qu’il s’affaisse, j’incline le hamac sans qu’il soit pour autant trop allongé pour ne plus pouvoir profiter du paysage. Il lui arrive fréquemment de s’endormir et là je n’ai plus qu’allonger complètement le hamac tout en douceur et très facilement grâce à la poignée qui se trouve derrière, et il peut ainsi profiter d’un bon dodo parfaitement installé.

Le hamac est bien long. Ainsi qu’il soit assis ou allongé, il n’a jamais les jambes qui pendent et à son âge, je trouve que c’est important qu’il soit complètement soutenu. Grâce à ce grand hamac, j’ai pu le changer plusieur fois et c’était aussi facile que si il était sur sa table à langer (en moins haut bien sûr).

Concernant le hamac, je regrette toutefois que l’assise ne soit pas préformée pour éviter l’affaissement : Ouistiti tient assis certes mais son dos n’est pas encore assez fort pour se tenir assis droit longtemps. Si l’assise était préformée, elle épouserait son dos et il ne glisserait pas au fur et à mesure même en position complètement droite.

Une assise plus rembourrée serait aussi appréciable car si pour l’instant, Ouistiti est léger, je me demande si le hamac ne sera pas trop fin quand il pèsera quelques kilos de plus.

Je vous ai déjà parlé un peu plus haut de la capote qui accompagne la poussette. Elle est tellement bien pensée qu’elle mérite que je vous la décrive plus en détails.

Comme je vous l’ai déjà dit, elle est très grande. Grâce à un insert fermé par une fermeture éclair, elle s’agrandit de la largeur du soufflet permettant ainsi de complètement protéger Ouistiti tout en étant bien aéré ! Sur le dessus de la capote, il y a une « lunette » qui permet d’avoir en œil sur bébé quand le hamac est en position « face au monde ». Nous sommes encore en position « face maman ou papa », mais cette petite lunette rassure mon coeur de Maman quand on changera le hamac de sens.

Comme toutes les poussettes, la Triocity a un panier sous le hamac, mais je trouve qu’il est mal positionné : il suit le hamac dans sa longueur au lieu d’être en décalé ce qui fait qu’il n’est pas facilement accessible. En revanche, il est suffisamment profond pour y mettre quelques courses et son fond n’est pas ajouré, ainsi les choses que l’on met dedans ne prennent pas la poussière.

S’agissant du système de freinage, il fonctionne grâce une pédale sur chaque roue arrière : une rouge à droite sur laquelle on appuie pour bloquer la poussette et une verte à gauche que l’on pousse pour la débloquer et rouler. Je trouve ce système beaucoup plus pratique qu’un frein unique qu’il faut pousser et relever au pied, en nu-pied ou en tong l’été c’est juste l’enfer (et même pour le dessus des chaussures l’hiver !).

Une fois la balade terminée se pose la question du rangement de la poussette, et là encore tout a été pensé pour que cela soit pratique : elle se plie très facilement sur elle-même et tient ensuite debout pour être rangée même dans un endroit réduit comme sur notre palier par exemple.

Pour finir, j’aime beaucoup le motif qui décore tous les tissus de la Triocity faisant ainsi un rappel entre la nacelle, le cosy et la poussette : de jolies étoiles grises et blanches qui vont aussi bien à un petit garçon qu’à une petite fille.

 

Malgré quelques petits détails que j’améliorerais, je trouve ce trio parfait : la poussette et le cosy sont devenus les « partenaires officiels » de nos sorties à pieds ou en voiture, et j’utiliserai avec plaisir la nacelle le jour où Ouistiti deviendra Grand Frère.

 

 

Retrouvez la fiche technique de la Triocity sur le site de Vertbaudet

Produit offert par la marque

2 Commentaires

  1. Dis donc la chance de pouvoir tester une poussette comme celle ci!!! j’aurais trop aimé (mais on m’appelle jamais moi snif)
    Elle à l’air top, j’aime la nacelle spéciale rgo lol , mais j’aime moins la ceinture, trop dangereux en cas d’accident, il vaut mieux un harnais
    Par contre le canopi je suis fan!!!

    • J’étais aux anges, tu t’en doutes.
      Pour la ceinture, tu as raison : ça m’avait interpellée mais comme je ne m’en suis pas servie, j’avoue que je n’y ai plus pensé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here