ob_dedc60_image

La semaine dernière alors que je m’apprêtais à fêter mes 6 mois d’allaitement puisque Ouistiti a fêté ses 6 mois vendredi dernier, je me suis réveillée un matin avec un sein digne de ma montée de lait à la maternité. Il était tellement gonflé qu’on voyait mes veines et les « boules de lait » qui donnaient l’impression d’être prêtes à exploser.

Quelques jours avant, Ouistiti a eu mal au ventre pendant une tétée, il s’est tortillé et m’a pincée. J’ai sursauté et serré les dents, et juste après je me suis pommadée de lanoline car cette sensation, je l’avais déjà eue au début de mon allaitement quand une crevasse avait tenté une installation sauvage. Mais c’était sans compter les bons conseils de ma sage-femme !

Le lendemain, j’ai cru reconnaître la rougeur que j’avais eue au moment de ma crevasse. J’ai donc continué de pommader mais ça restait toujours sensible et surtout mon sein commençait à devenir plus gros que l’autre. Mais comme c’est celui qui « produit plus », bêtement je me suis dit que j’étais « en montée » et c’est là que j’ai fait une grosse erreur…

Le surlendemain, je me suis réveillée avec une pastèque hyper tendue à la place du sein qui était bouillant. Et là j’ai su…trop tard… Mais j’ai su… J’ai donc immédiatement appelé mon médecin qui n’a fait que confirmer ce que je savais déjà : ce n’était pas une crevasse mais une saloperie d’engorgement. Il a même parlé de mastite à un moment donné. 

Ma grande chance dans tout ça, c’est que je n’ai pas eu de fièvre. Mon sein était lourd, douloureux, j’étais encore plus fatiguée que d’habitude mais pas fiévreuse. Malgré tout comme il y avait un point blanc sur le téton, il n’a pas voulu prendre de risque et m’a mise sous antibio avec la recommandation que je connaissais déjà : mettre Ouistiti au sein +++ (et accessoirement serrer les dents parce que là tout de suite, j’avais hyper mal et « l’accrochage » à chaque tétée avec parfois plusieurs décrochages à cause du sein tendu me faisait presque tourner de l’œil…)

Avant de mettre Ouistiti au sein en rentrant de mon rendez-vous, j’ai voulu faciliter la première tétée en tirant mon lait car je savais que le réflexe d’éjection serait tellement fort que ça lui ferait mal, et avec les soucis qu’il a déjà, je ne voulais pas en rajouter… Et après avoir lamentablement échoué dans la reconnaissance d’un début d’engorgement deux jours avant, j’ai enfin pris une bonne décision. Déjà parce que ça m’a tout de suite soulagée (125 ml en 10 minutes, y a de quoi me direz vous !) et ensuite parce que je pense que Ouistiti, pendant toute cette semaine compliquée et en plein pic de croissance (youhou !) n’a pas eu l’air d’être gêné par ce trop-plein de lait. 

Je termine mon sixième jour de traitement sur sept mais je ne suis pas sûre que tout ça ne soit qu’un mauvais souvenir. Mon sein est toujours plus lourd et « rebondi » que l’autre même si il n’est plus chaud. Avant hier il a même regonflé. Le téton est toujours sensible à chaque tétée : je ressens un pincement désagréable à chaque fois que Ouistiti s’y accroche, alors que je n’ai pas mal de l’autre côté, ce n’est donc pas lui qui prend mal.

Par sécurité, je vais rappeler mon médecin car je ne veux prendre aucun risque qui pourrait mettre à mal mon allaitement. Cela fait 6 mois que tout se passe bien, je ne me suis jamais mise aucune date de fin en tête car je suis toujours partie dans cette aventure avec l’idée que ce serait Ouistiti qui déciderait de quand cela s’arrêterait.

Alors il est hors de question que cette fichue mastite vienne tout gâcher ! 

Et vous les engorgements, les mastites, vous connaissez ? Ça s’est soigné facilement ? Cette sensation que, malgré le traitement, ce n’était pas réglé, vous connaissez ? Des conseils, des astuces pour que tout ça soit définitivement derrière moi ?

Ce billet « Un grain de sable… » est apparu en premier sur MamanDeOuistiti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation